English

Script 64.8

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

L’aptitude à diriger aux échelons régional, communautaire ou municipal est un facteur clé pour une reprise à la suite d’une catastrophe. Le sens de l’organisation à ces échelons est souvent plus efficace que les stratégies de prévention et de reprise nationales ou planifiées. Le but de ce texte est d’inciter les groupes régionaux à reconnaître les compétences qu’ils ont à offrir, compétences qui seront utiles dans les situations critiques. Ce texte cite l’exemple d’un cercle d’écoute radio pour les femmes. Nous vous proposons de prendre comme exemple un organisme régional bien connu de votre auditoire.

Les femmes de ce groupe utilisent leur esprit d’organisation pour se préparer pour une inondation. Même sans préavis, les groupes communautaires peuvent réunir compétences, connaissances et ressources pour atténuer les effets d’une catastrophe. Par exemple, le Petersfield Sports and Community Club en Jamaïque a su préparer la communauté en deux jours avant que l’ouragan Gilbert ne frappe. Un grand nombre de différents groupes ont les ressources pour aider : groupes sportifs, groupes féminins, clubs sociaux, garderies, groupes agricoles et cercles d’écoute radio tels que celui qu’on retrouve dans le texte suivant. Les groupes communautaires peuvent :

  • Former un comité en prévision de catastrophes pour coordonner les activités de secours en cas de catastrophes.
  • Créer un système d’alerte à la fois simple et rapide que tout le monde peut comprendre.
  • Etudier les stratégies indigènes. Par exemple, recueillir et enregistrer des renseignements sur les façons traditionnelles de conserver et d’entreposer l’eau propre; de conserver et d’entreposer les semences; de choisir des récoltes résistant à la sécheresse ou aux inondations; et de construire des habitations qui résistent aux catastrophes. Transmettre les renseignements pertinents.
  • Fournir des renseignements concernant les banques communautaires de semences et les polices d’assurance.
  • Distribuer des vivres et autres provisions.
  • Informer la population de l’importance de l’hygiène pour réduire la propagation des maladies pendant les situations critiques.

Script

Personnages

Narrateur
Annonceur radio

Ashanti, Sela et Iman
: Trois membres du Cercle d’écoute radio pour les femmes, Busara

INTRODUCTION DU THÈME MUSICAL ET FONDU (10 SECONDES).

Narrateur
: Votre communauté est-elle vraiment prête à faire face à une catastrophe? Vous allez bientôt découvrir comment le Cercle d’écoute radio pour les femmes, Busara, s’est préparé pour une situation critique.
Narrateur
(suite) : Les membres du Cercle radio se rencontrent chaque semaine pour écouter des émissions radiophoniques portant sur la santé, l’agriculture et les petites entreprises. Après les émissions, les femmes parlent de la façon dont elles peuvent se servir des renseignements obtenus pour améliorer leur vie. Écoutons-les pendant une rencontre spéciale au moment où les femmes se rendent compte qu’elles sont capables d’aider la communauté pendant une catastrophe.

Scène 1

BRUITS DE RADIO ET DE PARASITES.

Annonceur radio
: (en fondu)… et sur ce se termine aujourd’hui notre émission. Maintenant passons aux nouvelles régionales. Une alerte est en vigueur concernant la crue des eaux dans les régions entourant les rivières Samsi et Maha. Au cours des derniers jours, de fortes pluies ont fait augmenter le niveau d’eau et nous prévoyons l’évacuation de certains habitants… (fondu)

PARASITES RADIO EN FONDU.

VOIX D’UN GRAND NOMBRE DE FEMMES PARLANT AVEC AGITATION.

Iman
: Évacuation?! Cela veut dire que cette fois-ci il s’agit d’une importante inondation.

Sela
: Je pensais que cette pluie était plus forte que d’habitude. Ashanti, vous vous souvenez des histoires que nos aînés nous racontaient sur les dégâts causés par les inondations il y a quarante ans?

Ashanti
: Je m’en souviens. Vous ne croyez jamais que cela va vous arriver. Mais présentement, nous devons faire quelque chose pour aider.

Iman :
Que voulez-vous dire? Que pouvons-nous faire? Nous n’avons pas de plans en prévision de catastrophes et il n’y a personne pour nous aider.

VOIX DE FEMMES QUI PARLENT ET QUI DISCUTENT.

Ashanti :
Allons, ne nous affolons pas. Nous n’avons peut-être pas d’aide venant de l’extérieur, Iman, mais nous avons ce groupe, notre cercle radio. Et j’ai l’impression qu’en tant qu’organisme, nous sommes puissantes. Nous travaillons ensemble depuis un grand nombre d’années. Nous pouvons certainement nous servir de cette force d’une façon ou d’une autre.

Sela
: Voilà une bonne remarque, Ashanti. Mon frère est membre d’un groupe sportif. Il y a quelques années, pendant les sécheresses, les membres du groupe sportif se sont organisés pour distribuer des provisions alimentaires d’urgence. Le travail accompli par ce groupe sportif a probablement sauvé un grand nombre de vies.

Ashanti
: Sela, voilà une excellente idée! Vous voyez, Iman? Nous pouvons faire quelque chose! Pensons à la force de notre cercle radio. Quelles compétences possédons-nous? Comment pouvons-nous nous servir de nos compétences pour aider les autres maintenant?

Sela
: Et bien! Nous sommes bien organisées.

Iman
: Que voulez-vous dire, Sela?

Sela
: Et bien! Grâce à nous, ce cercle fonctionne depuis un grand nombre d’années. Au cours de ces années, nous avons appris beaucoup de choses. Nous avons également travaillé en collaboration avec d’autres gens du village et élaborer plusieurs projets qui ont connu du succès. Vous vous souvenez du projet d’épargne de semences? Et du projet de tissage pour les femmes du village?

Ashanti
: Oui, nous savons que nous avons le sens de l’organisation. Alors, par exemple, nous pourrions travailler en collaboration avec les gens du village pour distribuer des provisions d’urgence telles que des draps et des couvertures en plastique pour garder les gens au chaud et à l’abri de la pluie.

Sela
: Cela me fait penser à une autre ressource que nous avons. Grâce à notre cercle radio, nous avons établi des liens avec les stations de radio.

Iman
: Oui, mais comment cela peut-il être utile?

Sela
: Nous pouvons nous servir de nos liens avec les stations de radio pour émettre de l’information. Par exemple, notre ami, Sam, à la station FM KISS pourrait nous aider. Régulièrement, nous pourrions peut-être, de nos foyers, préparer des contre-rendus au sujet de la situation : où les gens peuvent obtenir de l’eau potable et d’autres provisions?

Ashanti
: Sela, pourquoi n’étudiez-vous pas cette possibilité? Si nous pouvons rapidement mettre sur pied quelque chose, nous pourrions annoncer à la radio les postes de distribution. Nous pourrions peut-être écrire de courtes annonces radiophoniques pour promouvoir de bonnes pratiques d’hygiène et discuter des moyens de prévenir la propagation des maladies au moment de la crue.

Iman
: Je ne m’étais pas rendue compte que nous pouvions faire autant pour aider!

Ashanti
: Pendant toutes ces années, nous avons géré nos foyers et nos fermes. Et nous avons créé un cercle puissant. Nous sommes un groupe de femmes bien organisé! Qui dit que nous ne pouvons pas prendre les choses en main en cas de catastrophes?

VOIX DE FEMMES QUI SONT D’ACCORD.

MUSIQUE EN FONDU QUI JOUE DOUCEMENT PENDANT QUE LE NARRATEUR PARLE.

Narrateur
: L’eau continue de monter autour du village. Des cultures ont été perdues et des maisons ont été inondées. Mais le cercle radio pour les femmes a joué un rôle indispensable en aidant la communauté à se préparer pour la catastrophe et à s’adapter à cette dernière. Un grand nombre de personnes ont exprimé leur gratitude envers les femmes et les ont remerciées d’avoir organisé des secours.

Êtes-vous membre d’un club social? D’une équipe sportive? D’un groupe agricole? En planifiant et en partageant vos connaissances, votre groupe peut participer à la reprise après une catastrophe. Vous pouvez :

  • Travailler avec d’autres groupes pour former un comité de coordination en cas de catastrophes.
  • Créer un système d’alerte simple et rapide que tout le monde peut comprendre.
  • Trouver un endroit sûr pour entreposer les provisions. Recueillir de l’eau propre, des couvertures, de la nourriture, de l’équipement, des vêtements et des trousses de premiers soins. Vous pouvez également coordonner un système de distribution.
  • Parler aux aînés du village au sujet des expériences qu’ils ont vécues lors de catastrophes et tenir compte de leurs idées lorsque vous préparez vos plans.
  • Étudier les méthodes d’entreposage de semences ainsi que les façons de protéger les récoltes et le bétail. Transmettre ensuite les renseignements pertinents.
  • Faire une liste des personnes les plus vulnérables de votre communauté. Créer un système pour répondre tout d’abord à leurs besoins au moment où une catastrophe frappe.

– FIN –

Acknowledgements

Collaboration : Belinda Bruce, Vancouver, Canada.

Information Sources

On Your Marks! Understanding Disasters and Disaster-Talk dans Community Toolbox Citizenry-Based & Development-Oriented Disaster Response, Annelies Heijmans et Lorna P. Victoria. Asian Disaster Preparedness Center, PO Box 4, Klong Luang, Pathumthani, 12120 Thailand. Tél. : (66-2) 524-5354. C. élec. : pdrsea@ait.ac.th. Adresse Web : http://www.adpc.ait.ac.th/infores/doc.html

Citizens’ Participation Towards Safer Communities, Zenaida G. Delica, et Disaster Risk Management and Vulnerability Reduction: Protecting the Poor, Suvid Yodmani. Asian Disaster Preparedness Center (voir adresse plus haut).

Radio Listening Clubs, Panos Southern Africa. Adresse Web : http://www.panos.org.zm/radio. Personne-ressource : Fackson Banda, Director, PO Box 391663, Lusaka. Tél. : +2601 290037. C. élec. : fackson@panos.org.zm