English

Script .2

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez le feuilleton radiophonique complet. (Word, 200 KB)

« Le haricot, une affaire de famille » est un feuilleton radiophonique de cinq épisodes dans lequel il est question d’un groupe de femmes qui persévèrent malgré les difficultés qu’elles ont à obtenir du succès. Ces femmes font partie d’une association d’épargne villageoise, encore appelée groupe vicoba en Tanzanie, et cultivent toutes du haricot. Elles effectuent la majeure partie des travaux agricoles exigés par la culture du haricot. Cependant, en raison des rôles que leur confèrent les traditions de leur communauté, les hommes sont ceux qui prennent toutes les décisions après récolte, y compris la vente du haricot et le contrôle du revenu.

Quelques-uns des principaux personnages féminins du feuilleton radiophonique, dont Farida et Maman Mjuni, sont à la tête de cette initiative. Elles encouragent les femmes à travailler ensemble dans leurs champs, et enfin à cultiver du haricot ensemble pour le vendre collectivement à l’usine de haricot du village.

Lisez partie 1, avec la liste des personnages, ici.

Le feuilleton radiophonique se déroule dans un contexte de situations dramatiques, y compris des conflits entre femmes et hommes : violence conjugale dans une famille, et initiative sournoise d’un coureur de jupons du village pour manipuler les femmes et tirer profit de ses activités illicites.

Le feuilleton comporte aussi des instants légers et amusants, même s’il aborde des thèmes sérieux. Si vous faites interpréter le feuilleton par un groupe local, assurez-vous que les moments les plus graves sont compensés par des scènes plus légères où les amies se remémorent des souvenirs et rient.

Chacun des cinq épisodes dure approximativement 20 à 25 minutes, y compris la musique de début et de fin. Vu la longueur des épisodes, vous pourriez peut-être diffuser seulement deux ou trois scènes à la fois dans votre émission. Dans la majorité des cas, deux ou trois épisodes durent 6 à 8 minutes.

Vous pourriez faire suivre le feuilleton d’une tribune téléphonique dans laquelle seront examinés certains des problèmes soulevés par l’émission, et inviter des experts et des expertes à se prononcer sur ces problèmes. Les discussions pourraient tourner autour des points suivants :

  • comment la communauté repartit les tâches requises par la culture et la commercialisation du haricot, ou d’autres cultures produites dans votre région, et comment cela pourrait nourrir des préjugés défavorables aux intérêts des femmes, et nuire même à la famille;
  • violence conjugale et culture ou habitude du silence qui favorise sa perpétuation; et
  • types de soutien que les hommes peuvent offrir aux femmes qui peinent à s’en sortir et à aider leurs familles face aux situations difficiles.

Script

1. Scène 1

2. Décor :
À l’intérieur du bureau d’Afande Kaifa, au commissariat. Le matin.
3. Effets sonores :
Afande Kaifa ronflant.
4. Personnages :
Afande Kaifa, Mzee Kaifa, Afande Filipo.

[Note de la rédaction : Shikamoo est la salutation exprimée par une personne plus jeune pour accueillir une personne âgée en swahili, et marahaba est la réponse exprimée par la personne âgée en guise de reconnaissance à cette marque de respect.]

5. EFFETS SONORES:
AFANDE KAIFA RONFLANT.

6. EFFETS SONORES:
QUELQU’UN FRAPPE À LA PORTE.

7. AFANDE KAIFA:
(EN COLÈRE) Qu’y a-t-il?
8. AFANDE FILIPPO :
(OUVRE LA PORTE) Votre père est ici pour vous voir, monsieur.

9. AFANDE KAIFA:
(SE LÈVE BRUSQUEMENT DE SA CHAISE) Bien, faites-le entrer alors! Faites-le entrer!
10. EFFETS SONORES:
LA PORTE S’OUVRE ET MZEE KAIFA ENTRE.

11. EFFETS SONORES:
AFANDE KAIFA S’AVANCE VERS SON PÈRE POUR LE SALUER.

12. AFANDE KAIFA:
Shikamoo, père!

13. MZEE KAIFA :
(S’APPROCHANT DU MICRO) Je n’arrive pas à croire qu’on est arrivé au point où je dois faire la queue comme tout le monde juste pour voir mon fils.
14. AFANDE KAIFA:
(CALMEMENT) Ce n’est pas ça. C’est juste parce que j’ai demandé qu’on ne me dérange pas. Comment allez-vous, père?
15. EFFETS SONORES:
MZEE KAIFA TIRE UNE CHAISE ET S’ASSOIT.

16. MZEE KAIFA :
Mieux que toi, je puis te l’assurer. Je vois que tu t’endors sur ton travail.
17. AFANDE KAIFA:
Ces temps-ci il y a beaucoup à faire, au point je n’ai pas suffisamment le temps de me reposer.

18. MZEE KAIFA :
(D’UN TON STRICT) Cesse de me parler comme si j’étais un misérable civil! Tu oublies que j’ai été le chef de police du village bien avant toi.
19. EFFETS SONORES:
SILENCE EMBARRASSANT.

20. MZEE KAIFA :
Alors, dis-moi, comment vont ta femme et tes enfants?
21. AFANDE KAIFA:
Ils vont bien. Et mère, comment va-t-elle?

22. MZEE KAIFA :
Si tu voulais savoir comment ta mère se porte, tu serais passé la voir au lieu de me poser des questions.
23. EFFETS SONORES:
SILENCE.

24. MZEE KAIFA :
Elle ne va pas très bien. Ses jambes continuent de la fatiguer. En fait, ça s’est aggravé.
25. AFANDE KAIFA:
C’est certainement son poids qui lui crée des problèmes.

26. MZEE KAIFA :
C’est exact, et sa vue n’est pas très bonne non plus.
27. AFANDE KAIFA:
(INQUIET) Il faudra que j’aille la voir pour lui remonter le moral.

28. MZEE KAIFA:
Veux-tu savoir ce qui lui remonterait vraiment le moral? C’est le jour où tu nous donneras un petit-fils.
29. AFANDE KAIFA:
(D’UNE VOIX DOUCE) Nous y travaillons père.

30. MZEE KAIFA :
C’est bien alors, vous ferez mieux de vous dépêcher avant que ta mère perde complètement la vue. Quand elle aura perdu la vue, elle ne pourra plus voir son petit-fils. Et, alors, à quoi aura servi tout cela?
31. AFANDE KAIFA:
Père, vous ne comprenez pas … ce n’est pas aussi facile que vous le pensez.

32. MZEE KAIFA :
Que veux-tu dire par je ne comprends pas. C’est moi qui t’ai mis au monde, n’est-ce pas?
33. EFFETS SONORES:
SILENCE EMBARRASSANT.

34. MZEE KAIFA :
C’est ça le problème avec toi. Ta mère t’a gâté et t’a rendu trop mou. Cela ne m’étonne pas que ta femme ait du pouvoir sur toi. C’est pourquoi vous n’avez que des filles.
35. AFANDE KAIFA:
Ce n’est pas ça, père.

36. MZEE KAIFA :
Dis-moi alors : quel est le problème? Tu dois comprendre que composer avec les femmes comme élever des chèvres et qu’il faut utiliser la force de temps en temps pour faire valoir ton point de vue.
37. AFANDE KAIFA:
Je comprends.

38. MZEE KAIFA :
Non, tu ne comprends pas. Tu vois, fiston, les temps ont changé. Autrefois, quand on ne frappait pas nos femmes, nos beaux-parents étaient surpris de voir nos femmes ne pas se plaindre.
39. AFANDE KAIFA:
Je promets de vous donner un petit-fils bientôt, père.

40. MZEE KAIFA :
Promesses! Promesses! Promesses! C’est tout ce que tu fais! Tu as besoin d’un héritier pour tout ça, mon fils, quand le temps sera venu. Juste comme je t’ai passé le flambeau.
41. AFANDE KAIFA:
C’est exact.

42. MZEE KAIFA :
Bon, je vais prendre congé maintenant.
43. AFANDE KAIFA:
Laissez-moi vous raccompagner.

44. MZEE KAIFA :
Non, ça va aller. Je transmettrai tes salutations à ta mère, mais fais tout pour trouver le temps de venir la voir.
45. AFANDE KAIFA:
Je le ferai.

46. EFFETS SONORES:
MZEE KAIFA SORT ET REFERME LA PORTE.

47. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Mzee Kaifa

 

48. Scène 2

49. Décor :
À l’extérieur. Ferme de Farida. Le matin.
50. Effets sonores de fond :
Farida occupée à remplir des sacs avec du haricot.

51. Personnages :
Farida, Jenny.

52. EFFETS SONORES :
FARIDA OCCUPÉE À REMPLIR DES SACS AVEC DU HARICOT.

53. JENNY :
(S’APPROCHANT DU MICRO) La situation n’a pas l’air si mauvaise. Tu as dû récolter plus que nous tous réunis cette année.
54. FARIDA :
(RIT PRÈS DU MICRO) Qu’est-ce qui tu fais dire ça?
55. JENNY :
Parce que tu es occupée à remplir tes sacs à ras bord.
56. FARIDA :
J’aurais aimé que ce soit vrai, ma chère. Je n’ai pas le choix que de remplir mes sacs à ras bord pour attirer les acheteurs, étant donné que j’ai obtenu peu de sacs cette année.
57. JENNY :
Bien, tu n’es pas la seule. Tout le monde se plaint cette année. Ç’a été une année décevante partout.
58. FARIDA :
(PLAISANTANT) Alors, que s’est-il passé aujourd’hui? Ton garage a-t-il pris feu?
59. JENNY :
(RIT) Hé, qu’insinues-tu par-là?
60. FARIDA :
Je suis surprise de te voir ici plutôt qu’au garage.
61. JENNY :
Ah bon? Veux-tu dire que je ne te rends jamais visite?
62. FARIDA :
Eh bien, tu le fais, mais pas si tôt le matin.
63. EFFETS SONORES :
FARIDA ET JENNY ÉCLATENT DE RIRE.

64. JENNY :
Farida, le moins que tu puisses faire si tôt ce matin, c’est de m’accueillir avec une tasse de thé plutôt que d’être sarcastique envers moi.
65. FARIDA :
Bien, je n’ai pas apporté de thé, mais j’ai apporté un thermos rempli de bouillie pour avoir de l’énergie pendant que je travaille. Donc, tu peux aller te servir.
66. EFFETS SONORES :
JENNY VERSE DE LA BOUILLIE DANS UN GOBELET.

67. JENNY :
Alors, comment vas-tu depuis la dernière fois qu’on s’est vues?
68. FARIDA :
Je vais bien.
69. JENNY :
Tu sais que j’étais très inquiète après avoir vu l’état dans lequel tu te trouvais la dernière fois que nous nous sommes vues.
70. FARIDA :
Que veux-tu dire?
71. JENNY :
S’il te plaît, arrête d’amuser la galerie. Tu sais très bien ce que je veux dire.
72. EFFETS SONORES :
SILENCE EMBARRASSANT. FARIDA RETOURNE À SON OUVRAGE.

73. JENNY :
Farida, je sais que Kaifa a recommencé à te battre.
74. FARIDA :
Écoute, tout va bien maintenant. Nous avons réglé ça, et tout est redevenu normal.
75. JENNY :
Oh, est-ce le cas?
76. FARIDA :
Si.
77. JENNY :
Bien, TOUT peut sembler être revenu à la normale maintenant que tu peux transporter des charges, mais je me rappelle que lorsque je t’ai rendu visite ce jour-là, tu étais incapable de soulever même un petit sac d’engrais.
78. FARIDA :
Écoute, nous avons eu une discussion qui s’est terminée en bagarre. J’avais proposé qu’il fût préférable que je m’occupe de la production et la commercialisation du haricot étant donné qu’il était si occupé actuellement.
79. JENNY :
Et quel est le problème avec ça?
80. FARIDA :
Il a eu l’impression que je m’en prenais à sa masculinité. Il n’a pas toléré ça.
81. JENNY :
(EN COLÈRE) Quoi? C’est absolument ridicule! Je ne le vois pas revendiquer sa masculinité lorsque c’est le temps de travailler dans les champs. Je ne le vois pas t’aider ici en ce moment, n’est-ce pas?
82. FARIDA :
Écoute, Jenny, je t’ai dit que tout va bien maintenant. Alors, laisse tomber!
83. JENNY :
Farida, tu ne peux pas continuer à vivre comme ça.
84. FARIDA :
Je ne pense pas que cela se reproduira.
85. JENNY :
Oh, vraiment? Combien de fois as-tu dit ça, mais c’est la même chose tout le temps? Comment peux-tu être sûre que ça ne se reproduira plus?
86. EFFETS SONORES :
PETIT MOMENT DE SILENCE EMBARRASSANT.

87. FARIDA :
Écoute, parfois Kaifa s’emporte. Mais ce n’est pas dans l’intention de faire du mal, il veut simplement le meilleur pour notre mariage.
88. JENNY :
Mais cela ne justifie pas qu’il soit violent, n’est-ce pas? Ce n’est pas juste.
89. FARIDA :
(EN COLÈRE) Je ne m’attends pas à ce que tu comprennes puisque Vumi est satisfait de ne pas avoir d’enfants.
90. EFFETS SONORES :
SILENCE EMBARRASSANT.

91. FARIDA :
(D’UN TON CALME) Jenny, je suis désolée. Ce n’est pas ce que je voulais dire.
92. JENNY :
Écoute, ce n’est pas simplement parce que Vumi et moi ne nous disputions pas à propos de notre situation, que cela signifie que tout va bien entre nous.
93. EFFETS SONORES :
SILENCE.

94. JENNY :
Tu dois comprendre que l’amour ne justifie pas la violence. Kaifa doit être reconnaissant pour tout ce que tu as sacrifié pour lui et lui a donné, y compris ces trois belles petites filles. Il y a beaucoup de gens qui ne sont pas aussi chanceux que vous l’êtes tous les deux.
95. EFFETS SONORES :
FARIDA SE MET À PLEURER.

96. JENNY :
(L’A CONSOLANT) Hé, qu’y a-t-il? Farida, viens ici.
97. EFFETS SONORES :
FARIDA CONTINUE DE SANGLOTER.

98. FARIDA :
Parfois, je me sens si désespérée. J’ai l’impression d’être prise au piège dans une cage sans aucune possibilité de m’échapper. Je ne sais tout simplement pas quoi faire.
99. JENNY :
Écoute-moi, Farida, tu dois être forte pour toi-même, et pour tes enfants. C’est tout ce qui compte pour l’instant.
100. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Jenny

 

101. Scène 3

102. Décor :
À l’extérieur de l’usine. Mi-matinée.
103. Effets sonores de fond :
Le camion de Sigi arrive.

104. Personnages :
Sigi, monsieur Patel, Stella.

105. EFFETS SONORES :
LE CAMION DE SIGI ENTRANT À L’USINE.

106. EFFETS SONORES :
LE MOTEUR DU CAMION S’ÉTEINT.

107. SIGI :
(SORT DU CAMION AVEC ENTHOUSIASME) Bien, les garçons! Commencez à décharger les sacs du camion.
108. STELLA :
(S’APPROCHANT DU MICRO) Excusez-moi, je m’appelle Stella.
109. SIGI :
(D’UN TON CHARMEUR) Bien, bonjour! Je ne vous ai encore jamais vue. Je ne savais pas que l’usine recrutait de si belles femmes.
110. STELLA :
(UN PEU MAL À L’AISE) Bien merci … je vais gérer toutes les transactions …
111. SIGI :
(L’INTERROMPT) Quel est votre nom encore?
112. STELLA :
Stella.
113. SIGI :
Oh! Oui, Stella. Dites-moi, êtes-vous mariée?
114. STELLA :
Je ne vois pas l’utilité de cette question.
115. MONSIEUR PATEL :
(S’APPROCHANT DU MICRO) Aaah! Je vois que vous avez déjà fait connaissance.

116. SIGI :
Oh! Si monsieur Patel. Comment allez-vous ce matin?
117. MONSIEUR PATEL :
Je vais bien maintenant que vous êtes là. Vous êtes en retard encore.

118. SIGI :
Oui, monsieur. Nous avons eu un petit problème.
119. MONSIEUR PATEL :
Écoute, Sigi, j’entends tirer profit de mon argent. Et cela signifie avoir le meilleur haricot et aussi une livraison dans les délais.
120. SIGI :
Je comprends monsieur, et c’est la raison pour laquelle j’ai voulu m’assurer d’avoir la meilleure récolte de haricot pour la livraison. Vous savez que les récoltes n’ont pas été tellement bonnes cette année.
121. MONSIEUR PATEL :
Nous avons une entente et je m’attends à ce que vous l’honorez. J’ai une usine à faire rouler et elle doit marcher comme sur des roulettes.
122. SIGI :
Je promets que cela n’arrivera plus, monsieur.
123. MONSIEUR PATEL :
Bien. J’espère que vous tiendrez parole. Bon, je vois que vous avez déjà fait connaissance avec Stella ici présente.
124. SIGI :
En effet.
125. MONSIEUR PATEL :
Désormais, elle s’occupera de toutes les transactions, et cela signifie que vous devrez lui rendre compte.
126. SIGI :
Allez-vous en voyage?
127. MONSIEUR PATEL :
Non, je serai là.

128. SIGI :
Alors, cette mesure est-elle temporaire?
129. MONSIEUR PATEL :
Non, c’est une mesure permanente. Donc, à partir de maintenant, vous n’avez pas besoin de me rendre compte lorsque vous apporterez le haricot. C’est à elle qu’il faut vous adresser.
130. SIGI :
Excusez-moi, monsieur Patel, pourrions parler en privé un instant?
131. MONSIEUR PATEL :
Il n’y a aucun problème à parler devant Stella puisqu’elle sera responsable des opérations.

132. SIGI :
C’est juste que je ne suis pas habitué à ces types d’ententes, monsieur.
133. MONSIEUR PATEL :
Veux-tu dire rendre compte à une femme?

134. SIGI :
Oui, toute ma vie je n’ai jamais eu à rendre compte à une femme.
135. MONSIEUR PATEL :
(GLOUSSE) Laisse-moi te dire quelque chose. Il y a quelques jours, j’ai rencontré une femme mécanicienne qui m’a aidé à réparer ma voiture. Mais ce que j’ai découvert aussi c’est que non seulement elle était une mécanicienne, mais également la propriétaire d’un garage et elle recrute des hommes pour travailler avec elle.
136. SIGI :
Oui, mais, nous ne sommes pas dans un garage ici.
137. MONSIEUR PATEL :
Mais c’est une entreprise. J’ai appris une importante leçon ce jour-là, à savoir que les femmes peuvent exercer les mêmes métiers que les hommes si on leur donne les mêmes possibilités. Et c’est pourquoi j’ai engagé Stella ici, car je crois qu’elle peut faire le travail.
138. SIGI :
J’ai peur de ne pas comprendre pourquoi vous pourriez prendre le risque de modifier un dispositif qui fonctionnait si bien juste pour pouvoir prouver quelque chose en recrutant une femme.
139. MONSIEUR PATEL :
Ma décision est prise, monsieur Sigi, et à partir de maintenant, vous rendrez compte à Stella. J’espère que vous aurez une bonne collaboration. Alors, bonne journée.
140. EFFETS SONORES :
MONSIEUR PATEL S’ÉLOIGNE.

141. STELLA :
(SE RACLE LA GORGE) Maintenant que nous savons comment sont organisées les choses, pouvons-nous nous pencher sur le travail que nous avons sous la main?
142. EFFETS SONORES :
SILENCE EMBARRASSANT.

143. STELLA :
Monsieur Sigi, il faudra que vous soyez coopératif, et cela signifie me répondre de temps en temps. Vos sentiments envers moi n’ont pas d’importance, mais si nous voulons que ça marche, vous devez agir de manière professionnelle. Par conséquent, commencez par me montrer le chargement de haricot que vous avez apporté aujourd’hui.
144. SIGI :
(À VOIX BASSE) Suivez-moi.
145. EFFETS SONORES :
STELLA ET SIGI SE DIRIGENT VERS LE CAMION.

146. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Monsieur Patel

 

147. Scène 4

148. Décor :
À l’extérieur du garage de Jenny. Journée.
149. Effets sonores de fond :
Atmosphère du garage.

150. Personnages :
Jenny, Stella, mécanicien 1, mécanicien 2, client.

151. EFFETS SONORES :
AMBIANCE DU GARAGE.

152. JENNY :
Vous devez lubrifier plus le moteur. Cela permettra de réduire les frictions et d’améliorer la performance du moteur.
153. EFFETS SONORES :
ON VERSE DU LUBRIFIANT DANS LE MOTEUR.

154. MÉCANICIEN 1 :
Est-ce suffisamment?

155. JENNY :
Juste un peu encore.
156. MÉCANICIEN 2 :
(S’APPROCHANT DU MICRO) Je m’excuse, madame, mais il y a une voiture qui vient juste d’arriver.
157. JENNY :
Alors, va voir quel est le problème.
158. MÉCANICIEN 2 :
Je l’ai fait, mais le client a demandé à vous voir.

159. JENNY :
Le client vous a-t-il dit comment il s’appelait?
160. CLIENT :
Non.
161. JENNY :
D’accord, laisse-moi allez voir le client. Pendant ce temps, tu peux aider Juma à réparer la Corolla bleue, le moteur chauffe trop.
162. MÉCANICIEN 2 :
D’accord, madame

163. EFFETS SONORES :
JENNY SE DIRIGE VERS LE CLIENT.

164. STELLA :
(LOIN DU MICRO, PLAISANTANT) Je vois que tu as de plus en plus la grosse tête. Depuis que tu as un garage, tu ne prends même plus la peine de venir dire bonjour à une vieille amie!
165. JENNY :
(SURPRISE) Attends un peu! Est-ce que mes yeux me jouent des tours?
166. STELLA :
(RIT) Non, ma chère. Je ne le crois pas.
167. JENNY :
Stella?! Est-ce bien toi?
168. STELLA :
Si, en chair et en os.
169. JENNY :
Ça alors! Je n’arrive pas à le croire!
170. EFFETS SONORES :
STELLA ET JENNY S’EMBRASSENT JOYEUSEMENT.

171. JENNY :
Ça fait si longtemps! Qu’est-ce qui te ramène au village?
172. STELLA :
J’ai eu du travail ici.
173. JENNY :
Ça fait combien de temps qu’on ne s’est pas vu?
174. STELLA :
Je ne sais pas … ça doit faire à près de dix ans.
175. JENNY :
Oui, tu as raison. Les choses ne vont pas du tout mal de ce que je peux voir. Belle voiture, ma chère!
176. STELLA :
(RIT) Merci. Mais je suis simplement une employée qui travaille dans une usine. Tu es la propriétaire d’un garage! Les affaires doivent marcher mieux pour toi que pour moi.
177. EFFETS SONORES :
JENNY ET STELLA RIENT.

178. JENNY :
Tu sais que je ne pensais jamais te revoir. Je suis surprise de te voir revenir.
179. STELLA :
J’étais fatiguée de la vie citadine et j’ai décidé de revenir. J’ai eu un poste de superviseuse à l’usine.
180. JENNY :
Félicitations, ma chère. C’est une bonne nouvelle. Alors, cela signifie que tu resteras au village après tout.
181. STELLA :
Oui. Alors, dis-moi … qu’est-ce qui se passe dans ta vie?
182. JENNY :
Bien, je me suis mariée.
183. STELLA :
(ANXIEUSEMENT) Avec qui?
184. JENNY :
Crois-le ou non, je me suis mariée à Vumi.
185. STELLA :
(RIE) Je le savais. Tu as toujours fait comme si tu ne l’aimais pas, mais j’ai toujours su que c’était le cas. Alors, j’imagine que vous avez des enfants maintenant.
186. JENNY :
(À VOIX BASSE) Malheureusement, le bon Dieu ne nous a pas encore bénis avec des enfants.
187. STELLA :
(D’UN TON EMBARRASSÉ) Oh …
188. JENNY :
Et qu’en est-il de toi? Es-tu mariée?
189. STELLA :
Non, ma chère. Je ne sais pas ce qu’il en est ici au village, mais il semble qu’il n’y ait pas de bons hommes en ville. Ou peut-être que tous les bons hommes sont déjà mariés.
190. JENNY :
Oh, arrête, Stella. Tu veux me dire que toutes ces années sont passées et que tu n’es pas parvenue à trouver quelqu’un?
191. STELLA :
Jenny, ce n’est pas facile. Parfois, j’ai l’impression que le mariage n’est peut-être pas fait pour moi. Je préfère plutôt me concentrer sur mon travail.
192. JENNY :
(GLOUSSE) Tu ne vas jamais changer quoi, toujours occupée à travailler et rien d’autre.
193. STELLA :
Dis, que devient Farida? Est-elle encore là?
194. JENNY :
Oh tu ne devineras jamais, Stella. Farida est mariée et elle a trois belles petites filles.
195. STELLA :
Wow! C’est incroyable. Il faudra que je lui rende visite un de ces jours.
196. JENNY :
Il faut le faire. Elle sera très heureuse de te voir.
197. STELLA :
Je suis heureuse de te revoir. Vous m’avez tellement manqué.
198. JENNY :
Tu nous as manqué aussi, ma chère. Mais je suis curieuse. Comment as-tu su que tu me trouverais au garage?
199. STELLA :
Parce que plus tôt aujourd’hui, j’ai entendu par hasard mon patron dire à quelqu’un qu’il a avait rencontré une femme mécanicienne qui avait réparé sa voiture. Et je sais qu’il n’y a qu’une femme dans ce village qui a toujours été obsédée par les voitures depuis son enfance. Et c’est toi.
200. EFFETS SONORES :
STELLA ET JENNY ÉCLATENT DE RIRE.

201. JENNY :
Donc, il a fallu que tu entendes ton patron parler de moi pour te rappeler que j’existais?
202. STELLA :
Tu sais, ne dis pas ça, Jenny. Je venais juste de revenir au village et je n’étais pas encore installée. Alors, je voulais m’assurer de régler toutes mes affaires avant de te rendre visite.
203. JENNY :
Bien, je suis contente que tu sois là maintenant et j’ai hâte de raconter à Farida tout ce qui s’est passé aujourd’hui.
204. STELLA :
J’ai hâte qu’on soit à nouveau réunies afin qu’on puisse s’asseoir pour bavarder, car je sais qu’on a beaucoup de choses à se dire.
205. JENNY :
En effet, nous devons trouver une journée où nous sommes toutes libres.
206. STELLA :
C’est une bonne idée. En passant, Jenny, j’aime ce que tu as fait du garage. Je crois que ton père aurait été fier de toi.
207. JENNY :
Merci, ma chère.
208. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Jenny

 

209. Scène 5

210. Décor :
À l’intérieur du bar de Maman K. Journée.
211. Effets sonores de fond :
Ambiance dans le bar de Maman K.

212. Personnages :
Grace, Maman K, Sigi, ivrogne, Mwajuma.

213. EFFETS SONORES :
ON ENTEND DE LA MUSIQUE QUI JOUE ET DES CONVERSATIONS.

214. IVROGNE :
(SAOUL) Maman K, est-ce du cognac ou une bière locale?
215. MAMAN K :
Que veux-tu dire?
216. IVROGNE :
(ROT) C’est comme si j’étais plus saoul que d’habitude!
217. MAMAN K :
Lamwai, ne recommence pas. Je ne suis pas d’humeur. Est-ce que selon toi cette bouteille a l’air de contenir une bière locale?
218. IVROGNE :
Je ne sais pas, c’est à toi de me le dire. Ça ressemble et ça goûte comme une bière locale.
219. MAMAN K :
Ne me prends pas la tête! Premièrement, tu n’as pas payé l’argent que tu me dois depuis deux semaines.
220. IVROGNE :
Je sais que tu as l’habitude d’ajouter de la bière locale au cognac pour nous saouler. Tu dois arrêter ça!
221. MAMAN K :
Continue à parler beaucoup et tu verras ce qui va se passer.
222. IVROGNE :
(ROT) Je dois être ivre, car, tout à coup, Mwajuma semble être devenue une beauté à mes yeux.
223. MWAJUMA :
(EN COLÈRE) Lamwai, je te préviens … ne commence pas avec moi. Je vais me lever de cette chaise pour te battre.
224. MAMAN K :
(INTERVIENT) Il n’y aura pas de bagarre dans mon bar aujourd’hui.
225. SIGI :
(S’APPROCHANT DU MICRO) Le baron du village est ici maintenant! Le baron du village est ici!
226. EFFETS :
TOUT À COUP DES ACCLAMATIONS SE FONT ENTENDRE DANS LE BAR.
227. MAMAN K :
(L’INVITANT) Bonne arrivée, Sigi! Bonne arrivée » (À L’IVROGNE) Hé, toi! Lève-toi de la chaise, afin que Sigi puisse s’asseoir.
228. IVROGNE :
Pourquoi, m’interromps-tu, maman K, alors que tu vois clairement que j’ai toujours dans mon verre de la boisson que j’essaie de déguster?
229. MAMAN K :
Aaah! Lève-toi seulement! (FAIS LEVER L’IVROGNE DE LA CHAISE) Premièrement, tu bois à crédit et, deuxièmement, tu parles toujours trop. (À SIGI) Tiens, Sigi, tu peux prendre cette chaise.
230. SIGI :
Avant de m’asseoir, j’ai une annonce à faire. (ARROGANT) Moi, Sigi, baron de ce village, ferme officiellement ce bar aujourd’hui. Personne n’est autorisé à acheter des boissons dans ce bar et tout le monde doit boire à mes frais.
231. IVROGNE :
Hé! Dans ce cas, vous pouvez prendre ma chaise, monsieur!
232. EFFETS SONORES :
DES ACCLAMATIONS FUSENT DANS LE BAR ET LES GENS COMMENCENT À SCANDER LE NOM DE SIGI.

233. SIGI :
Maman K, s’il vous plaît, servez à chacun ce qu’il veut. C’est moi qui paie.
234. EFFETS SONORES :
LES GENS DU BAR COMMENCENT À HARCELER MAMAN K POUR AVOIR LEURS BOISSONS.
235. MAMAN K :
(IRRITÉE) Aaah! Attendez un instant! Bande de profiteurs! (SE TOURNE VERS SIGI) Que veux-tu boire?
236. SIGI :
Comme d’habitude, je vais prendre une bonne bière fraîche. Et en passant, où est votre belle fille?
237. MAMAN K :
(EXCITÉE) Qui, Grâce! Elle doit être à l’intérieur de la maison. Je vais la faire venir avec la bière fraîche que vous avez commandée.
238. EFFETS SONORES :
MAMAN K SE PRÉCIPITE DANS LA MAISON POUR ALLER CHERCHER GRACE.

239. IVROGNE :
(À SIGI) Comment trouvez-vous cette chaise, monsieur? Confortable, j’espère.
240. SIGI :
Très confortable en effet!
241. EFFETS SONORES :
L’IVROGNE PREND UNE GORGÉE DE SA BIÈRE.

242. IVROGNE :
J’aimerais juste vous dire que vous pouvez avoir cette chaise aussi longtemps que vous le voudrez, chaque fois que vous viendrez ici.
243. EFFETS SONORES :
MAMAN K REVIENT GRONDANT GRACE.

244. MAMAN K :
(À GRACE) Tout ce que tu fais, c’est rester à l’intérieur de la maison! Il y a quelqu’un qui veut te voir ici. (À SIGI) La voici, Sigi! Et voici ta bière.
245. SIGI :
Hé, Grace. Bienvenue. Tiens, assieds-toi.
246. GRACE :
Non, merci!
247. MAMAN K :
Tu vois … c’est ça ton problème. Nul doute que tu es encore célibataire. À ton âge, j’étais déjà mariée.
248. GRACE :
Mais j’ai du travail que je suis censée faire dans la maison. Et, en plus, je ne bois pas d’alcool.
249. SIGI :
Tu n’es pas obligée de boire une bière. Tu peux prendre une limonade si tu veux.
250. MAMAN K :
Va t’asseoir. Tu ne sais même pas de quoi il veut te parler.
251. EFFETS SONORES :
GRACE TIRE UNE CHAISE ET S’ASSOIT.

252. SIGI :
Tu vois. Il n’y a pas de mal à s’asseoir pour parler.
253. MAMAN K :
D’accord, je vais vous laisser tous les deux.
254. EFFETS SONORES :
MAMAN K S’ÉLOIGNE.

255. SIGI :
Tout d’abord, j’aimerais m’excuser pour mon comportement de la dernière fois quand Doris et toi êtes passées me rendre visite. Je me suis rendu compte que j’avais dépassé les bornes, alors, s’il te plaît, pardonne-moi.
256. GRACE :
Est-ce pour cela que vous m’avez fait appeler? Pour vous excuser?
257. SIGI :
Si. J’ai réalisé que mes actions étaient injustifiées.
258. GRACE :
D’accord.
259. SIGI :
Est-ce que cela signifie que tu me pardonnes?
260. GRACE :
Oui
261. SIGI :
C’est tout ce que tu as à dire?
262. GRACE :
Mais, que voulez-vous d’autre que je dise?
263. SIGI :
Écoute, je suis prêt à te confier cette affaire.
264. GRACE :
Vous n’êtes vraiment pas obligé de le faire.
265. SIGI :
Non! Je tiens vraiment à …. Mais je ne crois pas que ce soit le bon endroit pour parler d’affaires.
266. GRACE :
Qu’est-ce qui ne va pas avec cet endroit?
267. SIGI :
Je veux dire que …. ce n’est simplement pas un cadre propice pour bien discuter avec tout ce bruit et ce vacarme qu’il y a. Nous devrions aller dans mon bureau.
268. GRACE :
Je ne m’y connais pas dans ce domaine. Je ne crois pas que ce soit une bonne idée.
269. SIGI :
Pourquoi? Je promets qu’on parlera rien que d’affaires. C’est la raison pour laquelle nous allons là-bas.
270. GRACE :
Je ne me sens tout simplement pas à l’aise de repartir là-bas après ce qui s’est passé la dernière fois.
271. SIGI :
Écoute, je sais que je n’ai pas réagi comme il se devait la dernière fois que vous êtes venues là-bas. Mais je promets que ce n’était pas moi en vrai. Je t’assure que je ne suis pas comme ça.
272. GRACE :
(AVEC HÉSITATION) D’accord …
273. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Sigi.

 

274. Scène 6

275. Décor :
À l’intérieur de la maison de Farida. Après-midi.
276. Effets sonores de fond :
De musique taarab passe à la radio.

277. Personnages :
Farida, Afande Kaifa, Zuhura.

278. EFFETS SONORES :
DE LA MUSIQUE TARAAB PASSE À LA RADIO.

279. EFFETS SONORES :
AFANDE KAIFA OUVRE LA PORTE ET ENTRE DANS LA MAISON.

280. AFANDE KAIFA :
(CRIE PLUS FORT QUE LA MUSIQUE) Farida! Farida!

281. FARIDA :
(S’APPROCHANT DU MICRO) J’arrive!
282. EFFETS SONORES :
AFANDE KAIFA ÉTEINT LA RADIO.

283. FARIDA :
Est-ce que ça fait longtemps que tu m’appelles? Je ne pouvais pas t’entendre. J’étais dans la chambre en train de ranger les vêtements.
284. AFANDE KAIFA :
Comment peux-tu m’entendre avec cette musique forte?

285. ZUHURA :
(S’APPROCHANT DU MICRO) Papa est venu! Papa est venu! Shikamoo!
286. AFANDE KAIFA :
Marahaba.

287. ZUHURA :
Papa, veux-tu voir les résultats de mon examen de math?
288. AFANDE KAIFA :
Pas maintenant, d’accord!

289. ZUHURA :
(FAISANT LA TÊTE) Mais j’ai réussi mon examen!
290. FARIDA :
Zuhura, papa est fatigué. Laisse-le se reposer et ensuite tu pourras lui montrer le résultat de ton examen plus tard, d’accord?
291. ZUHURA :
D’accord.
292. FARIDA :
Tu vas bien?
293. AFANDE KAIFA :
Je veux juste avoir un moment de tranquillité lorsque je rentre à la maison sans entendre de la musique forte et avoir des gens qui sautent sur moi.
294. FARIDA :
D’accord, alors veux-tu que je t’apporte à manger?
295. AFANDE KAIFA :
Oui.

296. EFFETS SONORES :
FARIDA SERT À MANGER À AFANDE KAIFA.

297. FARIDA :
Tu sais qu’il y a quelque chose dont je voulais te parler.
298. AFANDE KAIFA :
Je pensais avoir dit clairement que je voulais me reposer.

299. FARIDA :
Mais on ne fait que parler simplement.
300. AFANDE KAIFA :
Écoute, Farida, je me sens fatigué. D’accord?

301. FARIDA :
Mais tu sais qu’on n’a jamais l’occasion de parler de quoi que ce soit, car tu rentres tard au milieu de la nuit, et tu es toujours occupé.
302. EFFETS SONORES :
BREF SILENCE.

303. FARIDA :
Tu sais que je pensais aux nouveaux clients potentiels que nous pourrions avoir pour notre haricot, et que nous pourrions gagner plus d’argent cette saison. Maman Mjuni m’a recommandé quelques personnes.
304. AFANDE KAIFA :
Remets-tu en cause mon jugement?

305. FARIDA :
Qu’est-ce que cela est censé signifier? Hé, je pensais que nous pourrions discuter ensemble des possibilités de vendre notre haricot à de potentiels acheteurs.
306. AFANDE KAIFA :
(SOUPIRE) Je pense que tu oublies ta place en tant que femme au foyer.

307. FARIDA :
Je ne vois pas de mal à ce qu’un mari et sa femme s’asseyent pour discuter de choses qui concernent leur moyen de subsistance. Maman Mjuni s’assoit avec Mzee Ali pour discuter de ces questions.
308. AFANDE KAIFA :
Alors, quelle sera la prochaine étape? Tu vas m’ensorceler comme Maman Mjuni a ensorcelé son mari?
309. FARIDA :
Excuse-moi?
310. AFANDE KAIFA :
(EN COLÈRE) Tout le monde dans le village sait que Maman Mjuni a ensorcelé son mari pour qu’il lui soit soumis. C’est pour ce qu’il fait la cuisine et qu’il nettoie après son passage. Pourquoi penses-tu qu’il fait tout ce qu’elle lui dit? Enfin, quelle personne censée cuisinerait et nettoierait après le passage de sa femme?
311. FARIDA :
Je suis vraiment sans voix. Je ne sais pas comment nous sommes arrivés à ce point alors que j’essayais simplement de te donner un conseil.
312. AFANDE KAIFA :
(EN COLÈRE) Je ne t’ai pas marié pour que tu me donnes des conseils. Je t’ai mariée pour que tu me fasses des enfants. Tu veux te rendre utile, alors fais-moi un garçon.
313. EFFETS SONORES :
AFANDE KAIFA SORT EN TROMBE ET CLAQUE LA PORTE.

314. ZUHURA :
Maman, pourquoi papa est-il en colère?
315. FARIDA :
Ce n’est rien, ma petite.
316. ZUHURA :
Est-il en colère parce que nous sommes des filles?
317. FARIDA :
Non, ma petite, il veut juste avoir un garçon pour vous les filles, afin que vous puissiez jouer ensemble.
318. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Afande Kaifa

 

319. Scène 7

320. Décor :
À l’extérieur/intérieur d’un entrepôt. Tard en après-midi.
321. Effets sonores de fond :
Voiture de Sigi qui arrive.

322. Personnages :
Grace, Sigi.

323. EFFETS SONORES :
VOITURE DE SIGI QUI ARRIVE.

324. EFFETS SONORES :
SIGI ÉTEINT LE MOTEUR.

325. SIGI :
Nous sommes arrivés!
326. EFFETS SONORES :
SIGI SORT DE LA VOITURE ET OUVRE LA PORTIÈRE DE GRACE.

327. GRACE :
(D’UN TON APEURÉ) Peut-être que nous pourrions juste discuter de nos affaires ici dans la voiture plutôt que d’aller dans le bureau.
328. SIGI :
(RIRE FAIBLE) Alors à quoi cela aura-t-il servi de venir ici? Juste pour s’asseoir dehors?
329. EFFETS SONORES :
SILENCE

330. SIGI :
(INFLEXIBLE) Allez! Après tout, c’est beaucoup plus confortable à l’intérieur et on ne sera pas dérangés.
331. GRACE :
(HÉSITANTE) D’accord.
332. EFFETS SONORES :
GRACE ET SIGI SE DIRIGENT VERS LE BUREAU.

333.
FONDU DE FERMETURE
334.
FONDU EN OUVERTURE
335. EFFETS SONORES :
SIGI OUVRE LA PORTE.

336. SIGI :
Bienvenue dans mon humble bureau. S’il te plaît, assieds-toi.
337. EFFETS SONORES :
SIGI TIRE UNE CHAISE POUR GRACE.

338. EFFETS SONORES :
GRACE S’ASSOIT.

339. GRACE :
Merci.
340. SIGI :
Puis-je t’offrir quelque chose à boire? (PLAISANTANT) Une bière peut-être? (RIT)
341. GRACE :
Non, Merci. (CHANGE RAPIDEMENT DE SUJET) Alors, j’essayais de vous expliquer que cette année a été une année relativement mauvaise en termes de récolte, mais j’ai réussi à obtenir quelques sacs de haricot.
342. SIGI :
Oh, allons! Pourquoi se presser en affaires?
343. GRACE :
(LÉGÈREMENT EMBARRASSÉE) Mais je pensais que nous étions venus ici pour ça?
344. SIGI :
Nous avons tout le temps du monde. Il n’y a pas de quoi être pressé! À propos, tu sais que j’ai un très beau cadeau pour toi.
345. GRACE :
(SURPRISE) Un cadeau?
346. SIGI :
Si. Je pensais que cela pourrait être un geste symbolique pour m’excuser pour la façon dont je t’ai traitée la dernière fois.
347. GRACE :
(RIRE AFFOLÉ) Non! Non, il ne fallait pas!
348. SIGI :
(FRÉNÉTIQUEMENT) Cela ne me dérange pas du tout. Tiens, laisse-moi le chercher pour toi.
349. EFFETS SONORES :
SIGI OUVRE LE TIROIR POUR EN FAIRE SORTIR LE CADEAU.

350. SIGI :
Le voici.
351. EFFETS SONORES :
SIGI TEND LE CADEAU À GRÂCE.

352. GRACE :
(PRÉTEND ÊTRE IMPRESSIONNÉE) Oh! C’est une robe.
353. SIGI :
Oui, et je puis ajouter qu’il s’agit d’une robe qui coûte très cher aussi.
354. EFFETS SONORES :
GRACE SOUPIRE

355. SIGI :
Qu’est-ce qui ne va pas?
356. GRACE :
La robe est très jolie, mais je ne pense pas pouvoir l’accepter. Je pense que vous pouvez comprendre ça, n’est-ce pas?
357. SIGI :
Allons, Grace, ne soit pas puérile, c’est juste un simple cadeau.
358. GRACE :
Je sais, mais je me sentirai mal en sachant que nous allons faire des affaires ensemble. Et après tout, je ne pense pas que ce serait juste envers Doris que j’accepte ce cadeau.
359. EFFETS SONORES :
SIGI RIT

360. GRACE :
Qu’est-ce qui si drôle?
361. SIGI :
Es-tu en train d’insinuer que Doris et moi sommes amants?
362. GRACE :
Eh ben, elle ne tarit certainement pas d’éloges à votre égard tout le temps.
363. SIGI :
Non, ce n’est rien vraiment, et je ne pense pas que cela va la déranger. Vas-y, tu peux essayer la robe.
364. GRACE :
(PRISE AU DÉPOURVU) Êtes-vous sérieux?
365. SIGI :
Oui … Écoute, je ne connaissais pas tes mesures, donc j’ai dû juste deviner. Vas-y … essaie-la.
366. GRACE :
(RIRE AFFOLÉ) Je crains de ne pas pouvoir le faire ici devant vous.
367. SIGI :
Oh! Cesse d’être si coincée! Tu essaies juste une robe.
368. GRACE :
Je vais l’essayer une fois arrivée à la maison.
369. SIGI :
Allez! Je veux te voir dans cette belle robe.
370. GRACE :
(SUR UN TON GRAVE) Je pensais qu’on était ici pour affaires!
371. EFFETS SONORES :
SIGI SE LÈVE DE SA CHAISE ET S’APPROCHE DE GRACE.

372. SIGI :
Tu sais que ça ne me dérange pas de voir ce beau corps que tu as dans cette robe.
373. GRACE :
(MAL À L’AISE) S’il vous plaît, arrêtez de me toucher. Ce n’est pas bien.
374. SIGI :
Ne sois pas comme ça. Je promets de te confier la meilleure affaire du village.
375. GRACE :
(DE PLUS EN PLUS MAL À L’AISE) S’il vous plaît, lâchez mon bras.
376. EFFETS SONORES :
GRACE CRIE DE DOULEUR.

377. GRACE :
(CRIE) Vous me faites mal au bras!
378. SIGI :
(D’UNE VOIX DOUCE) Ne n’inquiète pas. Ce n’est pas grave!
379. GRACE :
(TREMBLANT), Non, c’est grave. Je veux m’en aller.
380. SIGI :
(ABSORBÉ PAR CE QU’IL FAIT) Pourquoi veux-tu partir maintenant? Nous venons juste d’arriver ici.
381. GRACE :
(D’UNE VOIX TRÈS GRAVE) Écoutez, si vous ne me laissez pas partir, je vais hurler au point que tout le village m’entendra.
382. SIGI :
(S’ÉNERVE) C’est bon, vas-y, pars, garce ingrate! Tu ne sais pas apprécier les bonnes choses. Je te donne un bon cadeau et c’est comme ça que tu me remercies?
383. GRACE :
(EN COLÈRE) Eh bien, je m’en fous, car je ne suis pas ce type de fille.
384. EFFETS SONORES :
GRACE LUI JETTE LA ROBE À LA FACE ET SORT EN TROMBE EN COLÈRE.

385. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Grace

 

386. Scène 8

387. Décor :
À l’extérieur de la maison de Maman K. Soir.
388. Effets sonores de fond :
Grace sanglote.

389. Personnages :
Grace, Farida.

390. EFFETS SONORES :
GRACE QUI SANGLOTE.

391. EFFETS SONORES :
MUSIQUE QUI JOUE FAIBLEMENT AU FOND DU BAR DE MAMAN K

392. EFFETS SONORES :
GRACE CONTINUE DE SANGLOTER.

393. FARIDA :
(S’APPROCHANT DU MICRO) Grace! Est-ce toi?
394. EFFETS SONORES :
GRACE CONTINUE DE SANGLOTER.

395. FARIDA :
Grace, que fais-tu ici?
396. GRACE :
(TENTE D’ARRÊTER DE PLEURER) Rien!
397. FARIDA :
Pourquoi pleures-tu?
398. EFFETS SONORES :
GRACE NE RÉPOND PAS.

399. FARIDA :
Qu’est-ce qui ne va pas, ma chère?
400. GRACE :
Tout va bien.
401. FARIDA :
Mais je vois manifestement que quelque chose ne va pas. Est-ce Maman K?
402. GRACE :
Non.
403. FARIDA :
Alors, qu’est-ce que c’est?
404. GRACE :
Je n’ai pas envie d’en parler.
405. FARIDA :
Grace, tu sais que notre relation ne se limite pas aux rencontres de la banque communautaire villageoise … je suis comme ta grande sœur. Donc si quelque chose ne va pas, je veux que tu me le dises, car je pourrais t’aider.
406. GRACE :
Écoute, on n’a pas le contrôle sur cette situation tout comme je n’en ai pas le contrôle, c’est compris? Alors, te le dire ne fera aucune différence parce que nous sommes toutes les deux impuissantes face à cette situation.
407. FARIDA :
De quoi parles-tu?
408. GRACE :
(APRÈS UNE LONGUE PAUSE) C’est Sigi.
409. FARIDA :
Qu’a-t-il fait?
410. GRACE :
Il m’a invité dans son bureau pour parler d’affaires. Je voulais lui vendre du haricot, mais, quand nous sommes arrivés là-bas, il a essayé de me violer.
411. FARIDA :
(BOUCHE BÉE) Oh!
412. GRACE :
Tu vois, je savais que tu n’aurais rien à dire.
413. FARIDA :
Es-tu allée à la police pour signaler cela?
414. GRACE :
Je ne pense pas que la police pourrait m’aider.
415. FARIDA :
Pourquoi?
416. GRACE :
Sigi a de l’argent et est influent dans le village. Qui penses-tu que la police et les gens vont croire?
417. FARIDA :
Je ne pense que ça marche comme ça. S’il fait quelque chose de mal, alors il doit être puni pour qu’il arrête de faire la même chose à nouveau.
418. GRACE :
(GLOUSSE) Pour quelqu’un qui est plus âgé que moi, je n’aurais pas cru que tu serais si naïve.
419. FARIDA :
(D’UNE VOIX SÉVÈRE) Écoute-moi, mon mari est le chef de la police. Je vais tout lui raconter. On doit faire quelque chose, et on fera tout ce qu’il pour régler cette situation.
420. GRACE :
Merci pour ta compréhension et ton soutien.
421. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Grace.

 

422. Scène 9

423. Décor :
À l’extérieur du bar de Maman K. La nuit.
424. Effets sonores de fond :
Ambiance dans le bar de Maman K.

425. Personnages :
Grace, Maman K, Doris, Adam, Alex, ivrogne, Monica.

426. EFFETS SONORES :
GRACE FAISANT LA VAISSELLE.

427. ADAM :
As-tu préparé?
428. GRACE :
Non!
429. ALEX :
Et pourquoi pas?
430. GRACE :
Écoute, je ne me sentais pas très bien aujourd’hui.
431. ADAM :
Et c’est tout? Tu n’as pas préparé juste parce que tu ne te sentais pas bien?
432. GRACE :
Vous deux vous êtes assez grands pour préparer pour vous-mêmes, pourquoi ne prépareriez-vous pas pour une fois?
433. ADAM :
Mais c’est toi la femme. Tu es supposée préparée.
434. ALEX :
Et en plus, nous sommes trop occupés pour préparer.
435. GRACE :
(GLOUSSE) Occupés? Occupés à faire quoi? À part vous balader dans le village toute la journée.
436. ADAM :
Écoute, nous allons parler de toi à mère.
437. GRACE :
Allez-y lui dire.
438. MAMAN K :
(INTERVIENT) Hé, c’est quoi tout ce vacarme? Hein?
439. ADAM :
C’est Grace, maman, elle n’a rien préparé.
440. MAMA K :
Grace, pourquoi n’as-tu rien préparé pour tes petits frères?
441. EFFETS SONORES :
DORIS ARRIVE SUR SES HAUTS TALONS.

442. DORIS :
(S’APPROCHANT DU MICRO, EN CRIANT) Où est-elle? Cette briseuse de couple!
443. EFFETS SONORES :
DORIS TRÉBUCHE ET TOMBE SUR SES HAUTS TALONS.

444. EFFETS SONORES :
GRACE TENTE D’AIDER DORIS À SE RELEVER.

445. GRACE :
Hé, Doris, fais attention! Je ne pense pas que ces chaussures soient faites pour marcher sur de longues distances.
446. DORIS :
(PERD SON SANG-FROID) Laisse-moi tranquille! Qu’est-ce qui te regarde?
447. GRACE :
Es-tu ivre?
448. DORIS :
Ça ne te regarde pas!
449. GRACE :
Qu’est-ce qui te prend aujourd’hui?
450. DORIS :
Ce qui ne va pas chez moi aujourd’hui?! Pensais-tu que je n’allais pas le savoir? C’est ça?
451. GRACE :
De quoi parles-tu?
452. DORIS :
Oh, arrête de faire comme si tu ne savais pas de quoi je parle. Je sais tout de tes petites manigances pour essayer de me voler Sigi.
453. GRACE :
(RIT) Es-tu sérieuse?
454. DORIS :
Trouves-tu ça drôle? Tu sais que Sigi m’a tout raconté. Il m’a expliqué comment tu étais allée à son bureau pour essayer d’abuser de lui.
455. GRACE :
(SURPRISE) Oh! C’est ce qu’il t’a dit?
456. DORIS :
Si!
457. GRACE :
T’a-t-il aussi dit comment il avait essayé de me corrompre avec des cadeaux et quand je me suis refusée à lui, il a tenté de me violer!
458. DORIS :
C’est totalement faux. Tu dois avoir honte de toi.
459. GRACE :
Tu ne me crois pas? Regarde ces contusions sur mon bras. (GRACE MONTRE À DORIS LES CONTUSIONS) Comment penses-tu qu’elles sont arrivées là? Il a tenté de me violer.
460. DORIS :
(CRIE) Tu es une menteuse!
461. GRACE :
Doris, tu es saoule, n’est-ce pas?
462. DORIS :
(HURLE) Je te hais!
463. EFFETS SONORES :
DORIS TENTE DE SAUTER SUR GRACE.

464. MAMAN K :
(INTERVIENT) Hé! Hé! Hé! Il n’y aura pas de bagarre sur mon lieu de travail.
465. ADAM :
(SE RÉJOUISSANT) Battez-vous! Battez-vous! Battez-vous!
466. ALEX :
Allez, maman! Laisse-les se battre. Nous voulons voir une bagarre pour une fois.
467. MAMAN K :
Non, il n’y aura pas de bagarre ici. C’est déjà assez mauvais qu’elle se soit saoulée ailleurs. Au moins si elle s’était enivrée dans mon bar, j’aurais pu tolérer ça.
468. DORIS :
(À GRACE) Tu sais, j’ai toujours senti que tu étais jalouse de moi. Chaque fois que je venais te montrer les cadeaux que Sigi m’achetait, tu m’enviais toujours. Tu aurais aimé être à ma place.
469. GRACE :
Oh, s’il te plaît! Je ne veux rien de cet homme. Et pour ton information, il a essayé de m’offrir un cadeau, mais j’ai refusé.
470. DORIS :
Arrête de mentir! Mon Sigi ne ferait jamais ça!
471. GRACE :
Tu me fais pitié, mon amie! Tu es si aveuglée par lui que tu es incapable de voir qui il est vraiment.
472. DORIS :
(ESSAIE DE SAUTER SUR GRACE) Je te hais vraiment!
473. MAMAN K :
(INTERVIENT) Hé, qu’est-ce que j’ai dit? Pas de bagarre ici. Si vous deux vous voulez vous battre, allez-y ailleurs. Vous êtes en train de faire une scène ici. Regardez, maintenant tout le monde est en train de venir voir ce qui se passe!
474. DORIS :
D’accord, je m’en vais. Mais je veux juste que tu saches que ce n’est pas terminé.
475. EFFETS SONORES :
UN IVROGNE SE MET À RIRE.

476. DORIS :
Et toi, qu’y a-t-il de si drôle?
477. IVROGNE :
Je ris de vous. Vous êtes drôle parce que vous avez l’air stupide de vous battre pour un homme comme Sigi.
478. DORIS :
Qu’est-ce que tu sais de toute façon? Tu n’es qu’un autre ivrogne.
479. MONICA :
Il dit la vérité, ma chère. Sigi est mauvais. Il utilise les femmes du village comme des marchandises. Il a fait la même chose avec moi et mon amie. Il nous a utilisé toutes les deux.
480. DORIS :
Vous êtes tous des menteurs.
481. EFFETS SONORES :
DORIS SORT EN TROMBE.
482. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Doris

 

484. Scène 10

485. Décor :
À l’intérieur de la chambre de Farida. La nuit.
486. Effets sonores de fond :
Afande Kaifa qui ronfle.

487. Personnages :
Farida, Afande Kaifa.

488. EFFETS SONORES :
AFANDE KAIFA QUI RONFLE.

489. FARIDA :
(ESSAIE DE RÉVEILLER AFANDE KAIFA) Papa Zuhura! Papa Zuhura!
490. AFANDE KAIFA :
(RÉPOND, MAIS CONTINUE DE DORMIR PROFONDÉMENT) Humm!

491. FARIDA :
S’il te plaît, réveille-toi. Il y a quelque chose dont je dois te parler.
492. AFANDE KAIFA :
(ENDORMI) Qu’y a-t-il?

493. FARIDA :
Quelque chose m’a préoccupée toute la journée.
494. AFANDE KAIFA :
Ça ne pouvait attendre jusqu’à demain?

495. FARIDA :
Bien, demain, il se peut que je n’aie pas la chance de te parler, alors, c’est mieux que te le dise maintenant.
496. AFANDE KAIFA :
De quoi s’agit-il?

497. FARIDA :
Tu sais, aujourd’hui, alors que partais pour acheter du pétrole, j’ai rencontré Grâce qui pleurait toute seule. Lorsque je lui ai demandé ce qui s’était passé, elle m’a dit que Sigi l’avait invitée dans son bureau et avait tenté de la violer.
498. AFANDE KAIFA :
Et tu l’as cru?

499. FARIDA :
Si, je veux dire pour quelle raison elle te mentirait?
500. AFANDE KAIFA :
Tu m’as dit que cet incident s’était produit dans son bureau?

501. FARIDA :
Si.
502. AFANDE KAIFA :
Que faisait-elle dans son bureau?

503. FARIDA :
Elle m’a dit qu’elle s’y était rendue pour parler d’un contrat. Il a dû profiter d’elle là-bas et puis.
504. EFFETS SONORES :
AFANDE KAIFA ÉCLATE DE RIRE.

505. FARIDA :
Qu’est-ce qui est si drôle?
506. AFANDE KAIFA :
Je ris parce que je ne savais pas que nous avions une inspectrice dans la maison. Si j’avais su tôt, je t’aurais donné du travail au commissariat.
507. FARIDA :
C’est une affaire grave! Que se serait-il passé si le pire était arrivé et que cette pauvre fille avait été violée?
508. AFANDE KAIFA :
Mais elle n’a pas été violée.

509. FARIDA :
Mais que se serait-il passé si cela s’était vraiment produit et qu’elle nous le cachait tout simplement? Où si la même situation arrive à quelqu’un d’autre? Je crois que tu dois faire quelque chose.
510. AFANDE KAIFA :
Faire quelque chose sur la base de quoi? Sur la base de ce que Grace a dit? Ce n’est pas juste parce qu’elle affirme que Sigi a tenté de la violer que c’est 100 % vrai. Et si elle mentait?
511. FARIDA :
Je la connais. Elle ne mentirait jamais à propos de ça. Elle est une bonne fille.
512. AFANDE KAIFA :
A-t-elle des témoins?

513. FARIDA :
Je ne sais pas, je ne suis pas certaine. Je ne lui ai pas demandé.
514. AFANDE KAIFA :
Écoute, l’agression ne s’est pas produite s’il ne l’a pas réellement violée!

515. FARIDA :
Et si jamais la prochaine il le faisait à quelqu’un? Je pense que tu dois agir avant qu’il ne soit trop tard.
516. AFANDE KAIFA :
Écoute, je vais me recoucher et je te suggère de ne pas te mêler des affaires des autres.

517. FARIDA :
J’ai toujours su que Sigi était une personne louche. J’ai toujours eu un mauvais pressentiment à son égard. Nous ne devrions plus lui vendre notre haricot.
518. AFANDE KAIFA :
C’est moi qui prends la décision finale concernant la personne à qui nous devons vendre notre haricot. Et, en plus, on ne peut pas décider de ne plus lui vendre du haricot sur la base de simples rumeurs.
519. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Afande Kaifa

Acknowledgements

Rédaction : Kheri Mkali, scénariste, Dar es Salaam, Tanzanie
Révision : Frederick Baijukya, IITA.

Ce travail a été réalisé grâce à une subvention du Centre de recherches pour le développement international, à Ottawa, au Canada, www.idrc.ca, et avec le soutien financier du gouvernement du Canada, fourni par l’entremise d’Affaires mondiales Canada, www.international.gc.ca

gaclogoidrc