English

Script 113.5

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

Au Burkina Faso, le sujet de la santé sexuelle et reproductive reste un sujet tabou, et les filles et les garçons adolescents ont souvent des comportements qui dérangent leurs parents et la société et qui peuvent être dangereux pour leur santé et même leur vie. Il est important dans un tel contexte que la communication soit active et forte entre les parents et les adolescents.

La présente pièce traite de la communication entre Sam un adolescent de 16 ans et ses parents. Ayant découvert quelques taches de sang sur le pagne de sa sœur qui souffre de douleurs, le jeune court en avertir son père. Mais, à la surprise du garçon, son père ne semble pas s’en inquiéter outre mesure. Celui-ci en profite pour poser à son géniteur des questions : il veut notamment savoir si ce dont souffre sa sœur sont les « règles » dont il a entendu parler. Il veut aussi que son père lui explique les contraceptifs et ce qu’est la virginité.

Agacé et presque offusqué que son fils veuille lui poser de telles questions à son âge le père sort. À son retour, il est surpris de voir Sam poser des questions similaires à sa mère. Le père en colère rabroue le petit qui devient désormais silencieux. Les lignes de communication ont été interrompues. Le père et la mère tentent de communiquer en vain avec leur fils, puis font finalement appel à un oncle. L’oncle découvre en échangeant avec son neveu qu’en réalité celui-ci posait des questions sur la santé sexuelle et reproductive dans le but de prendre part à un concours organisé par une ONG sur le sujet.

Malheureusement, l’adolescent a posé des questions à ses parents sans leur en expliquer au préalable pourquoi il leur posait celles-ci. Le père et la mère jugeaient ces questions taboues et ne parvinrent donc pas à communiquer comme il se devait. C’est pourquoi la communication s’est brusquement « coupée » à l’instar d’une panne d’électricité. Heureusement que l’oncle réussit à rétablir cette communication entre les parents et leurs fils.

Vous pourriez vous inspirer de cette pièce pour réaliser une émission similaire sur la communication entre les adolescents et les adultes, et la façon dont les problèmes de communication peuvent être résolus. Sinon, pourquoi ne la présenteriez-vous pas dans le cadre de votre émission agricole régulière, en la faisant interpréter par des comédiens et des comédiennes de doublage à la place des intervenants ?

La pièce comporte cinq scènes dont certaines durent une à deux minutes et d’autres cinq à six minutes.

À la suite de la pièce, vous pourriez interviewer des adolescents et leurs parents, et vous entretenir avec des experts en communication entre les adolescents et leurs parents.

Renseignez-vous sur les problèmes qu’ils rencontrent et les stratégies qu’ils emploient pour résoudre lesdits problèmes. Invitez les auditeurs à appeler ou à envoyer des messages textes racontant leurs histoires personnelles, ou contenant des questions et des commentaires.

Durée estimée du présent élément, avec l’indicatif sonore, l’intro et l’extro : 20 minutes.

Script

PERSONNAGES :

1. Sam : Fils d’Ido et de Katiana

2. Ido : Père de Sam et mari de Katiana

3. Katiana : Mère de Sam et épouse d’Ido

4. Abraham : Frère de Ido et oncle de Sam

Scène 1

 

DÉCOR :
SALON AU DOMICILE DE SAM ET KATIANA

MOMENT :
FIN DE MATINÉE (PEU AVANT 12H)

EFFETS SONORES :
FAIBLE MUSIQUE ÉMANANT D’UNE RADIO OU D’UNE TÉLÉVISION EN FONDS SONORES

PERSONNAGES :
SAM, IDO PUIS KATIANA

SAM :
(EFFRAY
É
) Papa …papa…vite, Safi est blessée! C’est terrible. Son pagne est tacheté de sang et elle gémit.

IDO :
Sam, ne t’affole pas. Ta sœur n’est pas blessée.

SAM :
Si papa. Comment ça elle n’est pas blessée ? Je te dis qu’il y a beaucoup de sang sur elle et son habit est imbibé de sang. Elle est couchée à la porte de sa chambre. Je vais appeler maman pour qu’elle vienne vite du marché.

IDO :
Non, mon fils, ne dérange pas ta mère. D’ici 48 heures, ça passera.

SAM :
(INCRÉDULE) Ça passera?

IDO :
Sam, ce sont des choses propres aux femmes et aux filles.

SAM :
Papa, c’est quoi? C’est ce qu’on appelle les «règles»? J’entends parler, mais je n’en ai jamais vu. (Silence) Papa, pourquoi tu ne me réponds pas? (Silence) Papa, dis-moi …

IDO :
(L’INTERROMPANT) Sam, ça suffit! J’ai soif, donne-moi un verre d’eau.

EFFETS SONORES :
bruit de pas de Sam allant et venant, bruit d’un verre déposé sur une table

SAM :
Papa … Au fait … Je suis ignorant de certaines choses et des camarades se moquent de moi.

IDO :
Quelles choses?

SAM :
Par exemple les contraceptifs. Qu’est-ce que c’est?

IDO :
Donne-moi ma chemise, celle qui est posée sur la chaise.

EFFETS SONORES :
Bruit de pas de Sam s’en allant et venant

IDO :
Merci Sam.

SAM:
Au fait papa, tout comme les contraceptifs, j’aimerais savoir ce qu’est la virginité. Pourquoi la virginité ne concerne que la femme?

IDO :
Apporte-moi mes chaussures Sam.

EFFETS SONORES :
Bruit de pas de Sam allant et venant

SAM :
Mais papa, pourquoi tu ne réponds pas à mes questions? Alors que j’aimerais savoir si la planification familiale, c’est la même chose que les contraceptifs.

IDO :
Sam, si ta maman revient du marché, dis-lui que je suis au kiosque PMUB (Note de la rédaction: Le PMUB est un jeu de tombola et les gens achètent les billets au kiosque PMUB). Je reviens sous peu.

EFFETS SONORES :
Bruit de pas de papa qui sort

KATIANA :
(PAUSE) Sam, où est ton père?

SAM :
Il est allé jouer au PMUB.

KATIANA :
Comme d’habitude.

SAM :
Maman, tu as vu Safi? Elle souffre hein!

KATIANA :
Mon garçon, ta sœur a des règles douloureuses.

SAM :
Douloureuses? Ah bon? Elles sont douloureuses les règles? Qu’est-ce qui provoque ça?

KATIANA :
Tu le sauras un jour.

SAM :
J’en profite maman … C’est quoi les contraceptifs? (Pas d’Ido arrivant)

KATIANA :
Mon fils, les contraceptifs? Un jour, tu le sauras …

IDO :
(IRRITÉ) Quoi? Sam, tu continues avec tes questions! Ça suffit maintenant. Tu n’as que 16 ans et déjà tu nous importunes avec tes questions indécentes. Les contraceptifs, les règles, la virginité ce ne sont pas des questions de ton âge! À 25 ans, je n’osai pas poser de telles questions à quiconque encore moins à mon père et à ma mère.

SAM :
Mais papa …

IDO :
Il n’y a pas de «mais» qui tienne. Je ne veux plus jamais que tu nous poses des questions aussi impertinentes que malséantes.

EFFETS SONORES :
Bruit de pas de Sam sortant

KATIANA :
Chéri, tu ne trouves pas que tu as exagéré avec le gosse?

IDO :
Du tout! Ton fils ne pose que des questions relatives au sexe. C’est mauvais signe à son âge. Il m’aurait posé des questions d’histoire sur notre village ou notre pays, j’aurai répondu sans hésiter.

TRANSITION MUSICALE

 

Scène 2

 

DÉCOR:
SALON AU DOMICILE DE SAM ET KATIANA, PUIS CHAMBRE DE SAM

MOMENT :
SOIR

PERSONNAGES :
IDO, KATIANA ET SAM

IDO :
Sam, que se passe-t-il? Ton directeur de lycée m’a dit que ton rendement scolaire a beaucoup baissé. (Silence) Tu vois? Au lieu de t’intéresser à l’école, c’est le sexe qui te préoccupe. (silence)

KATIANA :
Fiston, n’est-ce pas à toi que ton père s’adresse? Quand un père parle, on l’écoute et l’on prête attention à ses propos au lieu de garder son nez plongé dans un cahier. (silence) Sam, tu ne dis rien?

SAM :
J’étudie.

IDO :
J’étudie, j’étudie … Et ça t’empêche de répondre? (Silence) Et puis mon garçon quelle est cette façon de t’habiller? Ton jean il est troué de partout. Qui t’a donné ce pantalon? (Silence)

EFFETS SONORES :
Bruit de pas de Sam entrant dans sa chambre, bruit d’une porte qui s’ouvre et se referme.

KATIANA :
Ido, depuis quelques jours, Sam boude. Il ne répond à personne, et il ne vient même plus les midis à la maison alors que son lycée est seulement à 400 mètres d’ici.

IDO :
Comme on dit, il s’en fout de tout et de tout le monde. Je vais lui parler.

EFFETS SONORES :
Bruit de pas d’Ido rejoignant Sam dans sa chambre

IDO :
Sam, tu es malade? (Silence) Pourquoi tu as de la peine à nous répondre? (Silence) Maintenant, dis-moi ce qui se passe? (Silence) Pourquoi tu ne viens plus les midis et pourquoi as-tu commencé à rentrer tard à la maison les soirs? (Silence) Mon fils n’est-ce pas à toi que je parle? (Silence) Sam, je veux que tu me répondes tout de suite. (Silence) Mais, tu…

EFFETS SONORES :
bruit de pas de Sam sortant

TRANSITION MUSICALE

 

Scène 3

 

DÉCOR :
COUR DU DOMICILE DE SAM ET KATIANA SOUS DES ARBRES

MOMENT :
APRÈS-MIDI

EFFETS SONORES :
BRUITS D’OISEAUX, BRUIT DE MENUISERIE EN FONDS SONORES

PERSONNAGES :
IDO, KATIANA ET ABRAHAM

IDO :
Grand frère Abraham, Katiana a bien expliqué le problème. Sam, s’emmure de plus en plus. Il ne répond pas quand on lui parle. Moi qui suis son père, il me néglige. Il n’a plus vraiment de considération pour qui que ce soit.

KATIANA :
Beau-frère, ton fils a vraiment changé; nous avons tout fait, mais il ne veut pas parler. (Note de la rédaction: Dans plusieurs cultures africaines, un neveu est également appelé fils.)

IDO :
Ce qui m’intrigue, ce sont ses questions sur la sexualité. Non seulement … (Coupure d’électricité)

KATIANA, IDO ET

ABRAHAM :
(s’exclamant avec une pointe de déception) Ohooo!

KATIANA :
J’espère qu’ils vont vite rétablir le courant? Je ne veux pas rater le feuilleton à la télé de tout à l’heure.

IDO :
Cette Sonabel alors! (Note de la rédaction: La Sonabel est la société nationale d’électricité du Burkina Faso.) Ils coupent toujours le courant au mauvais moment et au mauvais endroit. Figurez-vous! La semaine dernière, nous n’avons pas suivre un match de football de la Champion’s League à cause de la Sonabel.

ABRAHAM :
Ce n’est pas pour rien que les gens l’appellent «Sonavilaine.»

IDO :
Attendez que j’éclaire. Mon téléphone a une lampe.

ABRAHAM :
Merci, Ido, elle est puissante la lumière de ton téléphone.

IDO :
Je n’ai aucun problème même s’il fait nuit noire.

ABRAHAM :
Bien! Les amis. Revenons à nos moutons. On dit à quelque chose malheur est bon. En effet, la panne d’électricité qui nous plongerait dans l’obscurité totale n’eût été cette lampe de fortune me permet d’illustrer mon propos.

KATIANA :
«Mon grand mari.» Qu’est-ce qu’une panne d’électricité vient chercher ici? (Note de la rédaction: Au Burkina Faso, le frère du mari peut être appelé «grand mari» ou «petit mari» selon qu’il est plus âgé ou plus jeune que le mari.)

ABRAHAM :
Katiana, la situation que vous vivez avec Sam ressemble à cette panne d’électricité.

IDO :
Abraham, que veux-tu dire par-là?

ABRAHAM :
Vous êtes en panne de communication avec Sam. Une panne de courant peut avoir plusieurs causes. Ça peut être un court-circuit, la ligne électrique peut avoir subi des dommages ou des animaux et des accidents peuvent également provoquer une coupure de courant. Eh bien, c’est pareil avec votre fils. Vous savez, dans la relation parents-enfants, les pannes de communications peuvent survenir et qu’il existe plusieurs raisons à cela. Souvent même à leur insu les parents peuvent provoquer un court-circuit en matière de communication ou endommager la ligne de communication. Ainsi donc vous avez créé une barrière entre vous et votre fils entrainant un isolement de votre fils et partant de là son refus de dialoguer.

KATIANA :
Je pense que tu as raison, Abraham.

ABRAHAM :
Sam est en train de devenir un homme plein, il a besoin de savoir certaines choses, mais vous avez fui vos responsabilités en traitant des questions importantes pour l’adolescent qu’il est de questions taboues. Vous avez montré qu’il ne peut pas communiquer avec vous, qu’il n’est pas libre de vous poser les questions qui le préoccupent. Avec les enfants, il faut éviter les hurlements et les commandements. Il faut les écouter attentivement, dialoguer avec eux sur les choses et ne pas les juger. Vous avez dit que Sam s’est emmuré, mais n’avez-vous pas contribué à lui donner le matériau pour la construction du mur? Nous sommes adultes, c’est vrai, mais nos enfants aussi ont leur opinion. Ils devraient pouvoir s’exprimer sans se sentir sous-estimés ou rejetés. La communication, la bonne communication est un pilier fondamental de votre relation avec votre enfant. En effet, la qualité de notre communication détermine l’aide que nous pourrons apporter à nos enfants.

EFFETS SONORES :
Bruit d’un ventilo allumé

KATIANA :
Ahhh Dieu merci, le courant est revenu.

ABRAHAM :
Tu vas pouvoir suivre ton feuilleton n’est-ce pas?

KATIANA :
Bien sûr mon chéri.

IDO :
Grand frère, à ton avis que pouvons-nous faire pour réparer cette panne de communication?

ABRAHAM :
Ido, tu as raison, la communication doit être rétablie à l’instar de ce courant. Je vais parler à mon neveu. On s’entend bien. Mais une fois la communication rétablie, vous devez mieux communiquer avec lui.

TRANSITION MUSICALE

 

Scène 4

 

DÉCOR :
BUREAU D’ABRAHAM

MOMENT :
MATINÉE

EFFETS SONORES :
BRUIT D’UN VIEUX VENTILO EN FOND SONORE

PERSONNAGES :
ABRAHAM ET SAM

ABRAHAM :
Sam, mon cher neveu, comment vas-tu?

SAM :
Je vais bien, tonton Abraham

ABRAHAM :
Assieds-toi fiston. (bruit d’une chaise sur laquelle on s’assoit) Qu’y a-t-il Sam? Tu as l’air hagard et anxieux.

SAM :
Tout va bien, mon oncle.

ABRAHAM :
Sam, j’espère que tu continues d’être parmi les meilleurs de ta classe? (Silence) Ton père m’a dit que ce trimestre tu as eu quelques difficultés! (silence) Quand j’ai dit que je te verrai, ta cousine Myriam a insisté pour que je te transmette son bonjour.

SAM :
Elle va bien?

ABRAHAM :
Elle va bien, mais ce matin elle avait quelques malaises quand je sortais.

SAM :
Elle a mal à la tête?

ABRAHAM :
Tu sais, ta cousine a des règles douloureuses à l’instar de ta sœur Safi.

SAM :
Tonton, c’est quoi des règles douloureuses?

ABRAHAM :
Bonne question. Sam, tu connais au moins les règles? Vous avez dû voir cela en classe?

SAM :
Pas vraiment. Nous étudions ça au second cycle.

ABRAHAM :
Pour caricaturer, tu sais, Dieu en créant l’homme et la femme, il a fait de sorte que chaque mois la femme s’apprête à procréer, c’est-à-dire à recevoir une semence de la part de l’homme. Une fois que cette semence de l’homme rencontre ce que l’on appelle un ovule chez la femme, cela forme alors un œuf qui devient plus tard un fœtus et plus tard encore un enfant. Si, dans le mois, l’ovule ne rencontre pas la semence de l’homme, alors l’ovule se détériore en particules et, vu que c’est un produit du corps de la femme, il est expulsé sous forme de sang accompagné de débris de l’ovule. Et le corps de la femme expulse ce sang par vagin. C’est cela qu’on appelle «règles». Maintenant, chez certaines femmes, l’évacuation de ce sang est accompagnée de contractions douloureuses. Cela fait mal à la femme. C’est cela qu’on appelle règles douloureuses. Et chaque mois, ce processus recommence si la semence de l’homme, à savoir le spermatozoïde, et l’ovule de la femme ne se rencontrent pas.

Fiston, ce n’est pas une définition scientifique parfaite, mais j’étais obligé de t’expliquer de la sorte pour que tu comprennes. Donc, sache que chaque fois qu’il y’a rapport sexuel entre un homme et une femme il y’a risque de concevoir un fœtus qui va devenir un enfant si les deux n’utilisent pas des moyens pour empêcher la rencontre entre l’ovule et le spermatozoïde. C’est la raison pour laquelle on utilise le terme «contraceptif». Les contraceptifs «contrent» la «conception» d’un enfant par le corps de la femme. Tu as pigé un peu?

SAM :
Oui, oncle Abraham. Merci beaucoup.

ABRAHAM :
J’ai oublié de dire que c’est à la puberté que cela commence. Tu sais ce qu’est la puberté?

SAM :
Oui, tonton.

ABRAHAM :
Mon cher neveu, tes parents ne pouvaient pas t’expliquer cela avec des termes simples et imagés. En plus, ils ont estimé que c’était tôt pour toi de connaitre ces choses. Pour eux avec le temps, tu les découvrirais. Tu dois les comprendre, c’est comme ça que tes parents ont été éduqués. Et à leur tour ils désirent t’éduquer comme ils ont été éduqués, parce que pour eux, c’est cette façon qui est meilleure. Tu comprends Sam?

SAM :
Oui, tonton. Moi je voulais des informations là-dessus, pour pouvoir prendre part à un test organisé par une ONG qui donnait comme récompenses divers lots composés de vélos, de mini-ordinateurs et de tablettes, de tee-shirts, et d’autres choses.

ABRAHAM :
C’est quand ce test?

SAM :
C’était jeudi passé.

ABRAHAM :
J’espère que tu y as pris part?

SAM :
Oui, tonton.

ABRAHAM :
Ç’a été? Tu as bien répondu, n’est-ce pas?

SAM :
J’ai eu un tee-shirt, des baskets et une casquette, alors que je voulais un ordinateur ou une tablette.

ABRAHAM :
Pourquoi tu n’as eu la tablette ou l’ordinateur?

SAM :
C’est le 1er qui a eu un vélo, un ordinateur et une tablette. Le 2e au 5e, ils ont eu des ordinateurs et des tablettes.

ABRAHAM :
Le test portait sur quoi?

SAM :
La santé sexuelle et reproductive des jeunes.

ABRAHAM :
Tu as occupé quel rang toi?

SAM :
Moi j’étais 19e tonton. Je n’ai pas eu beaucoup d’informations.

ABRAHAM :
Quels sont les sujets qui t’ont bloqué?

SAM :
Ce sont les questions sur les règles, les contraceptifs, la virginité et les droits des enfants.

ABRAHAM :
Je comprends ta déception, j’allais même dire ta révolte contre les parents. Tu voulais de tout cœur une tablette n’est-ce pas?

SAM :
Oui, tonton. Mes amis Boukari et Stéphane ont eu des ordinateurs et des tablettes. C’est moi seul, j’ai pas eu. (Pleurs)

ABRAHAM :
Fiston, je te comprends, ne pleure pas. Prochainement, viens me voir, il se pourrait que je puisse t’aider. (Bruit d’un tiroir de table qui s’ouvre) Tiens, c’est de la documentation sur la santé sexuelle et reproductive des adolescents et adolescentes. Ça t’aidera à comprendre certaines choses.

SAM :
(reniflement du nez) Merci beaucoup mon oncle.

ABRAHAM :
Sam, je sais que tu es fâché contre papa et maman. Mais il faut les comprendre. Habituellement, ils répondent à tes questions, n’est-ce pas?

SAM :
Oui, tonton.

ABRAHAM :
Tu sais qu’ils ne sont des parents méchants, n’est-ce pas?

SAM :
Oui, tonton.

ABRAHAM :
Tu vois, je suis sûr et certain que si tu avais dit clairement à tes parents que tu voulais participer à un concours, ils t’auraient aidé. Même s’ils ne pouvaient pas répondre à toutes tes questions, je suis sûr qu’ils auraient trouvé une solution d’une manière ou d’une autre. Ils t’auraient dit d’aller me voir ou référer au Dr Siaka qui est un gynécologue et un ami de ton père. Malheureusement, tu t’es contenté de poser des questions sur ceci et cela. Et comme cela avait trait à la sexualité, ils ont cru bon te protéger contre d’éventuelles expériences sexuelles négatives. Ils ne voulaient pas que tu aies des problèmes. D’où cette terrible incompréhension. Cher neveu, toi aussi tu as une part de responsabilité quelque part. Prochainement, communique clairement. C’est compris?

SAM :
Oui, tonton.

ABRAHAM :
Tu sais, quand tu communiques mal, il y a des risques que ça engendre des incompréhensions ou des conflits. Tu as posé des questions intéressantes et pertinentes à tes parents, c’est bien, mais si tu leur avais dit le but, cela aurait été mieux. Donc ce n’est pas tout à fait juste de ta part de trop leur en vouloir. Ils ne savaient pas comment te répondre: ils t’ont pratiquement repoussé, et je comprends que ça te fasse mal au point de te replier sur toi. Mais sache que ce sont tes parents et ils t’aiment. Eux ont voulu te protéger, mais ils ont obtenu le résultat contraire. Tu as pensé qu’ils t’interdisaient de leur poser des questions ou qu’ils ne t’aimaient pas.

SAM :
J’ai pensé à cela. Tous les autres parents ont aidé leurs enfants. Moi personne ne m’a aidé. C’est comme si j’étais orphelin.

ABRAHAM :
Sam, c’est une impression et elle est fausse. Les enfants pensent toujours qu’il y a une incompréhension. Mon cher neveu, tu sais bien que tes parents t’aiment et s’occupent du mieux qu’ils peuvent de toi. N’est-ce pas?

SAM :
Oui, tonton.

ABRAHAM :
Alors! C’est la preuve que tes parents prennent bien soin de toi. Donc, cesse donc d’avoir de mauvais jugements et apprends prochainement à mieux communiquer. Eux aussi, je sais qu’ils ont retenu la leçon. Donc, je souhaite que tu partes et que tu leur parles normalement des choses et avec tout le respect et l’amour que les enfants doivent à leurs parents. Au besoin, excuse-toi. C’est compris fiston ?

SAM :
Oui, mon oncle.

ABRAHAM :
Au revoir, cher neveu.

SAM :
Au revoir, cher tonton.

TRANSITION MUSICALE

 

Scène 5

 

DÉCOR :
SALON DU DOMICILE DE SAM ET KATIANA

MOMENT :
FIN D’APRÈS-MIDI

EFFETS SONORES :
BRUIT D’UNE RADIO OU D’UNE TÉLÉVISION EN FOND SONORE

PERSONNAGES :
IDO, KATIANA ET SAM

SAM :
Bonsoir papa. Bonsoir maman.

IDO :
Sam, salut.

KATIANA :
Bonsoir Sam.

SAM :
Je vous présente des excuses pour mon attitude.

IDO :
Mon fils, ta mère et moi regrettons cette incompréhension.

KATIANA :
Sam, pour nous faire pardonner, nous t’offrons ceci. Tien ! (Bruit de papier d’un cadeau emballé que l’on défait)

SAM :
(sifflement) Quoi ? Une tablette! Dernier cri. C’est la même que l’ONG a donné aux gagnants de son concours. Youpi! Merci, maman. Merci papa. Dieu vous bénisse.

Acknowledgements

Rédaction : Issaka Luc Kourouma

Révision : Dr. Yonli P. Rodrigue, médecin généraliste.

Cette ressource a été produite avec l’appui du gouvernement du Canada dans le cadre du projet « Promouvoir la santé et les droits sexuels et reproductifs et la nutrition des adolescents au Burkina Faso » (ADOSANTE). Le projet ADOSANTE est piloté par un consortium formé par Helen Keller International (HKI), Marie Stopes-Burkina Faso (MS/BF), Radios Rurales Internationales (RRI), le Centre d’information de Conseils et de Documentation sur le Sida et la Tuberculeuse (CICDoc) et le Réseau Afrique Jeunesse Santé et Développement (RAJS).