English

Script 68.1

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

Les agriculteurs innovent et font des expériences pour résoudre des problèmes dans le domaine de l’agriculture ou pour explorer de nouvelles possibilités. Ils relèvent, en même temps, de plus grands défis tels que nourrir la population. Les agriculteurs devraient, cependant, être conscients que certains concepts expérimentaux sont plus efficaces que d’autres. La pièce radiophonique suivante prouve qu’en essayant différentes pratiques dans des parcelles d’essais séparées, les agriculteurs peuvent mieux évaluer les résultats et se fier à ces derniers.

Au cours de vos émissions de radio, mettez l’accent sur les méthodes expérimentales utilisées par des agriculteurs de la région. Vous pouvez réfléchir aux questions suivantes au cours de votre programmation :

  • Comment les agriculteurs de la région comparent-ils la valeur nutritionnelle de différents produits alimentaires pour le bétail?
  • Comment les agriculteurs évaluent-ils la perte de la couche arable? Comment savent-ils quelle quantité d’eau la terre conserve-t-elle?
  • Comment les agriculteurs de la région essaient-ils et comparent-ils les différentes méthodes pour lutter contre les organismes nuisibles?
  • Comment les agriculteurs décident-ils quel traitement utiliser pour lutter contre une maladie du bétail?

Script

Personnages

Animateur

Cosmas
: agriculteur
Georges
: agriculteur

ANIMATEUR
– Au cours de notre émission d’aujourd’hui, nous commençons une série qui met l’accent sur l’innovation réussie dans le domaine de l’agriculture. Quand je dis innovation, je veux dire trouver des moyens de résoudre des problèmes ou de créer de nouvelles méthodes d’agriculture. Partout dans le monde, il y a des milliers d’exemples d’innovations dans le domaine de l’agriculture grâce auxquelles on a réussi à lutter contre les organismes nuisibles dans les récoltes ou chez les animaux, à conserver l’eau, à réduire le travail, à prévenir l’érosion du sol ou à générer un revenu. Notre émission d’aujourd’hui porte sur le sujet suivant : essayer de nouvelles méthodes d’agriculture dans le but de résoudre un problème. En tant qu’agriculteur, vous savez probablement qu’il est préférable quand on fait des essais de le faire sur une petite échelle. Que peut-il arriver si vous omettez de le faire? Vous trouverez la réponse dans l’histoire suivante qui est fondée sur l’expérience d’un agriculteur en Afrique qui a tenté de résoudre le problème des coccinelles qui mangeaient son manioc.

BRUITS DE LA CAMPAGNE : coqs qui chantent, oiseaux qui gazouillent et insectes qui bourdonnent. FERMETURE EN FONDU. FONDU PENDANT QUE PARLENT LES PERSONNAGES.

COSMAS
– (hélant Georges) Hé! Georges! Tu es loin de chez toi. D’où viens-tu à cette heure du jour?

BRUITS : PAS QUI APPROCHENT.

GEORGES
– Bonjour, Cosmas! J’étais chez mon frère.

COSMAS
– Es-tu pressé ou as-tu quelques minutes pour me rendre visite?

GEORGES
– J’ai le temps de te rendre visite – mais uniquement une courte visite. Je veux rentrer à la maison avant la nuit. (Bruits de pas qui approchent)

COSMAS
– Eh bien!… Même une courte visite nous donnera l’occasion de se remettre au courant. Assieds-toi, je t’en prie. (Bruits – froissement au moment où Georges s’assied.) Georges, donne-moi, maintenant, des nouvelles de ton frère. J’espère qu’il n’est pas malade.

GEORGES
– Non, mon frère est en bonne santé. Je suis venu le voir parce que je voulais lui demander conseil. Sa récolte de manioc est très bonne cette année – presque aucun dommage causé par les insectes nuisibles. Mais je rencontre un autre obstacle. Les coccinelles attaquent ma récolte et la détruisent.

COSMAS
– C’est peut-être parce que, cette année, le temps a été très sec. Il y a habituellement plus de coccinelles quand le temps est sec.

GEORGES
– Oui, mais le manioc de mon frère n’est pas touché.

COSMAS
– Je me demande pourquoi c’est ainsi. Sa terre est peut-être meilleure.

GEORGES
– Peut-être. Mais mon frère cultive une variété de manioc qui est différente de celle que je cultive. Je pense que les coccinelles n’aiment pas manger la variété que mon frère cultive.

COSMAS
– Qui sait? Pourquoi ne fais-tu pas des expériences en plantant la même variété que celle que ton frère plante? Tu verras ce qui va se passer.

GEORGES
– C’est précisément ce que j’ai l’intention de faire. Il m’a donné des tubercules que je peux planter – ils sont ici dans le sac (bruits – froissement du sac). Et ton manioc, Cosmas? Est-ce que les coccinelles l’attaquent?

COSMAS
– Non, pas cette année! J’utilise un pesticide maison. Joe, l’agent de vulgarisation, m’a donné l’idée. Il m’a parlé d’une plante –téphrosie– qui pousse près d’ici et que l’on peut utiliser comme pesticide. J’extrais le jus de la plante et, chaque semaine, je le pulvérise sur le manioc. Et adieu les coccinelles!

GEORGES
– Euh!…Téphrosie. Je vais me souvenir de ce nom et je vais l’essayer dans mon champ de manioc! Cosmas… je dois maintenant partir. Merci de ton aimable hospitalité – et pour tes conseils. Au revoir… (Bruits de pas qui s’éloignent.)

COSMAS
– (à haute voix) Au revoir, Georges!

FERMETURE EN FONDU DES EFFETS SONORES.

ANIMATEUR
– En rentrant chez lui, Georges a songé à ce qu’il avait appris de son frère et de son ami, Cosmas. Il avait entendu parler de deux méthodes pour lutter contre les coccinelles – planter une variété résistante et utiliser un pulvérisateur maison. Il décida de faire des expériences. Au moment de planter d’autre manioc, Georges ne planta que la nouvelle variété. Et pour être bien certain d’éloigner les coccinelles, il pulvérisa le manioc à l’aide de l’insecticide maison. Des mois plus tard, Cosmas se rendit au village où vivait Georges. Il rendit visite à Georges et il le trouva en train de travailler dans le champ.

EFFETS SONORES : oiseaux qui gazouillent, insectes qui bourdonnent, coqs qui chantent.

COSMAS
– Bonjour, Georges! Inspectes-tu ton manioc?

GEORGES
– Bonjour, Cosmas… oui, mon manioc pousse bien. Tu peux maintenant constater que les coccinelles ne l’ont pas endommagé.

COSMAS
– Félicitations. Tu as réussi à l’aide de quelle méthode? La nouvelle variété ou la pulvérisation de pesticide?

GEORGES
– Eh bien! Je ne sais pas. Je ne peux pas vraiment le dire. C’est peut-être grâce à la nouvelle variété ou c’est peut-être grâce au pesticide.

COSMAS
– Tu ne sais pas! Mais… comment as-tu fait ton expérience?

GEORGES
– Je n’y ai pas vraiment réfléchi. J’ai simplement planté la nouvelle variété de manioc dans ce champ. Et puis, pour être certain de réussir, j’ai pulvérisé le champ.

COSMAS
– Mais Georges, tu ne sauras maintenant pas quelle méthode a été efficace. Tu ne sais pas si c’est la nouvelle variété ou la pulvérisation qui a lutté contre les insectes nuisibles.

GEORGES
– Tu as raison. Ce n’était pas une très bonne expérience. Mais qu’aurais-je pu faire?

COSMAS
– Quand je veux comparer différentes méthodes, je fais des essais à l’aide de chaque méthode dans des parcelles séparées. Par exemple, tu pourrais essayer la nouvelle variété dans une parcelle et faire des comparaisons entre l’ancienne et la nouvelle variétés. Tu pourrais ensuite pulvériser l’ancienne variété dans une autre parcelle et faire des comparaisons entre les plantes pulvérisées et celles qui n’ont pas été pulvérisées. Tu constateras alors si c’est la variété ou si c’est la pulvérisation de pesticide qui fait la différence.

GEORGES
– Euh! C’est une bonne idée. Mais j’aimerais bien savoir si cela fonctionnerait encore mieux si j’utilisais la nouvelle variété et le pulvérisateur. Je suppose que cela pourrait faire l’objet d’un troisième essai : cultiver le nouveau manioc à l’aide du pulvérisateur et sans le pulvérisateur.

COSMAS
– C’est exact, Georges. Tu comprends maintenant. Tu commences à parler comme un scientifique!

MUSIQUE. FONDU. MUSIQUE QUI CONTINUE DE JOUER DOUCEMENT PENDANT QUE PARLE L’ANIMATEUR.

ANIMATEUR
– Agriculteurs, comment comparez-vous différentes variétés de récoltes? Ou différentes méthodes pour lutter contre les organismes nuisibles? Ou de nouvelles façons de conserver la couche arable? N’oubliez pas – c’est une bonne idée d’essayer chaque nouvelle méthode dans une parcelle de terrain séparée. Si vous appliquez cette méthode, vous pourrez vous fier aux résultats obtenus et vous comprendrez ce qu’ils signifient.

Acknowledgements

Collaboration : Jennifer Pittet, Thornbury, Ontario, Canada.

Révision : Ann Waters-Bayer et Chesha Wettasinha, ETC Ecoculture, Pays-Bas.

Information Sources

Kruger, Erna, compilation. Farmer to farmer: A story of innovation and solidarity, Scottsville, Farmer Support Group, University of Natal, 1998.

van Veldhuizen, L., A.Waters-Bayer, R. Ramirez, D. Johnson, et J. Thompson, éditeurs. Farmers’ research in practice: Lessons from the field, London, Intermediate Technology Publications, 1997. IT Publications, 103/105 Southampton Row, WC1B 4HH, UK.