English

Script 85.5

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

La semence est une matière vivante. Pour la conserver dans de bonnes conditions jusqu’à la prochaine saison, il y a un certain nombre de pratiques importantes que les paysans peuvent utiliser. Au Bangladesh, plus de 95 % des riziculteurs comptent sur les réserves faites sur les semences provenant de leurs propres champs, et beaucoup utilisent des techniques novatrices pour conserver leurs semences de riz. La présente émission vous permettra de partager quelques idées sur le stockage des semences de riz avec les riziculteurs de votre région.

Script

Indicatif musical pour introduire l’émission

ANIMATEUR :
Chèr(e)s ami(e)s auditeurs et auditrices, bonjour et bienvenus à votre émission. Nous parlerons aujourd’hui du stockage des semences de riz. Vous savez probablement qu’un stockage réussi de la semence dépend principalement de sa teneur en eau. Si la semence n’est pas correctement séchée avant le stockage, elle devient molle, chaude et sale, et cela peut réduire le taux de germination lorsque vous faites le semis la saison qui suit. Il y aura également plus de maladies et d’infestations par les insectes. Je vous propose de suivre les témoignages de deux rizicultrices qui ont le savoir-faire dans le domaine de la conservation des semences de riz. Nous les écoutons….

Baisse de la musique et fondu enchaîné sous la voix de la productrice 1

PRODUCTRICE 1 :
Lorsque le riz est prêt pour la récolte, la première des choses que nous faisons est de choisir les meilleures panicules dans le champ en les récoltant séparément. Ensuite, nous les battons et les séchons sur une table.

PRODUCTRICE 2 :
Après avoir séché les semences, nous procédons à la vérification de la teneur en eau. Nous faisons cela en cassant les graines entre les dents.

PRODUCTRICE 1 :
Une fois que nous sommes sûres que les graines sont bien sèches, nous les laissons se refroidir.

PRODUCTRICE 2 :
Dès que nous sommes sûres que les graines se sont refroidies et sont sèches, nous préparons le récipient de stockage. Nous le nettoyons soigneusement et le séchons pour éliminer tous les insectes et leurs œufs.

PRODUCTRICE 1 :
Certaines femmes utilisent des pots en plastique, ou des boîtes en métal ou des bidons. Nous sommes nombreuses à utiliser des jarres en terre cuite qui sont peintes. Il faut préciser que si les jarres en terre cuite ne sont pas peintes, l’air arrive à s’y pénétrer facilement. Et, avec la pénétration de l’air, les insectes peuvent survivre, et avec l’humidité ils vont endommager les semences.

PRODUCTRICE 2 :
Pour éviter cela, nous enduissons l’intérieur et l’extérieur des jarres avec de la peinture ou du vernis. Ce faisant, nous arrivons à boucher hermétiquement les pores sur les jarres.

PRODUCTRICE 1 :
Parfois, j’utilise l’huile de cuisine ou le beurre de karité pour enduire l’extérieur des jarres.

PRODUCTRICE 2 :
C’est exact! Cela permet également de bien boucher tous les pores sur les jarres. D’ailleurs, il faut rappeler que les sacs de jute et les sacs en polythène ne peuvent pas empêcher à l’air d’y pénétrer ; ils ne conviennent donc pas au stockage des semences. On a donc besoin des récipients étanches à l’air.

PRODUCTRICE 1 :
Exactement! Maintenant, une fois la jarre prête, nous y versons les semences et la remplissons jusqu’au bord. S’il n’y a pas assez de riz pour remplir le récipient, nous y ajoutons du riz soufflé ou du sable sec pour boucher le vide. Ce faisant, nous réduisons les chances de survie des insectes qui s’y trouveraient.

PRODUCTRICE 2 :
Ou alors, nous pouvons allumer une bougie à l’intérieur du récipient avant de fermer le couvercle. La bougie brûle, consume l’oxygène qui se trouve dans le récipient et, ainsi, tous les insectes qui s’y trouveraient sont censés mourir par suffocation.

PRODUCTRICE 1 :
L’utilisation de la bougie est une technique géniale découverte par les femmes bangladaises.

PRODUCTRICE 2 :
Dans notre village, il est également monnaie courante de mettre des feuilles sèches dans le récipient, en guise d’insecticide, avant d’y verser les graines et d’ajouter beaucoup plus encore de feuilles sèches au-dessus des graines avant de fermer hermétiquement le récipient.

PRODUCTRICE 1 :
Vous pouvez utiliser, par exemple, les feuilles de neem ou le tabac comme plantes insectifuges. Vous n’avez qu’à les déposer dans le récipient. L’odeur de ces plantes repousse et tue même les insectes. Vous pouvez également utiliser de la poudre de chili séchée.

PRODUCTRICE 2 :
Il y a une autre chose importante qui mérite d’être notée : il n’est pas conseillé de déposer le récipient à même le sol. Si vous le mettez à même le sol, les graines qui se trouvent en bas deviennent humides. Du coup, elles moisissent et se décolorent. Je mets toujours le récipient sur des briques, sur la table ou sur des bois. Ceci épargne votre récipient de l’humidité.

Baisse de la musique et fondu enchaîné sous la voix de l’animateur

ANIMATEUR :
Chers riziculteurs et rizicultrices, vous venez d’entendre quelques techniques pratiques à mettre en œuvre pour une bonne conservation de vos semences de riz. En un mot, pour éviter que vos semences ne soient avariées, rappelez-vous de suivre les étapes ci-après :

  • Sélectionner les panicules en bonne santé et ne conserver que les graines triées et bien nettoyées.
  • Conserver les semences dans des récipients hermétiquement fermés ; jamais dans des sacs de jute ou les sacs en polythène.
  • S’il s’agit d’un récipient en terre cuite, vous pouvez boucher ses pores en y passant une couche de peinture ou d’huile de cuisine à l’intérieur et à l’extérieur pour le rendre étanche.
  • Avant le stockage, bien laver, nettoyer et sécher le récipient.
  • Remplir le récipient jusqu’au bord. Si vous n’avez pas suffisamment de semences pour remplir entièrement le récipient, il faudra y ajouter du sable bien sec ou du riz soufflé pour combler le vide dans le récipient. Ou alors, déposer une bougie allumée dans le récipient pour consumer l’oxygène et empêcher la survie des insectes.
  • Vous pouvez mettre des feuilles sèches de neem, de tabac ou d’autres plantes insectifuges dans le récipient pour lutter contre les insectes lors du stockage.
  • Fermer hermétiquement le récipient.
  • Garder le récipient hors sol pour prévenir que l’humidité endommage les graines.
  • N’oubliez pas qu’une semence stockée dans de bonnes conditions est une semence en bonne santé, et qu’une semence en bonne santé est synonyme d’une bonne récolte.

ANIMATEUR :
Chers riziculteurs et rizicultrices, si vous voulez avoir une copie des vidéos sur le nettoyage, le séchage et la conservation des semences de riz, vous pouvez contacter [le radiodiffuseur doit donner le nom de la personne ou organisation au niveau local chargée de la distribution des vidéos sur le riz].

-FIN-

Acknowledgements

Rédaction : Felix S. Houinsou, Consultant Radio rurale/Centre du riz pour l’Afrique (ADRAO)

Révision : Paul Van Mele, Responsable du Programme Apprentissage et systèmes d’innovation/Centre du riz pour l’Afrique (ADRAO)

Information Sources

Les radiodiffuseurs peuvent cliquer sur ce lien pour voir la liste des sites de distribution des vidéos sur le riz ou voir la liste qui est incluse dans cette pochette de textes radiophoniques.