English

Script 51.5

Script

Si vous élevez des poulets, des canards ou des cochons, il est parfois difficile de trouver de la nourriture pour eux. Il y a peut-être une pénurie de nourriture dans votre pays. Ou bien la nourriture pour les animaux est peut-être tout simplement trop chère à acheter. Alors il vous faudra trouver de la nourriture différente et moins chère.

Aujourd’hui nous avons des suggestions pour une alimentation alternative en provenance de Cuba et des Philippines.

Maria Elena Gonzalez nous apprend qu’à Cuba, lorsque la nourriture vient à manquer, les agriculteurs cherchent autour de leur maison ou de leur ferme des restes de récoltes ou des produits qui ne sont pas utilisés.

Ils essaient de trouver des choses qui peuvent remplacer les aliments qui coûtent cher pour compléter le régime des volailles. Et ils ont des idées intéressantes.

Par exemple, ils ajoutent des citrouilles à l’alimentation des volailles. Ils coupent en morceaux et font sécher les citrouilles, les donnent à manger aux poules pondeuses, et obtiennent de bons résultats. Les citrouilles contiennent autant de protéines et de gras que le maïs et la farine de manioc qui servent aussi à nourrir les poulets.

Le taro est une autre plante que l’on utilise pour nourrir les volailles à Cuba. Le taro (Colocasia esculenta) est une tubercule également appelée dachine ou taro. Vous pouvez utiliser le taro pour remplacer le maïs ou les autres céréales. Il faut moudre le taro et en faire de la farine.

Ajoutez jusqu’à 15% de cette farine à l’alimentation des poussins âgés d’un jour à quatre semaines. Bien sûr, vous devrez aussi avoir assez de protéines, des vitamines et des minéraux dans la nourriture. Maria de Cuba rappelle aussi aux agriculteurs que pour avoir un bon départ dans la vie, les poulets doivent bien manger dès leur jeune âge. Les poulets prennent du poids rapidement, ils peuvent prendre 10 fois leur poids durant leurs quatre premières semaines de vie.

****** [MUSIQUE OU EFFETS SONORES] ******

M. Ignacio Obrero, des Philippines, a aussi son mot à dire au sujet de l’alimentation des cochons.

Selon Ignacio, de nombreux agriculteurs croient que les cochons ne grandiront bien qu’en mangeant des aliments qu’on trouve dans le commerce. Ce n’est pas vrai. Dans de nombreuses régions où les agriculteurs ne peuvent pas acheter des aliments chers, ils utilisent une plante locale comme nourriture de remplacement. Et ils obtiennent de bons résultats.

L’une de ces plantes est le manioc (Mannihot esculenta). Il peut remplacer le maïs et les autres céréales. Les agriculteurs ramassent les tubercules de manioc, les feuilles et les parties juteuses de la tige. Ils font tout bouillir dans de l’eau. Ils ajoutent un peu de sel et un peu de guano de poisson. Le guano de poisson apporte les protéines qui sont essentielles au régime des cochons. C’est donc une nourriture à la fois facile à trouver et bon marché. Et pour s’assurer un approvisionnement régulier, certains agriculteurs cultivent du manioc tous les mois. Ainsi, ils peuvent récolter le manioc à n’importe quelle période de l’année et l’utiliser pour nourrir leur bétail.

****** [MUSIQUE OU EFFETS SONORES] ******

Souvenez vous que votre animal a besoin d’une variété d’aliments différents. Donnez aux bêtes beaucoup de céréales ou des produits qui peuvent les remplacer, une source de protéines, des vitamines et des minéraux, et suffisamment d’eau tout le temps.

Acknowledgements

Ce texte a été révisé par Vigneswaran Theivendaram, Consultant en agriculture et spécialiste des volailles, Cambridge, Ontario, Canada.