English

Script 76.9

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document pdf.

Dans chaque société, l’eau est la source de vie. Mais bien des gens sont dorénavant confrontés à une crise de l’eau. Surmonter la crise mondiale de l’eau en atteignant la sécurité en matière d’eau, de nourriture et d’environnement représente l’un des défis les plus formidables sur le chemin du développement durable. Cependant, les progrès doivent commencer au niveau des ménages pour se propager ensuite lentement vers l’extérieur. Pendant l’émission d’aujourd’hui, une agricultrice, dont la vie a été changée par la récupération des eaux de pluie, nous dira de quelle façon elle a réussi à cultiver un potager durant toute l’année grâce à une utilisation intelligente de l’eau recueillie. En plus des avantages illustrés dans ce texte, la récupération des eaux de pluie aide également les familles d’agriculteurs en réduisant considérablement le temps nécessaire pour aller chercher de l’eau à d’autres sources. L’eau de pluie récupérée est plus propre que l’eau provenant de sources non protégées. Même si les familles les plus pauvres ont peu de chance d’avoir de grands toits en tôle comme celui de Béatrice, ceux qui peuvent se permettre de les construire verront en peu de temps un retour sur leur investissement.

Script

DÉBUT DE L’INDICATIF MUSICAL PUIS BAISSE PROGRESSIVE LENTE.

Animateur : Bienvenue à l’émission d’aujourd’hui.

MONTÉE DE L’INDICATIF MUSICAL, MAINTIEN EN ARRIÈRE PLAN DE LA NARRATION, PUIS BAISSE PROGRESSIVE.

Animateur : Aujourd’hui, nous allons interviewer Béatrice Asimwe, agricultrice de Mbarara dans l’ouest de l’Ouganda. Béatrice a élaboré de nouvelles façons novatrices de récupérer et de conserver l’eau. L’eau ainsi recueillie lui a permis de lancer de nouvelles entreprises dans sa maison, en plus de faire pousser des aliments. Restez à l’écoute pour apprendre de quelle façon elle a rendu sa maison confortable pour y vivre, même lorsque l’eau y est rare.

MONTÉE DE L’INDICATIF MUSICAL, PUIS EN ARRIÈRE PLAN DE LA VOIX DE L’ANIMATEUR, ET ARRÊT

Animateur : Bienvenue à l’émission, Béatrice. Depuis combien de temps récoltez-vous de l’eau?

Béatrice : Bonsoir, chers auditeurs. Je suis heureuse d’être ici aujourd’hui. Parler à la radio me donne l’occasion de partager mon expérience avec de nombreuses personnes, même si elles n’ont pas visité ma maison pour voir comment je récolte l’eau de pluie. J’ai 44 ans et je pratique la récupération de l’eau de pluie depuis sept ans. Je possède 12 acres de terre sur une colline et notre eau de source se tarit parfois. À cause de cela, j’ai dû inventer une façon d’amener de l’eau chez moi durant toute l’année.

Animateur : Qu’avez vous fait lorsque vous vous êtes rendu compte que vous aviez besoin d’eau en permanence?

Béatrice : Après avoir construit une maison avec un toit en tôle, nous avons fixé des gouttières autour du toit. Ensuite, nous avons installé un réservoir à eau de 8 000 litres à l’avant de la maison et un autre de 10 000 litres à l’arrière. Je dispose donc de 18 000 litres d’eau de pluie propre.

Animateur : 18 000 litres d’eau de pluie propre! Cela doit faire une grande différence dans votre vie.

Restez avec nous, chers auditeurs – dans un instant, nous serons de retour pour entendre de quelle façon Béatrice utilise l’eau de pluie qu’elle récupère. Elle nous parlera également d’autres façons d’utiliser l’eau.

BRUIT D’EAU JAILLISSANT D’UN ROBINET, PUIS BAISSE PROGRESSIVE EN ARRIÈRE PLAN DE LA VOIX

Animateur : Bienvenue. Nous nous trouvons avec Béatrice – agricultrice qui utilise de nouvelles façons de récupérer et d’entreposer l’eau de pluie. Béatrice, y a-t-il pour vous d’autres façons de récupérer l’eau de pluie?

Béatrice : Nous avons creusé des tranchées entre nos terrasses dans les jardins sur les collines. Les tranchées emprisonnent l’eau de ruissellement. Ensuite, un fossé amène l’eau dans la vallée où nous faisons pousser des légumes toute l’année.

Animateur : C’est très brillant. Mais que faites-vous avec toute cette eau supplémentaire que vous récupérez?

Béatrice : Avoir de l’eau en supplément nous a permis de lancer de nouvelles entreprises. Tout d’abord, nous avons mis sur pied une entreprise de zéro pâturage. Jusqu’à présent, nous avons sept vaches et trois boeufs. Nous faisons pousser les cultures fourragères le long des tranchées, qui agissent comme une digue pour l’eau de ruissellement. En outre, il y a deux ans, nous avons démarré un rucher en contrebas dans la vallée, avec 17 ruches.

Animateur : En quoi l’eau est-elle utile pour l’apiculture?

Béatrice : Sans eau, vous ne pouvez pas garder des abeilles. Les abeilles ont besoin d’eau, tout comme nous.

Animateur : Comment vous assurez-vous qu’il y a suffisamment d’eau pour les abeilles?

Béatrice : Durant la saison des pluies, il y a assez d’eau dans la vallée. Mais durant la saison sèche, nous puisons l’eau dans les réservoirs et nous la versons dans des cuvettes, en bas dans la vallée, pour les abeilles.

Animateur : Cela ne représente-t-il pas beaucoup de travail?

Béatrice : C’était le cas mais, maintenant, nous utilisons un long tuyau. La gravité fait descendre l’eau dans le tuyau jusqu’aux jardins. Nous remplissons les cuvettes tous les soirs lorsque nous arrosons les potagers. Nous utilisons également l’eau recueillie pour le bétail et la volaille et pour les besoins de notre ménage. Nous vendons même un peu d’eau pendant la saison sèche.

Animateur : En quoi la récolte d’eau a-t-elle changé votre vie?

Béatrice : Je constate un très grand changement parce que j’ai démarré de nouvelles entreprises. J’ai agrandi mon potager et j’approvisionne maintenant notre marché local en légumes toute l’année. Ma collectivité en bénéficie aussi. Les gens peuvent dorénavant acheter de l’eau potable propre.

Animateur : Chers auditeurs, nous avons eu une intéressante discussion avec Béatrice et ceci nous amène à la fin de notre émission. Merci, Béatrice, d’être venue partager votre expérience avec nous. Au revoir et à la prochaine.

ARRIVÉE DE L’INDICATIF MUSICAL, PUIS FERMETURE EN FONDU

Acknowledgements

Rédaction : Emily Arayo, agente de communications en développement et de liaison avec les médias, Institut international d’agriculture tropicale, Kampala, Ouganda.
Révision : Maimbo Mabanga Malesu, coordonnateur régional, A Network for Green Water Harvesting in Eastern and Southern Africa and South Asia, Regional Land Management Unit (RELMA), Centre mondial de l’agroforesterie (ICRAF), Nairobi, Kenya.
Conventional tilling severely erodes the soil: New concepts for soil conservation required, communiqué de presse de la FAO, 1998.