English

Script 76.8

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document pdf.

Voici trois brèves émissions qui sont adaptées d’un épisode du magazine radiophonique agricole hebdomadaire ‘Mwana Alirenji’, réalisé par Gladson Makowa de ‘The Story Workshop’ au Malawi. Les émissions reposent sur des entrevues réelles réalisées avec des habitants des villages de Mnyong’a 1 et 2, dans la Traditional Authority Masamba Nkhunda du district de Lilingwe au Malawi.

Script

Émission 1:

Tous les arbres sont très importants. Mais je pose souvent cette question aux gens : Quel est l’arbre le plus important de tous?

C’est une question très pertinente.

L’arbre le plus important est celui dont vous ne connaissez pas l’utilisation. Souvent, des gens prétendent qu’ils coupent des arbres parce qu’ils n’en connaissent pas l’utilité.

Mais qui les connaît? Ces arbres peuvent avoir de l’écorce ou des feuilles ou des graines qui sont un remède pour guérir le VIH/sida ou d’autres maladies.

Même si nous ne connaissons pas l’utilisation d’un arbre – d’autres peuvent le savoir.

Ce qu’il faut faire, c’est interroger d’autres gens à propos de l’utilisation de ces arbres. Nous nous rendrons peut-être compte que nous avons endommagé des arbres très importants.

Avant de couper un arbre, pensez à tous les usages potentiels qu’il pourrait avoir.


Émission 2:

Journaliste :
Aujourd’hui, nous allons parler de la gestion et de la conservation des ressources naturelles. Nous allons parler à des habitants des villages de Mnyong’a 1 et 2, dans la Traditional Authority Masamba Nkhunda du district de Lilingwe au Malawi.

Mes amis, quelle est cette tradition vous interdisant de couper les arbres dans le cimetière?

Homme 1 :
Nous voulons que les morts vivent à l’ombre des arbres.

Homme 2 :
Nous respectons le cimetière parce que c’est là où vivent les esprits.

Homme 1 :
Nous ramassons du bois de chauffage au cimetière pour les services funéraires. Mais nous coupons uniquement les arbres qui sont déjà morts, seulement ceux qui sont secs.

Journaliste :
Vous coupez seulement ceux qui sont secs. Mais, à d’autres endroits du village, je constate que bon nombre des arbres naturels sont coupés.

Homme 1 :
Vous avez raison, nous ne respectons pas ces arbres naturels. Mais si une personne les respecte et les laisse, une autre viendra les couper. C’est la raison pour laquelle nous avons très peu d’arbres naturels ici. C’est différent avec ces arbres plantés. Ils appartiennent aux gens qui les ont plantés. Alors, personne ne coupe un arbre exotique sans permission. Les arbres naturels sont pour tout le monde et appartiennent à tout le monde.

Journaliste :
Que devrait-il se passer pour que les gens commencent à respecter les arbres naturels – de la même façon que vous agissez avec les arbres du cimetière?

Homme 1 :
Il suffirait de s’entendre sur les règles à suivre. Je pense que nous avons actuellement les yeux plus ouverts. J’estime qu’à partir de maintenant nous cesserons de couper à blanc les arbres naturels lorsque nous plantons des arbres exotiques. Nous laisserons également pousser les arbres naturels. Nous voulons que nos enfants apprennent à voir et à connaître les arbres naturels indigènes.

Journaliste :
Merci d’avoir pris le temps de vous entretenir avec nous. Pour terminer, un rappel à l’intention de nos auditeurs – qui êtes-vous?

Homme 2 :
Nous sommes des gens des villages Mnyong’a 1 et 2, dans la Traditional Authority Masamba Nkhunda du district de Lilingwe au Malawi.


Émission 3
BRUIT D’EAU COULANT DANS UNE RIVIÈRE.

Journaliste :
Dernièrement, nous avons beaucoup entendu parler d’inondations et de glissements de terrain dans notre pays? Quelle en est la raison? Durant toute votre vie, avez-vous déjà vu des récoltes emportées par les eaux? Juliet Nyamponera, de Phoka dans le district de Rumphi, se lamente sur son expérience extraordinaire.

BRUIT D’ÉCOULEMENT D’EAU. DIMINUTION ET MAINTIEN EN ARRIÈRE PLAN DU DIALOGUE.

Juliet :
Nous avons très peu de nourriture cette année parce que les aliments sur lesquels nous comptions sont ceux-là mêmes qui ont été emportés par cette rivière. Il y avait de nombreuses récoltes dans ce jardin : canne à sucre, bananes, maïs, haricots, tomates et bien d’autres. Ce jardin nous aidait énormément. Il y avait toujours une récolte encore disponible dans le grenier.

Journaliste :
Il faut nous dire ce qui a déclenché cette situation. Vous avez dit que vous étiez tributaire de ce jardin durant toute votre vie. À votre avis, qu’est ce qui a provoqué ces inondations cette année?

Juliet :
Je pense qu’il s’agit d’une crue soudaine. La cause en est l’abattage absurde des arbres sur les flancs des collines pour fabriquer des mortiers et des pilons. Certaines personnes cultivent leur jardin sur les versants abrupts de ces collines.

REFRAIN MUSICAL :

Dans les régions hautes,
Si vous coupez les arbres avec insouciance,
Lorsque les pluies arriveront,
L’eau s’écoulera simplement en suivant la pente,
En fin de compte nous constaterons une inondation,
Pensez à vos amis qui habitent dans les plaines inondables.

Animateur :
Pensons à nos pratiques agricoles. Sachez que les arbres n’ont pas été plantés par accident. Ils ne servent pas uniquement à embellir le pays. Ils ont un but. N’oubliez pas que les arbres ont un but important.

BRUIT D’EAU QUI COULE POUR CLORE L’ÉMISSION

Acknowledgements

  • Rédaction : Gladson Makowa, The Story Workshop, Blantyre, Malawi.
  • Révision : Anna Brazier, experte conseil en environnement et spécialiste de la gestion des ressources durables, Harare, Zimbabwe.