English

Script .4

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez le feuilleton radiophonique complet. (Word, 200 KB)

« Le haricot, une affaire de famille » est un feuilleton radiophonique de cinq épisodes dans lequel il est question d’un groupe de femmes qui persévèrent malgré les difficultés qu’elles ont à obtenir du succès. Ces femmes font partie d’une association d’épargne villageoise, encore appelée groupe vicoba en Tanzanie, et cultivent toutes du haricot. Elles effectuent la majeure partie des travaux agricoles exigés par la culture du haricot. Cependant, en raison des rôles que leur confèrent les traditions de leur communauté, les hommes sont ceux qui prennent toutes les décisions après récolte, y compris la vente du haricot et le contrôle du revenu.

Quelques-uns des principaux personnages féminins du feuilleton radiophonique, dont Farida et Maman Mjuni, sont à la tête de cette initiative. Elles encouragent les femmes à travailler ensemble dans leurs champs, et enfin à cultiver du haricot ensemble pour le vendre collectivement à l’usine de haricot du village.

Lisez partie 1, avec la liste des personnages, ici.

Le feuilleton radiophonique se déroule dans un contexte de situations dramatiques, y compris des conflits entre femmes et hommes : violence conjugale dans une famille, et initiative sournoise d’un coureur de jupons du village pour manipuler les femmes et tirer profit de ses activités illicites.

Le feuilleton comporte aussi des instants légers et amusants, même s’il aborde des thèmes sérieux. Si vous faites interpréter le feuilleton par un groupe local, assurez-vous que les moments les plus graves sont compensés par des scènes plus légères où les amies se remémorent des souvenirs et rient.

Chacun des cinq épisodes dure approximativement 20 à 25 minutes, y compris la musique de début et de fin. Vu la longueur des épisodes, vous pourriez peut-être diffuser seulement deux ou trois scènes à la fois dans votre émission. Dans la majorité des cas, deux ou trois épisodes durent 6 à 8 minutes.

Vous pourriez faire suivre le feuilleton d’une tribune téléphonique dans laquelle seront examinés certains des problèmes soulevés par l’émission, et inviter des experts et des expertes à se prononcer sur ces problèmes. Les discussions pourraient tourner autour des points suivants :

  • comment la communauté repartit les tâches requises par la culture et la commercialisation du haricot, ou d’autres cultures produites dans votre région, et comment cela pourrait nourrir des préjugés défavorables aux intérêts des femmes, et nuire même à la famille;
  • violence conjugale et culture ou habitude du silence qui favorise sa perpétuation; et
  • types de soutien que les hommes peuvent offrir aux femmes qui peinent à s’en sortir et à aider leurs familles face aux situations difficiles.

Script

1. Scène 1

2. Décor :
À l’extérieur de la maison de Farida. Le matin.
3. Effets sonores de fond :
Ambiance dans la maison de Farida.

4. Personnages :
Farida, Jenny.

[Note de la rédaction : Shikamoo est la salutation exprimée par une personne plus jeune pour accueillir une personne âgée en swahili, et marahaba est la réponse exprimée par la personne âgée en guise de reconnaissance à cette marque de respect.]

5. EFFETS SONORES :
COUPS VIOLENTS SUR LA PORTE.

6. FARIDA :
(S’APPROCHANT DE MICRO) J’arrive! J’arrive!
7. EFFETS SONORES :
FARIDA OUVRE LA PORTE.

8. FARIDA :
(SURPRISE) Jenny! Ne devrais-tu pas être au garage?
9. EFFETS SONORES :
JENNY ENTRE.

10. JENNY :
(PRÉOCCUPÉE) Que s’est-il passé? Tu vas bien? Que t’a-t-il fait?
11. FARIDA :
Quoi? … De quoi parles-tu
12. JENNY :
Je parle de ton mari. Il est venu chez moi la nuit dernière pour te chercher. Premièrement, est-il ici?
13. FARIDA :
Non, il n’est pas là; il est parti au travail?
14. JENNY :
Et les enfants? Sont-elles là?
15. FARIDA :
Elles sont à l’école. Que se passe-t-il?
16. JENNY :
C’est moi qui devrais te poser la question … tu vas bien?
17. FARIDA :
(RIRE RASSURANT) Je vais bien? Je vais bien? (ESSAIE DE CHANGER DE SUJET) Laisse-moi te servir le petit déjeuner; je viens juste de faire du thé et des patates douces.
18. JENNY :
Je n’ai pas faim, Farida. Dis-moi simplement ce qui s’est passé.
19. FARIDA :
Rien ne s’est vraiment passé.
20. JENNY :
Rien ne s’est passé? Ton mari était en furie quand il te cherchait la nuit dernière. Où étais-tu?
21. FARIDA :
J’étais au domaine d’Uhuru.
22. JENNY :
Je pensais que l’événement du Tunu s’était terminé tôt.
23. FARIDA :
C’est le cas, mais il y avait une rencontre des femmes après la manifestation. Donc, j’ai ramené les enfants à la maison, j’ai cuisiné et je suis repartie à la rencontre.
24. JENNY :
Alors, pourquoi lui as-tu menti? Tu lui as dit que tu étais chez moi. Tu sais que tu nous as mis dans le pétrin … il pensait que je te couvrais.
25. FARIDA :
Jenny, tu sais que je ne pouvais pas lui dire que je partais à la rencontre … Il préfèrerait mourir plutôt que de me laisser sortir à cette heure de la nuit.
26. JENNY :
Ooh, Farida! Il est toujours préférable de dire la vérité.
27. FARIDA :
Écoute, je pensais être de retour à la maison avant qu’il n’arrive du travail.
28. JENNY :
Alors, que s’est-il passé quand tu es rentrée?
29. FARIDA :
(TENTANT DE PARAÎTRE CRÉDIBLE) Rien ne s’est passé … nous avons eu une dispute normale comme le font les couples normaux.
30. JENNY :
(SCEPTIQUE) T’a-t-il battue?
31. EFFETS SONORES :
SILENCE EMBARRASSANT.

32. JENNY :
Farida! T’a-t-il battue?
33. FARIDA :
Écoute, il était furieux et … et … (HÉSITANTE)
34. JENNY :
(COMMENCE À S’EN ALLER EN COLÈRE, S’ÉLOIGNANT DU MICRO) Ça suffit! J’en ai assez de tout ça!
35. FARIDA :
(TENTE DE L’ARRÊTER) Jenny, où vas-tu?
36. JENNY :
(EN COLÈRE) Je vais lui parler en face par rapport au fait qu’il te frappe, Farida. Ça ne peut pas continuer!
37. FARIDA :
Attends! Attends! Attends! Je ne crois pas que ce soit une bonne idée.
38. JENNY :
Est-ce que tu t’entends parler en ce moment? Ou bien ça te fait si plaisir d’être un sac de boxe pour le reste de ta vie?
39. FARIDA :
(AVEC COLÈRE) Écoute, c’est du passé, d’accord! Nous avons eu notre querelle et nous y avons trouvé une solution, tu as compris?
40. JENNY :
(SARCASTIQUE) Vous avez trouvé une solution, hein? En le laissant te battre? C’est ce que tu appelles trouver une solution?
41. FARIDA :
Tu as dit toi-même que je ne devrais pas mentir. (TENTANT DE SE CONVAINCRE ELLE-MÊME) Je n’aurais pas dû mentir; cette fois-ci, c’était ma faute. J’aurais dû lui dire la vérité. Tu sais combien il peut être jaloux parfois.
42. JENNY :
Et qu’en est-il des autres fois?
43. EFFETS SONORES :
SILENCE EMBARRASSANT.

44. JENNY :
Farida, je t’ai déjà conseillé de prendre soin de toi, mais la décision t’appartient … Mais réfléchis seulement au type d’exemple que tu es en train de donner à tes petites filles en leur montrant qu’un homme peut marcher sur tes pieds comme ça.
45. EFFETS SONORES :
JENNY S’EN VA, CLAQUANT LA PORTE DERRIÈRE ELLE

46. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Jenny

 

47. Scène 2

48. Décor :
À l’extérieur. Au bord de la route. Le matin.
49. Effets sonores de fond :
Bruit d’automobiles.

50. Personnages :
Grace, Mjuni, Adam, Alex.

51. ADAM :
Allez, passe-moi le briquet, mec!
52. EFFETS SONORES :
BRUIT DE BRIQUET.

53. MJUNI :
(PRUDENT) Attends! Attends! N’allume pas encore ta cigarette. Ta sœur arrive par là.
54. ALEX :
(DÉSINVOLTE) Aaah! Laisse-la voir! Et alors?
55. GRACE :
(S’APPROCHE DU MICRO) Mjuni, est-ce toi?
56. ADAM :
(CHAHUTEUR) Non, ce n’est pas lui!
57. EFFETS SONORES :
ADAM ET ALEX ÉCLATENT DE RIRE.

58. ADAM :
(PRÉTEND ÊTRE ACCUEILLANT) Aaah! Grande sœur Grace! Bienvenue! Où t’en vas-tu ainsi ce matin?
59. GRACE :
Laissez-moi tranquille!
60. ALEX :
As-tu cuisiné?
61. GRACE :
Dans tes rêves peut-être (SE TOURNE VERS MJUNI) Mjuni, puis-je te parler un instant?
62. ADAM :
Quel est ce secret si grand que tu ne peux pas en parler devant nous?
63. GRACE :
Ce ne sont pas tes affaires.
64. MJUNI :
Excusez-moi, les gars. Je reviens.
65. ALEX :
Il n’y a pas de problème, Mjuni. Prends tout ton temps.
66. EFFETS SONORES :
GRACE ET MJUNI SE METTENT À L’ÉCART EN PRIVÉ PENDANT QU’ADAM ET ALEX SE DISPUTENT LE BRIQUET EN ARRIÈRE-PLAN.
67. MJUNI :
Comment ça va, Grace? Où vas-tu avec ton seau?
68. GRACE :
Je m’en vais chercher de l’eau au puits. Mjuni, n’es-tu pas censé être à l’école en ce moment?
69. MJUNI :
C’est la récréation.
70. GRACE :
Déjà? Et que fais-tu à traîner avec eux?
71. MJUNI :
Qui? Adam et Alex? Ce n’est pas un problème. Ils sont cool.
72. GRACE :
Écoute-moi, Mjuni, je connais mes petits frères. Tout ce qu’ils savent faire, c’est se mettre dans le pétrin et semer le désordre dans le village. La plupart des gens les considèrent comme des délinquants. Est-ce que c’est ce que tu veux que les gens pensent de toi?
73. MJUNI :
Je m’en fous de ce que les gens pensent de moi.
74. GRACE :
Vraiment? Et depuis quand fumes-tu?
75. MJUNI :
Qui moi? (RIRE NERVEUX) Cela fait maintenant quelque temps que je fume.
76. GRACE :
Tu mens! Je ne t’ai jamais vu fumer auparavant! Que penseraient tes parents s’ils passaient ici et te voyaient?
77. MJUNI :
(REBELLE) Je m’en fous! Que savent-ils de toute façon?
78. GRACE :
Que t’est-il arrivé?
79. MJUNI :
Rien. Je suis toujours le même.
80. GRACE :
Non, tu as changé. Je me souviens quand tu étudiais toujours et comment tu essayais de faire de ton mieux.
81. EFFETS SONORES :
MJUNI RIT.

82. GRACE :
Qu’est-ce qui est si drôle?
83. MJUNI :
Je me rappelle aussi quand tu étudiais. Tu étais même la première parmi les filles. Que s’est-il passé? Pourquoi ne vas-tu plus à l’école?
84. GRACE :
Ça n’a pas été mon choix d’abandonner les études, mais ce sont les circonstances qui m’ont conduit à cela. Lorsque j’aurai assez d’argent, je poursuivrai mes études au lycée. Mais il faut que toi tu termines tes études.
85. MJUNI :
Eh bien, tant mieux pour toi!
86. GRACE :
Je suis sérieuse Mjuni. Ne t’égare pas en traînant avec ces deux délinquants.
87. MJUNI :
(IRRITÉ) Aaaah! Laisse-moi tranquille!
88. EFFETS SONORES :
MJUNI QUITTE GRACE ET VA RETROUVER ADAM ET ALEX.

89. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Grace

 

90. Scène 3

91. Décor :
À l’extérieur. Exploitation agricole de Farida. Mi-matinée.
92. Effets sonores de fond :
Ambiance de l’exploitation agricole.

93. Personnages :
Farida, maman Mjuni, maman K, Grace, Jenny.

94. MAMAN MJUNI:
Bien, les dames! Merci pour votre bon travail. Nous avons fini de défricher le champ de Farida. Demain, ce sera le tour de Grace et maman K.

95. MAMAN K :
(SAUTE JOYEUSEMENT) Ouiii! Et vous ferez mieux d’être toutes à l’heure demain!
96. EFFETS SONORES :
LES FEMMES RIENT.

97. MAMAN MJUNI:
Bien, ce sera tout, mesdames!

98. GRACE :
Au revoir, Farida! Au revoir, maman Mjuni!
99. MAMAN MJUNI, FARIDA :
Au revoir, Grace.

100. FARIDA :
Merci, les filles, et au revoir.
101. TOUTES :
Au revoir.
102. MAMAN MJUNI :
(SOUPIRE D’ÉPUISEMENT) Je suis si crevée!

103. FARIDA :
Ne m’en parle pas! J’aurais aimé pouvoir filer dans mon lit tout de suite.
104. EFFETS SONORES :
ELLES RIENT.

105. MAMAN MJUNI :
Je n’ai jamais imaginé que ce serait autant de travail. Je pense que mon dos n’est plus aussi en forme. Ça doit être la vieillesse.
106. FARIDA :
Désolée, maman Mjuni. Mais au moins, nous nous entraidons maintenant.
107. MAMAN MJUNI :
En effet, tu as raison. Cette idée formidable est arrivée au bon moment. Je ne pense pas que j’aurais pu supporter de continuer à faire tout ce travail toute seule!
108. FARIDA :
Que voulez-vous dire par seule? Mjuni n’est pas là pour vous aider?
109. MAMAN MJUNI :
(RIRE ÉNERGIQUE) Mjuni? M’aider à faire le travail? Ce sera le jour où les poules auront des dents. C’est à peine si je le vois.
110. FARIDA :
Bon, au moins vous nous avez maintenant pour vous aider.
111. MAMAN MJUNI :
Effectivement, tu as raison à ce propos. Bien, il faudrait que je me mette en route pour la maison.

112. FARIDA :
(ABRUPTEMENT) Vous ne pouvez pas rester un peu plus longtemps?
113. MAMAN MJUNI :
(PRÉOCCUPÉE) Pourquoi? Quelque chose ne va pas, Farida?

114. FARIDA :
Eh bien, il y a quelque chose dont j’aimerais vous parler.
115. MAMAN MJUNI :
De quoi s’agit-il?

116. EFFETS SONORES :
SILENCE.

117. MAMAN MJUNI :
Farida … quelque chose de grave est-il arrivé?

118. FARIDA :
Eh bien, ce n’est pas exactement ça …
119. MAMAN MJUNI :
Que veux-tu dire?

120. FARIDA :
(HÉSITANTE) Bien, je suis dans une situation difficile et j’ai besoin de votre aide maintenant.
121. MAMAN MJUNI :
Farida, écoute-moi. C’est bon. Tu peux me parler ouvertement. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour t’aider.
122. FARIDA :
Les choses ne se passent pas si bien avec mon mari depuis quelque temps …
123. EFFETS SONORES :
FARIDA NE TERMINE PAS SA PHRASE ET LA LAISSE EN SUSPENS.

124. MAMAN MJUNI :
Oui et …?

125. FARIDA :
(HÉSITANTE) Et … et …
126. MAMAN MJUNI :
Ça va, Farida – crache le morceau.

127. FARIDA :
(ABRUPTEMENT) J’ai besoin d’emprunter de l’argent pour pouvoir payer les frais de scolarité de mes enfants, car mon mari n’a pas d’argent en ce moment.
128. MAMAN MJUNI :
(SUSPICIEUSE) C’est tout ce tu voulais me dire?

129. FARIDA :
Oui … S’il vous plaît, j’ai besoin de votre aide, maman Mjuni. Je ne peux pas me permettre de voir mes enfants rater leurs examens par manque de frais de scolarité. Je promets que nous vous rembourserons.
130. MAMAN MJUNI :
Eh bien, je n’ai pas d’argent en ce moment, mais je te dirais que … je demanderai à mon mari de te prêter de l’argent pour les frais de scolarité de tes enfants. Quel est le montant?
131. FARIDA :
Quatre cent mille.
132. MAMAN MJUNI :
D’accord, ne t’inquiète pas, ma chère.

133. FARIDA :
Oh, merci, maman Mjuni!
134. MAMAN MJUNI :
C’est bon ma chère.

135. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Maman Mjuni

 

136. Scène 4

137. Décor :
À l’extérieur. Restaurant. Le jour.
138. Effets sonores de fond :
Ambiance du restaurant.

139. Personnages :
Farida, Jenny, Stella.

140. EFFETS SONORES :
FARIDA, JENNY ET STELLA OUVRENT UNE PORTE ET ENTRENT DANS UN RESTAURANT.

141. JENNY :
Wow, c’est un bel endroit!
142. FARIDA :
Je suis sûre que nous aurions pu trouver un bon endroit pour manger à la maison au lieu de parcourir tout ce chemin jusqu’ici.
143. STELLA :
Farida, vas-tu te détendre? Jenny, s’il te plaît, dis-lui de se détendre.
144. FARIDA :
Je dois rentrer tôt, vous savez…. je ne veux pas être en retard.
145. STELLA :
Je me rappelle qu’elle disait les mêmes paroles lorsque nous sommes allées nous promener dans cette voiture que tu avais volée dans le garage de ton père.
146. JENNY :
(RIT) C’est ce qu’elle a dit, effectivement.
147. FARIDA :
(SE RAPPELANT) S’il vous plaît, ne me le rappelez pas. J’étais si terrorisée…. Oh mon Dieu!
148. STELLA :
(RIT) Nous l’étions toutes!
149. JENNY :
Je n’oublierai jamais ce jour. Je n’avais jamais vu mon père aussi furieux. Et ce qui était pire c’est que c’était la voiture d’un client.
150. EFFETS SONORES :
ELLES RIENT TOUTES.

151. FARIDA :
Vous étiez si stupides!
152. JENNY :
Toi aussi tu étais tout aussi stupide de vouloir toujours nous suivre.
153. EFFETS SONORES :
ELLES RIENT TOUTES.
154. STELLA :
Oh, comme vous m’avez tant manqué les filles. Cela fait des années que ne nous sommes pas retrouvées ainsi ensemble.
155. JENNY, FARIDA :
Tu nous as manqué aussi.

156. STELLA :
N’es-tu pas contente d’être venue ici aujourd’hui? Nous avions toutes besoin de ça … tu sais, une petite pause de nos vies mouvementées.
157. JENNY :
Tu as raison à ce propos.
158. FARIDA :
En effet, j’avais vraiment besoin de ça.
159. STELLA :
Oui, moi aussi, surtout vu la façon dont les choses se passent à l’usine.
160. JENNY :
Que s’est-il passé?
161. STELLA :
Oh, ma chère, c’est juste que je reçois peu de haricot à l’usine.
162. FARIDA :
Qu’en est-il des fournisseurs comme Sigi? Je l’ai vu l’autre jour quand je suis allée te voir à l’usine.
163. STELLA :
Même Sigi en apporte très peu.
164. JENNY :
Peut-être que cela est dû à la mauvaise récolte. Tu sais que tout le village a eu une faible récolte cette saison.
165. FARIDA :
C’est vrai. Alors, qu’allez-vous faire?
166. STELLA :
Je ne sais pas, vraiment. Notre directeur, monsieur Patel, nous a dit de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour augmenter les réserves. Nous avons juste besoin d’avoir plus de ravitaillement de l’extérieur.
167. FARIDA :
(S’EXPRIMANT TOUT HAUT) J’ai une idée! Que dirais-tu si notre groupe de la banque communautaire villageoise commençait à ravitailler votre usine en haricot?
168. JENNY :
(RIT) Farida, arrête de plaisanter maintenant. Tu ne vois pas que Stella est sérieuse?
169. FARIDA :
Moi aussi je suis sérieuse.
170. JENNY :
Oh, tu es sérieuse? Et comment cela va-t-il fonctionner?
171. FARIDA :
Prends par exemple Sigi. Il vend du haricot à l’usine, mais ce haricot a été produit dans des champs à la sueur du front des femmes du village.
172. JENNY :
Mais n’oubliez pas que ce sont principalement les maris qui vendent le haricot à Sigi, pas les femmes.
173. STELLA :
Oui, c’est vrai.
174. FARIDA :
Je sais. Mais que se passerait-il si nous les femmes décidions de cultiver du haricot pour le vendre à l’usine?
175. JENNY :
Et comment cela sera-t-il possible puisque la plupart des femmes cultivent le haricot sur les terres de leurs maris?
176. STELLA :
(LENTEMENT, RÉFLÉCHISSANT À LA QUESTION) Hmmm … toutes les femmes devraient s’entendre pour que cela fonctionne.
177. STELLA :
Y a-t-il quelqu’un dans votre groupe qui possède une plus grande terre où vous pouvez cultiver du haricot?
178. FARIDA :
En dehors de maman Mjuni, je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un d’autre. Elle et son mari Mzee Ali possèdent un grand terrain.
179. STELLA :
Pourriez-vous la convaincre d’utiliser ce terrain pour cultiver du haricot pour cette initiative?
180. JENNY :
Penses-tu que maman Mjuni sera d’accord?
181. FARIDA :
Elle le sera probablement…. Maman Mjuni est toujours d’accord avec les bonnes idées!
182. JENNY :
Et qu’en sera-t-il de Mzee Ali?
183. FARIDA :
Il pourrait être d’accord avec cette idée. Mzee Ali est un homme très raisonnable. Mais je me demande, est-ce que le terrain suffira pour cultiver suffisamment de sacs de haricot pour l’usine?
184. JENNY :
De combien de sacs de haricot l’usine a-t-elle besoin?
185. STELLA :
Bon, généralement, chaque saison, nous demandons environ mille sacs de haricot.
186. JENNY :
Wow! C’est beaucoup ça!
187. FARIDA :
Nous ne pouvons même pas produire la moitié sur l’exploitation de maman Mjuni, et vu le nombre de femmes au sein du groupe.
188. STELLA :
(EXCITÉE) Mais nous n’avons pas besoin que vous produisiez même la moitié de ça! Nous achetons chez différentes personnes, mais nous pouvons signer une entente avec vous pour une petite portion de cette quantité, disons 90 à 100 sacs.
189. FARIDA :
Oui, c’est une quantité raisonnable. Je pense que nous pouvons réussir à faire cela. Tu ne crois pas, Jenny?
190. JENNY :
(INCERTAINE) Je ne sais pas, Farida. Il faudra travailler fort pour produire une telle quantité. En plus, n’avançons pas très vite en besogne. Il faut que nous parlions à maman Mjuni de la proposition concernant l’utilisation de sa terre.
191. STELLA :
Oui, tu as raison. Je pense que vous devriez aller de l’avant et parler à maman Mjuni d’abord.
192. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Farida

 

193. Scène 5

194. Décor :
À l’extérieur. Ferme de maman Mjuni. Le jour.
195. Effets sonores de fond :
Ambiance à la ferme de maman Mjuni.
196. Personnages :
Maman Mjuni, Farida, maman K, Grace, Doris, Monica, maman Juma, Lydia.

197. EFFETS SONORES :
DES FEMMES SE DISPUTENT.

198. MAMAN MJUNI :
(RÉTABLISSANT L’ORDRE) S’il vous plaît, pouvons-nous avoir un peu de calme! Pouvons-nous avoir du calme ici!
199. EFFETS SONORES :
LE BRUIT CESSE PROGRESSIVEMENT.

200. MAMAN MJUNI :
Mes bien aimées consœurs, pourquoi nous comportons-nous toujours ainsi les unes envers les autres? Toujours à nous quereller au lieu de se parler de manière civilisée. Bien évidemment, nous pouvons être en désaccord, tout en respectant les points de vue des unes et des autres. Oui, maman Juma, que dites-vous?
201. MAMAN JUMA:
J’arrive à peine à cultiver assez de haricot pour que ma famille en ait toute l’année, alors dites-moi comment je suis supposée en produire suffisamment pour le vendre à l’usine?
202. FARIDA :
Je comprends vos doutes, maman Juma, mais si nous travaillons ensemble en équipe, nous pouvons produire plus.
203. MAMAN K :
Quelle est la quantité minimum de sacs de haricot que l’usine demande à avoir?
204. JENNY :
Eh bien, l’usine demande généralement mille sacs chaque saison. Mais il nous sera demandé de produire juste une portion de cette quantité, disons 90 à 100 sacs.
205. EFFETS SONORES :
SOUPIRS DES FEMMES.

206. MAMAN K :
C’est beaucoup trop!
207. MONICA :
Oui, je suis d’accord.
208. FARIDA :
Il n’y a rien d’impossible sous le soleil. Nous pouvons le faire si nous essayons vraiment.
209. JENNY :
Oui, je suis d’accord avec Farida. Je crois que ce sera éventuellement à notre avantage à toutes plutôt que cela profite à des misogynes comme Sigi qui pensent qu’ils peuvent traiter les femmes comme bon leur semble.
210. GRACE :
En effet, je peux l’attester moi-même. Certaines d’entre nous avons subi une humiliation de la part de gens comme Sigi parce que je voulais simplement lui vendre du haricot.
211. EFFETS SONORES :
MURMURES DE COLÈRE.

212. MAMAN JUMA:
(AVEC COLÈRE) Cet homme est effronté!

213. LYDIA :
Quel prétexte pour un homme! Je ne lui vendrai jamais mon haricot.
214. MONICA :
(INTERVIENT) C’est facile pour certaines d’entre vous de parler. Mais qu’en est-il de celles qui ne peuvent pas choisir où vendre parce que leurs maris prennent toutes les décisions après la récolte? Que devons-nous faire?
215. FARIDA :
Je comprends ta douleur, ma chère. Je suis dans la même situation que toi. C’est mon mari qui prend toutes les décisions après la récolte. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de demander à maman Mjuni si nous pouvions utiliser son terrain pour cultiver du haricot.
216. EFFETS SONORES :
TOUT DEVIENT SILENCIEUX SOUDAINEMENT.

217. MAMAN JUMA:
Pensez-vous que cela est possible, maman Mjuni?

218. MAMAN MJUNI :
C’est possible, mais il faudra que j’en parle à Mzee Ali pour voir s’il est d’accord.

219. LYDIA :
(LUI COUPE LA PAROLE) Mais je me fais du souci, car cela demandera beaucoup de travail pour produire du haricot et d’autres denrées pour nos familles et ensuite produire du haricot pour le vendre à l’usine, et ce, tout en nous occupant de nos familles.
220. JENNY :
C’est la raison pour laquelle nous travaillons ensemble, n’est-ce pas? Cette idée est arrivée au bon moment. Il nous faut juste travailler en équipe.
221. DORIS :
Quatre-vingt-dix à 100 sacs, c’est beaucoup, vous savez. Ce n’est pas un travail facile!
222. MAMAN MJUNI :
Bien, personne n’a dit que ce serait facile. Le succès ne s’obtient pas facilement. Mais si nous sommes réellement déterminées et si nous travaillons ensemble de tout cœur, nous pouvons le faire!
223. FARIDA :
Je suis d’accord avec maman Mjuni. Je suis prête à travailler avec vous toutes…. Qui est partante?
224. JENNY :
Moi!
225. MONICA :
Moi!
226. LYDIA :
Moi!
227. MAMAN JUMA:
Moi aussi!

228. GRACE :
Moi!
229. MAMAN MJUNI :
Moi aussi…. Qu’en est-il de toi, maman K?

230. EFFETS SONORES :
MOMENT D’HÉSITATION DE LA PART DE MAMAN K.

231. MAMAN K :
Oh, et puis zut! Je suis partante aussi!
232. EFFETS SONORES :
LES FEMMES POUSSENT DES CRIS AVEC ENTHOUSIASME.

233. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Maman Mjuni.

 

234. Scène 6

235. Décor :
À l’intérieur de la maison de maman Mjuni. Après-midi.
236. Effets sonores de fond :
Ambiance dans la maison.

237. Personnages :
Maman Mjuni, Mzee Ali, Mjuni.

238. MZEE ALI :
(MASTIQUANT LA NOURRITURE) Maman Mjuni, ce ragoût de poisson est cuit juste comme je l’aime. Pas trop de citron, juste la bonne quantité.
239. MAMAN MJUNI :
Eh bien, je suis contente que cela t’ait plu. Tiens … prends-en encore.

240. MZEE ALI :
Non! Non! Non! J’en ai pris assez. Je suis tout à fait rassasié.
241. MAMAN MJUNI :
En es-tu certain?

242. MZEE ALI :
Si, je suis sûr. Bien, tu ne m’as pas dit comment ta journée s’était passée aujourd’hui.
243. MAMAN MJUNI :
(TOUTE EXCITÉE) J’ai eu une des meilleures journées aujourd’hui!

244. MZEE ALI :
Oh! On dirait que quelqu’un est de bonne humeur!
245. MAMAN MJUNI :
Tu ne peux pas savoir! Nous avons décidé, aujourd’hui, lors de la rencontre du groupe de la banque communautaire villageoise de nous lancer dans l’aventure d’approvisionnement de l’usine en haricot! Oh! Je suis si heureuse!
246. MZEE ALI :
Vraiment? Je me réjouis pour toi, ma chère. Qui a trouvé cette idée?
247. MAMAN MJUNI :
(FIÈREMENT) C’est Farida!

248. MZEE ALI :
C’est une idée brillante! C’est très futé de sa part.
249. MAMAN MJUNI :
Oui, c’est une fille très intelligente, même si parfois j’ai de la peine pour elle. Elle doit voir de toutes les couleurs en étant mariée à cet homme.
250. MZEE ALI :
(CHANGEANT DU SUJET) C’est une très bonne idée, mais je vais être honnête avec toi … cela pourrait nécessiter beaucoup de travail. Ce ne sera pas facile.
251. MAMAN MJUNI :
Personne n’a dit que ce serait facile. C’est pourquoi nous avons besoin de toute l’aide que nous pouvons avoir.
252. MZEE ALI :
Oui, je suis d’accord. Tu as mon soutien, ma chère.
253. MAMAN MJUNI :
Alors, les femmes m’ont demandé si nous pouvions utiliser notre terrain pour cultiver du haricot.
254. MZEE ALI :
Penses-tu que ce soit une bonne idée?
255. MAMAN MJUNI :
Pourquoi pas? Je veux dire, nous avons cultivé là-bas l’an dernier, mais nous n’avons pas décidé de ce que nous allons cultiver cette année, alors, le terrain est posé juste là-bas. Nous ferions mieux de l’utiliser.
256. MZEE ALI :
Si vous êtes toutes d’accord là-dessus, alors tu peux dire aux femmes qu’il n’y a aucun problème à mon niveau.
257. MAMAN MJUNI :
Merci, mon cher! Oh! Avant que j’oublie, peux-tu me prêter de l’argent pour que je le donne à Farida? J’aurais pu lui en donner moi-même, mais je n’ai pas d’argent en ce moment.
258. MZEE ALI :
De combien a-t-elle besoin?
259. MAMAN MJUNI :
Environ quatre cent mille.

260. MZEE ALI :
Eh bien, c’est un peu trop, tu ne crois pas?
261. MAMAN MJUNI
: Elle en a besoin pour payer les frais de scolarité de ses enfants.

262. MZEE ALI :
D’accord, rappelle-moi demain matin de te prêter l’argent.
263. MAMAN MJUNI :
Elle a promis de nous rembourser dès que son mari aura son salaire.

264. MZEE ALI:
D’accord, ma chère.
265. MAMAN MJUNI :
Oh! Et une autre chose avant que je n’oublie … Je me disais que tu pourrais demander à certains de soutenir davantage leurs épouses lorsque nous lancerons cette activité. Tu sais, ils doivent vraiment encourager leurs femmes à s’impliquer dans les prises de décision après la récolte, par exemple, pour la vente du haricot à la culture duquel elles consacrent tant d’efforts! Notamment quand les hommes verront le succès que nous avons!
266. MZEE ALI :
Maman Mjuni, tu sais comment certains de ces hommes ont la tête dure. Ce ne sera pas une tâche facile.
267. MAMAN MJUNI :
Je le sais, mais tu es le président du conseil municipal. Ces hommes te respectent, alors tu pourrais user de ton pouvoir pour leur parler.
268. MZEE ALI :
Je ferai de mon mieux.
269. EFFETS SONORES :
LA PORTE S’OUVRE ET MJUNI ENTRE. IL SALUE SES PARENTS TOUT EN SE DIRIGEANT VERS SA CHAMBRE.

270. MJUNI :
Shikamoo!
271. MZEE ALI :
Marahaba.
272. MAMAN MJUNI :
Mjuni! Est-ce à cette heure que tu rentres de l’école? (FRAPPANT DU POING) Je pensais que tu étais déjà à la maison.
273. MZEE ALI :
Moi aussi.
274. MAMAN MJUNI :
C’est à toi que je parle! Est-ce le moment indiqué pour rentrer à la maison?

275. EFFETS SONORES :
MJUNI DEMEURE SILENCIEUX.

276. MAMAN MJUNI :
Oh! Tu as perdu ta langue maintenant, c’est ça? Quelle heure est-il?

277. MJUNI :
(À VOIX BASSE) 20 h.
278. MAMAN MJUNI :
Alors, où étais-tu?

279. MJUNI :
J’étais avec mes amis.
280. MAMAN MJUNI :
Des amis?! Quel genre d’amis qui te laissent traîner dehors jusqu’à cette heure de la nuit? J’aimerais savoir quel genre d’amis c’est.
281. MZEE ALI :
S’agissait-il de camarades d’école?
282. MJUNI :
Si.
283. MAMAN MJUNI :
Et si quelque chose de grave t’était arrivé pendant que tu étais là-bas, dehors?

284. MJUNI :
Écoutez, je suis fatigué que vous me traitiez comme si j’étais un petit enfant, vous avez compris?
285. MAMAN MJUNI :
Quoi?

286. MZEE ALI :
(D’UN TON AUTORITAIRE) Hey, Mjuni, tu ne devrais pas t’adresser ainsi à ta mère!
287. MJUNI :
(EN COLÈRE) Et j’en ai assez que vous vous comportiez comme si vous étiez mon père alors que vous ne l’êtes pas!
288. EFFETS SONORES :
MJUNI SORT PRÉCIPITAMMENT DE LA PIÈCE ET CLAQUE LA PORTE AVEC COLÈRE.

289. MAMAN MJUNI :
(EN SANGLOT) Je ne sais que faire avec lui. Il ne fait qu’empirer.

290. MZEE ALI :
(LA CONSOLANT) Ça va! Tout ira bien!
291. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Maman Mjuni.

 

292. Scène 7

293. Décor :
À l’extérieur. Champ de maman Mjuni. Le jour.
294. Effets sonores de fond :
Un bus s’approche.

295. Personnages :
Farida, Jenny, Grace, maman K, maman Mjuni, Stella.

296. MAMAN MJUNI :
Bienvenue, mes chères consœurs, dans votre nouveau champ!

297. EFFETS SONORES :
SOUPIRS D’ÉMERVEILLEMENT ET DE STUPÉFACTION PARMI LES FEMMES.

298. GRACE :
(STUPÉFAITE) Wow! C’est grand!
299. JENNY :
Oui! Ce n’est pas comme ça que je l’avais imaginé.
300. MAMAN K :
Excuse-moi, maman Mjuni, quelle est la superficie de ce champ?
301. MAMAN MJUNI :
Ça vaut à peu près onze acres.

302. MAMAN K :
(SOUPIRE DE FATIGUE) C’est beaucoup de travail!
303. MAMAN MJUNI :
En effet! C’est pourquoi j’aurai besoin que vous vous retroussiez toutes les manches, car cette journée que nous allons entamer ne sera pas facile.
304. JENNY :
Il y a beaucoup de broussailles ici.
305. FARIDA :
Oui. Notre première tâche consistera à débarrasser cette terre de toute végétation inutile, car, maintenant, comme vous pouvez le voir, c’est juste de la broussaille.
306. MAMAN MJUNI :
En effet. Alors, nous devons être toutes ici demain matin pour débroussailler. Mais avant d’aller plus loin, je sais que vous avez toutes remarqué un nouveau visage parmi nous. J’aimerais souhaiter la bienvenue à notre nouveau membre au groupe de la banque communautaire villageoise … mademoiselle Stella.
307. EFFETS SONORES :
LES DAMES APPLAUDISSENT.

308. MAMAN MJUNI :
Mademoiselle Stella travaille à l’usine que nous allons approvisionner en haricot.

309. EFFETS SONORES :
UNE AUTRE SALVE D’APPLAUDISSEMENTS.

310. MAMAN MJUNI :
Alors, permettez-moi de l’inviter à dire quelques mots.

311. STELLA :
Merci à toutes pour votre accueil chaleureux. Je suis très heureuse d’être ici avec ma nouvelle famille. Je dois dire que j’ai été très touchée par votre détermination à vous améliorer et je me suis dit que je devais me joindre à ce groupe de femmes déterminées parce que j’ai été très inspirée. Alors, j’ai hâte de travailler avec vous toutes.
312. MAMAN K :
(L’INTERROMPT) Excusez-moi, mais quelle est votre fonction à l’usine?
313. FARIDA :
Eeeh! Maman K, voulez-vous la laisser parler?
314. MAMAN K :
Je pense que nous avons tous le droit de savoir.
315. STELLA :
(RIT). Non, ça ne fait rien. Je suis la responsable des opérations pour tout ce qui concerne le haricot.
316. MAMAN K :
Donc, vous êtes comme une patronne?
317. STELLA :
(RIT). Si. On peut dire que je suis comme une patronne.
318. MAMAN K :
(JOYEUSEMENT) Yeah! Nous avons une patronne de l’usine parmi nous!
319. EFFETS SONORES :
TOUT LE MONDE RIT.

320. MAMAN K :
D’accord, alors laissez-moi vous poser une autre question. Allez-vous nous offrir une bonne affaire?
321. STELLA :
Bon, je vais être honnête avec vous toutes … ce n’est pas parce que j’ai adhéré au groupe des femmes de la banque communautaire villageoise que je vais faire des faveurs aux femmes du groupe. Je vais être professionnelle dans mon travail et je m’attends à du professionnalisme de votre part à toutes. L’objectif est de produire 90 à 100 sacs de haricot. Je pense que si nous nous donnons à fond, nous pourrons produire cette quantité. Je considère chacune de vous ici comme une sœur et j’ai hâte de travailler avec vous toutes.
322. EFFETS SONORES :
TOUTES LES FEMMES APPLAUDISSENT ET ENCOURAGENT STELLA.

323. MAMAN MJUNI :
Et sur ces derniers mots convaincants, je n’ai rien à ajouter, sauf que de vous encourager toutes à être ici demain, afin que nous puissions commencer à défricher ce champ.
324. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Maman Mjuni

 

325. Scène 8

326. Décor :
À l’intérieur d’un magasin de vêtement. Tard en après-midi.
327. Effets sonores de fond :
Ambiance du magasin.

328. Personnages :
Doris, Sigi.

329. DORIS :
(EXCITÉE) Mon amour! Regarde cette robe? N’est-ce pas qu’elle est belle?
330. SIGI :
(DE FAÇON FANFARONNE) Oh, c’est joli! Vas-y, je veux que tu prennes toutes les robes qui te plaisent dans ce magasin, car je vais payer.
331. DORIS :
Oh! Merci, mon chéri! C’est pour cela que je t’aime!
332. SIGI :
Je t’aime aussi, bébé. Embrasse-moi.
333. EFFETS SONORES :
DORIS EMBRASSE SIGI.

334. DORIS :
Tu sais, Sigi … Je suis si chanceuse de t’avoir! (PRÉTENTIEUSE) Ce n’est pas étonnant que les autres filles comme Grace soient jalouses de moi.
335. SIGI :
Ne fais pas attention à elles. Tu es la seule qui occupe mon esprit.
336. DORIS :
Grace est si jalouse de moi! Sais-tu qu’elle n’a que des vêtements de seconde main qui proviennent des magasins d’occasion? Je parie qu’elle n’est jamais rentrée dans un magasin comme celui-ci.
337. SIGI :
Elle a l’air d’une personne qui ne porte que des vêtements de seconde main.
338. EFFETS SONORES :
DORIS ET SIGI RIENT.

339. DORIS :
Regarde celle-ci, bébé! Ne penses-tu pas qu’elle m’ira?
340. SIGI :
Elle te va à merveille!
341. DORIS :
(SE PAVANANT PARTOUT DANS SA ROBE) Je peux imaginer Grace me regardant avec envie quand je me rendrai aux rencontres du groupe de la banque communautaire villageoise.
342. SIGI :
Oh! Tu vas leur fendre le cœur avec cette robe, ma chérie!
343. DORIS :
(ARROGANTE) Tu peux le dire encore! Tu sais, j’en ai tellement marre de Grace et de la voir aux réunions du groupe de la banque communautaire villageoise. Mais je n’ai pas le choix maintenant, car nous avons démarré une initiative pour approvisionner l’usine en haricot (SOUPIRE).
344. SIGI :
(CHOQUÉ) Qui est? Quoi? Que veux-tu dire par approvisionner en haricot?
345. DORIS :
Oh, ne te l’ai-je pas dit? Nous avons l’intention d’approvisionner l’usine en haricot durant cette récolte.
346. SIGI :
Qui?
347. DORIS :
Le groupe de femmes de la banque communautaire villageoise.
348. SIGI :
(INCRÉDULE) Tu veux dire que toutes les femmes du groupe ont l’intention d’approvisionner l’usine en haricot?
349. DORIS :
Si!
350. SIGI :
(RIT) Tu plaisantes! Le groupe des femmes?! Vous n’avez ni l’argent ni les ressources pour réussir.
351. DORIS :
Non, tu ne comprends pas … c’est vraiment sérieux maintenant. Et nous avons déjà commencé à récolter du haricot chez maman Mjuni.
352. EFFETS SONORES :
SILENCE EMBARRASSANT.

353. DORIS :
Qu’y a-t-il, mon chéri? Ça va?
354. SIGI :
Non, ce n’est rien … allons-nous-en.
355. DORIS :
Que veux-tu dire par allons-nous-en? Je venais juste de commencer à magasiner.
356. SIGI :
(AVEC COLÈRE) Écoute! Je ne veux pas me disputer avec toi – partons! (AGGRIPANT SON BRAS)
357. DORIS :
(DOULOUREUSEMENT) Aïe! Tu me fais mal! Lâche mon bras.
358. SIGI :
Allons-nous-en, c’est compris!
359. EFFETS SONORES :
SIGI ET DORIS QUITTENT LE MAGASIN.

360. DORIS :
Pourquoi agis-tu si cruellement?
361. SIGI :
Tu penses que je ne sais pas ce que tu fais?
362. DORIS :
(CONFUSE) Que veux-tu dire?
363. SIGI :
Toi et les autres femmes complotez pour me retirer mon affaire.
364. DORIS :
Quoi?! Tu sais que je ne te ferais pas ça, mon chéri.
365. SIGI :
T’ont-elles envoyée pour voir comment vont mes affaires et trouver un moyen de me le voler?
366. DORIS :
Bébé, tu sais que cela n’a aucun sens. Si c’était ça le plan, t’aurais-je même parlé de cette activité?
367. SIGI :
Écoute, je ne veux rien savoir de tout ça! (RIT) Je ne peux pas croire que je passais mon temps à dépenser mon argent pour toi pendant tout ce temps et que tu complotais avec ces femmes pendant ce temps.
368. DORIS :
(LE SUPPLIANT) Sigi, tu sais que je t’aime et que je ne te ferais jamais ça, mon amour!
369. SIGI :
(EN COLÈRE) Écoute, ne me touche pas, c’est compris! À partir de maintenant, je veux que tu me laisses tranquille. Je ne veux plus jamais te voir.
370. DORIS :
(EN PLEURS) Sigi, où vas-tu?
371. EFFETS SONORES :
SIGI ENTRE DANS SA VOITURE ET S’ÉLOIGNE.

372. DORIS :
(PLEURANT DE FAÇON HYSTÉRIQUE) Sigi, attends! Ne t’en va pas!
373. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Doris

 

374. Scène 9

375. Décor :
Champ des femmes du groupe de la banque communautaire villageoise.
376. Effets sonores de fond :
Ambiance dans le champ.

377. Personnages :
Maman Mjuni, Farida, Grace, Doris.

378. MAMAN MJUNI :
Mes bien aimées consœurs, nous sommes réunies ici aujourd’hui pour commencer à défricher ce champ. Mais avant de commencer, j’aimerais que vous sachiez toutes que nous sommes en famille ici. Alors, nous devons mettre nos différends de côté et travailler ensemble en équipe. Donc, je demanderais à toutes les personnes qui auraient une dent contre d’autres personnes de régler leurs différends avant que nous entamions le travail.
379. EFFETS SONORES :
SILENCE EMBARRASSANT.

380. MAMAN MJUNI :
S’il y a un malentendu entre vous et quelqu’un d’autre, c’est mieux de le régler maintenant, car nous n’aimerions pas qu’un quelconque malentendu entrave notre travail.
381. EFFETS SONORES :
MURMURES PARMI LES FEMMES.

382. EFFETS SONORES :
UN GRAND CRI SE FAIT ENTENDRE.

383. MAMAN MJUNI :
Que se passe-t-il?

384. FARIDA :
C’est Doris.
385. MAMAN MJUNI :
Qu’est-ce qui s’est passé.

386. FARIDA :
On ne sait pas.
387. EFFETS SONORES :
DORIS CONTINUE DE CRIER PENDANT QUE LES FEMMES CONTINUENT DE MURMURER.

388. MAMAN MJUNI :
Qu’est-ce qui ne va pas Doris?

389. DORIS :
(SANGLOTANT) Je suis si stupide, maman Mjuni.
390. MAMAN MJUNI :
Pourquoi dis-tu ça? Tu sais que tu n’es pas stupide Doris.

391. DORIS :
Si, je le suis. J’ai laissé un homme comme Sigi se mettre entre moi et mon amie Grace. (CONTINUE DE SANGLOTER)
392. MAMAN MJUNI :
Oh, ma chère (APPELLE GRACE) Grace, s’il te plaît, vient ici.

393. EFFETS SONORES :
GRACE AVANCE VERS DORIS ET MAMAN MJUNI.

394. MAMAN MJUNI :
Grace, je crois que Doris a quelque chose à te dire.

395. DORIS :
Grace, s’il te plaît, pardonne-moi pour l’attitude que j’ai eue dernièrement envers toi. Je suis désolée.
396. GRACE :
Ça va. Je te pardonne, ma chère.
397. DORIS :
Je n’arrive pas à croire que j’étais si aveuglée au point de ne pas voir la véritable nature de Sigi et me suis laissée manipuler par lui tout ce temps. Il s’est servi de moi et m’a jetée tout simplement comme un haillon.
398. GRACE :
Ce n’est pas grave, ma chère … Ce n’est pas grave. Je suis contente que tu aies fini par comprendre ta valeur, car c’est la meilleure chose qui aurait pu t’arriver. Sigi ne te mérite pas. Viens ici.
399. EFFETS SONORES :
GRACE EMBRASSE DORIS ET LES AUTRES FEMMES LES ACCLAMENT.

400. MAMAN MJUNI :
Bien, c’est beau à voir, n’est-ce pas, mes chères consœurs?

401. TOUTES :
Si.
402. GRACE :
Bon, je t’ai pardonné, mais j’ai une question à te poser, Doris … vas-tu travailler avec ces hauts talons?
403. DORIS :
(EXCITÉE) Si. Ils te plaisent?
404. GRACE :
Si, je les aime, mais je ne pense pas qu’ils soient adaptés pour ce genre de travail.
405. DORIS :
Pourquoi pas? Une femme doit être belle même en travaillant!
406. EFFETS SONORES :
LES FEMMES RIENT.

407. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Doris

 

408. Scène 10

409. Décor :
À l’extérieur du lieu de prédilection appelé le Viroboto / Ferme de maman Mjuni. Le soir.
410. Effets sonores de fond :
De la musique joue.

411. Personnages :
Sigi, Adam, Alex, Mjuni

412. EFFETS SONORES :
DE LA MUSIQUE JOUE.

413. ADAM :
CHANTANT SUIVANT L’AIR QUI PASSE À LA RADIO) Kababayeee! Kababayeee! (ARRÊTE DE CHANTER) Yo Chini Beez est l’homme!
414. ALEX :
Yeah, il a goût! Trop de goût!
415. MJUNI :
J’aime son dernier titre également!
416. EFFETS SONORES :
LA VOITURE DE SIGI ARRIVE.

417. SIGI :
Hey, les enfants! Qu’est-ce que vous faites?
418. ALEX :
(EN COLÈRE) Hey, mec, il n’y a pas d’enfants ici! C’est compris?
419. ADAM :
Quand tu nous regardes, avons-nous l’air d’enfants?
420. SIGI :
(RIT) Ça va, relaxe, les gars. Je plaisantais simplement. Alors, voulez-vous venir faire un tour avec moi, les gars?
421. ADAM :
Nous n’avons pas besoin de ta balade, car ce joint nous fait voyager déjà!
422. EFFETS SONORES :
ADAM, ALEX ET MJUNI RIENT.

423. SIGI :
D’accord, alors vous préférez fumer des joints toute la journée ou gagner un bon paquet d’argent?
424. ALEX :
(EXCITÉ) Voilà que tu parles bien maintenant!
425. ADAM :
Où allons-nous?
426. SIGI :
(IMPATIENT) Écoutez, c’en est assez des questions! Suivez-moi simplement et vous verrez.
427. EFFETS SONORES :
ADAM, ALEX ET MJUNI MONTENT DANS LA VOITURE.

428. SIGI :
(D’UNE VOIX FORTE) Eh! Eh! Eh! Attendez un instant! Qui est cet autre petit?
429. ALEX :
Oh, Mjuni! C’est le nouveau petit.
430. SIGI :
Et que fait-il dans ma voiture?
431. ADAM :
Ne t’en fais pas pour ça, pote Sigi, Mjuni est cool! Il est avec nous!
432. SIGI :
(TOUJOURS D’UNE VOIX FORTE) Alors que voulez-vous que je fasse qu’il soit avec vous? Je ne veux pas d’un nouveau qui craquera sous la pression lorsque les choses se corseront. Parce qu’en le regardant, il paraît mou!
433. MJUNI :
(FAISANT LA TÊTE) Je ne suis pas mou!
434. SIGI :
(EN COLÈRE) Je ne t’ai rien demandé! Ou bien?
435. ADAM :
(À MJUNI) C’est bon, Mjuni, reste tranquille. (À SIGI) Hey, pote Sigi, tu peux lui faire confiance. Il est bien.
436. SIGI :
(TOUJOURS D’UNE VOIX FORTE ET EN COLÈRE) Il ferait mieux de l’être. C’est le travail le plus important que vous n’ayez jamais fait!
437. EFFETS SONORES :
SIGI DÉMARRE LA VOITURE ET ILS S’ÉLOIGNENT.

438.
FONDU DE FERMETURE
439.
FONDU À L’OUVERTURE
440. EFFETS SONORES :
LA VOITURE S’APPROCHE DU MICRO. LE MOTEUR S’ÉTEINT.

441. SIGI :
Nous y sommes!
442. ALEX :
Alors que faisons-nous ici?
443. SIGI :
Es-tu stupide! Dis-moi … que vois-tu devant toi?
444. ALEX :
(HÉSITANT, NERVEUX À CAUSE DE LA COLÈRE DE SIGI) Un … un …champ.
445. SIGI :
Oui! Un champ, mais pas n’importe quel champ. C’est le champ des femmes du groupe de la banque communautaire villageoise.
446. ADAM :
Oh, et alors que veux-tu que nous fassions ici?
447. SIGI :
(FIÈREMENT) Je veux que vous semer un bazar total ici.
448. ADAM :
(RIT UN PEU NERVEUSEMENT) Es-tu sérieux?
449. MJUNI :
(PRESQUE D’UNE VOIX PLAINTIVE) Pourquoi voulez-vous que nous détruisions leur champ?
450. SIGI :
(EN COLÈRE) Tais-toi! Pour un nouveau, tu poses vraiment beaucoup de questions. (D’UNE VOIX AUTORITAIRE, FORTE) J’ai déjà dit clairement que tu dois parler seulement quand on t’adresse la parole!
451. ALEX :
(ESSAYANT D’APAISER SIGI) C’est bon, Sigi. (À Mjuni) Bon, Mjuni, fais simplement ce qu’on te dit.
452. ADAM :
Alors, que veux-tu qu’on fasse d’autre?
453. SIGI :
(D’UNE VOIX FORTE ET EN COLÈRE) Je vous l’ai déjà dit! Tout ce que vous avez à faire, c’est détruire simplement le champ. Je veux que vous dévaster totalement ce champ.
454. ADAM :
Et qu’en est-il de notre paiement?
455. SIGI :
Faites-le simplement! Vous l’aurez quand vous aurez accompli votre tâche.
456. ALEX :
D’accord.
457. SIGI :
Bon, nous avons fini ici. Sortez simplement de ma voiture.
458. EFFETS SONORES :
ADAM, ALEX ET MJUNI DESCENDENT DE LA VOITURE ET SIGI S’EN VA.

459. MJUNI :
Wow, qu’est-ce qui ne va pas chez lui? Je n’aime pas la façon dont il parle.
460. ADAM :
Je sais! Moi-même, j’en ai assez de lui! (À ALEX) Qu’est-ce que je t’avais dit? Nous devons nous mettre à notre propre compte, mon gars!
461. ALEX :
C’est notre dernier boulot! Après celui-ci, nous en aurons fini avec lui! Alors, faisons simplement ce travail et finissons-en!
462. ADAM :
Non … Je crois que j’ai une meilleure idée.
463. MJUNI :
(HÉSITANT) Que veux-tu dire?
464. ALEX :
Oui. Que veux-tu dire?
465. ADAM :
Suivez-moi seulement!
466. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Sigi

Acknowledgements

Rédaction : Kheri Mkali, scénariste, Dar es Salaam, Tanzanie
Révision : Frederick Baijukya, IITA.

Ce travail a été réalisé grâce à une subvention du Centre de recherches pour le développement international, à Ottawa, au Canada, www.idrc.ca, et avec le soutien financier du gouvernement du Canada, fourni par l’entremise d’Affaires mondiales Canada, www.international.gc.ca

gaclogoidrc