English

Script 42.6

Script

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

Imaginez une vaste étendue de terre. Imaginez ensuite qu’elle ne porte rien. Pas d’arbres, pas de végétaux – que de la poussière et des fissures. Comment la terre en arrive-t-elle là?

Quand un sol riche qui produisait autrefois de bonnes récoltes perd le plus gros de sa fertilité et devient stérile, on dit qu’il y a désertification. C’est que la terre s’est transformée en désert. Et, pour plus de 900 millions de gens aux quatre coins du globe, c’est là un grave problème. La désertification cause des pénuries d’eau et d’aliments; elle force les gens à quitter leur foyer en quête d’une terre à cultiver.

Qu’est-ce qui cause la désertification?

Beaucoup de gens pensent que la nature cause la désertification par les sécheresses. Pourtant, les déserts sont surtout d’origine humaine. Les gens créent les déserts de quatre grandes façons: en rasant ou en brûlant les arbres; en laissant les animaux brouter excessivement les terres; en surexploitant les sols sans les nourrir; en adoptant des méthodes d’arrosage inadéquates.

Les agriculteurs rasent les arbres ou les brûlent sur de vastes étendues pour plusieurs raisons: pour avoir un combustible, construire une maison, faire paître leur troupeau ou cultiver. Mais la terre déboisée n’est généralement bonne que pour une ou deux récoltes. C’est que les arbres et autres végétaux qui y poussaient fournissaient constamment un approvisionnement d’éléments nutritifs et d’humidité à la terre, et que leurs racines retenaient le sol en place.

Ces arbres et plantes protègent aussi le sol des chutes de pluie qui le martèlent. Ils forment en quelque sorte un couvert. Quand ce couvert disparaît, le sol est à la merci du soleil, du vent et de la pluie. La terre arable, où se trouvent la plupart des nutriments, risque davantage d’être soufflée par le vent et lessivée par la pluie. De plus, la pluie qui aurait autrement été absorbée par les racines des arbres et autres végétaux dans le sol même coule sur la terre nue plutôt que d’y pénétrer. Ainsi, la terre demeure aride, même après une grosse pluie. Ce processus s’appelle érosion du sol et entraîne la désertification. Disposant de moins de terre fertile, les agriculteurs sont forcés de se déplacer et de défricher plus de terre, si bien que le problème s’étend.

La terre peut aussi se transformer en désert quand les agriculteurs laissent leur troupeaux brouter excessivement les pâturages. Laissés à eux mêmes, les animaux dévoreront tout jusqu’aux racines. Si c’est ce qui se produit avec vos plantes et arbustes, surveillez bien vos animaux et gardez-les sur un seul bout de terrain à la fois. Déplacez-les ensuite avant que le sol commence à paraître dénudé. Vous pourriez aussi garder le troupeau dans un grand enclos et y apporter du fourrage. C’est l’affouragement en vert ou zéro-pâturage; cette méthode empêche vos bêtes de détruire toute la végétation de vos terres. Vous pouvez cultiver l’Acacia albida à cette fin précise. Cette plante pousse rapidement, fertilise le sol et produit des feuilles capables de bien nourrir vos bêtes.

La lutte à la désertification passe nécessairement par l’apport de matière organique. Si vous exploitez excessivement la terre par des récoltes qui épuisent ses ressources en nutriments, le sol n’a pas le temps de se régénérer. La récolte est de plus en plus pauvre jusqu’à ce que la terre ne produise carrément plus. Pour parer à ce problème et entretenir la richesse en nutriments du sol, vous pouvez notamment semer des plantes de couverture et appliquer des engrais verts entre les cultures principales. Après la récolte, retournez les plantes de couverture dans la terre. Parmi les plantes de couverture, mentionnons le pois mascate, aussi appelé pois noir, le sunn, ou chanvre de Bengale, et le trèfle.

La solution simple à une terre aride semble résider dans l’apport d’une grande quantité d’eau mais, en fait, cette méthode risque d’aggraver le problème si elle n’est pas pratiquée convenablement. Les mauvaises méthodes d’arrosage sont en réalité la quatrième cause de désertification. Toute terre a besoin d’un endroit où drainer le supplément d’eau. Si l’eau ne se draine pas bien, le supplément reste en surface et noie les racines des végétaux. De plus, l’excès d’eau de la rivière ou du puits risque de laisser des dépôts de sel qui dévastent la terre et tuent la plupart des récoltes. Par contre, si l’eau se draine trop rapidement, elle peut transporter avec elle la précieuse terre arable.

Maintenant que nous connaissons les causes de la désertification, quelle est la solution?

Il n’y a pas de réponse simple. Les Nations Unies ont récemment conclu un accord nommé Convention sur la lutte contre la désertification, ratifié par plus de 100 nations. Ces nations ont accepté de chercher des façons d’endiguer la désertification et d’écouter les suggestions des populations locales qui vivent sur des terres arides.

Les agriculteurs peuvent freiner la désertification en gérant consciencieusement leurs terres. Si votre terre est en pente, labourez-la le long des courbes et autour des collines plutôt que de haut en bas. Laissez des bandes de graminées entre les rangs de culture. Vous résoudrez ainsi le grave problème de l’érosion du sol par la pluie. Vous pouvez aussi utiliser les résidus de culture comme les feuilles de bananier ou les débris végétaux de la cuisine comme paillis pour le sol.

Vous pouvez aussi planter en faisant un trou pour chaque graine plutôt qu’en labourant toute la surface. Le travail est alors plus long, mais réduit les dégâts sur le sol fragile. L’ajout de compost et de fumier aide également à garder le sol en bon état pour l’empêcher de se dessécher ou de mourir.

Acknowledgements

  • Ce texte a été écrit par Chris Szuskiewicz, Rédactrice, Toronto, Canada. Il a été revu et corrigé par Kevin Perkins, Chargé de programmes à Canadian Physicians for Aid & Relief, Toronto et par le Dr. Rorque Bryan, de la Faculté de Foresterie de l’Université de Toronto.
  • Ce texte a été publié grâce à l’aide financière obtenue du bureau de la Convention sur la désertification, Agence canadienne de développement internationale (ACDI), Ottawa, Canada.

Information Sources

  • Focus on Soil Erosion, Footsteps, Mike Carter, No. 15, juin 1993, pages 3 & 5. Tear Fund, 100 Church Road, Teddington, Middlesex, TW11 8QE, U.K.
  • The Bulletin, Quarterly Review of Progress Towards Sustainable Development, exemplaire 23, juillet 1994, pages 49-62. Centre for Our Common Future, 52 rue des Paquis, 1201 Geneva, Switzerland.
  • “Forests in Egypt,” Dina Ezzat, IDRC Reports, Vol. 22, No. 4 janvier 1995, page 14. International Development Research Centre, P.O. Box 8500, Ottawa, Ontario, K1G 3H9, Canada.
  • Focus on Desertification, World Farmers’ Times, Vol. 3, No. 7, juillet 1988, pages 4-19. World Farmers’ Times, Talstrasse 39, 8001 Zurich, Switzerland.
  • “Holding Back the Desert,” Femi Ajayi, Daphne Topouzis, Souleymane Anza, Sahnnon Horst, Pierre Pradervand, Ben Ephson, African Farmer, No. 3, Avril 1990, pages 17-21. The Hunger Project, One Madison Avenue, New York, NY 10010, USA.
  • Desertification, Earthscan Bulletin, Vol. 7, No. 2, Mai, 1984, pages 7-10. Earthscan, International Institute for Environment and Development, 10 Percy Street, London W1P 0DR, UK.
  • “Deserts and Desertification,” World Wildlife Fund Atlas of the Environment, Geoffrey Lean, Don Hinrichsen and Adam Markham, 1990, page 56. Prentice Hall Press, 15 Columbus Circle, New York, NY 10023, USA.