English

Script 87.2

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

Pour bien des raisons, mais principalement à cause de l’empiètement des populations humaines sur les habitats fauniques, les collectivités doivent de plus en plus trouver des façons de vivre à proximité des populations fauniques sans les détruire. À certains endroits, ce besoin est également stimulé par des conflits avec la faune qui aboutissent à la destruction de récoltes et, dans certains cas, à des blessures voire même des décès chez les villageois.

Quelques ONG collaborent avec les collectivités rurales pour les aider à gérer leur environnement, y compris la faune, de diverses façons qui non seulement soutiennent les populations fauniques mais aussi fournissent un bon revenu pour les collectivités. Le présent texte met en vedette une ONG tanzanienne qui collabore avec une collectivité du nord-est de la Tanzanie pour faire l’élevage des papillons. L’ONG paie les villageois pour attraper et mettre en cage les papillons, dont les œufs sont ensuite recueillis et se développent dans un environnement protégé. Les oeufs éclosent sous forme de larves. Lorsque les larves arrivent au stade de nymphes ou pupes, les villageois les vendent à l’ONG qui les expédie outre-mer pour des expositions. Cette région de Tanzanie a la chance d’abriter de nombreux papillons magnifiques et rares, dont la demande est très forte.

Le texte comporte trois formats distincts. Dans le premier, un animateur de radio interviewe un éleveur de papillons ainsi que le gestionnaire du projet. Le deuxième est une série de petits reportages (vox pop), dans le cadre desquels un certain nombre de villageois font de brefs commentaires sur les avantages de l’élevage des papillons. Le troisième est une discussion entre des agriculteurs de la collectivité qui appuient l’élevage des papillons et d’autres qui s’y opposent.

Le présent texte repose sur des entrevues réelles et des enregistrements de voix de villageois. Vous pourriez vous en inspirer pour faire des recherches et rédiger un texte sur un sujet semblable dans votre région. Ou encore vous pourriez choisir de produire ce texte dans votre station en utilisant des voix d’acteurs pour représenter les gens qui parlent. Si tel est le cas, veuillez vous assurer de prévenir votre auditoire, au début de l’émission, que les voix sont celles d’acteurs et non pas des personnes initialement impliquées dans les entrevues et les enregistrements.

Script

RÉALISATEUR :
Je me suis rendu dans le village de Kisiwani du district de Muheza, dans la région de Tanga au nord-est de la Tanzanie. C’est un très beau village, situé dans les montagnes Usambara. Ce village se livre à une activité très spéciale : l’élevage des papillons.

Je me trouve avec le coordonnateur du projet des papillons, M. Amiri Said Sheghembe.

AMIRI :
Je m’appelle Amiri Said Shagembe et je suis le gestionnaire du projet d’Amani, qui a débuté en 2003. Ce projet a été lancé par le Groupe de conservation des forêts de Tanzanie, un organisme qui œuvre pour la conservation de la forêt. Durant la première année du projet, nous avons fait une étude de marché pour vendre des papillons en Tanzanie et à l’étranger. À l’heure actuelle, le projet fonctionne dans six villages et nous avons plus de 250 éleveurs. Même si des hommes et des femmes travaillent comme éleveurs de papillons, notre but principal vise à accroître le revenu des femmes qui vivent sur cette montagne. L’objectif du projet consiste à aider les gens qui vivent dans la forêt à la gérer et à tirer un avantage de cette gestion.

RÉALISATEUR :
Je peux observer un filet protecteur en nylon par dessus ce qui ressemble à une petite maison. Comment appelez-vous cela?

AMIRI :
C’est une cage à papillons qui sert à l’élevage des papillons. Les éleveurs attrapent des papillons dans la forêt et les mettent dans ces cages. Les papillons y sont à l’abri des prédateurs et ils pondent des œufs sur les feuilles des plantes qui se trouvent dans les cages. Les œufs finissent par se transformer en nymphes de papillons, que nous exportons commercialement vers l’Europe et l’Amérique. Il existe en Europe et en Amérique une industrie qui organise des expositions de papillons. Elle recueille des papillons de différentes parties du monde et beaucoup de touristes paient pour voir ces expositions.

RÉALISATEUR :
Combien y a-t-il de papillons dans la cage? Je vois que deux sont sur le point de s’accoupler et je vois quelques œufs sur les feuilles. Cette cage a-t-elle pour objectif d’empêcher les papillons de se sauver?

AMIRI :
C’est son but principal. Mail il faut également avoir ce qu’on appelle une « plante hôte » à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de la cage. Le papillon femelle pond des œufs sur les feuilles des plante hôtes. Les éleveurs recueillent ces œufs tous les soirs, selon la saison. Ensuite, ils les mettent dans des sacs en polythène qui sont suspendus à des arbres en attendant que les œufs deviennent des nymphes ou des pupes. Cela peut prendre jusqu’à cinq jours pour que les oeufs éclosent en petites chenilles. Ces chenilles commencent à se nourrir sur les plantes hôtes jusqu’à leur transformation en pupes. Les éleveurs ramassent les pupes deux fois par semaine le jeudi et le dimanche. Le lendemain de la collecte, elles sont expédiées à nos clients.

RÉALISATEUR :
Nous sommes maintenant dans le village avec 15 membres du groupe qui pratiquent ce genre d’élevage. Nous allons nous entretenir avec le président du groupe, M. Waziri Hatibu Manga. Quand le groupe a-t-il démarré et combien étiez-vous d’éleveurs au départ?

WAZIRI :
Nous avons débuté en 2003 et nous étions alors 14 éleveurs.

RÉALISATEUR :
Qu’est-ce qui vous a motivés à démarrer l’élevage des papillons?

WAZIRI :
Nous avons été formés par un expert qui nous a appris comment attraper les papillons, où les trouver et en quelle saison les vendre. Nous avons essayé et nous avons réalisé un certain profit, mais pas beaucoup. Mais nous avons considéré cela comme une entreprise potentiellement rentable.

PRODUCTEUR :
Quels étaient les défis auxquels vous deviez faire face lorsque vous avez commencé le projet d’élevage de papillons?

WAZIRI :
Nous avions des problèmes avec la production des papillons à cause des prédateurs.

PRODUCTEUR :
Quels genres de prédateurs attaquent les papillons?

Waziri:
Des prédateurs tels que les lézards, les araignées et les mouches tsé-tsé.

RÉALISATEUR :
Avez-vous réalisé des profits depuis vos débuts?

WAZIRI :
Oui. J’ai payé les frais de scolarité de mes enfants et j’ai acheté des tôles de fer pour ma maison, même si je n’ai pas encore commencé la construction. J’ai également acheté d’autres choses pour ma maison. Nous remercions le projet car, si nous comparons le passé et le présent, nous constatons que nous avions des problèmes à nous procurer suffisamment de nourriture. C’était difficile parce que nous n’avions pas assez d’argent pour acheter de la nourriture, mais maintenant nous en avons assez.

RÉALISATEUR :
Comme vous l’avez mentionné, ce projet vous rapporte de l’argent. Même votre visage montre que vous tirez quelque chose de l’élevage des papillons. Combien en vendez-vous par année?

WAZIRI :
Cela dépend du marché. Parfois, je gagne 100 000 shillings tanzaniens par mois (Note de la rédaction : environ 75 $US ou 60 euros) et parfois même jusqu’à 500 000 par mois (Note de la rédaction : environ 375 $US ou 280 euros). Cela dépend du marché.

RÉALISATEUR :
Pensez-vous qu’il est facile de pratiquer ce genre d’élevage?

WAZIRI :
L’élevage des papillons est très facile. Avant cela, je vendais du bois d’œuvre, du charbon de bois et du bois de chauffage et je n’avais pas le temps de faire autre chose. C’était un métier très dur. Mais quand j’ai commencé l’élevage des papillons, j’ai arrêté tout ce que je faisais. J’ai tout quitté, même l’agriculture.

RÉALISATEUR :
Combien êtes-vous dans votre groupe dans votre village?

WAZIRI :
Il y a 20 éleveurs dans notre groupe.

RÉALISATEUR :
Comment comparez-vous votre succès avec celui des gens qui ne pratiquent pas l’élevage des papillons?

WAZIRI :
Il y a une grosse différence entre les éleveurs de papillons et les autres. L’élevage des papillons est une autre source de revenu. Vous pouvez y consacrer très peu de temps par jour – simplement une heure – et c’est un travail très léger de faire la collecte des œufs de papillons et le nettoyage de la cage. Il ne nécessite pas beaucoup de ressources comparativement à d’autres travaux.

RÉALISATEUR :
Quel conseil donneriez-vous à nos auditeurs au sujet de l’élevage des papillons?

WAZIRI :
Je leur conseillerais de prendre soin de l’environnement. La forêt possède de nombreuses ressources. Par exemple, il y a des abeilles qui peuvent servir à générer un revenu. Les arbres donnent des remèdes et du bois d’œuvre et peuvent constituer une attraction pour les touristes. Si les auditeurs ne peuvent pas élever les papillons, ils peuvent tirer un certain revenu d’autres choses qui proviennent de la forêt. Il est donc important de prendre soin de la forêt. Il faut vraiment conserver la forêt et la biodiversité en général, parce que tout cet élevage des abeilles et des papillons dépend de la conservation de la forêt.

RÉALISATEUR :
Merci, M. Waziri. (À l’auditoire) La terre est tellement fertile par ici, avec de magnifiques légumes. J’ai devant moi un beau poivrier qui est mûr et attirant; il y a aussi des bananiers et des avocatiers. Je peux imaginer que ces agriculteurs tirent de nombreux avantages parce qu’ils ont préservé leur terre. D’où je me tiens, je peux voir des maisons modernes. Quelques agriculteurs commencent à peine à construire leurs maisons modernes, tandis que d’autres font des briques.

(Pause)J’ai pu m’entretenir avec quelques-uns des agriculteurs. Je leur ai demandé quels avantages ils avaient tirés de l’élevage des papillons. Voici quelques-unes de leurs réponses.

ÉLEVEUSE DE PAPILLONS 1 (femme) :
Il y a beaucoup de changements. J’ai déjà acheté les tôles de fer pour un toit et je suis en train de construire ma propre maison.

ÉLEVEUSE DE PAPILLONS 2 (f) :
J’en ai profité beaucoup. Ma fille est à l’école dans la région de Kilimanjaro. J’ai acheté une machine à coudre et je paie les frais de scolarité.

ÉLEVEUSE DE PAPILLONS 3 (f) :
J’ai beaucoup de gratitude à exprimer. Comme vous pouvez le constater, je suis opulent simplement à cause de l’élevage des papillons. J’ai acheté un vélo et je fais actuellement des briques pour construire ma maison moderne.

ÉLEVEUSE DE PAPILLONS 4 (f) :
Je recommande l’élevage des papillons parce qu’il nous a sauvés de la pauvreté. J’ai déjà bâti une maison et je suis en train de la finir. Je remercie vraiment beaucoup l’élevage des papillons.

ÉLEVEUSE DE PAPILLONS 5 (f) :
J’ai déjà bâti ma maison et je suis en train de la finir. Je paie les frais de scolarité et je mène une belle vie.

ÉLEVEUR DE PAPILLONS 6 (homme) :
J’ai deux enfants qui étudient dans une école intermédiaire anglaise et un autre à l’école secondaire. J’ai une belle vie.

ÉLEVEUR DE PAPILLONS 7 (h) :
Oh, nous menons une belle vie dans ma famille. J’ai acheté un vélo, j’ai des briques, j’ai acheté les grilles pour les fenêtres de ma maison, des tôles de fer et du bois d’œuvre. J’ai les moyens de payer les frais de scolarité pour mes enfants.

ÉLEVEUR DE PAPILLONS 8 (h) :
Je travaillais dans la charpenterie mais j’ai quitté cet emploi lorsque je me suis lancé à plein dans l’élevage des papillons. Maintenant, j’ai un vélo, quarante tôles de fer, un bon lecteur de radio-cassettes et mon fils étudie le génie en ville.

ÉLEVEUR DE PAPILLONS 9 (h) :
Nous remercions énormément le projet car nous creusions la terre en tant qu’agriculteurs. Maintenant, nous pouvons considérer l’élevage des papillons comme une autre source de revenu. Nous pouvons utiliser l’argent pour payer d’autres gens pour cultiver.

ÉLEVEUR DE PAPILLONS 10 (h) :
Avant, je n’avais pas d’argent en banque. Je n’avais même pas de compte bancaire. Mais maintenant j’ai ouvert un compte à la banque.

RÉALISATEUR :
J’ai visité le village de Kisiwani et parlé à des éleveurs de papillons et à des opposants. La question demandait si les papillons conduisent à une vie meilleure. Les opposants ont déclaré que l’élevage des papillons ne présentait aucun avantage. Voici leur discussion.

OPPOSANT:
L’élevage des papillons ne présente pas d’avantages. Ces éleveurs détruisent nos ressources. Ils les vendent à l’étranger et transmettent notre richesse à d’autres gens. Nous avons préservé notre ressource naturelle et ils nous la prennent. Ce n’est pas bien.

ÉLEVEUR DE PAPILLONS :
Ce n’est pas vrai! L’élevage des papillons implique la préservation de la forêt. Ceux qui disent que nous la détruisons ont tort. Nous pratiquons l’élevage des papillons et nous contribuons à protéger les papillons contre les prédateurs, si bien qu’ils peuvent se reproduire rapidement, mais nous ne les vendons pas tous à l’étranger. Lorsque nous en vendons un peu, nous en relâchons quelques-uns pour préserver leurs populations dans la forêt.

RÉALISATEUR :
Vous avez entendu qu’ils en relâchent dans la forêt et que, par la suite, ils les attrapent de nouveau et les gardent dans la cage. Opposants, qu’avez-vous à dire?

OPPOSANT :
Si vous allez dans la forêt maintenant, vous ne pourrez pas trouver de papillons. Ils les ont exterminés tous. Ils les attrapent et les gardent dans la cage et, plus tard, ils les expédient en Europe.

ÉLEVEUR DE PAPILLONS :
Ce n’est pas vrai que nous avons exterminé les papillons dans la forêt. Ce qui arrive, c’est que les papillons eux-mêmes ont des cycles durant lesquels, à cause des conditions météorologiques, on ne peut pas les trouver, par exemple par temps froid. Ils recherchent la chaleur. Nous ne les exterminons donc pas.

OPPOSANT :
Je suis totalement en désaccord avec cette idée de garder les papillons. Ce n’est pas bon. Nous avons vu des visiteurs venir dans notre village juste pour voir les papillons, mais maintenant ils ne reviennent pas parce que ces gens leur vendent les papillons. Ils ne reviendront pas en Tanzanie et nous n’obtiendrons pas de taxes ni d’autres revenus des touristes venant dans notre pays.

ÉLEVEUR DE PAPILLONS :
Non, non, ce n’est pas la vérité. Nous attrapons des papillons et nous les mettons dans la cage où ils se reproduisent. Ensuite, nous en vendons quelques-uns et nous en relâchons d’autres. Nous les aidons à se reproduire car nous les protégeons des prédateurs.

RÉALISATEUR :
Ils disent que les touristes viennent voir les papillons en pleine nature dans la forêt.

OPPOSANT
:
Beaucoup de touristes venaient dans le passé. Mais maintenant il n’y en a plus que quelques-uns – 1 ou 2 par an.

OPPOSANT :
Nous n’aimons pas ces éleveurs de papillons parce que cela ne profite qu’à eux. Nous préservons également la forêt. Je dis que le gouvernement devrait empêcher les gens de se livrer à ce genre d’activité. Je suis vraiment en colère.

ÉLEVEUR DE PAPILLONS :
Ce n’est pas vrai que cela ne profite qu’à nous. Sept pour cent du revenu que nous obtenons sert à l’approvisionnement en eau, à l’entretien des routes et à la construction d’écoles et d’un hôpital. Et quand nous gagnons de l’argent, nous employons des gens pour faire des briques et transporter des pierres. Cela profite donc à tout le monde.

RÉALISATEUR:
Ceux qui prétendent que l’élevage des papillons n’est pas bon – est-ce parce que vous ne voulez pas travailler dans l’élevage des papillons mais que vous voulez en bénéficier? Est-ce vrai que la route conduisant à ce village est très belle. Est-ce vrai que vous ne voulez pas travailler dans l’élevage des papillons?

OPPOSANT :
Qu’ils nous donnent un peu d’argent. Nous irons chercher de l’eau pour eux et nous gagnerons cet argent (rires généralisés). Nous sommes disposés à travailler pour vous si vous nous rémunérez.

OPPOSANT :
Ils exterminent les papillons. Le projet a commencé il y a six ans et ils ont commencé à bâtir des maisons.

RÉALISATEUR :
Ils disent que vous exterminez les papillons mais qu’il n’y a pas de progrès au profit du village. Est-ce vrai?

ÉLEVEUR DE PAPILLONS :
Quand un enfant naît, il ne peut pas marcher tout de suite; il lui faut quelques années. C’est la même chose pour nous. Nous avions beaucoup de besoins à satisfaire avant de commencer à bâtir des maisons. Mais ceux qui ne participent pas au projet n’ont rien.

RÉALISATEUR :
Avez-vous quelque chose à ajouter?

OPPOSANT :
Nous aimerions leur demander de nous inclure dans le projet afin que nous puissions également en bénéficier.

RÉALISATEUR :
Ils vous demandent de les inclure dans le projet.

ÉLEVEUR DE PAPILLONS :
Mais nous bénéficions tous des papillons. Par exemple, lorsque nous bâtissons une école, nous y envoyons tous nos enfants. C’est à l’avantage de tous les villageois.

ÉLEVEUR DE PAPILLONS :
Je veux souhaiter la bienvenue à tous ceux qui aimeraient se joindre au groupe. Nous avons débuté à 14 et nous sommes maintenant 20.

OPPOSANT:
Je ne savais pas que c’était quelque chose pour nous tous. Je viens de réaliser que nous avons tiré des avantages de l’élevage des papillons. Notre route est bonne, nos écoles sont entretenues – ce sont de bons avantages. Si c’est le cas, j’aime ce projet. C’était leur secret. Mais dorénavant nous travaillerons ensemble à la conservation de nos forêts. Nous les aiderons et nous nous joindrons à eux dans l’élevage des papillons.

RÉALISATEUR :
Ainsi, vous êtes tous convaincus de vous impliquer dans l’élevage des papillons?

ÉLEVEURS OPPOSANTS :
(tous les hommes et toutes les femmes ensemble) Oui, nous nous joindrons à eux; il y a même plus d’avantages qu’à élever des vaches.

RÉALISATEUR :
Pourquoi?

OPPOSANT :
Parce que l’élevage du bétail est difficile; il faut à chercher de l’herbe et faire d’autres travaux durs. Mais l’élevage des papillons est un travail très simple.

AMIRI :
Ce que j’ai constaté, c’est que les opposants à l’élevage des papillons ne comprenaient pas ce que nous faisions. Voici la bonne explication : l’élevage des papillons ne consiste pas à attraper des papillons dans la forêt. Nous apprenons aux éleveurs à garder les papillons dans une cage et à les nourrir. Lorsqu’ils vendent des papillons, ils en conservent quelques-uns pour la reproduction. Attraper les papillons est très difficile. En outre, ils ont parlé des touristes qui se font plus rares dans notre pays, mais cela coûte dix fois plus cher d’élever les papillons en Europe que de les élever ici. C’est notre sixième année et nous avons vu une augmentation de notre clientèle. Les papillons meurent après un certain temps, si bien que les clients doivent en acheter d’autres. Au cours des années précédentes, il n’y avait pas de tourisme pour les papillons. Mais, lorsque nous avons débuté l’élevage, les touristes ont commencé à venir.

RÉALISATEUR :
(Pause et s’adressant à l’auditoire) C’était un débat en provenance du village de Kisiwani, où des agriculteurs parlaient de l’élevage des papillons.

Musique communautaire

RÉALISATEUR:
M. Amiri, avez-vous quelque chose à dire à propos de ce que vous faites en tant qu’organisme et de l’avantage que vous avez tiré depuis le début de votre projet?

AMIRI:
Bien sûr!! En résumé, je peux vous dire que lorsque nous vendons des papillons, 65 pour cent des profits retournent aux éleveurs de papillons, 28 pour cent servent à gérer le projet et 7 pour cent vont au fonds de développement communautaire. Le profit augmente. La première année, le profit était d’environ 20 000 $US et, en 2008, il a atteint près de 70 000 $US pour les six villages. Dans le village de Fanusi, ils ont gagné en un seul mois deux millions de shillings tanzaniens (Note de la rédaction : 1500 $US ou 1150 euros) de l’élevage des papillons. Vous pouvez constater que le projet est une bonne source de revenus, en plus de contribuer à conserver la forêt et l’environnement.

RÉALISATEUR :
Vous dites que la conservation de la forêt et de l’environnement est un avantage. Pouvez-vous expliquer?

AMIRI:
L’élevage des papillons dépend de la forêt. Je dis aux gens que s’ils veulent continuer l’élevage des papillons avec succès, ils doivent conserver la forêt car 80 pour cent des plantes servant à nourrir les papillons proviennent de la forêt.

RÉALISATEUR:
Nous allons bientôt rentrer car la pluie arrive et nous ne pourrons peut-être pas finir notre enregistrement. La forêt présente des avantages. Elle abrite beaucoup de grands arbres et l’endroit est tranquille et frais. C’est confortable d’y séjourner et cette montagne est bien préservée parce que l’élevage des papillons encourage les habitants des environs des montagnes Usambara à bien s’occuper de l’environnement. M. Amiri, de quelles autres façons pensez-vous que les populations ont bénéficié de l’élevage des papillons?

AMIRI :
Lorsque nous conservons la forêt, nous la conservons pour tout le monde et, comme je l’ai déjà mentionné, nous versons sept pour cent de notre profit au village, ce qui contribue à construire des salles de classe, à subventionner le dispensaire et d’autres choses du genre. Vous pouvez donc voir que ce n’est pas seulement pour les éleveurs de papillons. Toute la collectivité a bénéficié de l’élevage des papillons.

PRODUCTEUR :
Il semble que vous ne prenez pas en compte les agriculteurs qui ne font pas l’élevage de papillons comme membres de la communauté. N’êtes-vous pas en train de faire une discrimination à leur égard en ne leur permettant pas de bénéficier de ce que les éleveurs de papillons ont fait?

AMIRI:
Non, ils font également partie de la forêt. Si nous discriminons contre eux, ils peuvent détruire la forêt. Ainsi, nous leur donnons de l’argent aussi.

RÉALISATEUR :
Merci à M. Amiri et aux habitants du village de Kisiwani. Chers auditeurs et auditrices, c’est tout le temps que nous avions aujourd’hui. Nous espérons que notre tournée aura été révélatrice. Dieu a donné aux habitants de Kisiwani des forêts vierges, des rivières propres et des terres fertiles qui en ont fait de grands éleveurs de papillons. Je vous retrouverai la semaine prochaine à la même heure. D’ici là, c’est Lazarus qui vous dit au revoir.

Acknowledgements

Rédaction : Lazarus Laiser, Radio Habari Maalum, Arusha, Tanzanie, un partenaire de radiodiffusion de Radios Rurales Internationales.

Révision : Ernie Cooper, directeur du programme TRAFFIC et commerce des espèces sauvages, représentant national de TRAFFIC, WWF Canada.

Information Sources

Projet d’élevage des papillons d’Amani
B.P. 57
Amani, Muheza, Tanga, Tanzanie
Tél. : +255 (0) 784 802899
Mobile : +255 784802899
Courriel : papilio@amanibutterflyproject.org
Site Web : http://www.amanibutterflyproject.org/