English

Script 118.0

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

Au Togo, l’arachide est classée parmi les trois premières légumineuses. Elle se cultive essentiellement dans les régions des Savanes, Kara, et Plateau où le climat et la terre conviennent aux cultures céréalières et légumineuses. Elle offre un atout alimentaire, économique aux agriculteurs(trices) et aux consommateurs(trices).

Au Togo, l’arachide, c’est le « café- cacao » du petit paysan du nord. Elle représente une source d’épargne rurale.

Pour produire une émission similaire sur les défis et les solutions pour les activités post-récolte de l’arachide, vous pourriez vous inspirer de ce texte. Si vous décidez de le présenter dans le cadre de votre émission agricole régulière, vous pouvez choisir de faire représenter les personnes interviewées par des acteurs vocaux ou des animateurs(trices). Dans ce cas, veuillez informer votre auditoire au début de l’émission, qu’il s’agit de voix des acteurs vocaux et des animateurs(trices) et non celles des véritables personnes interviewées.

Si vous souhaitez créer des émissions sur les défis et les solutions liés au séchage, au triage et au décorticage de l’arachide, entretenez-vous avec les agriculteurs(trices) qui produisent l’arachide, les semenciers, les spécialistes de la culture d’arachide et d’autres parties prenantes de la chaîne de valeur de l’arachide. Vous pourriez, par exemple, leurs poser les questions suivantes :

  • L’arachide est-elle cultivée dans votre région?
  • Quels sont les bonnes pratiques pour aider les agriculteurs(trices) à réussir la culture de l’arachide?
  • Comment les agriculteurs(trices) peuvent-ils/elles avoir accès à de bonnes semences?
  • Quels sont les défis et solutions dans votre région liés au séchage, au triage et au décorticage de l’arachide? Quelles méthodes ou bonnes pratiques efficaces et abordables que les agriculteurs(trices) utilisent-ils pour relever ces défis?

Durée estimée du texte radiophonique avec la musique, l’intro et l’extro : 20 minutes.

Script

ANIMATEUR(TRICE) :
Bonjour, chers auditeurs(trices), bienvenue dans notre émission. Je m’appelle Aristide Kawele.

Aujourd’hui, nous parlons de la culture d’arachide, elle présente des nombreux défis y compris ceux qui sont liés au séchage, au triage et au décorticage. Notre aventure, au Togo, nous conduit dans les Savanes. Nous interviewons les agriculteurs(trices) et les ingénieurs agronomes dans les préfectures de l’Oti, Tandjouare, Dapaong, Mango et Kara, les principales villes de production de l’arachide du pays. Nous découvrons leurs expériences de la production d’arachides et comment ils réussissent à faire face aux défis liés à cette culture.

Au Togo, on cultive essentiellement le soja, le maïs et l’arachide. Cescultures sont consommées dans tout le pays. Laculture d’arachide est classée parmi les trois meilleures légumineuses, qui sont le niébé, l’arachide et lesoja.

Quelles sont les difficultés des agriculteurs(trices) et les bonnes pratiques que conseillent les experts pour réussir la culture d’arachide? Nous interviewons, dans cette émission, deux experts et trois producteurs (trices).

Premièrement, nous nous entretenons avec l’ingénieur agronome Nassampere Kinanso, il nous donne un brefaperçu de la culture d’arachide, au Togo. Deuxièmement, nous nous entretenons avec trois producteurs(trices) qui partagent avec nous leurs expériences production d’arachides en faisant face aux défis liés au séchage, triage et décorticage. Troisièmement, nous nous entretenons avec le Docteuren génétique des plantes BanlaEssohouna Modom, sélectionneur d’arachide.

Bienvenue, Ingénieur!

EXP. NASSAMPERE :
Merci de me recevoir.

ANIMATEUR(TRICE) :
Ingénieur agronome Nassampere, pouvez-vous nous donner un bref aperçu de la cultured’arachide auTogo?

EXP. NASSAMPERE :
Merci de me donner l’opportunité de parler de cette filière qui porte l’attention de nombreux producteurs(trices) dans les régions du nord, au Togo. La culture d’arachide, c’est le “café-cacao” du petit(e) producteur(trice), parce qu’il y’a de décennies, dans ces régions du nord, c’était grâce à cette culture que les producteurs(trices) pouvaient envoyer leurs enfants à l’école, assurer la santé et subvenir aux besoins de leur famille.

Ces dernières années, au Togo, le rendement de l’arachide est faible. Au cours des cinqdernièresannées, la production moyenne tourne autour de

45000tonnes et les superficies semées autour de 60000hectares. Les rendements en milieux paysans sontfaibles, soit autour de 720 kg/ha.

Au Togo, l’arachide est la première source de revenus pour lesménages agricoles.

ANIMATEUR(TRICE) :
C’est- à- dire que la culture de l’arachide a connu des problèmes auTogo, si je vous suis bien?

EXP. NASSAMPERE :
Oui, il faut reconnaitre que depuis un moment, cette culture était oubliée, du fait du non-adoption des variétés améliorées et de la dégénérescence des variétés existantes des arachides.

À partir de 2016, le Programme Centre d’Innovation Verte de la GIZ, a travaillé avec les organisations de partenaires et de producteurs(trices), et les acteurs(trices) de la filière semencière pour relever cette filière d’arachide au Togo.

ANIMATEUR(TRICE) :
Nousinterviewons, maintenant DonzoSaya, producteur d’arachides à Akpossou (Mango) dans la préfecture de l’Oti. Nous sommes fiersde vous recevoir dans cette émission agricole.

DONZO SAYA :
Je vous remercie pour m’avoir invité.

ANIMATEUR(TRICE) :
M. Donzo Saya, par rapport au séchage d’arachides, quelles sontles difficultés que vous rencontrez?

DONZO SAYA :
Oh! Il y a beaucoup de difficultés par rapport au séchage, premièrement, il faut couvrir l’arachide avec les bâches pendant la saison pluvieuse. Deuxièmement, le séchage tardif des gousses d’arachide, environs une semaine après favorise le développement rapide des ravageurs. Ces ravageurs jouent négativement sur la qualité de l’arachide.

ANIMATEUR(TRICE) :
Merci, M. Donzo Saya. Nous interviewons également un autre agriculteur, Bondjougou Yendoumben. Il est producteur des semences certifiées d’arachide, au Togo, dans le village de Tantigou-Barrage, dans la préfecture de Tone, Régiondes Savanes. Parlez-nous, Bondjougou Yendoumben, de vos expériences liées au séchage, au triage et au décorticage de l’arachide.

BONDJOUGOU YENDOUMBEN:
D’abord, le séchage, on a besoin debâches pour protéger l’arachide lorsqu’il veut pleuvoir et il faut débâcher les arachides, après la pluie. Voilà la difficulté liée à la pluie. Ensuite, le triage, il est simple. C’est le vannage. Une fois qu’il y a le vent, vousvannez et tout ce qui est déchets sort. Puis, ledécorticage, c’est un travail à long terme. Nous déployons les jeunes et les femmes pour faire ce travail en groupe et ce travail peut s’étendre à une ou deux semaines.

ANIMATEUR(TRICE) :
Merci, Bondjougou Yendoumben pour votre contribution. Maintenant, nous interviewons le producteur semencier Compara Karsongue. Avez-vous des expériences à partager avec nous sur des systèmesnovateurs de séchage qui marchent?

COMPARA KARSONGUE :
Effectivement! Le boulot d’étranglement pour variété d’arachide ICIAR19BT que nous sommes en train de vulgariser en raison de ses nombreuses qualités bénéfiques, c’est le problème de séchage.

Nous avons choisi un système de séchage avec des étagères que nous surélevons avec des postes. Notre processus de séchage est similaire à celui du café et du cacao. Vous voyez comment on prépare des clefs (sorte de paillasson fabriqué avec les nervures de palmier) avec des piquets, des poteaux qu’on étale, et avec un peu de plastiques, nous séchons. Puis, le sol étant humide, ne peut plus renvoyer son humidité sur l’arachide. Avec le peu de chaleur que les rayons du soleil renvoient, notre arachide doit se sécher sur ces clefs. Quand c’est bien sec, on les stocke, jusqu’au mois d’octobre à novembre. On doit sécher encore les arachides pour diminuer le taux d’humidité.

ANIMATEUR(TRICE) :
Quelle est l’étape suivante?

COMPARA KARSONGUE:
D’abord, on prend la main d’œuvre pour passer au triage des gousses qui germent sur les étagères. Quand, on finit, on met les arachides dans un sac de 25kilogrammes. Ensuite, nous préparons la zone de stockage où nous allons entreposer le produit. On met les sacs sur des palettes. À défaut des palettes, avec nos producteurs(trices), on met ces sacs sur des briques. Et on met les bois sur les sacs. Onpasse également une couche de la cendre sur les sacs pour éviter les moisissures ou bien l’attaque des termites. On évite de stocker les arachides conte le mur. Cela permet au producteur(trices) de contrôler parce que on a les sourisqui peuvent manger les arachides. Au moment opportun, on a les services techniques qui rendre une visite à chaque producteur(trice) et passent faire le prélèvement pour conduire des tests de germination, contrôler les semences et délivrer un certificat de vente. Voilà comment on procède au séchage, au triage et au stockage.

Le décorticage se fait manuellement. Les producteurs(trices) qui fond la transformation utilisent soit les décortiqueuses artisanales ou industrielles.

Le décorticage manuel, elle est fastidieuse et nécessite des moyens financiers. Moi, par exemple, pour décortiquer un sac de 50 kilogrammes, j’emploie une femme qui le fais pendant trois à quatre jours. Lamaind’oeuvre me revient à 2 500 F CFA.

ANIMATEUR(TRICE) :
C’est un chemin de croix!

COMPARA KARSONGUE :
Voila! (RIRE). Il y a toute une panoplie de bonnespratiques parce que, quand on parle de laproductiond’arachides, il faut appliquer les bonnes pratiques pour avoir lesbons résultats.

ANIMATEUR(TRICE) :
Ah bon!

COMPARA KARSONGUE:
Oui! Ensuite, le décorticage. C’est constitué de grillages qu’on a fabriqués. Ces grillages aident les producteurs(trices) d’enlever les coquilles d’arachide sans difficultés.

Puis, on procède au battage avec le vélo. On renverse le vélo et actionner comme si on pédalait. On met l’arachide à travers les rayons et ça saute les gousses sans difficulté, sans blesser. On a vulgarisé toutes ces bonnes pratiques.

ANIMATEUR(TRICE) :
Alors, combien de producteurs(trices) d’arachide à Nano disposent d’équipements pour ces opérations post-récolte?

COMPARA KARSONGUE :
On a le matériel. Les plateformes de séchage et décortage sont disponibles. Les producteurs(trices) sont en train d’adopter ces bonnes pratiques parce que 10 personnes utilisant des plateformes de décorticage et d’autres équipements peuvent faire le travail de 50 personnes travaillant manuellement.

ANIMATEUR(TRICE) :
Nous avons beaucoup appris avec M. Compara Karsongue! Maintenant, nous interviewons DocteurBanla. Docteur Banla est Sélectionneur d’arachide, il est le Chef de programme légumineuses à l’Institut Togolaise de Recherches Agronomiques.

À votre avis, au Togo, quelles sont les habitudes des agriculteurs(trices), par rapport aux activités postrécolte de l’arachide?

DOCTEUR. BANLA:
Pour ce qui concerne le triage, au Togo, le triage est manuel. On n’a pas les moyens de trier les arachides mécaniquement. Trier à la main, vous comprenez que c’est fatigant. Mais dans la pratique, il y a beaucoup de petit(e)s producteurs(trices) qui nepassent pas le temps qu’il faut pour trier les arachides ; et cela a des conséquences. Et ça laissent des pertes post-récoltes.

Cependant, ceux qui produisent l’arachide pour semences ou destiné à l’exportation, ils sont des professionnels, ils prennent soins de faire le triage.

Le séchage de l’arachide, se fait en étalant les arachides sur des bâches sur des surfaces bienaérées, cimentées, et ensoleillé. Lorsque les producteurs(trices) sèchent l’arachide et la pluie survient, ils couvrent l’arachide avec les bâches pour éviter que l’eau touche les gousses d’arachide.

Dans certaines localités, les gens étalent leurs arachides sur le sol et les arachides entrent en contact avec les champignons et autres parasites qui sont dans le sol. Et c’est l’une des sources d’infections comme les aflatoxines.

L’autre chose que je veux ajouter est d’atteindre une teneur en eau d’environ et de préférence inférieure à 10% ou 8% pour un stockage plus long. À cette teneur qu’on peut espérer conserver l’arachide qu’on a séché longtemps. Mais, lorsqu’on n’atteint pas cette teneur, il y a risque de pourriture durant le stockage.

Malheureusement, comme vous le savez, peu de producteurs(trices) disposent des humidimètres pour vérifier le taux d’humidité. Il y a aussi d’autres méthodes, par exemple, lorsqu’on remue l’arachide, il y a un son caractéristique, et c’est clair qu’on est proche de cette teneur en eau de 10 à 13%. Beaucoup de producteurs(tices) savent aussi le faire.

En résumé, les mauvaises pratiques de séchage, de triage et de décorticage peuvent entraîner des pertes post-récolte par pourritures ou des problèmes de qualité des produits issus de la transformation par exemple de l’huile.

ANIMATEUR(TRICE) :
Merci, Docteur Banla, pour vos sages directives à l’endroit de nos agriculteurs(trices). Nous sommes arrivés à la fin de notre programme.

Pour passer en revue de ce que nous avons appris de nos intervenants, on devrait rappeler que pour atteindre une qualité recherchée de l’arachide, il est impératif de prendre les mesures nécessaires. D’abord, : pour le séchage, utiliser des bâches ou des terrasses ou, à défaut, des plates-formes artisanales, sorte de tapis de desserte qu’utilisent certains agriculteurs(trices). Ensuite, pour le décorticage, il est bon de le faire manuellement si vous souhaitez produire des graines. Le décorticage manuel permet de conserver les graines sans les casser. Si vous exportez ou transformez les arachides à des fins industrielles, il est préférable de faire le décorticage mécanique. Selon les agriculteurs(trices) et les ingénieurs agronomes que nous avons interviewés dans ce programme, il existe des machines artisanales conçues à cet effet.

Puis, en prenant soin de la récolte et de la postrécolte et des techniques de stockage conseillées par les techniciens, vous avez une récolte d’arachide réussie.

Mesdames, messieurs, l’arachide, c’est le «café-cacao» du petit paysan du nord au Togo et il reste une légumineuse préférée dans l’agriculture togolais. Cette culture représente une grande économie pour les familles rurales et dans ce programme, nous avons passé en revue les nombreux défis auxquels sont confrontés les producteurs(trices) et suggéré des solutions d’évaluer les nombreux défis auxquels font face les producteurs(trices).

Je suis certain que ces informations vous seront d’une grande utilité et vous aideront dans vos exploitations. Bonne saison agricole à tous et à très vite pour une nouvelle émission agricole!

Acknowledgements

Rédigé par : Aristide Somié-Abalo Kawele, journaliste multimédia et blogueur, Sotouboua, Togo

Révisé par : Banla Essohouna Modom, sélectionneur d’arachide, ITRA CRASS

Entretiens et interviews :

Banla Essohouna Modom, Sélectionneur arachide, ITRA CRASS, Région de la Kara, 26 avril 2021

Nassampere Kinanso, ingénieur agronome, ProCIV, Région des Savanes, 24 avril 2021

Karsongue Compara, agriculteur, Nano-Tandjouare, Région des Savanes 24 avril 2021

Bondjogue Yendoumben, agriculteur, Tanchigou Barrage–Tone, Région des Savanes, 24 avril 2021

Donza Saya, agriculteur, Akpossou–Oti, Région des Savanes, 24 avril 2021

Cette nouvelle a été produite grâce à une subvention de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH (GIZ) qui met en œuvre le programme des Centres d’innovations vertes.