English

Script 54.11

Notes to broadcasters

Ce texte porte sur l’utilisation des graines de l’arbre de moringa (Moringa oleifera) dans la purification des eaux usées. Ce processus se déroule en plusieurs étapes, et chacune doit être suivie rigoureusement pour assurer de bons résultats. Ce texte ne devrait être diffusé que dans la mesure où la méthode de purification à l’aide des graines du moringa est déjà répandue dans votre région, et où des intervenants, tel que les travailleurs de la santé, sont là pour assister les paysans. Le cas échéant, dites à vos auditeurs de s’adresser aux personnes ressources appropriées et soulignez l’importance d’exercer une grande vigilance les premières fois qu’on a recours à cette méthode.

Le moringa est aussi connu sous le nom de malanggay, benzolive, arbre raifort, arbre d’huile de ben, et cassier.

Script

L’ANIMATEUR :

Les eaux usées peuvent vous tuer !

Ou vous rendre très malade.

Il s’agit d’un problème vraiment sérieux.

Vous êtes sans doute déjà au courant que vous pouvez faire bouillir votre eau pour la rendre propre à la consommation.

Cependant, faire bouillir de l’eau revient cher et n’est pas toujours facile, car il faut alors épuiser beaucoup de combustible.

Mais il existe une autre façon de purifier son eau.

Écoutons Rita et Saba, deux femmes venant d’un petit village, en train de discuter d’une façon ingénieuse de purifier l’eau.

Les voilà du côté de l’étang, en train de transporter de l’eau.

BRUITS D’EAU QU’ON PUISE EN ARRIÈRE-FOND.
SABA SANGLOTE.

Rita
: Saba, qu’est-ce qui ne va pas ?

Saba
(encore en sanglots): Ma plus jeune fille est malade. Elle a eu des boutons sur la peau la semaine dernière. Maintenant, elle tousse et elle fait beaucoup de fièvre. Je suis inquiète.

Rita
: Oh, Saba, je suis désolée d’entendre ces nouvelles. Les problèmes de votre fille semblent provenir du fait qu’elle a bu de l’eau contaminée. Est-ce que vous purifiez votre eau de table ?

Saba
: Non, je ne purifie pas toujours mon eau de table. Je n’ai pas assez de bois pour la faire bouillir. Serait-ce la raison pour laquelle ma fille est tombée malade ? Faut-il à tout prix faire bouillir son eau pour qu’elle ne présente pas de risque ?

Rita
: Faire bouillir son eau est la meilleure façon d’écarter tout danger. Mais ce n’est pas toujours aussi simple. J’ai appris, par exemple, qu’on pouvait se servir des graines du moringa pour purifier son eau de consommation. L’eau ressort purifiée et un grand nombre de microbes sont éliminés.

Saba
: Moringa ? Vous voulez dire, l’arbre avec les cosses qu’on mange comme légume ?

Rita
: C’est exact. Certaines parties du moringa sont recherchées pour leurs qualités nutritives et pour leurs propriétés médicinales. Mais les graines peuvent également servir à purifier l’eau. Laissez-moi vous montrer. Prenons ces deux grands pots en verre vides. Allons à l’étang les remplir d’eau.

BRUITS DE PAS QUI S’ÉLOIGNENT.
VOIX DE FEMMES QUI SE FONT ENTENDRE AU LOIN.

L’ANIMATEUR :

Vous connaissez déjà sans doute le moringa. Il pousse dans beaucoup d’endroits différents et peut servir à beaucoup de choses.

L’idée d’utiliser les graines du moringa pour purifier son eau nous est venue du Soudan.

Les femmes du Soudan ont appris à se servir de ces graines pour clarifier les eaux boueuses du Nil.

Cette méthode est en fait assez simple.

Lorsqu’elles sont mélangées à de l’eau, les graines écrasées attirent les particules de saleté qui flottent dans celle-ci, y compris certains microbes qui causent des maladies.

Les saletés se lient aux fragments de graines et sont entraînées avec eux au fond du contenant.

Il suffit ensuite de recueillir la bonne eau.

Encore une fois, il faut bien apprendre chacune des étapes de ce processus avant d’en tenter l’expérience en situation réelle.

Trouvez quelqu’un qui pourrait vous aider – par exemple, demandez aux travailleurs de la santé si l’un d’eux connaîtrait la méthode.

Vous aurez beaucoup de décisions à prendre – par exemple, la quantité de graines qu’il conviendra d’utiliser.

Une chose est certaine : plus l’eau est sale, plus il faut de graines.

Une fois que vous avez établi la quantité de graines qu’il vous faut, il reste à piler celles-ci, à ajouter de l’eau pour former une pâte, à brasser, à drainer, à brasser de nouveau, et ainsi de suite.

Si vous sautez des étapes, votre eau n’en ressortira pas purifiée.

Retournons à l’étang.

Rita vient de finir de purifier un pot d’eau qu’elle a puisée dans l’étang.

BRUITS D’EAU VERSÉE DANS UN POT.

Rita
: Cela fait maintenant deux heures que les graines trempent dans l’eau. Voyez la différence !

Saba
(sursaute): Regardez-moi cette eau ! Elle est si propre. Si je n’avais pas vu cela de mes propres yeux, j’aurais du mal à y croire !

L’ANIMATEUR :

Quand vous ne pouvez pas faire bouillir de l’eau contaminée, utilisez les graines du moringa. Il s’agit d’une façon efficace et abordable de purifier votre eau et de mettre votre famille à l’abri des maladies.

– FIN –

Acknowledgements

Contribution : Vijay Cuddeford, rédactrice/chercheur, Réseau de Radios Rurales des Pays en Développement.
Révision : Vigneswaran Theivendaram, consultant agricole/ancien directeur de ferme, Cambridge, Canada.

Information Sources

« Water purification with moringa seeds », de Dian Desa, Waterlines, volume 3, no 4, avril 1985, pages 22-23. Intermediate Technology Publications, 103-105 Southampton Row, Londres WC1B 4HH, RU.

« Monitored water coagulation with moringa seeds in village households », de Samia Al Azharia Jahn, Gate, no 1/89, mai 1989, pages 40-41. Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (GTZ), GmbH Post Box 5180, D-65726 Eschborn, République Fédérale d’Allemagne. Tél. : 49 6196790. Télécopie: 49 6196797352. Courrier électronique: GATE-ISAT@GTZ.DE SiteWeb: http://gate.gtz.de/isat/

Moringa : A multipurpose vegetable and tree that purifies water. US Agency for International Development, 1987. USAID, Washington, DC 20523, États-Unis.

« Moringa : A nutritious water purifier », Life, vol. 19, no 5, octobre/novembre 1986, pages 4-5. League for International Food Education (Ligue internationale pour l’éducation en alimentation), 915 Fifteenth Street, NW, Suite 915, Washington, DC 20005, États-Unis.

« Evaluation of the application of Moringa oleifera to water purification and phytotherapy », Red, année 10, Vol. 34, juillet-décembre1989, pages 26-29. CEMAT, 28 Avenida 18-80, Zona 10, PO Box 1160, Guatemala, 01901, Guatemala.

« Amaranth to zai holes : Ideas for growing food under difficult conditions », Laura S. Meitzner et Martin L. Price, ECHO, 1996. 17430 Durrance Rd., North Fort Myers, FL 33917-2239, États-Unis.

« Moringa stenopetala provides food and low-cost water purification », de Frank A. Mayer et Elkie Stelz, Agroforestry Today, volume 5, no 1, janvier-mars 1993, pages 16-18. ICRAF House, United Nations Avenue, PO Box 30677, Nairobi, Kenya.

« Traditional water clarification methods — using scientific observation to maximize efficiency », de Samia Al Azharia Jahn, Waterlines, volume 2, no 3, janvier 1984, pages 27-28. Intermediate Technology Publications, 103-105 Southampton Row, Londres WC1B 4HH, Royaume-Uni.

« Moringa oleifera : a tree and a litany of potential », de Geoff Folkard et John Sutherland, Agroforestry Today, volume 8, no 3, juillet-septembre1996, pages 5-8. ICRAF House, United Nations Avenue, PO Box 30677, Nairobi, Kenya.

“Moringa oleifera : A multipurpose tree », de Geoff Folkard et John Sutherland, Footsteps, no 20, septembre 1994, pages 14-15. PO Box 200, Bridgnorth, Shropshire, WV16 4WQ, Royaume-Uni. Tél. : 44 1746 768750. Télécopie : 44 1746 764594. Courrier électronique : imc@tearfund.dircon.co.uk