English

Script 42.2

Script

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

La conservation de vos propres semences représente une économie. C’est aussi la meilleure façon d’assurer la conservation des variétés traditionnelles. Ces variétés qui poussaient déjà dans votre région avant même la naissance de vos grands-parents sont bien adaptées au climat et au sol de la région. Elles offrent également une bonne résistance aux ravageurs communs chez vous. Si vous-même et vos voisins cessez de les cultiver, elles disparaîtront. En fait, une foule de variétés traditionnelles sont déjà perdues à jamais.

La première étape consiste à récolter des semences variées au champ. Vous devez ensuite les faire sécher et les entreposer pour qu’elles durent jusqu’à la saison d’ensemencement suivante. Voici comment procéder.

Des semences sèches, au frais, dans des contenants hermétiques

Voici trois règles d’entreposage des semences qui assureront une bonne croissance la saison suivante.

  1. Assurez-vous que les semences sont bien sèches avant de les entreposer.
  2. Entreposez les semences dans un endroit le plus frais possible.
  3. Protégez les semences de l’humidité.

Faites sécher les semences en les étendant sur un paillasson ou un treillis, dans un endroit chaud et ombragé. L’ombre joue un rôle important, car le soleil direct pourrait abîmer les semences. Retournez-les à peu près tous les jours pour qu’elles sèchent uniformément. Après deux ou trois jours dans un lieu chaud et sec, la plupart des semences sont prêtes à l’entreposage. Certaines prennent toutefois un peu plus longtemps. Jugez-en au son qu’elles produisent quand vous les brisez. Sèches, les grosses graines plates comme celles de la citrouille font un bruit cassant et sec quand vous les tordez; les grosses graines épaisses comme celles du maïs et des haricots font un craquement sous la dent; les petites graines font un craquement quand elles sont pincées entre les doigts.

Plus le lieu d’entreposage est frais, mieux cela vaudra. L’endroit doit aussi être sec. L’humidité et la chaleur sont les deux grands ennemis des semences entreposées.

Entreposez les semences dans des bocaux ou des boîtes métalliques dotées de couvercles étanches pour les protéger de l’humidité. Plus le climat de votre région est humide, plus vous devez être soigneux pour veiller à l’étanchéité des contenants. Pour vous en assurer, remplissez les interstices sous le couvercle de cire ou de gras. Vous pouvez aussi faire fondre de la paraffine ou de la cire de bougie, retourner les bocaux à l’envers et les y plonger pour être certain de l’étanchéité autour du couvercle. Une autre option consiste à plonger un morceau de tissu dans la cire chaude et à en envelopper l’ouverture du contenant pour le sceller.

Pour empêcher les semences d’absorber l’humidité de l’air, vous pouvez aussi mettre dans le contenant un élément qui absorbera lui-même l’humidité, par exemple, des grains de riz, de blé ou de maïs fraîchement grillés ou des pois secs grillés. Pour les griller, chauffez-les lentement en les remuant constamment dans une poêle sur la cuisinière. Ils doivent être parfaitement secs, mais non brûlés. Déposez-les ensuite dans un sac de tissu pour qu’ils ne se mêlent pas aux semences. Remplissez le sac de grains grillés et placez-le ensuite dans le contenant de semences. Comptez environ deux fois plus de grains grillés que de semences par contenant.

Si vous ouvrez le contenant pour en tirer des semences, mais que vous voulez entreposer le reste plus longtemps, remplacez les vieux grains grillés avant de sceller de nouveau le contenant.

Vous pouvez ranger les contenants de semences étanches dans un trou ménagé dans le plancher en terre battue de la remise ou de la hutte d’entreposage pour les garder à l’abri de la pluie et de l’inondation. Les contenants y seront au frais et au sec.

A l’abri des insects

Les contenants étanches protègent en outre les semences des insectes. Si vous faites bien sécher les semences, que vous les déposez dans un contenant étanche et que vous les rangez dans un lieu frais, elles se conserveront très bien jusqu’à la prochaine saison de culture. En général, le respect de ces trois règles – séchage et entreposage au frais, dans un contenant étanche – contribue aussi à garder les semences à l’abri des insectes. Certains agriculteurs vont toutefois plus loin pour se prémunir des insectes. Voici donc trois autres moyens de protéger les semences des insectes pendant l’entreposage.

Ajoutez cinq millilitres (une cuillère à soupe) d’huile végétale, comme de l’huile de palmier, de l’huile de coco ou de l’huile d’arachide, à 2 livres (un kilogramme) de semences potagères ou céréalières. Agitez l’huile et les semences dans un bocal pendant cinq minutes, jusqu’à ce que l’huile couvre légèrement toutes les semences. Rangez ensuite les semences dans des contenants étanches, au frais.

Vous pouvez aussi protéger les semences des insectes en y mélangeant de la cendre. Retirez d’abord tous les morceaux de bois brûlé du tas de cendre pour qu’il ne reste que de la poussière. Mélangez la poussière de cendre aux semences pour bien recouvrir toutes les graines. Ajoutez 7 onces (200 grammes) de cendre fine par 2 livres (1 kilogramme) de semences.

La troisième méthode consiste à ajouter des feuilles ou des plantes séchées aux semences. Choisissez des feuilles adaptées à votre région. Essayez diverses plantes qui poussent naturellement dans votre région et sont reconnues pour éloigner les insectes. Par exemple, les feuilles de margousier à feuilles de frêne (Azadirachta indica) sont disponibles dans nombre de parties du monde et on sait qu’elles gardent les insectes à bonne distance. D’autres plantes peuvent servir pour la même fonction.

Pour utiliser des feuilles de margousier à feuilles de frêne, commencez par les faire sécher à l’ombre; le plein soleil détruirait certains des éléments répulsifs des feuilles. Une fois les feuilles séchées, broyez les en poudre dans un bol ou entre deux pierres à affûter. Mélangez la poudre aux semences séchées et rangez le tout dans des contenants étanches, au frais.

Choisissez les semences à conserver pour la saison suivante en trois fois. La première fois, récoltez les semences au hasard. Retournez et choisissez ensuite les graines de plants présentant des qualités spéciales. Enfin, allez cueillir des graines sur des plants différents des autres.

Pour entreposer les semences, suivez toujours les trois règles d’entreposage : faites bien sécher les semences; rangez les dans des contenants étanches; placez les contenants au frais. Protégez les semences des insectes en y mélangeant de l’huile, de la cendre ou des végétaux insectifuges.

Suivez les étapes expliquées ici pour entreposer les semences de vos propres plants. Vous économiserez ainsi de l’argent et vous préserverez de précieuses variétés traditionnelles.

Acknowledgements

Ce texte a été écrit par Harvey Harman qui a été travailleur communautaire en Afrique du Sud pendant plusieurs années. Aujourd’hui, il est agriculteur en Caroline du Nord, USA.

Ce texte a été publié ultérieurement dans la pochette 29, texte 2 du Réseau de Radio Rurale des Pays en Développement.

Information Sources

The community seedbank kit, 1986, 15 pages. The Rural Advancement Fund International, P.O. Box 655, Pittsboro, NC 27312, USA.

Echo Development Notes, Publications #35, 14, 15 et 16. ECHO (Educational Concerns for Hunger Organization), 17430 Durrance Rd., North Fort Myers, Florida 33917, USA.

Food from dryland gardens, David Cleveland et Daniela Soleri, 1991. Center for People, Food and Environment, USA.

ILEIA Newsletter, Vol. 3, No. 2, Juillet 1987 et Vol. 5, No. 4, Décembre 1989. Information Centre for Low External Input and Sustainable Agriculture, Kastanjelaan 5, P.O. Box 64, 3830 AB, Leusden, The Netherlands.