English

Script 75.8

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

La désertification est causée par les changements climatiques et par les activités humaines. Les gens contribuent à la désertification en surcultivant le sol, en permettant aux animaux de surpâturer les terres, ce qui enlève le couvert végétatif, en coupant ou en brûlant les arbres et en utilisant des méthodes d’arrosage inconvenantes qui rendent les cultures salées. La sécheresse fait parfois dessécher et craquer le sol ou aggrave les problèmes des sols déjà existants.

Dans certaines régions de l’Afrique, les agriculteurs rendent les sols durcis et craqués de nouveau productifs en plantant des céréales dans de petits trous. Le présent texte décrit comment faire les trous et pourquoi ils sont efficaces. Ces trous de culture sont appelés zay ou trous tassa dans certaines langues locales de l’Afrique de l’Ouest.

Script

ANIMATEUR 1 :
Aujourd’hui, nous allons parler d’une façon d’améliorer les sols et d’obtenir de meilleurs rendements des récoltes pour les agriculteurs. C’est une méthode qui peut être efficace même si vous avez des sols arides avec une croûte dure.

ANIMATEUR 2 :
C’est exact. Durant l’émission d’aujourd’hui, les agriculteurs vont apprendre comment utiliser des trous de culture pour augmenter les rendements des récoltes. De nombreux agriculteurs utilisent déjà cette méthode! Aujourd’hui, mon co-animateur et moi-même allons décrire comment faire ces trous de culture. À vous la parole _______ [insérer le nom du co-animateur 1].

ANIMATEUR 1 :
Merci [insérer le nom du co-animateur 2], je pense qu’il s’agit d’une technique vraiment importante pour les agriculteurs ayant des sols durs et secs. Voici ce que vous devrez faire pour amorcer ces améliorations. Tout d’abord, vous devrez creuser des trous partout dans votre champ.

ANIMATEUR 2 :
Tous les trous devraient avoir la même taille, c’est-à-dire 20 centimètres de profondeur et 20 centimètres de diamètre. Creusez ces trous partout dans votre champ – à environ un mètre de distance les uns des autres.

ANIMATEUR 1 :
Maintenant, vous avez donc creusé des trous partout dans votre champ. La prochaine chose à faire consiste à mettre un peu de fumier ou de résidus de récolte dans chaque trou.

ANIMATEUR 2 :
Une autre chose que les agriculteurs doivent savoir, c’est à quel moment creuser ces trous.

ANIMATEUR 1 :
La plupart des agriculteurs creusent et remplissent les trous pendant la saison sèche afin que le fumier se décompose avant la saison des pluies. D’autres agriculteurs creusent les trous à la fin de la saison des pluies lorsque la croûte du sol est plus facile à casser. Quel que soit votre choix, vous devez creuser les trous plusieurs semaines avant de planter, afin que le fumier se décompose dans les trous.

ANIMATEUR 2 :
Quand les pluies arrivent, il est temps de planter les semences. Mettez environ cinq graines dans chaque trou. Vous constaterez que les graines germent rapidement et que les plantes poussent rapidement dans ces trous.

ANIMATEUR 1 :
Les plantes poussent rapidement parce que l’eau s’infiltre facilement dans le trou et s’accumule là où la plante en a besoin. En outre, le compost ou le fumier qui se trouve dans le trou est un bon engrais et attire les termites.

ANIMATEUR 2 :
Les termites sont importantes parce qu’elles améliorent le sol. Elles ameublissent le sol en creusant des tunnels et elles font remonter des profondeurs du sol des éléments nutritifs utiles aux plantes.

ANIMATEUR 1 :
Des agriculteurs ont prouvé que cette méthode peut vraiment rendre des sols pauvres à nouveau productifs.

ANIMATEUR 2 :
C’est exact. J’ai entendu parler des expériences de nombreux agriculteurs. Dans certains cas, des agriculteurs qui ne pouvaient pas faire pousser du tout de céréales ont réussi à produire 400 kilos à l’hectare. Et c’était durant une année de faibles précipitations.

ANIMATEUR 1 :
Et lors d’une année de bonnes pluies, certains agriculteurs ont récolté jusqu’à 1 000 kilos à l’hectare!

ANIMATEUR 2 :
Il y a une autre chose que vous devriez savoir à propos de ces trous de culture. Vous pouvez également y planter des arbres, à partir de graines ou de plantules. Si vous faites pousser de jeunes plants dans ces trous, vous verrez qu’il est facile de s’en occuper et de les arroser.

ANIMATEUR 1 :
Comme nous l’avons dit au début de l’émission, même si vous avez des sols durs et secs et si vous pensez qu’il est trop difficile de faire pousser quoi que ce soit sur votre terre, cette méthode pourrait vous donner une deuxième chance et vous y faire penser à deux fois. Mon nom est __________________ [insérer le nom du co-animateur 1].

ANIMATEUR 2 :
Et moi je m’appelle _________________ [insérer le nom du co-animateur 2]. Merci de votre écoute.

Acknowledgements

  • Ce texte a été publié à l’origine par le Réseau de radios rurales dans sa pochette 41, numéro 1, en juillet 1996 et a été révisé par Camilla Toulmin, directrice, International Institute for Environment and Development, Londres, Royaume-Uni.

Information Sources

  • «Soil and water conservation brings results» dans Haramata (Bulletin of the drylands: people, policies, programmes), no 25, septembre 1994, publié par l’International Institute for Environment and Development (IIED), 3 Endsleigh Street, Londres WC1H 0DD, Royaume Uni.
  • Echo Development Notes, numéro 44, avril 1994, 17430 Durrance Road, North Fort Myers, Floride, 33917 2200, États-Unis.
  • «Soil and water conservation in Burkina Faso : the role of community organization» dans Appropriate Technology, vol. 21, no 3, décembre 1994, publié par IT Publications Ltd., 103 105 Southampton Row, Londres WC1B 4HH, Royaume Uni.
  • «Soil and water conservation in The Niger» dans IFAD Update, numéro 13, novembre 1994, publié par le Département de politique économique et de stratégie de recherche du Fonds international de développement agricole (FIDA) des Nations Unies, Via del Serafico 107,00142 Rome, Italie.
  • «Improved traditional trouting systems in Burkina Faso and Niger» dans Soil and Water Conservation in Sub Saharan Africa, 1992, rapport préparé pour le FIDA, Rome, par le Centre for Development Corporation Services, Université Libre, Amsterdam, Pays Bas.