English

Script .2

Notes to broadcasters

Les coopératives agricoles jouent un rôle important dans l’économie ougandaise. Les grosses coopératives prédominent dans les secteurs du café, du coton et des produits laitiers. Mais la plupart de ces coopératives éprouvent beaucoup de difficultés à faire la transition d’un mouvement dirigé et financé par l’État à un mouvement dirigé et financé par les membres.

La définition des coopératives repose sur quatre concepts principaux. Premièrement, elles sont formées par des groupes de personnes qui partagent un besoin ou un problème. Deuxièmement, l’organisme est formé librement par les membres, qui contribuent également à son actif. Troisièmement, l’organisme est régi de façon démocratique. Quatrièmement, les coopératives sont des entreprises indépendantes promues, possédées et contrôlées par les membres.

Des coopératives peuvent être formées dans n’importe quel secteur de l’économie, notamment les secteurs de l’agriculture, des mines, des industries et des services.

Les coopératives agricoles de mise en marché ont traditionnellement constitué un type populaire de développement de coopératives et ont relié des pays en développement au reste du monde par le biais des exportations. La plupart des pays africains dépendent de la production agricole pour leurs moyens de subsistance. Les statistiques révèlent que 84 pour cent de la population des pays africains dépend de l’agriculture comme source de nourriture, de revenu et d’emploi.

Le présent texte est un mini-feuilleton reposant sur des entrevues réelles réalisées avec des agriculteurs. Vous pourriez vous en inspirer pour faire des recherches et rédiger un texte sur un sujet semblable dans votre région. Ou encore vous pourriez choisir de produire ce texte dans votre station en utilisant des voix d’acteurs pour représenter les gens qui parlent. Si tel est le cas, veuillez vous assurer de prévenir votre auditoire, au début de l’émission, que les voix sont celles d’acteurs et non pas des personnes initialement impliquées dans les entrevues.

Script

Personnages

Okello: 38 ans. Un homme qui ne voit pas les avantages, pour sa femme, de faire partie du groupe agricole Kacel wacung ou «Debout ensemble».
Mme Okello Balbina: 36 ans. C’est la présidente du groupe d’agriculteurs et d’agricultrices.
Leur fille Aber: 18 ans. C’est une étudiante qui a terminé l’école mais pas intégré l’université. Elle reste à la maison en raison du manque d’argent pour poursuivre ses études.
Oballim: L’agent de la coopérative du district.
Des agriculteurs du village.

Narratrice:
Bonjour, chers auditeurs et auditrices. Il est 14 heures et vous écoutez 102 Mega FM. Aujourd’hui, nous présentons un petit feuilleton sur les coopératives agricoles. Nous allons nous pencher principalement sur la famille Okello. Cette famille a beaucoup de problèmes depuis fort longtemps. Les produits agricoles tirés de la ferme ne suffisent pas pour payer les frais de scolarité de leurs enfants. La femme de M. Okello, Balbina, souhaite enregistrer leur groupe agricole appelé Kacel wacung («Debout ensemble») dans le cadre de la société coopérative. Ils seraient alors en mesure d’obtenir des prêts pour les aider à accroître leurs rendements, à obtenir des services médicaux appropriés et même à payer les frais de scolarité de leurs enfants. Mais le mari est opposé à l’idée parce qu’il ne voit pas un avenir rose pour les coopératives.

EFFETS SONORES:
Tôt le matin. Des coqs chantent et des oiseaux chantent. En arrière-plan, bruit de casseroles et de tasses que l’on lave pendant qu’Aber chante doucement.

Balbina :
Bonjour, mon mari. Comment a été ta nuit?

Okello :
Très bien, ma femme. Et comment a été la tienne? Y a-t-il quelque chose qui te tracasse? Tu n’as pas arrêté de gigoter de tous côtés pendant toute la nuit.

Balbina :
Humm! Rien, sauf la vue de notre fille qui est encore à la maison pendant que toutes les autres sont déjà parties à l’école.

EFFETS SONORES:
>Bruit de fond d’un lavage et le chant s’arrête.

Okello :
Dieu a dit que nous ne devrions pas nous inquiéter pour demain car il s’occupera lui-même de ses besoins. Maintenant, même si tu t’inquiètes, est-ce qu’il tombera de l’argent du ciel? Tu sais pertinemment bien que nous sommes pauvres et que nous ne pouvons pas nous permettre de payer les frais universitaires d’Aber. Alors, cesse de t’inquiéter.

Balbina :
Je voudrais te demander quelques faveurs, mon mari. Mais je ne sais pas si tu peux me les accorder.

Okello :
Que veux-tu que je fasse, ma femme?

Balbina :
(Elle se racle la gorge) Won d’Aber (Note de la rédaction : Won signifie « Père de » et c’est un signe de respect), je voudrais que tu me prêtes 5000 shillings (Note de la rédaction : environ deux dollars américains). Avec cet argent, je pourrais enregistrer notre groupe d’agriculteurs et d’agricultrices auprès de la société coopérative.

Okello :
Quoi? Que dis-tu? Nous n’avons pas le sou et tu me demandes de l’argent pour aller le dépenser? Qui t’a dit que les coopératives existent toujours? Les coopératives que je connaissais à l’époque de mon grand-père. Mais pas maintenant. Je n’ai pas d’argent à gaspiller.

Aber :
(Frappe à la porte) Allô papa et maman, allez-vous bien tous les deux? (Pause) Quelque chose ne va-t-il pas, papa et maman? Bonjour à vous. Comment s’est passée votre nuit?

Okello :
Bonjour, ma fille. Tout va très bien. C’est ta mère qui veut gâcher ma journée, quoi! Où donc sur la Terre les coopératives ont-elles fonctionné? Toi, femme, si tu veux de l’argent, alors vas en demander à ton père de t’aider, pas à moi.

Aber :
Quel argent, papa?

Okello :
Demande-le lui.

Balbina :
Aber, je suis si préoccupée de te voir ne rien faire à la maison. Et nous pourrions obtenir de l’argent si notre groupe d’agriculteurs et d’agricultrices Kacel Wacung était enregistré comme une coopérative. J’ai demandé à ton père de m’aider pour les frais d’enregistrement de 5000 shillings que chaque membre doit payer.

Aber :
(Chuchotant pour ne pas que son père puisse l’entendre) Maman, j’ai un peu d’argent, 20000 shillings (Note de la rédaction : environ neuf dollars américains) – je te les donnerai, maman.

Balbina :
Aber, ma fille, où as-tu obtenu cet argent?

Aber :
Maman, te souviens-tu de la dernière fois où je suis allée voir ma tante à Pabo?

Balbina :
Oui. Mais cela remonte à deux mois.

Aber :
Exactement, maman. Elle m’a donné 20000 shillings pour m’aider à acheter de petites choses dont je pourrais avoir besoin pour aller à l’école. Mais j’ai gardé tout l’argent. Je l’ai là. Prends-le, maman.

Balbina :
Merci, ma fille. Je vais de ce pas parler à tous les membres de Kacel wacung. Je vais parler aux membres qui sont prêts à faire leurs versements afin que nous puissions nous enregistrer le plus tôt possible.

Aber :
Oui, mère, mais ils ont besoin de connaître les avantages que le groupe tirera des coopératives.

Balbina :
Exact! C’est une brillante idée. Laisse-moi parler à Lucima. Il rassemblera les membres pour une rencontre. Nous organiserons une réunion sous le gros manguier afin que nous puissions tous rencontrer l’agent des coopératives du district.

EFFETS SONORES:
Bruits de tambours. Fondu enchaîné sous la voix du crieur municipal.

Crieur municipal :
Oyez, oyez, ceci est un message très important pour tous les membres de cette collectivité. Il y aura une réunion ce soir sous le gros manguier. Veuillez être tous présents!

EFFETS SONORES:
Montée du bruit des tambours, puis fondu enchaîné.

Narratrice :
Et une rencontre a donc été organisée pour tous les villageois afin de rencontrer l’agent des coopératives du district. Plus de 60 membres de Kacel wacung et d’autres villageois se sont assis sous l’arbre en attendant leur visiteur.

Balbina :
Tout d’abord, je tiens à vous remercier toutes et tous pour votre présence à cette réunion malgré un si court préavis. Mais, avant de débuter notre réunion, demandons à quelqu’un de prier pour que Dieu nous éclaire.

Narratrice :
Et quelqu’un a donc récité une prière. À la fin de la prière, chacun a répondu Amen.

EFFETS SONORES:
Bruit de voix chuchotant et de gens s’installant sur leurs sièges.

Balbina :
Maintenant, je voudrais vous présenter M. Oballim. Il va nous dire d’où il vient et ce qu’il fait.

Oballim :
Je m’appelle Oballim et je suis l’agent des coopératives du district à Gulu. Je veux vous dire ce qu’est une coopérative et comment vous, en tant qu’agriculteurs, pouvez bénéficier de votre appartenance à une coopérative.

Bonjour, membres de Kacel wacung. Comment allez-vous?

Des membres :
(Murmures) Nous allons bien. (D’autres) Nous n’allons pas bien.

Oballim :
Très bien. Cela fait partie de la vie, parce que personne sur terre ne va bien tout le temps.

Agriculteur 1 :
Nos problèmes sont trop lourds à porter pour nous. Regardez, tous nos enfants restent à la maison. Ils ne peuvent pas aller à l’école parce que nous n’avons pas d’argent pour payer leurs frais de scolarité.

Agriculteur 2 :
D’autres agriculteurs tirent de l’argent de leurs produits frais. Mais nous … Ô mon Dieu! Même nos vêtements révèlent notre pauvreté.

Oballim :
C’est la raison qui m’amène ici – afin de trouver un moyen de nous constituer en groupes. Ces groupes nous donneront une voix forte.

Balbina :
Ne perdons pas trop de temps car notre invité a beaucoup de choses à nous dire aujourd’hui sur les coopératives agricoles. Vous êtes le bienvenu. Voici les membres de Kacel wacung et d’autres villageois. Veuillez leur adresser la parole.

Oballim :
Merci, madame. Permettez-moi de commencer en vous disant ce qu’est une coopérative agricole. Les coopératives gardent les avantages économiques dans une collectivité. Le profit n’est pas siphonné par des intérêts extérieurs, parce que les membres de la coopérative sont ses propriétaires. La coopérative est là dans une collectivité pour satisfaire un besoin qui n’est pas comblé par d’autres entreprises.

Agriculteur 3 :
Alors, grand homme, de quelle façon allons-nous en bénéficier? Puisque la coopérative nous appartient, je pensais que nous étions libres de faire tout ce que nous voulons avec l’argent que nous en tirons.

Oballim :
C’est une très bonne question. Il est vrai que vous, les membres, possédez cette entreprise. Mais il y aura quelques lignes directrices sur la façon de réaliser des bénéfices. Sinon, en l’absence de lignes directrices, la coopérative s’écroulera.

Des membres:
(Murmures) Oui, oui, vous avez raison, notre homme.

Agriculteur 2 :
Grand homme, vous avez raison. Tout organisme dépourvu de lignes directrices est voué à la disparition. Même dans nos foyers, nous avons des règles et des règlements à suivre.

Oballim :
Bien. Revenons aux profits des coopératives. Les membres de la coopérative possèdent leur entreprise. Ils fournissent de l’argent pour constituer son capital, élisent un conseil d’administration et bénéficient des avantages de leur possession par le biais de meilleurs services. Les coopératives enseignent aux gens comment résoudre les problèmes et prendre les décisions de façon démocratique. Bien des gens ayant reçu leur éducation en démocratie par le biais des coopératives sont devenus des leaders politiques dans leurs pays.

Agriculteur 3 :
Notre homme, comment les coopératives peuvent-elles résoudre nos disputes mutuelles? Par exemple, la semaine dernière, nous avons eu un débat houleux sur le montant que chaque membre devrait tirer des ventes de notre maïs.

Oballim :
Très bien! La coopérative aura une constitution qui vous guidera. Lorsque vous voudrez faire quelque chose, vous consulterez tous votre constitution. Personne ne fera ce qui n’est pas dans la constitution et, si quelqu’un le fait, il y aura une sanction.

Agriculteur 2 :
Qui est supposé rédiger la constitution?

Oballim :
Il incombe aux membres de rédiger la constitution.

Agriculteur 1 :
La constitution ressemblera-t-elle à celle du Parlement de l’Ouganda?

EFFETS SONORES:
Rires généralisés

Agriculteur 1 :
Quoi! Pourquoi riez-vous tous? Certains d’entre vous ne savent même pas ce qu’est une constitution. Alors ne riez pas à propos de ce que vous ne connaissez pas.

Oballim :
Mon ami, vous avez tous raison. La constitution ressemblera à celle d’un parlement. Mais votre constitution s’occupera uniquement de votre groupe, à la différence de celle de l’Ouganda qui s’occupe de tous les secteurs. En dehors de cela, les constitutions se ressemblent plus ou moins.

(Pause) Permettez-nous de poursuivre avec les avantages des coopératives. (Pause) Les coopératives répandent le pouvoir économique et encouragent la concurrence. Elles

offrent des marchés aux petits producteurs victimisés par les sociétés puissantes en travaillant ensemble. Ils cassent les prix des intermédiaires et des prêteurs, dont les profits et les intérêts sont souvent exorbitants. Individuellement, qui parmi vous peut louer un camion pour venir dans votre ferme et prendre livraison de votre récolte?

Des membres:
(Murmures)

Oballim :
Personne. Parce que vos récoltes sont trop modestes. Mais, ensemble, vous pourriez être en mesure de louer de nombreux camions ou même d’acheter vos propres camions à l’avenir. En retournant les profits dans leurs propres entreprises, les coopératives peuvent fonctionner avec des marges plus minces. C’est ainsi qu’elles contribuent à faire baisser les prix inéquitables et à fixer des prix abordables pour les biens et les services.

Nous savons tous que les petites fermes n’ont pas toujours des moyens de transport pour livrer leurs produits frais au marché. En outre, le faible volume de leur production peut les placer dans une position de négociation défavorable avec les grossistes. Dans ce cas, une coopérative peut agir comme un intermédiaire pour résoudre les problèmes avec les grossistes et avec les compagnies de transport.

Agriculteur 1 :
Cela semble bon car nous avons de gros problèmes de transport. Et ensuite, quand nous livrons nos produits frais sur le marché, les intermédiaires veulent parfois décider à quel prix nous devrions les vendre. Justement, la semaine dernière, mon frère a mis ses pommes de terre fraîches en vente. Lorsqu’il est allé au marché, on lui a dit que le prix des pommes de terre avait chuté considérablement à 20000schillings le sac. Que pouvait-il faire d’autre que de les vendre à ce prix-là?

Agriculteur 3 :
Notre homme…

Balbina :
(L’interrompant) S’il vous plaît, laissons le temps à notre visiteur de terminer sa présentation avant de poser des questions. D’accord?

Des membres:
Oui.

Oballim :
Les coopératives aident les gens à se sortir de la pauvreté et à réaliser leurs rêves, comme celui de posséder une maison ou de donner une éducation à leurs enfants. Elles autonomisent les gens en leur donnant une chance de participer aux décisions ayant un impact sur eux. Lorsqu’ils sont autonomisés pour opérer un changement, les membres trouvent des solutions à leurs besoins sociaux et économiques.

Enfin, les coopératives permettent aux agriculteurs d’acheter des biens au prix le plus bas parce qu’ils peuvent le faire en grandes quantités, ce qui leur donne des profits supérieurs quand ils les revendent par la suite. Pensez au prix que coûteraient des semences ou des engrais organiques si vous les achetiez au principal distributeur au lieu de le faire individuellement auprès de l’intermédiaire.

Agriculteur 2 :
Nous pourrions même utiliser les camions que nous achetons pour prendre livraison des semences et les rapporter au village!

Des membres:
Rires

Agriculteur 1:
Que devons-nous faire pour devenir une coopérative agricole enregistrée?

Oballim :
C’est une bonne question. Il suffit de vous enregistrer auprès de la société coopérative et votre groupe devra payer de modestes droits.

Agriculteur 2 :
Combien devrons-nous payer?

Oballim :
Je dois vérifier (courte pause pendant qu’il vérifie dans ses papiers et ses dossiers) … Oui, j’ai maintenant la bonne réponse. Les groupes comme le vôtre versent 100000 shillings (Note de la rédaction : environ 43 dollars américains) pour l’enregistrement. Et chaque membre verse un montant de 5000 shillings.

Agriculteur 2 :
Mais, monsieur, certains d’entre nous ne sont pas allés à l’école et ne peuvent même pas signer leur nom. Comment les coopératives peuvent-elles fonctionner pour nous?

Oballim :
Il n’y a aucun problème avec le fait de ne pas aller à l’école, mon ami. Tout ce que vous devez faire, c’est d’élire aux quatre postes clés des gens qui savent lire et écrire. Ensuite, les autres donneront des conseils. En outre, les coopératives peuvent s’organiser pour informer leurs membres sur les techniques de production, l’amélioration de la qualité ou même pour leur apprendre à lire.

Agriculteur 1 :
Merci, notre grand homme. Mais comment pouvons-nous être assurés que tous nos problèmes seront résolus une fois que nous aurons versé cet argent?

Oballim :
Je vous remercie pour cette bonne question. Je tiens à vous dire que le fait de faire partie d’une coopérative ne résoudra pas tous vos problèmes, à moins que tous les membres ne travaillent d’arrache-pied. Les coopératives constituent un outil pour vous améliorer, mais pas l’objectif final.

Agriculteur 2 :
Mais, monsieur, en quoi l’argent que nous donnons pour nous enregistrer est-il en sécurité? Nous entendons dire qu’il y a des tas de fonctionnaires corrompus dans les bureaux gouvernementaux. En quoi notre argent est-il en sécurité?

Agriculteur 3 :
Monsieur, l’élection approche. Ne pensez-vous pas que notre argent sera englouti par ceux qui ont de gros appétits?

Oballim :
Merci à tous ceux qui ont posé ces questions. C’est une indication que vous êtes sérieux et que vous voulez verrouiller tous les échappatoires avant de vous lancer dans une coopérative. (Pause) Maintenant, il est vrai que de nombreuses coopératives ont été affaiblies par des années de conflits politiques et économiques et par les actes de certains de leurs leaders, et qu’elles ont finalement été démantelées dans le cadre des réformes économiques. Mais c’était il y a longtemps.Le nouveau gouvernement a révisé la situation des coopératives et tout va bien maintenant. Il est important d’avoir tous les ans des élections transparentes dans votre coopérative et d’avoir un conseil d’administration composé de gens instruits qui peuvent prouver qu’il n’y a pas de corruption au sein de la coopérative. En tant que membres, vous avez le contrôle sur tout cela et la responsabilité de tenir votre conseil ou vos administrateurs responsables envers les membres.

Agriculteur 4 :
Y a-t-il d’autres avantages immédiats d’appartenir à des coopératives?

Oballim :
À titre de membres, vous devriez également savoir que les groupes appartenant aux membres peuvent augmenter les revenus des membres. Cela peut arriver directement, par exemple par le biais d’achats d’intrants en vrac et d’une mise en marché collective. Ou bien cela peut arriver indirectement, par le biais d’initiatives au niveau des politiques et de la promotion d’une cause. Vous obtiendrez de bons revenus à cause des profits que vous engendrez comme résultat.

Agriculteur 1 :
Merci beaucoup, M. Oballim, pour tous les échanges que nous avons pu avoir avec vous. Je pense qu’il nous incombe maintenant de finaliser la partie qui nous est laissée. Étant donné que cette coopérative, comme vous l’avez dit, ne rapportera pas d’argent qui tombera du ciel, nous devrons travailler d’arrache-pied pour assurer sa croissance.

Agriculteur 2 :
Merci à tous les membres. Nous avons tous écouté M. Oballim. La coopérative est un bon moyen de résoudre nos problèmes.

Tous :
Oui, vous avez raison.

Agriculteur 1 :
Nous réussirons si nous pouvons trouver une personne qui sait lire et écrire et qui parle bien le français pour gérer ce projet.

Agriculteur 2 :
Non. Je ne suis pas d’accord avec votre idée. Parce qu’une personne nouvelle et instruite se contentera de voler tout l’argent que nous pourrions avoir généré. Je n’aime pas les gens qui sont allés à l’école car ce sont tous des voleurs.

Agriculteur 1 :
Pourquoi avons-nous des pensées aussi rigides? Avez-vous oublié que certains dirigeants de coopératives en ville ne connaissent pas notre langue locale? Comment allez-vous communiquer avec eux lorsque vous enverrez les formulaires?

Agriculteur 3 :
Vous avez raison, mon ami. Même la constitution que nous devons rédiger devra l’être par des personnes ayant poursuivi des études supérieures.

Balbina :
Bien, c’est une chose que nous devons examiner sérieusement. (Pause) Mais, si nous devons engager quelqu’un pour nous aider, d’où viendra l’argent pour le payer?

Agriculteur 3 :
Mais, Balbina, ne pouvons-nous pas recourir aux services de votre fille Aber? C’est une jeune fille très respectable et brillante. Nous l’avons vue grandir et nous savons qu’elle ne nous trahira pas.

Agriculteur 1 :
Oui! Aber!

Agriculteur 2 :
Ho! Ho! Pourquoi avons-nous tous oublié ma nièce Aber?

Balbina :
Très bien, je lui parlerai. Mais pendant combien de temps pouvons-nous espérer la voir travailler gratuitement?

Agriculteur 2
: Membres de Kacel wacung, ne vous inquiétez pas. Notre société coopérative peut nous envoyer une petite allocation qui peut être remise à une ou un spécialiste de n’importe quel groupe actif. Nous lui donnerons 100000 shillings pour son transport, le temps d’antenne et ses autres frais.

Agriculteur 1 :
Hé, grand homme, où allons-nous trouver l’argent pour rembourser la société coopérative?

Agriculteur 2 :
Après trois ans, époque à laquelle nous devrions faire quelques profits, nous commencerons à rembourser lentement la société coopérative jusqu’au paiement de la dette. N’avez-vous pas entendu que, comme pays, nous payons encore les dettes encourues il y a 30 ans?

Balbina :
Ha! Ha! Dieu est bon. Il n’y a rien d’impossible pour des gens instruits. Je vais retourner à l’école dès aujourd’hui!

Des membres:
Rires généralisés

Balbina :
Puisque le père d’Aber est ici, pouvez-vous prendre la parole, mon mari?

Okello :
Sois prospère, mon groupe Kacel wacung! J’ai honte d’être devant vous parce que j’étais tellement opposé à la formation de ce groupe en société coopérative. Je n’ai vu aucun avantage dans n’importe quelle société coopérative contemporaine, comparativement à celles qui existaient à l’époque de mon père. Ma femme, je vais te donner immédiatement les 5000 shillings que tu m’as demandés pour l’enregistrement. (Pause pendant qu’il fouille dans ses poches) Les voici!

Des membres:
Applaudissant et criant de joie

Okello :
À partir d’aujourd’hui, je m’inscrirai également comme membre du groupe Kacel wacung et je vous appuierai tous. J’inscrirai également Aber avant qu’elle commence son travail. Voici 20000shillings de plus pour Aber et pour moi – pour notre inscription à titre de nouveaux membres.

Des membres:
Plus d’applaudissements et de cris

Balbina :
Il fait sombre maintenant. Nous devrions partir. Mais je veux rencontrer tous les membres de l’Exécutif mercredi.

Narratrice :
Merci beaucoup d’avoir écouté ce feuilleton. Chaque histoire a un début et une fin. Je suis ici pour vous dire que nous sommes arrivés à la fin du feuilleton mais que les luttes se poursuivent. Salutations de 102 MEGA FM à Gulu, dans le nord de l’Ouganda. Au revoir!

Acknowledgements

Rédaction : Grace Amito, MEGA FM, Gulu, Ouganda.

Révision : Rodd Myers, Association des coopératives du Canada.

Traduction : Jean-Luc Malherbe, Société Ardenn, Ottawa, Canada.

Information Sources

Barton, David. 1989, dans : Cooperatives in Agriculture, rédigé par David Cobia. Prentice Hall, Englewood Cliffs, N.J., p. 30.

Encyclopedia of Business, 2e édition, non datée. Cooperatives. http://www.referenceforbusiness.com/encyclopedia/Con-Cos/Cooperatives.html