English

Script 111.14

Script

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

Qu’est-ce qu’un mini-documentaire?
Un mini-documentaire est un court (3 à 7 minutes) reportage de terrain dans lequel il est question d’une personne qui a eu un problème et y a trouvé une solution.

En quoi cela peut-il m’aider à mieux servir mes auditeurs?

  • Un mini-documentaire est une histoire où il y a de l’action et de l’émotion, et qui retient l’attention des auditeurs d’une manière dont des faits et des informations simples sont incapables.
  • Un mini-documentaire conduit les auditeurs vers un lieu qu’ils peuvent visualiser mentalement. Lorsque les gens peuvent « visualiser » un endroit ou une personne dans une histoire, ils écouteront plus attentivement.
  • Un mini-documentaire a un personnage que les auditeurs peuvent apprendre à connaître.
  • Un mini-documentaire montre aux auditeurs comment le personnage réagit à un problème et le résout, un problème qu’ils peuvent avoir.

Comment cela peut-il m’aider à réaliser de meilleures émissions?

  • Un mini-documentaire varie la structure et le rythme d’une émission.
  • La collecte d’enregistrements pour un mini-documentaire permet aux réalisateurs de se rendre dans les communautés et les exploitations agricoles où ils peuvent rencontrer les auditeurs, faire la promotion de leurs émissions et recueillir des idées pour d’autres histoires.
  • Un mini-documentaire permet aux réalisateurs d’aborder un sujet dans leur émission sans devoir recourir à une série d’interviews.
  • Un mini-documentaire peut susciter de l’émotion et de la compassion à une émission.

Par où dois-je commencer? (Vous en saurez davantage sur ces points et d’autres dans la section « Détails » ci-dessous.)

  • Trouvez une personne dans votre zone d’écoute qui a un problème et qui a trouvé ou qui cherche une solution.
  • Prenez des dispositions pour passer une journée avec la personne.
  • Faites des recherches sur le problème qu’a eu votre personnage.
  • Discutez un peu avec votre personnage avant de procéder à l’enregistrement.
  • Enregistrez plusieurs interviews avec votre personnage dans des cadres appropriés.
  • Enregistrez des interviews avec des personnages secondaires, le cas échéant.
  • Enregistrez des sons provenant du décor.
  • Définissez l’idée centrale du mini-documentaire après avoir écouté les enregistrements.
  • Choisissez les extraits et les sons appropriés provenant des enregistrements.
  • Agencez les extraits et les sons dans le meilleur ordre pour narrer l’histoire.
  • Composez le récit.
  • Mixez le documentaire, en incorporant la narration, les sons et les extraits.

Détails
Trouvez une personne dans votre zone d’écoute qui a un problème et qui a trouvé ou qui cherche une solution.

Les mini-documentaires sont des histoires concernant des gens qui ont eu un problème et qui ont trouvé ou cherchent une solution. Le problème doit avoir de graves conséquences s’il n’est pas résolu. Par exemple : semer du maïs avec un retard de quelques jours pourrait avoir moins de conséquences que si le sol de l’exploitation agricole manquait d’éléments nutritifs. Souffrir d’une maladie anodine qui empêche de travailler pendant une courte période constitue un moindre problème comparé à un mal de dos chronique qui rend les semis quasi impossibles.

Il est souvent plus facile d’identifier un sujet tel que l’épuisement des sols, et de chercher ensuite des agriculteurs qui ont ce problème que de chercher des agriculteurs qui ont un problème intéressant. Parmi ce groupe d’agriculteurs, vous pourriez trouver un qui a une histoire captivante en ce qu’il fait face au problème d’épuisement des sols et qu’il recherche un moyen de résoudre ledit problème.

Vous pouvez également trouver un personnage pour un mini-documentaire en discutant avec vos connaissances ou en demandant à vos auditeurs de raconter leurs histoires. Ce ne sont pas toutes les personnes qui répondront qui constitueront de bons personnages pour un mini-documentaire, mais les gens à qui vous parlez peuvent connaître d’autres qui ont une bonne histoire qui en vaut la peine. Cela prendra tout de même du temps. Vous devez vous préparer, et vous assurer d’accomplir vos autres tâches de programmation pendant la semaine suivante ou les deux semaines suivantes.

Prenez des dispositions pour passer une journée avec la personne.

Nous demandons beaucoup aux personnes que nous interviewons. Demander une journée entière est une grosse requête. Mais il est important d’avoir ce temps. Vous devez établir une relation de confiance avec votre personnage, afin qu’il puisse répondre de la manière la plus honnête et la plus complète possible. Il vous sera utile d’interviewer la personne pendant qu’elle travaille, passe du temps avec sa famille ou pense à l’avenir. Il vous faudra également du temps pour recueillir les sons dans l’environnement de votre personnage.

Faites des recherches sur le problème qu’a eu votre personnage.

Vous devez avoir le maximum d’informations sur le problème. Internet est un bon endroit où démarrer vos recherches, mais il existe des ressources au sein de votre communauté qui vous fourniront des renseignements de meilleure qualité et plus détaillés. Pour les sujets agricoles, les services de vulgarisation agricole constituent une bonne source. Les agents de santé peuvent vous aider avec les questions médicales. Grâce à ces recherches, vous pourrez poser de meilleures questions.

Discutez un peu avec votre personnage avant de procéder à l’enregistrement.

Cela fait partie de vos recherches. Vous pouvez le faire au téléphone ou, si vous avez le temps, lors de visites. Quel que soit le moyen utilisé, la conversation initiale est celle durant laquelle vous confirmer qu’il s’agit d’une bonne histoire à raconter. C’est également le moment où vous tissez une relation de confiance. Vous apprenez à connaître la personne et elle à vous connaître. Il s’agit également d’une façon pratique de raccourcir les enregistrements que vous emporterez avec vous. Avant d’enregistrer, vous pouvez définir les éléments importants, et le lieu où vous souhaitez faire l’enregistrement. Moins vous enregistrez, moins vous aurez à réécouter. Cela raccourcira le processus d’assemblage du mini-documentaire.

Enregistrez plusieurs interviews avec votre personnage dans des cadres appropriés.

La réalisation de deux ou trois interviews peut vous aider à tirer le meilleur de votre personnage et constituer un reportage plus complet. Faire des interviews à différents endroits vous permet de diffuser différents sons. La différence de sons peut aider les auditeurs à visualiser l’histoire que vous racontez.

Prenez l’exemple d’une agricultrice dont le sol a une carence en éléments nutritifs. Cette agricultrice utilise les mêmes pratiques que celles de son père. Elle cultive du maïs chaque année sur le même sol, brûle les champs après la récolte pour les préparer en vue de la saison agricole suivante. La plantation et le brûlage continus ont dépouillé le sol de ses éléments nutritifs. Ses rendements ont diminué et sa famille peine à survivre. Elle a entendu son voisin dire qu’une organisation caritative l’avait aidé. L’agricultrice a contacté l’organisation et, cette année, elle a cessé de brûler ses champs et elle cultive maintenant de la patate douce.

Interview #1

La première interview se déroule au champ. L’agricultrice parle de son ancienne méthode de travail. Elle vous montre le sol pendant que vous marchez à travers les champs. Elle parle des mauvais rendements et des difficultés que sa famille éprouve. Elle vous présente les champs de son voisin. La récolte de maïs de celui-ci était bien meilleure à la sienne. Elle vous montre également la nouvelle culture, la patate douce, qu’elle a plantée et parle de l’espoir qu’elle place en sa nouvelle pratique agricole. Les sons du vent, de vos pas et du sol qu’on bêche fournissent tous des informations importantes aux auditeurs. Recueillez des sons supplémentaires après avoir clos l’interview.

Interview #2

La deuxième interview se déroule au domicile du voisin. Il parle à l’agricultrice de l’organisation caritative et de la façon dont cette dernière l’a aidé a changé sa manière de cultiver. Il lui explique comment cela a amélioré son champ de maïs. Le voisin lui raconte comment la culture de la patate douce procure plus de revenus et de nourriture à sa famille. Vous orientez la conversation par vos propres questions, mais l’important dans cette interview, c’est l’interaction entre l’agricultrice et son voisin. Recueillez d’autres sons après avoir clos l’interview.

Interview #3

La troisième interview se passe chez l’agricultrice. Vous lui posez certaines questions que vous avez déjà posées, telles que les difficultés que sa famille rencontre et comment elle a entendu parler des nouvelles techniques. Vous lui demandez comment son nouveau procédé fonctionne. Vous lui posez des questions concernant ses souhaits pour l’avenir. Recueillez des sons supplémentaires après avoir clos l’interview.

Ces trois interviews vous fourniront les renseignements que vous désirez obtenir de votre personnage pour votre mini-documentaire.

Enregistrez des interviews avec des personnages secondaires, le cas échéant.

Les personnages secondaires peuvent vous aider à narrer l’histoire. Par exemple : un agronome peut fournir des données qui permettront à l’auditoire de comprendre l’histoire. Un autre agriculteur peut ajouter les expériences qu’il a vécues avec un problème similaire. Ces personnages font seulement une brève apparition et sont là pour corroborer l’histoire du personnage principal.

Enregistrez des sons provenant du décor.

Les sons provenant des lieux des interviews permettront à l’auditoire de les visualiser. Enregistrez les sons généraux, y compris le vent, le bruit du bétail, le bruit de la circulation. En outre, enregistrez des sons particuliers, par exemple : des pas, un chien qui aboie, un oiseau, un portail ou une porte qui s’ouvre et se ferme. Soyez attentif et recherchez les sons qui aideront les auditeurs à imaginer à quoi ressemble le cadre.

Définissez l’idée centrale du mini-documentaire après avoir écouté les enregistrements.

De retour dans votre station, écoutez ce que vous avez enregistré, en prenant des notes sur le meilleur contenu. Ce n’est pas tout qui a sa place dans un mini-documentaire. Définissez votre idée centrale en vous imprégnant de vos enregistrements. Voici quelques conseils sur la façon dont vous pouvez définir l’idée centrale du reportage : posez-vous les trois questions suivantes : qui est le personnage? Quel est son problème ou son obstacle? Que fait-il pour surmonter celui-ci? Cela vous donne le thème de discussion, à savoir une personne qui fait quelque chose pour une raison.

Choisissez les extraits et les sons appropriés provenant des enregistrements.

À partir de vos notes, isolez les meilleurs extraits de voix et de sons. Les meilleurs extraits constitueront des extraits d’action, par exemple : les extraits d’enregistrements de pas à travers le champ et de visites chez le voisin, ainsi que les extraits émouvants, tels que ceux où l’agricultrice explique les luttes de sa famille et elle, et ses souhaits pour l’avenir. Il vous faudra trouver également des extraits informatifs qui vous aideront à raconter son histoire.

Agencez les extraits et les sons dans le meilleur ordre pour narrer l’histoire.

Agencez les extraits et les sons dans l’ordre qui selon vous leur permet de narrer l’histoire de l’agricultrice. Une histoire ressemble à un arc. Les extraits les plus importants relatent le dénouement de l’histoire, la pointe de l’arc. Dans l’histoire de l’agricultrice, le dénouement se produit lorsqu’elle décide d’abandonner son ancien mode de culture et de cultiver la patate douce. Les extraits qui mènent à ce point relatent la partie de son histoire où elle peine avec le mauvais sol et les maigres rendements. Ils présentent le voisin et ses conseils. Les extraits suivant le dénouement indiquent l’avenir, ce qui se produira par la suite.

Composez le récit.

Il est toujours plus facile de rédiger votre texte radiophonique après avoir choisi vos extraits et vos sons et les avoir agencés. L’idée est de laisser votre (vos) personnage(s) et les sons raconter les parties les plus importantes de l’histoire. Le texte est là pour aider votre personnage à raconter son histoire. Votre texte complètera certains détails, décrira les scènes et fera passer les auditeurs d’un lieu à un autre. Voici un exemple de ce à quoi cela pourrait ressembler.

Son : Bruit de pas sur une terre sèche, d’oiseaux et du vent
Narrateur : Nos pieds soulèvent la poussière quand nous marchons. Le sol est sec ici. Il est incapable de retenir le peu d’eau qu’il reçoit.
Agricultrice : Mon nom est _______. C’est ma ferme.
Narrateur : _____ a cultivé cette terre toute sa vie. Tout comme son père, elle cultive du maïs.
Agricultrice : Nous avons toujours cultivé du maïs. Quand j’étais jeune, les champs étaient bons. Nous avions toujours suffisamment de quoi manger et vendre. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.
Son : Plus de bruit de pas
Agricultrice : Regardez le sol. Nous ne pouvons pas cultiver assez de maïs. Je crois que c’est parce que nous avons cultivé la même denrée au même endroit trop souvent.
Narrateur : Elle a raison. C’est un problème que plusieurs agriculteurs de sa région ont. Ils sèment du maïs chaque année sur le même champ et ils brûlent les champs après la récolte. C’est une vieille pratique qui détruit le sol.
Agricultrice : Mes enfants sont affamés. Nous devons demander de l’aide.
Son : Plus de bruit de pas
Agricultrice : Regardez ce champ là-bas. Le champ de mon voisin. Il paraît en meilleure santé. Son maïs produit beaucoup mieux.
Narrateur : Le maïs a besoin de beaucoup d’éléments nutritifs provenant du sol pour croître. Avec les années de plantation et de brûlage, ces éléments nutritifs se sont épuisés. Le sol a besoin d’être régénéré au regard d’une végétation en décomposition. Avec le peu de terre dont disposent les agriculteurs comme ____, les choses doivent changer. Ils doivent trouver le moyen de restaurer les éléments nutritifs dans le sol.
Son : Salutations du voisin, bonjours et mots de bienvenue
Narrateur : Les agriculteurs de cette région s’entraident souvent. Le voisin de _______ est sur le point de lui offrir un soutien qui pourrait l’aider à sauver sa ferme. Cela pourrait sauver sa vie et celle de sa famille.

La narration fonctionne avec les extraits et les sons. Tous les trois sont indispensables pour relater l’histoire.

Mixez le documentaire, en incorporant la narration, les sons et les extraits.

Vous pouvez utiliser les sons que vous avez enregistrés en premier plan (là où le volume du son est égal au volume des extraits et de la narration et est distinct d’eux) et en arrière-plan, là où ils sont à leur plus bas niveau, de même que les extraits et le texte radiophonique.

Les sons de premier plan sont importants dans la narration de l’histoire. Un son de premier plan peut être une porte qui s’ouvre ou qui se ferme. Il révèle les mouvements et les changements. Il dépeint une image.

Les fonds sonores servent à donner aux auditeurs les renseignements sur le décor. Le vent et les oiseaux montrent que le personnage est dehors. Les sons d’assiettes ou d’un repas qui cuit transportent les auditeurs à la cuisine. En mixant le documentaire, vous contrôlez ce que vos auditeurs « perçoivent » dans leur imagination.

Il n’est pas nécessaire que les extraits soient longs. Il n’est même pas nécessaire que ce soient des réflexions complètes. Vous pouvez morceler un extrait et insérer des commentaires ou des sons au milieu. Par exemple :

Agricultrice : Nous avons toujours cultivé du maïs. Quand j’étais jeune, les champs étaient bien. Nous avions toujours suffisamment de quoi manger et vendre. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.
Son : Plus de bruit de pas
Agricultrice : Regardez le sol. Nous ne pouvons pas cultiver assez de maïs. Je crois que c’est parce que nous avons cultivé la même denrée au même endroit trop souvent.
Vous pouvez également morceler votre narration, comme dans l’exemple suivant.
Narrateur : Le maïs a besoin de beaucoup d’éléments nutritifs provenant du sol pour croître. Avec les années de plantation et de brûlage, ces éléments nutritifs se sont épuisés. Le sol a besoin d’être régénéré au regard d’une végétation en décomposition. Avec le peu de terre dont disposent les agriculteurs comme ____, les choses doivent changer. Ils doivent trouver le moyen de restaurer les éléments nutritifs dans le sol.
Son : Salutations du voisin, bonjours et mots de bienvenue
Narrateur : Les agriculteurs de cette région s’entraident souvent. Le voisin de _______ est sur le point de lui offrir un soutien qui pourrait l’aider à sauver sa ferme. Cela pourrait sauver sa vie et celle de sa famille.

Le mixage est un art. Un bon mixage combine la narration, les sons et les extraits de sorte que tous les trois fonctionnent pour relater l’histoire. Un bon mixage est bien rythmé. C’est une combinaison d’éléments longs et courts. Les auditeurs ne remarquent pas un mélange harmonieux où les sons s’enchaînent et les scènes changent sans perturber les oreilles. Cependant, ils remarqueront les mauvais montages ou les changements de niveaux qui n’ont pas de sens. Cela peut détourner l’attention des auditeurs de l’histoire elle-même.

Pour avoir de plus amples renseignements sur le montage audio, consultez Guide pratique pour la radiodiffusion de RRI sur le montage audio.

Autres points concernant les mini-documentaires

Les mini-documentaires peuvent être réalisés sans narration, à la seule condition que vous demandez à votre personnage de formuler des phrases complètes. Par exemple, il pourrait être très difficile de raconter l’histoire d’une mauvaise récolte si vous demandez : « Quel a été le rendement de la culture de cette année? » et que votre personnage répondait seulement : « Très mauvais. » Il devrait donc dire quelque chose comme : « Le rendement du maïs cette année était très mauvais. »

Pour réaliser une interview pour un mini-documentaire sans narration, vous devez écouter attentivement pour vous assurer que l’histoire peut être racontée sans narration.

Vous pouvez utiliser de la musique pour faciliter la narration de l’histoire d’un mini-documentaire. La musique peut contribuer au rythme, elle peut ajouter de l’émotion et permettre de faire la transition entre une scène et une autre. Une musique vocale est généralement incompatible avec la narration ou les extraits lorsqu’on l’utilise en fond sonore. Il est plus facile de travailler avec une musique instrumentale. De plus, le volume de la musique doit être plus faible que celui de la narration et des extraits. La musique peut couvrir l’autre élément audio si elle est trop forte.

Il existe plusieurs façons de réaliser un mini-documentaire. Le présent document porte sur une technique de narration. Il utilise la structure la plus simple : Nous avons ici un personnage, son problème, sa solution et ce qui adviendra par la suite.

Toutefois, à mesure que vous vous familiarisez avec la réalisation des mini-documentaires, vous ferez des expériences. Par exemple : à partir de l’histoire susmentionnée, vous pourriez commencer par l’agricultrice qui observe sa culture de patate douce et qui parle ensuite des mauvaises récoltes qu’elle a eues dans le passé. C’est ce qu’on appelle la préfiguration. Dans le cas présent, on informe les auditeurs que la patate douce constituera un point important plus tard.

Dans l’exemple susmentionné, l’agricultrice obtient de l’aide de son voisin. Il est toujours préférable que les personnages secondaires aient un lien avec le personnage central. Dans la présente histoire, le personnage secondaire pourrait être un expert agricole du gouvernement ou d’une organisation caritative. Il n’est pas nécessaire que l’agricultrice s’entretienne directement avec eux. Vous pourriez interviewer le personnage secondaire ailleurs.

Les mini-documentaires sont enrichissants pour les auditeurs, car ils racontent une histoire complète avec du son. Pour le réalisateur, le fait de quitter la station de radio pour se rendre sur le terrain afin de rencontrer les gens et d’enregistrer leurs histoires peut constituer un des aspects les plus agréables de son travail. La réalisation des mini-documentaires prend du temps, mais ils sont un précieux outil dans la trousse du réalisateur qui s’en servira lorsqu’une interview, une discussion en groupe ou un reportage ne relate pas une histoire de la manière la plus captivante et efficace.

Acknowledgements

Rédaction : Dick Miller, réalisateur de radio indépendant, formateur et ancien réalisateur de documentaires à CBC Radio, professeur en Atelier « Montage documentaire avancé », University of King’s College School of Journalism.