English

Script 54.6

Script

LE VOLUME DE LA MUSIQUE DIMINUE.
LA MUSIQUE S’ESTOMPE TANDIS QUE L’ANIMATEUR COMMENCE À PARLER.

L’ANIMATEUR :

Aujourd’hui, nous allons visiter un jardin en terre aride au « Fambidzanai Permaculture Centre » au Zimbabwe.

Dans ce jardin, nous apprendrons diverses façons de cultiver des récoltes avec une quantité limitée d’eau.

Pendant la tournée, on vous parlera de paillis, de fossés et d’irrigation de sol argileux -bref, de toutes les façons d’épargner l’eau dans son jardin.

Vous savez que tout cela est important lorsqu’on habite dans un endroit où il ne pleut pas beaucoup.

Commençons la tournée.

BRUITS DE PAS ET DE VOIX.

Nous sommes voici arrivés au premier arrêt.

Si vous regardez le sol attentivement, vous verrez des feuilles, des branches, des copeaux de bois ainsi que des morceaux de carton formant une couche épaisse autour des plantes du jardin.

Cette couche s’appelle un « paillis ».

Étendre du paillis sur le sol constitue l’un des meilleurs moyens d’optimiser l’irrigation de vos plantes.

En effet, une couche de paillis aide à retenir l’eau dans le sol.

Le paillis empêche également les mauvaises herbes de pousser.

À mesure que le paillis s’émiette, il contribue à augmenter le volume de terre du jardin.

Ici, les fermiers cultivent même des plantes spéciales, à croissance rapide, qui peuvent être coupées régulièrement pour alimenter le jardin en paillis.

Certains fermiers diront qu’un paillis protège le sol comme un chapeau protège la tête.

Il commence à faire assez chaud au soleil.

Allons donc nous asseoir à l’ombre sous les arbres.

BRUITS DE PAS ET DE VOIX.

Là, c’est mieux.

C’est beaucoup plus frais.

À côté de ces arbres où nous nous trouvons, on aperçoit des semis d’arbres qu’on vient tout juste d’aménager.

Chaque arbre a été planté dans une fosse circulaire.

La fosse a la même largeur que la distance entre votre épaule et votre main (60 centimètres de largeur).

Elle a la même profondeur que la distance entre votre épaule et votre coude (30 centimètres de profondeur).

Avant de planter l’arbre, on remplit la fosse d’un mélange de terre fertile et de compost.

Dans la fosse, la terre fertile retient bien l’eau, ce qui permet au plant de ne pas sécher.

Il y a aussi un paillis – une couche de feuilles et de branches sèches – étalé à la base de l’arbre.

Le paillis empêche également l’eau de s’écouler du sol.

Cette façon de planter des arbres conserve l’humidité et la fraîcheur du sol autour des plants.

Poursuivons à présent notre tournée.

BRUITS DE PAS ET DE VOIX.

Nous sommes voici arrivés au dernier arrêt.

Dans cette partie du jardin, vous pouvez voir plusieurs pots en argile à demi enterrés dans le sol.

Autour de chaque pot, il y a plusieurs plants de légume.

Les pots sont remplis d’eau.

L’eau suinte lentement à travers les parois du pot puis s’écoule dans le sol, irriguant les racines des plants.

Les racines poussent près du pot.

Cela permet d’économiser beaucoup d’eau.

Le fermier remplit le pot une fois qu’il est vide.

Ensuite, le fermier couvre le pot afin d’empêcher l’eau de s’évaporer et pour empêcher la prolifération des moustiques.

LA MUSIQUE S’ESTOMPE AVEC LE DIALOGUE.

C’est ainsi que la tournée prend fin.

Merci d’avoir participé à cette tournée de jardin en terre aride au « Fambidzanai Permaculture Centre ».

Elle nous a permis de voir qu’il y avait beaucoup de façons de cultiver des récoltes – même si vous n’avez pas beaucoup d’eau.

LA MUSIQUE S’ESTOMPE PENDANT QUE L’ÉMISSION TIRE À SA FIN.

– FIN –

Acknowledgements

Contributions: George Kufa, Fambidzanai Permaculture Centre, Harare, Zimbabwe. Les méthodes présentées dans ce scénario sont en usage au Fambidzanai Permaculture Centre, dans le jardin en terre aride. Ce dernier s’appelle « Mvura Yakaderedzwa », qui signifie « limité en eau » en shona, l’une des langues parlées dans la région.