English

Script 43.3

Script

Le vétiver (Vetiver zizanioides) peut empêcher votre sol de partir. Des agriculteurs du monde entier l’utilisent pour prévenir l’érosion des sols sur les flancs des collines. Cela peut marcher pour vous aussi. Si vous plantez du vétiver bien serré sur une rangée cela va former une haie épaisse. Cette haie ralentit le flot de l’eau qui descend une pente. Ainsi l’eau va s’infiltrer doucement dans le sol. Mais également, la terre peut s’accumuler près de la haie et former une terrasse en quelques années. Une haie de vétiver garde dans votre champ l’eau et les éléments nutritifs du sol. Et quand vous gardez l’eau et les éléments nutritifs dans le sol, le rendement de vos produits va augmenter.

Le vétiver possède d’autres qualités intéressantes. C’est une plante vivace qui pousse sur la plupart des types de sols. Elle pousse sous presque tous les climats, même si elle ne pousse pas bien sous un climat très sec. Le vétiver poussera aussi dans des conditions difficiles, sécheresse, inondations, et longues périodes de temps humide. Elle peut survivre aux insectes, au feu et aux animaux brouteurs. Ses jeunes feuilles constituent une bonne nourriture pour les animaux. Le vétiver n’entrera pas en concurrence avec vos autres produits parce que leurs racines poussent droit dans le sol et ne s’étendent pas en largeur. Et puis les plantes produisent très peu de graines qui risquent de donner d’autres plantes. Alors inutile de se faire du souci pour sa prolifération.

Vous pouvez faire facilement une haie de vétiver. Ce n’est pas cher à cultiver et à entretenir, et ça ne prend pas beaucoup de place sur votre terrain.

Comment faire une haie de vétiver

Pour commencer, il faut trouver du vétiver. Allez voir dans une pépinière ou un jardin botanique. Ou encore demandez à un vulgarisateur agricole ou une collectivité agricole locale. Ils savent peut-être où en trouver.

Plantez toujours le vétiver au début de la saison des pluies lorsque le sol est humide. Il survivra à des sécheresses qui peuvent durer jusqu’à 9 ou 10 mois.

Vous pourrez planter une ou plusieurs rangées de vétiver le long de la pente de votre champ, en suivant le contour.

Ensuite, vous planterez vos produits entre les rangées de vétiver. Pour commencer, repérez et marquez le contour le long de la pente de votre champ. Il faudra décider quel intervalle séparera les haies pour pouvoir travailler facilement entre elles. Ensuite, labourez un sillon en suivant la ligne. Mettez un peu de compost ou du fumier dans le sillon. Vous allez planter le vétiver dans ce sillon.

Déterrez une touffe de vétiver avec une bêche. Puis séparez la touffe en tiges individuelles avec leurs racines. On les appelle des boutures. Coupez les extrémités de chaque bouture à 15 ou 20 centimètres au dessus de la base. Coupez les racines 10 centimètres en dessous de la base. Cela empêchera le vétiver de se dessécher.

Faites un trou dans le sillon, et mettez deux ou trois plants dans le trou. Tassez bien le sol tout autour. Assurez-vous que toutes les racines sont orientées vers le bas. Plantez la prochaine touffe 10 à 15 centimètres plus loin dans le sillon sur la ligne de contour. Continuez jusqu’à ce que toute la rangée soit plantée.

Attendez quatre à six semaines jusqu’à ce que les plantes s’enracinent. Puis remplissez les trous dans la rangée avec de nouveaux plants. Si vous n’avez pas de nouveaux plants, pliez les tiges d’un plant voisin et enterrez-les dans le trou vide. Taillez les haies à une hauteur de 30 à 50 centimètres. Cela les aidera à bien pousser et les empêchera de faire de l’ombre aux autres cultures.

Il faut couper le vétiver avant qu’il ne fleurisse. Avant que la haie n’ait poussé complètement, vous voudrez peut-être empêcher l’eau de dévaler en dehors de votre champ en creusant un petit sillon juste derrière la haie un mois après l’avoir plantée. Il faudra attendre entre 9 mois et 4 ans avant que votre haie soit bien compacte. Le sol pris derrière la haie de vétiver se formera en terrasse après quelques années.


Remarque

Noms courants pour le vétiver :

Ethiopie/Amharique: Yesero mekelakeya
Iran/Perse: Bikhiwala, Khas
Malaisie: Nara wastu, Naga setu, wangi
Sénégal/ Wolof: Sep, Tiep
Fulani: Toul
Toucouleur: Semban
Mende: Pindi
Sousou: Barewali
Temne: An-wunga ro-gban
Thaïlande: Faeg

Cette liste est reproduite de “Vétiver grass for soil and water conservation, land rehabilitation, and embankment stabilization ” (Le vétiver pour la conservation des sols et de l’eau, la réhabilitation des sols, et la stabilisation des berges) World Bank Technical Paper Number 273.

Acknowledgements

Ce texte a été écrit par Vijay Cuddeford, étudiant en Agriculture à l’université de Waterloo, Waterloo, Canada.

La production de ce texte a été possible grâce au généreux soutien financier de la fondation George Cedric Metcalf, Toronto, Canada.

Information Sources

Vetiver grass, Bulletin, page 30. EcoLink, P.O. Box 727, White River 1240, South Africa.

Soil and water conservation technologies (SWC) and agroforestry systems, 1992. International Institute of Rural Reconstruction (IIRR), Silang 4118, Cavite, Philippines.

Vetiver grass for soil and water conservation, land rehabilitation, and embankment stabilization: a collection of papers and newsletters compiled by the Vetiver Network, édité par Richard G. Brimshaw et Larisa Helfer, 1995, World Bank Technical Paper Numéro 273. The World Bank, 1818 H Street, N.W., Washington, D.C., 20433, U.S.A. Bureau de Tokyo: Kokusai Building, 1-1, Marunouchi 3-chome, Chiyoda-ku, Tokyo 100, Japan.

How to plant vetiver, par Jim Smyle, dans Vetiver Newsletter: newsletter of the Vetiver Network, Numéro 16, Novembre 1996, page 36. The Vetiver Network, 15 Wirt Street, Leesburg, Virginia 22075, U.S.A.

Red Latinoamericana de Vetiver, A.P. 173-2020, San José, Costa Rica, Centro América.