English

Script 34.11

Script

Les piments forts(Capsicum spp)peuvent servir à préparer une solution à vaporiser, ou de la poudre, pour éliminer les insectes. Dans le monde entier, des agriculteurs et des jardiniers utilisent le piment fort à la place des insecticides vendus dans le commerce.

Préparez une solution à vaporiser pour les produits qui poussent dans le champ et les jardins potagers.

Vous pouvez préparer une solution à vaporiser efficace pour éliminer les insectes, à partir de piments forts, de l’eau et du savon. Hachez une grosse poignée (environ 100 grammes) de piments forts. Faites attention pendant la manipulation parce que les piments pourraient brûler votre peau. Ajoutez environ un litre d’eau. Laissez la solution reposer pendant une journée. Ensuite, filtrez le mélange à l’aide d’un tamis ou d’un tissu fin. Ajoutez une quantité égale d’eau savonneuse. Le savon est important parce qu’il aide la solution à rester sur les feuilles et les fruits de la plante. Vaporisez la solution ainsi obtenue sur vos plantes affectées par des insectes, en vous servant d’un arrosoir, un pinceau, ou un vaporisateur.

Certaines personnes ajoutent des oignons et de l’ail au mélange. Ou encore ils mettent du piment fort, bien sec et réduit en poudre, directement sur la partie affectée de la plante. C’est une bonne idée de faire des essais pour voir ce qui vous convient le mieux.

Après la récolte de votre produit, n’oubliez pas de laver la plante ou le fruit, pour éliminer toutes traces de piment fort qui pourrait encore se trouver dessus. Si vous ne le faites pas, le goût du produit pourrait être altéré.

Protégez les graines entreposées et les semences.
Pour décourager les insectes de s’attaquer aux graines ou aux semences entreposées, vous pouvez utiliser des piments forts séchés. D’abord, faites sécher les piments forts au soleil. Quand ils sont bien secs, réduisez-les en fine poudre. Mélangez cette poudre avec les graines à entreposer. Attention de ne pas prendre la poudre dans les yeux, le nez ou la bouche. Au lieu de les écraser, certains agriculteurs mélangent les piments forts entiers avec leurs graines. Pourquoi ne pas essayer la poudre de piment fort dans un lot de graines, et les piments forts entiers dans un autre ? De cette façon, vous verrez bien ce qui marche le mieux, et quelle quantité de piments utiliser.

Assurez-vous que les graines et semences que vous voulez entreposer ont été séchées comme il faut, avant de mélanger la poudre de piments forts ou les piments entiers avec elles. Des agriculteurs font un test d’humidité pour vérifier si leurs graines, comme le riz, le soja, et les pois sont bien secs. Ils mordent une ou deux graines avec les dents. Un craquement sec, lorsqu’on mord la graine signifie que la graine est assez sèche pour être entreposée. D’autres pressent l’enveloppe de la graine avec l’ongle du pouce pour s’assurer qu’elle est dure et sèche.

Dans plusieurs pays à travers le monde, des agriculteurs utilisent les piments forts pour protéger leurs graines entreposées contre les insectes. Vous pouvez le faire aussi, que vous entreposiez vos graines dans des pots, des sacs, des calebasses ou des paniers.

Information Sources

Trente neuf participants du Réseau ont envoyé de l’information concernant l’utilisation des piments rouges dans la lutte contre les insectes.

Natural pesticides (2 pages d’un pamphlet d’information) publié par “the Kenya Institute of Organic Farming”, P.O. Box 34972, Nairobi.

Red pepper – botanical insecticides for controlling some stored product pests, dans Santinig, Volume VI, No. 256, Septembre 1987 (page 10). Philippine Federation of Rural Broadcasters, 4th floor, NIA building, EDSA, Quezon City, Philippines.

Peppers, par Jean Andrews, 1984. (170 pages), University of Texas Press, Box 7819, Austin, Texas.

Handbook of plants with pest-control properties, 1988, par Michael Grainge et Saleem Ahmed, Resource Systems Institute, East-West Center, Honolulu, Hawaii. John Wiley & Sons.

Alternativas al uso de agroquimicos – control cultural y pesticidas caseros (Alternatives à l’utilisation des agrochimiques – contrôle des cultures et insecticides maisons) par Traugott Horsch, Octobre 1989, (11 pages), Managua, Nicaragua.

Natural crop protection based on local farm resources in the tropics and subtropics, par Gaby Stoll, 1986 (186 pages). Agrecol, c/o Okozentrum, CH-4438 Langenbruck, Switzerland.

The use of plants and minerals as traditional protectants of stored products, par P. Golob et D.J. Webley, 1980. Natural Resources Institute, Central Avenue, Chatham, Maritime, Chatham, Kent ME4 4TB U.K.