English

Script .3

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez le feuilleton radiophonique complet. (Word, 200 KB)

« Le haricot, une affaire de famille » est un feuilleton radiophonique de cinq épisodes dans lequel il est question d’un groupe de femmes qui persévèrent malgré les difficultés qu’elles ont à obtenir du succès. Ces femmes font partie d’une association d’épargne villageoise, encore appelée groupe vicoba en Tanzanie, et cultivent toutes du haricot. Elles effectuent la majeure partie des travaux agricoles exigés par la culture du haricot. Cependant, en raison des rôles que leur confèrent les traditions de leur communauté, les hommes sont ceux qui prennent toutes les décisions après récolte, y compris la vente du haricot et le contrôle du revenu.

Quelques-uns des principaux personnages féminins du feuilleton radiophonique, dont Farida et Maman Mjuni, sont à la tête de cette initiative. Elles encouragent les femmes à travailler ensemble dans leurs champs, et enfin à cultiver du haricot ensemble pour le vendre collectivement à l’usine de haricot du village.

Lisez partie 1, avec la liste des personnages, ici.

Le feuilleton radiophonique se déroule dans un contexte de situations dramatiques, y compris des conflits entre femmes et hommes : violence conjugale dans une famille, et initiative sournoise d’un coureur de jupons du village pour manipuler les femmes et tirer profit de ses activités illicites.

Le feuilleton comporte aussi des instants légers et amusants, même s’il aborde des thèmes sérieux. Si vous faites interpréter le feuilleton par un groupe local, assurez-vous que les moments les plus graves sont compensés par des scènes plus légères où les amies se remémorent des souvenirs et rient.

Chacun des cinq épisodes dure approximativement 20 à 25 minutes, y compris la musique de début et de fin. Vu la longueur des épisodes, vous pourriez peut-être diffuser seulement deux ou trois scènes à la fois dans votre émission. Dans la majorité des cas, deux ou trois épisodes durent 6 à 8 minutes.

Vous pourriez faire suivre le feuilleton d’une tribune téléphonique dans laquelle seront examinés certains des problèmes soulevés par l’émission, et inviter des experts et des expertes à se prononcer sur ces problèmes. Les discussions pourraient tourner autour des points suivants :

  • comment la communauté repartit les tâches requises par la culture et la commercialisation du haricot, ou d’autres cultures produites dans votre région, et comment cela pourrait nourrir des préjugés défavorables aux intérêts des femmes, et nuire même à la famille;
  • violence conjugale et culture ou habitude du silence qui favorise sa perpétuation; et
  • types de soutien que les hommes peuvent offrir aux femmes qui peinent à s’en sortir et à aider leurs familles face aux situations difficiles.

Script

1. Scène 1

2. Décor :
À l’extérieur de l’usine. Le matin.
3. Effets sonores de fond :
Coups de klaxon d’un camion.

4. Personnages :
Farida, Stella, Sigi, gardien.

5. EFFETS SONORES :
COUPS DE KLAXON INCESSANTS D’UN CAMION.

6. SIGI :
(LOIN DU MICRO, CRIANT) Hé toi! Ouvre la porte maintenant! (IRRITÉ) Alaaa!
7. GARDIEN :
(SE DÉPÊCHANT) J’arrive, monsieur.
8. EFFETS SONORES:
LA PORTE EST OUVERTE ET LE CAMION S’APPROCHE DU MICRO.

9. EFFETS SONORES:
LE MOTEUR S’ÉTEINT.

10. STELLA :
Et pourquoi êtes-vous en retard pour la livraison aujourd’hui?
11. SIGI :
Oh! N’en faites pas tout un plat! Cela fait juste deux jours!
12. STELLA :
Peut-être que deux jours ce n’est rien pour vous, mais pour nous c’est grave. Nous avons une entreprise à faire rouler ici. Ou bien avez-vous oublié?
13. SIGI :
Vous savez … pour une personne qui a commencé à travailler il y a juste quelques semaines, vous parlez beaucoup.
14. STELLA :
Premièrement, je vous prierai de surveiller vos propos. Peut-être que vous avez oublié qui je suis et que j’ai besoin de vous rafraîchir la mémoire. Je suis celle qui supervise toutes les opérations ici. Je ne fais que mon travail et je vous conseille de commencer à faire le vôtre et ne pensez pas un instant que vous êtes indispensable.
15. SIGI :
Êtes-vous en train de me menacer?
16. STELLA :
J’ai dit ce que j’avais à dire, alors, je pense que nous devrions revenir à nos moutons.
17. FARIDA :
(S’APPROCHANT DU MICRO, EXCITÉE) Stella! … Stella!
18. STELLA :
(SURPRISE) Farida?! Sans blague! (À SIGI) Excusez-moi un instant.
19. SIGI :
(AVEC COLÈRE) C’est parti! Où allez-vous maintenant?
20. EFFETS SONORES :
FARIDA ET STELLA S’EMBRASSENT JOYEUSEMENT.

21. STELLA :
(FOLLE DE JOIE) Farida, je n’arrive pas à croire que c’est toi. Comment vas-tu?
22. FARIDA :
(RIANT) Je me porte bien! En passant, suis-je venue au mauvais moment?
23. STELLA :
Bien … j’étais sur le point de finir avec un client là-bas.
24. FARIDA :
Alors, peut-être que je devrais revenir une autre fois.
25. STELLA :
Non! Non! Non! C’est bon. Cela fait si longtemps que je ne t’ai pas vue.
26. FARIDA :
Oh mon Dieu! Ça fait tellement longtemps! C’est Jenny qui m’a dit que tu étais de retour au village.
27. STELLA :
Bon, avant que tu commences à te plaindre, laisse-moi t’expliquer.
28. FARIDA :
(L’INTERROMPT, EN PLAISANTANT) En effet, tu ferais mieux d’expliquer pourquoi Jenny a eu droit à une visite et pas moi…. C’est elle seule qui est ton amie dans ce village?
29. STELLA :
(RIT) J’avais prévu de venir te voir ce week-end. Tu sais, depuis mon retour, je n’ai pas eu le temps de m’installer. Tout a été si chaotique, surtout avec le travail et tout.
30. FARIDA :
Tu n’as pas besoin d’expliquer, ma chère. Je comprends. Je suis juste contente de voir que tu es rentrée.
31. STELLA :
Je suis contente aussi! Bien, je vois que tu n’as pas beaucoup changé!
32. FARIDA :
Toi non plus tu n’as pas changé.
33. EFFETS SONORES :
FARIDA ET STELLA RIENT.

34. SIGI :
(S’APPROCHANT DU MICRO) Hé! Hé! Pour qui nous prenez-vous? Un tas de statues? Nous vous attendons depuis tout ce temps.
35. STELLA :
Ça va! Ça va! (À FARIDA) Farida, excuse-moi, ma chère.
36. FARIDA :
C’est bon. Vas-y.
37. EFFETS SONORES :
STELLA ET SIGI S’ÉCARTENT.

38. SIGI :
C’est ça le problème quand on engage des femmes. Au lieu de gérer les affaires, vous êtes là à bavarder inutilement avec votre amie.
39. STELLA :
Oh, c’est vous qui dites ça! Monsieur ponctualité! Combien vous doit-on?
40. SIGI :
(MÉCHAMMENT) Voici, j’ai écrit le montant sur ce bout de papier ici.
41. STELLA :
D’accord, vous pouvez vous rendre chez la caissière pour qu’elle vous verse le montant.
42. SIGI :
(D’UN TON SARCASTIQUE) Merci infiniment!
43. EFFETS SONORES:
SIGI S’EN VA ET STELLA RETOURNE POUR REPRENDRE SA CONVERSATION AVEC FARIDA.
44. FARIDA
: Je te plains, copine.
45. STELLA :
(SOUPIRE) Je ne te le fais pas dire. Il pense qu’il peut traiter les femmes comme il veut. Il est tellement irrespectueux.
46. FARIDA :
(RIRE SARCASTIQUE) Sigi et le respect?! Ils ne font pas un bon mélange; c’est comme l’huile et l’eau. Tu sais, il y a quelques jours, j’ai découvert qu’il avait essayé de violer une fille qui essayait de lui vendre du haricot.
47. STELLA :
(ATTRISTÉE) Ce n’est pas vrai! Es-tu sérieuse?
48. FARIDA :
Je ne te raconte pas d’histoire; c’est une personne si ignoble. S’il ne tenait qu’à moi, je ne lui vendrais pas un grain de haricot!
49. STELLA :
Alors, pourquoi fais-tu affaire avec lui?
50. FARIDA :
(SOUPIRE) Mon mari. Il insiste pour dire que c’est lui qui prend toutes les décisions concernant la commercialisation et la vente.
51. STELLA :
La fille s’est-elle rendue à la police?
52. FARIDA :
Quoi?
53. STELLA :
La fille … la fille qu’il a tenté d’agresser sexuellement. A-t-elle signalé son problème à la police?
54. FARIDA :
Je ne crois pas que la police l’aurait aidée, ma chère, sauf si elle avait été réellement violée. Du moins selon ce que dit mon mari.
55. STELLA :
Mais cela n’a aucun sens.
56. FARIDA :
C’est que j’ai dit.
57. STELLA :
C’est malheureux…. (CHANGE RAPIDEMENT DE SUJET) En passant, j’ai appris que tu avais trois petites princesses.
58. FARIDA :
(RIT) Si, Dieu m’a bénie avec trois belles filles.
59. STELLA :
(ENTHOUSIASTE) Oh, j’ai hâte de les rencontrer. Félicitations, ma chère.
60. FARIDA :
Merci. Et quand vas-tu te caser? Ou as-tu trouvé quelqu’un en ville.
61. STELLA :
(RIT) Tu commences à ressembler à ma mère. (SOUPIRE) J’attends toujours, ma chère.
62. FARIDA :
Qu’attends-tu? Ce n’est pas comme s’il allait tomber du ciel?
63. STELLA :
(RIT) Eh bien, on dirait que le mariage a fonctionné pour quelqu’un.
64. FARIDA :
(CHANGE DE TON) Bon … on fait ce qu’on peut. (CHANGE RAPIDEMENT DE SUJET) En passant, avant que j’oublie, je t’ai apporté ce pot de lait.
65. STELLA :
Oh, l’as-tu acheté pour moi? Farida, tu sais que tu n’étais pas obligée.
66. FARIDA :
Je ne l’ai pas acheté. J’ai une vache et une chèvre. Donc, je vends du lait et du fumier.
67. STELLA :
(RIT FIÈREMENT) Farida! La femme d’affaires! C’est bon de voir que tu n’as pas changé!
68. FARIDA :
J’essaie de faire de mon mieux! Mais ne t’inquiète pas, je ne vais pas te faire payer pour le lait. C’est ton cadeau pour ton retour.
69. STELLA :
Eh bien, je ne pensais pas payer de toutes les façons!
70. SFX :
STELLA ET FARIDA ÉCLATENT DE RIRE.
71. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Stella

 

72. Scène 2

73. Décor :
À l’extérieur. Ferme de Farida. Le matin.
74. Effets sonores de fond :
Farida qui laboure et fredonne un air.

75. Personnages :
Farida, Maman Mjuni, Zuhura, Sifa.

76. EFFETS SONORES:
FARIDA QUI LABOURE ET FREDONNE UN AIR.

77. ZUHURA :
(ENTHOUSIASTE) Maman! Maman! Regarde ce que j’ai trouvé! Une chenille!
78. FARIDA :
Hé, fais attention à ça! Tu ne voudrais pas que tout ton corps te gratte plus tard.
79. ZUHURA :
Je n’utilise pas mes mains pour la toucher. J’utilise un bâton pour la toucher.
80. SIFA :
(EFFRAYÉE) Maman! … Zuhura me touche avec le même bâton qu’elle a utilisé pour toucher la chenille.
81. EFFETS SONORES :
ZUHURA ET SIFA COURENT PARTOUT.

82. FARIDA :
Zuhura! Arrête ça! Laisse Sifa s’occuper de ta petite sœur.
83. ZUHURA :
(BOUDANT) Je n’ai rien fait.
84. FARIDA :
Je pensais que vous les filles vous trouviez ici pour m’aider à travailler, mais vous êtes là juste à traîner. Il y a beaucoup à faire ici. Il faut que nous finissions avant le coucher du soleil.
85. ZUHURA :
Mais je travaille
86. FARIDA :
D’accord, aide-moi à extraire ces mauvaises herbes et les racines des plants de haricots. Mais fais attention aux épines, c’est compris?
87. ZUHURA :
D’accord!
88. MAMAN MJUNI:
(S’APPROCHANT DU MICRO) Quel charmant spectacle! Une mère et ses trois belles filles.

89. FARIDA :
(RIT) Hé, maman Mjuni! Bienvenue. Vous avez réussi à nous attraper avec un petit peu de travail ici.
90. MAMAN MJUNI:
Je vois ça!

91. ZUHURA, SIFA:
Shikamoo! [Note de la rédaction : Shikamoo est la salutation exprimée par une personne plus jeune pour accueillir une personne âgée en swahili, et marahaba est la réponse exprimée par la personne âgée en guise de reconnaissance à cette marque de respect.]
92. MAMAN MJUNI:
Marahaba! Êtes-vous de bonnes filles et aidez-vous votre mère à travailler, ou êtes-vous juste assises là à ne rien faire?
93. FARIDA :
(RIT) La moitié du temps, elles ne font que s’amuser.
94. ZUHURA :
(ENTHOUSIASTE) Nous aidons!
95. SIFA :
Elle ment. Elle passe son temps à jouer seulement.
96. ZUHURA :
(AVEC COLÈRE) Non, ce n’est pas vrai!
97. SIFA :
(CRIE) Si, tu joues!
98. FARIDA :
(INTERVIENT) Bon, arrêtez de vous disputer!
99. MAMAN MJUNI:
(RIT) Les enfants d’aujourd’hui …

100. FARIDA :
(SOUPIRE) Ils peuvent vous rendre fou, je vous le dis.
101. MAMAN MJUNI :
Bref, c’est bon de voir que tu es redevenue normale. Tu as meilleure mine que la dernière fois que je t’ai vue à l’hôpital! Que fais-tu?
102. FARIDA :
Bien, j’ai pensé que je devrais me préparer pour la saison de labour en défrichant le champ et en me débarrassant de toutes les mauvaises herbes et des tiges et racines restantes du haricot que nous venons juste de récolter.
103. MAMAN MJUNI :
Noon! Farida, pas les résidus! N’enlève pas les tiges et les racines du haricot.

104. FARIDA :
Et pourquoi pas? Nous venons juste de récolter le haricot … il n’y a pas de raison qu’elles restent ici. Elles ne font que prendre la place.
105. MAMAN MJUNI:
Tu vois, c’est une grosse erreur! Lorsqu’on laisse les résidus de haricot dans le sol après les récoltes, elles contribuent à augmenter la quantité d’azote dans le sol et fournissent un bon coup de pouce à la prochaine culture!
106. FARIDA :
(SURPRISE) Vraiment?
107. MAMAN MJUNI :
Crois-moi. Beaucoup de gens ne le savent pas, mais ça aide vraiment.

108. FARIDA :
Hééé! Où avez-vous appris ces choses-là?
109. MAMAN MJUNI :
Une spécialiste me l’a dit quand elle est venue vérifier la fertilité du sol de mon champ.

110. FARIDA :
(SOUPIRE) Eh bien, c’est une bonne chose pour vous, car je ne n’ai pas les moyens d’embaucher quelqu’un!
111. MAMAN MJUNI :
(RIT) Tiens, laisse-moi t’aider avec ça.

112. FARIDA :
Oh, merci.
113. EFFETS SONORES :
MAMAN MJUNI AIDE FARIDA À ARRACHER LES MAUVAISES HERBES.

114. MAMAN MJUNI :
J’ai souvent de la peine pour toi, tu sais … ça doit être vraiment difficile pour toi de gérer tout ça. Prendre soin de tes enfants et travailler au champ en même temps.
115. FARIDA :
Bon, ce n’est pas facile. Mais en même temps, ce sont les enfants qui me permettent de tenir bon, vous savez …. Si ce n’était pas à cause d’elles, je pense que j’aurais abandonné il y a bien longtemps.
116. MAMAN MJUNI :
Écoute, Farida. Je veux que tu saches que tu peux compter sur moi si tu as besoin de quoi que ce soit. C’est compris?
117. FARIDA :
D’accord … Merci, maman Mjuni. J’apprécie vraiment cela venant de votre part.
118. MAMAN MJUNI :
Ne t’en fais, pas chère…. Tu sais j’y pense depuis un certain temps.

119. FARIDA :
Penser à quoi?
120. MAMAN MJUNI :
Écoute, Farida, je pense avoir une idée. Que dirais-tu si les femmes se réunissaient pour s’entraider dans les travaux des champs à tour de rôle dans les champs des unes et des autres et prendre soin des enfants des unes et des autres?
121. FARIDA :
(RIT) Ne me faites pas rire, maman Mjuni. Êtes-vous sérieuse?
122. MAMAN MJUNI :
Pourquoi pas. Cela permettra à plusieurs femmes de sortir des situations difficiles dans lesquelles elles se trouvent. Je pourrai même t’aider.
123. FARIDA :
Je sais, mais c’est juste que je ne crois pas que tout le monde approuvera cette idée. Qu’en sera-t-il des femmes qui n’ont pas d’enfants?
124. MAMAN MJUNI:
Elles auront de l’aide lorsque ce sera leur tour de travailler au champ qu’elles aient des enfants ou non, et ce tant qu’elles aident les autres femmes.
125. FARIDA :
(INCERTAINE) Je ne sais pas, maman Mjuni… je pense qu’il pourrait être difficile d’obtenir l’adhésion de chaque femme à cette idée.
126. MAMAN MJUNI:
Eh bien, nous pouvons commencer par un petit groupe. Pourquoi ne pas faire part de cette idée au groupe de la banque communautaire villageoise? Ainsi, nous verrons quoi faire par la suite.
127. FARIDA :
Mais, écouteront-elles?
128. MAMAN MJUNI :
Bon, nous le saurons.

129. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Farida

 

130. Scène 3

131. Décor :
À l’extérieur du domicile de maman Mjuni. Mi-matinée.
132. Effets sonores de fond :
Mélange de conversations entre les femmes.

133. Personnages :
Farida, maman Mjuni, Doris, Grace, maman K, Jenny, Monica, maman Juma.

134. EFFETS SONORES :
BAVARDAGE CONFUS ENTRE LES FEMMES.

135. MAMAN MJUNI :
Je m’excuse pour le retard, mes chères consœurs, mais je pense que nous pouvons commencer la réunion maintenant.
136. EFFETS SONORES :
LE BAVARDAGE SE POURSUIT.

137. MAMAN MJUNI :
(D’UN TON AUTORITAIRE) Bien, puis-je avoir votre attention, s’il vous plaît?

138. EFFETS SONORES :
LE BAVARDAGE CESSE PROGRESSIVEMENT.

139. MAMAN MJUNI :
Alors, avant que nous parlions d’autres choses, je crois que nous devons discuter d’un point très important et qui sera très avantageux pour toutes les femmes ici présentes. (SE RACLE LA GORGE) Récemment, j’ai eu une discussion très productive avec votre trésorière Farida et nous avons convenu toutes les deux que ce serait une bonne idée que nous toutes travaillons ensemble pour l’amélioration des conditions des autres femmes. Parce que, comme nous le savons, beaucoup de femmes ont du mal à s’occuper de leurs enfants tout en travaillant au champ.
140. EFFETS SONORES :
DES PROTESTATIONS SE FONT ENTENDRE.

141. MAMAN K :
(SE LÈVE D’UN BOND) Et qu’est-ce que cela est supposé vouloir dire?
142. JENNY :
(ENTHOUSIASTE) Je suis d’accord que c’est une bonne idée!
143. MONICA :
(À TUE-TÊTE) Jamais! Jamais! Je ne vais pas gaspiller mon temps à aider quelqu’un d’autre lorsque j’ai mes propres problèmes à régler.
144. EFFETS SONORES :
MAMAN MJUNI RÉTABLIT L’ORDRE EN TAPANT DU POING SUR LA TABLE.

145. MAMAN MJUNI :
D’accord, soyons raisonnables, s’il vous plaît! Personnellement, je pense que c’est une très bonne idée, car cela permettra à beaucoup de femmes de faire face à leurs situations difficiles. Comme nous le savons, ce sont presque toutes si ce n’est pas nous toutes qui avons la charge de prendre soin de nos familles tout en travailler au champ.
146. FARIDA :
(AVEC INSISTANCE) En effet! Et la majorité d’entre nous doit même nous occuper de nos petits enfants en même temps que nous travaillons au champ.
147. MAMAN K :
(INTERVIENT) Et puis? Qu’est-ce que cela a à avoir avec moi? Je n’ai pas d’enfants en bas âge. Tous mes enfants sont grands. Donc, pourquoi devrais-je t’aider à éduquer tes enfants?
148. JENNY :
Maman K, je crois que vous devez être attentionnée et penser aux autres femmes et pas seulement à vous!
149. MAMAN K :
Oh! C’est toi qui dis ça? Premièrement, tu viens rarement aux rencontres parce que tu es si occupée avec ton garage. Dis-moi comment tu pourras trouver le temps pour aider d’autres femmes.
150. JENNY :
Je suis sûre que je trouverai le moyen de le faire!
151. FARIDA :
Je pense que certains d’entre vous ne comprennent pas ce que nous sommes en train de dire ici. Le but n’est pas d’aider seulement les femmes qui ont de petits enfants, mais tout le monde, car je suis sûre que nous avons beaucoup à faire à la maison. Et en fixant des dates pour nous entraider, nous réduirons considérablement la charge de travail!
152. MONICA :
Je m’excuse, mais je suis d’accord avec maman K! Je pensais que le principal but du groupe de notre banque communautaire villageoise était d’épargner de l’argent pour la tontine. D’où vient l’idée de cette autre affaire?
153. DORIS :
Je suis en fait d’accord avec l’idée, mais pourvu que je ne travaille pas avec certaines personnes.
154. MAMAN MJUNI :
Et qu’est cela est supposé signifier?

155. GRACE :
C’est de moi qu’elle parle…. Bon, ça m’est égal si je ne travaille pas avec toi non plus!
156. DORIS :
Qui t’a adressé la parole?
157. GRACE :
Ce n’est pas à toi que je parlais!
158. EFFETS SONORES :
MAMAN MJUNI RAPPELLE L’ASSEMBLÉE À L’ORDRE.

159. MAMAN MJUNI :
Écoutez! Écoutez! Je ne pense pas que nous aboutirons à une solution en nous chamaillant. Je crois que nous devons procéder à un vote.
160. MAMAN JUMA:
Je suis d’accord.
161. MAMAN MJUNI :
D’accord, quel que soit ce que va décider la majorité, ce sera appliqué …. Alors, les femmes qui sont d’accord avec l’idée, veuillez lever la main de sorte qu’on puisse voir.
162. JENNY :
(LEVANT LA MAIN) Ici! Ici!
163. EFFETS SONORES :
D’AUTRES FEMMES LÈVENT LA MAIN.

164. MAMAN MJUNI :
Et combien de femmes sont contre cette idée?

165. MAMAN K :
(CRIANT) Par ici! … Je n’arrive même pas à m’en sortir avec mon propre travail, alors comment suis-je supposée aider quelqu’un d’autre?
166. EFFETS SONORES :
CERTAINES FEMMES LÈVENT LA MAIN.

167. MAMAN MJUNI :
Bien, nous avons pu avoir plus de votes en faveur de cette idée, et cela signifie qu’elle restera d’actualité.
168. EFFETS SONORES :
RÉACTIONS MITIGÉES, MAIS LA PLUPART SE RÉJOUISSENT.

169. MAMAN MJUNI :
Je crois que cela démontre que la majorité d’entre vous se soucie en réalité du sort des autres femmes, et, ça, c’est une bonne chose. Cette décision de travailler ensemble aidera non seulement les femmes qui ont des enfants, mais également celles qui n’en ont pas parce que nous pourrons travailler ensemble, et je suis certaine que nous réaliserons beaucoup de choses.
170. EFFETS SONORES :
CRIS DE JOIE.

171. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Maman Mjuni

 

172. Scène 4

173. Décor :
Ext. À l’extérieur. Entrepôt de Sigi.
174. Effets sonores de fond :
Ambiance à l’entrepôt.

175. Personnages :
Sigi, Alex, Adam, agriculteur.

176. EFFETS SONORES :
UNE PORTE D’OUVRE ET SIGI ET L’AGRICULTEUR SORTE.

177. AGRICULTEUR :
Alors, me paierez-vous le même montant pour mon haricot?
178. SIGI :
Allons, combien de temps cela fait-il que nous faisons des affaires ensemble?
179. AGRICULTEUR :
Je veux juste m’assurer que nous sommes sur la même longueur d’onde. C’est tout.

180. SIGI :
N’ayez aucune crainte, mon bon ami. En fait, il se pourrait même que je double le montant cette fois-ci!
181. AGRICULTEUR :
Vous?! Sigi me payer le double? Ce sera le jour où les poules auront des dents.

182. EFFETS SONORES :
SIGI ET L’AGRICULTEUR RIENT.

183. ALEX :
(INTERVIENT, S’APPROCHANT DU MICRO) Excuse-moi, Sigi. Peut-on parler un instant?
184. SIGI :
Parler? Ne voyez-vous pas que je suis au milieu d’une conversation en ce moment?
185. ADAM :
Nous le voyons, mais c’est vraiment urgent.
186. SIGI :
(RIT) Urgent, ah oui? (SE TOURNE VERS L’AGRICULTEUR) Ces enfants d’aujourd’hui … aucun respect, pas le moindre!
187. AGRICULTEUR :
Ce n’est pas grave, allez-y. Je pense que vous et moi avions presque terminé ici.

188. SIGI :
D’accord, alors dans ce cas, j’irai chercher le haricot ce mercredi.
189. AGRICULTEUR :
D’accord.

190. EFFETS SONORES :
L’AGRICULTEUR S’EN VA ET SIGI AMÈNE RAPIDEMENT ADAM ET ALEX À L’ÉCART.

191. SIGI :
(VOIX BASSE) Pourquoi ne m’avez-vous pas appelé avant de vous présenter ici?
192. ALEX :
Nous n’avions pas de crédits dans le téléphone.
193. SIGI :
Alors vous avez décidé de venir à mon lieu de travail sans prévenir?
194. ADAM :
Écoute, on a oublié, Sigi. Et même si nous avions voulu le faire, nous ne pourrions pas, car on n’avait pas de crédits.
195. ALEX :
En plus, ce n’est pas comme si on venait ici pour rien. Nous devons parler affaires!
196. SIGI :
(SOUPIRE) Vous êtes stupides ou quoi? Vous me vendez des objets volés, espèces de crétins! Et que va-t-il arriver si quelqu’un a des soupçons?
197. ADAM :
Nous n’avions pas pensé à cela.
198. SIGI :
(EN COLÈRE) Bon, pensez-y la prochaine fois … utilisez votre tête! Mes clients sont toujours ici. C’est mon lieu de travail. Je ne peux pas vous permettre d’aller et venir comme vous voulez. Cela éveillerait des soupçons.
199. ADAM :
Désolé, Sigi, cela ne se reproduira plus.
200. SIGI :
Aah! Vous êtes toujours désolés! Assurez-vous simplement de m’appeler avant de venir la prochaine fois.
201. ADAM, ALEX :
D’accord.
202. SIGI :
Bon, qu’est-ce que vous avez à me proposer aujourd’hui?
203. ALEX :
Hmm! Nous avons deux ou trois accessoires de voiture … vas-y Adam, montre-lui ça.
204. EFFETS SONORES :
ADAM OUVRE LE SAC EN PLASTIQUE CONTENANT LA MARCHANDISE.

205. ADAM :
Attends de voir, c’est le meilleur produit sur le marché. Mais comme c’est toi, on te donnera le tout moins cher. Juste 100 balles.
206. SIGI :
Faites-moi voir ça … des phares de voiture? Que vais-je en faire?
207. ALEX :
Allons, Sigi, nous savons que tu peux trouver un acheteur pour ça. Tu as beaucoup de contacts.
208. SIGI :
(D’UN AIR NONCHALANT) Je suis désolé, mais ces choses sont inutiles pour moi!
209. ALEX :
(LE SUPPLIANT) Allons, Sigi! Ne nous fais pas ça, d’accord … d’accord, nous allons diminuer le prix. Pour toi, nous les vendrons à 50 balles.
210. SIGI :
D’accord, dans ce cas je vais les prendre! (RIT) je vois que vous n’êtes pas si stupides que vous le semblez.
211. EFFETS SONORES :
SIGI PREND LE SAC EN PLASTIQUE ET COMMENCE À S’ÉLOIGNER.

212. ALEX :
Attends, Sigi, et notre argent?
213. SIGI :
Vous aurez l’argent plus tard. Oh! En passant, la prochaine fois apportez-moi des choses qui ont plus de valeur et assurez-vous de m’appeler avant de venir!
214. EFFETS SONORES :
SIGI ENTRE DANS SON BUREAU ET FERME LA PORTE.

215. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Sigi

 

216. Scène 5

217. Décor :
À l’extérieur. Ferme de maman Mjuni. Jour.
218. Effets sonores de fond :
L’ambiance sur la ferme de maman Mjuni.

219. Personnages :
Maman Mjuni, Farida, maman K, Grace, Doris, Monica, maman Juma.

220. EFFETS SONORES :
HOURRAS ET APPLAUDISSEMENTS.

221. MAMAN MJUNI :
Je veux remercier chacune de vous qui êtes venue ici aujourd’hui pour commencer la première journée où nous travaillerons ensemble et nous entraiderons. Cela ne fait que démontrer que l’union fait la force, et je suis réellement motivée et inspirée. Je suis surprise – je vois même maman K ici!
222. EFFETS SONORES :
LES FEMMES RIENT.

223. MAMAN MJUNI :
Cela ne fait que montrer que nous sommes disposées à mettre nos différentes opinions de côté pour travailler ensemble.
224. MAMAN K :
Mais j’ai une question.
225. MAMAN MJUNI :
Oui, maman K.

226. MAMAN K :
Pourquoi ta ferme est-elle le premier endroit où nous commençons à travailler?
227. MAMAN JUMA:
C’est parce qu’elle est la présidente et c’est un privilège que nous lui offrons en tant que présidente.
228. FARIDA :
Oui, et pour le reste d’entre nous, nous avons établi et calendrier spécial avec des dates spéciales indiquant le tour de chacune d’entre nous.
229. GRACE :
Pouvons-nous avoir une copie de ça?
230. FARIDA :
Si, je vais les distribuer plus tard, Grace.
231. MAMAN MJUNI :
D’accord, alors, je pense que nous pouvons entamer le travail qui nous amène ici aujourd’hui, à savoir les préparatifs pour la saison de labour qui commencera bientôt. Mais avant, permettez-moi de vous présenter une invitée spéciale … s’il vous plaît, accueillez l’experte en agriculture, mademoiselle Lydia.
232. EFFETS SONORES:
OVATION DES FEMMES.

233. LYDIA :
Merci infiniment, mes consœurs, et pour corriger maman Mjuni, je ne suis pas vraiment experte en agriculture dans l’ensemble. Je suis spécialisée dans la culture du haricot, que la plupart d’entre vous, selon moi, savent que c’est une denrée que vous cultivez pour votre consommation familiale et pour la vente.
Je dois avouer que lorsque maman Mjuni m’a demandé de venir vous parler, j’ai été très ravie. Je pense que vous donnez toutes véritablement un exemple aux femmes d’ailleurs en travaillant ensemble.
234. EFFETS SONORES :
ACCLAMATIONS DES FEMMES.

235. LYDIA :
Alors, comme nous le savons tous, la saison de labour approche à grands pas. Donc, aujourd’hui, je vais vous expliquer les bonnes pratiques à suivre pour maximiser le rendement de votre récolte de haricot.
236. EFFETS SONORES :
ACCLAMATIONS DES FEMMES.

237. FEMMES :
La première chose que nous devons faire généralement avant la saison de labour, c’est de débarrasser nos fermes de toute végétation indésirable ou mauvaises herbes avant de planter nos semences. Et c’est la raison pour laquelle nous sommes là aujourd’hui. N’est-ce pas, mesdames?
238. TOUTES :
(DE MANIÈRE ENTHOUSIASTE) Oui!
239. LYDIA :
La première chose que nous devons savoir, et cela est très important, est qu’il ne faut pas se débarrasser des résidus, dont les tiges et les racines, du haricot qui a été précédemment semé.
240. EFFETS SONORES :
RÉACTION SURPRISE DES FEMMES.
241. LYDIA :
Je sais que vous vous demandez probablement pourquoi, et je vous dirai pourquoi. C’est parce que ces racines et ces résidus apportent cinq à vingt kilogrammes d’azote en plus par hectare, ce qui servira à la prochaine culture. Ils améliorent aussi la matière organique et la circulation de l’eau et de l’air dans le sol. Tout cela est bon pour le haricot!
242. DORIS :
Excuse-moi, à quoi sert cet azote?
243. LYDIA :
J’y arrive, ma sœur… cet azote donnera un bon coup de pouce à la prochaine culture, qui avec de bonnes pratiques pourra même produire plus de 800 kilogrammes par acre lorsque vous alternerez avec votre prochaine culture comme le maïs.
244. EFFETS SONORES :
RÉACTION SURPRISE DE LA FOULE.

245. MAMAN K :
Eh bien, j’ignorais absolument cela!
246. MONICA :
Et dire que tout ce temps je ne faisais qu’extraire ces racines. Si je les avais laissées, j’aurais eu plus de sacs de maïs.
247. LYDIA :
N’allons pas vite en besogne, car ce n’est pas que ça qui vous procurera de bonnes récoltes. Vous avez besoin d’un ensemble de plusieurs bonnes pratiques. L’autre chose que vous devez faire, c’est enlever toute la végétation inutile et les mauvaises herbes lorsque vous semez la denrée. Je suis certaine que vous savez toutes qu’elles sont mauvaises pour nos cultures, car elles font simplement concurrence à ces dernières pour avoir du soleil, de l’eau et les éléments nutritifs présents dans le sol. Mais il est également important de contrôler la fertilité du sol. Si vous pensez que votre sol est infertile, essayez d’obtenir une analyse de sol avant de semer votre haricot. Nous sommes en train de mettre en place des centres d’analyse de sol, mais ils ne sont pas disponibles partout. Par conséquent, vous pouvez engager un spécialiste comme un agent de vulgarisation agricole villageois pour effectuer l’analyse de sol.
248. MAMAN JUMA:
Est-ce que ça ne va pas coûter trop cher?

249. LYDIA :
À vrai dire, je pense que c’est abordable.
250. MAMAN MJUNI :
Je peux attester de cela. J’amène Lydia ici avant chaque saison de labour pour faire analyser mon sol.
251. MAMAN K :
Mais ce n’est pas tout le monde qui peut s’offrir ce luxe!
252. LYDIA :
Si vous jugez que cela coûte trop cher de payer l’analyse individuellement, vous pouvez cotiser et je pourrais l’offrir à chacune de vous à un prix abordable.
253. GRACE :
(ENTHOUSIASTE) Oui, ce serait préférable!
254. MONICA :
(EXCITÉE) Voilà que tu parles bien maintenant!
255. LYDIA :
La raison pour laquelle il faut analyser le sol pour voir s’il est fertile, c’est parce que le haricot a besoin d’un sol modérément fertile. De plus, il ne poussera pas bien sur les sols acides ou alcalins. Donc, vous pouvez augmenter vos chances d’avoir une bonne récolte en semant sur un bon sol.
256. FARIDA :
Excuse-moi, mais existe-t-il une solution pour ça?
257. LYDIA :
Bon, la meilleure chose que vous puissiez faire lorsque votre sol est trop acide c’est d’ajouter de la chaux pour réduire son acidité.
Une autre chose importante à faire c’est de planter des semences de variétés améliorées. Ici, en Tanzanie, les semences améliorées de haute qualité englobent Njano Uyole, Lyamungu 90 et Rozi koko/kitenge. Parce que les semences de haute qualité augmenteront vos chances d’avoir une bonne récolte, elles sont moins sensibles aux maladies et elles ont beaucoup de valeur sur le marché. S’il vous plaît, évitez les semences abîmées ou ridées, ainsi que les semences de plants malades, car elles pourraient être malades aussi.
258. GRACE :
Pouvez-vous nous suggérer une bonne variété?
259. LYDIA :
Eh bien, en général, vous avez deux types de haricot, le haricot hâtif qui est meilleur pour les régions arides. Elles parviennent rapidement à maturité, mais n’ont pas de rendements très élevés. Et vous avez le haricot de longue saison qui pousse mieux dans les régions plus humides, mais dont les rendements sont très élevés. Et il contribue plus à rendre le sol fertile.
260. GRACE :
Je pense que les variétés tardives sont meilleures!
261. FARIDA :
Oui, moi aussi!
262. MAMAN JUMA:
Oui.

263. LYDIA :
Eh bien, vous devez utiliser la variété qui est la plus adaptée aux conditions telles que le climat et le sol.
264. MAMAN MJUNI :
Bon, mes chères consœurs, je crois que nous devrions nous mettre maintenant au travail, car le temps file. Nous pourrons toujours demander à Lydia de venir nous instruire plus sur ce sujet.
265. GRACE :
(EXCITÉE) Oui, ce serait bien!
266. MAMAN MJUNI :
Alors, voilà, mes chères consœurs. S’il vous plaît, applaudissons Lydia.

267. EFFETS SONORES :
APPLAUDISSEMENTS.

268. FARIDA :
D’accord, nous allons commencer à défricher les champs avec nos machettes et nous débarrasser de la végétation inutile.
269. MAMAN MJUNI :
Oui, mais puis-je ajouter qu’il faut se rappeler ce que Lydia nous a enseigné aujourd’hui. N’oublions pas que nous devons nous débarrasser uniquement des mauvaises herbes et non des racines de haricot.
270. FARIDA :
(ENTHUSIASTE) Bon, mettons-nous au travail, mesdames!
271. MONICA :
Mais attendez un instant! Attendez un instant! Comment allons-nous travailler sans avoir un chant pour nous motiver, hein?
272. GRACE :
En effet, c’est vrai.
273. MAMAN MJUNI :
As-tu une chanson en tête?

274. MONICA :
J’ai une chanson, mais vous savez que j’ai une voix rauque.
275. EFFETS SONORES :
LES FEMMES RIENT.

276. MAMAN MJUNI :
Alors qui doit entonner un chant pour nous? Je crois que ce doit être maman K.

277. MAMAN K :
Pas question! Quelqu’un d’autre doit le faire!
278. GRACE :
Farida doit entonner. Elle a une belle voix. Je l’ai entendu chanter un morceau de taarab un jour.
279. FARIDA :
(RIRE TIMIDE) D’accord, je vais y aller alors.
280. EFFETS SONORES :
FARIDA ENTONNE UN CHANT PENDANT QUE D’AUTRES FEMMES FREDONNENT EN ARRIÈRE.

281. FARIDA :
(CHANTANT) Mes chères femmes avec les houes dans la main; l’avenir nous appartient. Levons-nous maintenant. L’heure est arrivée.
282. MZEE ALI :
(INTERROMPT) Excusez-moi, mesdames, puis-je m’amuser avec vous?
283. EFFETS SONORES :
LES FEMMES APPLAUDISSENT POUR MZEE ALI ET IL SE JOINT AU TRAVAIL.

284. EFFETS SONORES :
FARIDA CONTINUE DE CHANTER ET ILS CONTINUENT DE TRAVAILLER.

285. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Maman Mjuni.

 

286. Scène 6

287. Décor :
À l’intérieur de la maison de Farida. Après-midi.
288. Effets sonores de fond :
Ambiance dans la maison de Farida.

289. Personnages :
Farida, Jenny.

290. JENNY :
(SURPRISE) Tu n’es pas sérieuse … tu plaisantes, n’est-ce pas?
291. FARIDA :
Non, je ne plaisante pas. Mzee Ali s’est vraiment joint à nous pour chanter et s’est mis à travailler avec nous.
292. JENNY :
Que Dieu le bénisse. Il est si différent!
293. FARIDA :
Je sais, n’est-ce pas? Si tous les hommes du village étaient comme Mzee Ali, les choses seraient tellement différentes.
294. JENNY :
Tu peux continuer à rêver, ma chère. Cela n’arrivera jamais.
295. EFFETS SONORES :
FARIDA ET JENNY RIENT.

296. JENNY :
J’aurais aimé être avec vous là-bas. Ça a l’air que vous vous être vraiment amusés.
297. FARIDA :
Le problème avec toi, c’est que tu es toujours trop occupée avec ton garage. Tu dois t’accorder du temps pour d’autres choses. Tu sais que c’est à peine même si tu participes aux réunions ces jours-ci.
298. JENNY :
Si, je sais, mais je vais essayer de trouver du temps pour venir à la rencontre pour au moins travailler avec les femmes.
299. FARIDA :
En effet, tu ferais mieux. Tu ne voudrais pas que les gens racontent partout que tu n’aides pas dans les travaux champêtres. Car, lorsque ce sera ton tour, les autres femmes s’en prendront à toi.
300. JENNY :
Oui, tu as raison à ce propos.
301. FARIDA :
Tu sais, j’ai même demandé à Stella d’adhérer au groupe de la banque communautaire villageoise.
302. JENNY :
Ah oui, vraiment? Qu’a-t-elle dit?
303. FARIDA :
Elle a dit qu’elle se joindra à nous un jour. Elle a juste besoin de temps pour s’installer.
304. JENNY :
En effet, cela a du sens.
305. FARIDA :
Alors, comment vont les choses de ton côté? Cela fait quelque temps qu’on ne s’est pas assises pour bien bavarder.
306. JENNY :
C’est très intense avec le travail et, comme tu le sais, Vumi a eu un mauvais paludisme, alors, j’ai dû le surveiller et prendre soin de lui.
307. FARIDA :
Oh! Mon Dieu, je suis désolée de l’apprendre. Comment se porte-t-il maintenant?
308. JENNY :
Il se porte bien maintenant au moins. Sa mère est venue pour rester avec nous pour quelques jours, tu sais pour donner un coup de main.
309. FARIDA :
Vraiment? Et comment ça a été avec elle?
310. JENNY :
Oh, Farida, c’était l’enfer! Je ne sais que faire pour impressionner cette femme. Elle était toujours en train de scruter ce que je faisais.
311. FARIDA :
(RIT) Bienvenue au club, ma chère.
312. JENNY :
Pour te dire la vérité, Farida, je ne sais pas comment tu fais, à gérer toujours la surveillance constante de ta belle famille.
313. FARIDA :
Ce n’est pas facile. Tu ne sais pas combien de fois j’ai pensé quitter mon mari et m’en aller tout simplement. Mais je pensais aux enfants, qui prendrait soin d’eux après mon départ?
314. JENNY :
Oui, c’est vrai, ma chère. Tes enfants comptent sur toi.
315. FARIDA :
Jenny, tu ignores tout ce que je dois supporter de la part de cet homme et de sa famille.
316. JENNY :
Je sais que tu subis beaucoup de choses, ma chère.
317. FARIDA :
Ce n’est pas facile. Si ce n’était pas à cause des enfants, je ne sais pas où je serais en ce moment.
318. JENNY :
Farida, je t’admire d’être forte pour tes enfants. Mais tu dois également prendre soin de toi. Il se pourrait que les choses arrivent à un point où il te cause réellement beaucoup de tort.
319. FARIDA :
Jenny, à ce stade, tout ce qui me préoccupe ce sont mes enfants. Ce qui peut m’arriver m’importe peu vraiment.
320. JENNY :
Farida, tu dois t’occuper de toi-même. Promets-moi que tu prendras soin de toi.
321. FARIDA :
Je te le promets.
322. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Farida

 

323. Scène 7

324. Décor :
À l’intérieur de la maison de Farida. Tard en après-midi.
325. Effets sonores de fond :
Publicité à la radio.

326. Personnages :
Farida, Afande Kaifa, Zuhura, Sifa.

327. EFFETS SONORES :
PUBLICITÉ À LA RADIO.

328. UN HOMME À LA RADIO :
Viens, venez tous aujourd’hui à partir de 13 h sur les terres d’Uhuru pour l’événement organisé par l’organisation TUNU. L’entrée est gratuite et les personnes de tous âges sont invitées à venir en savoir plus sur l’agriculture et ses bonnes pratiques. Il y aura aussi des jeux pour les enfants! Vous êtes les bienvenus!
329. ZUHURA :
Maman, peut-on y aller?
330. FARIDA :
Aller où?
331. ZUHURA :
Cet endroit dont on parle à la radio.
332. FARIDA :
Oui, nous allons y aller, mais terminez votre petit déjeuner d’abord.
333. SIFA :
Maman, moi aussi je veux y aller!
334. AFANDE KAIFA :
(S’APPROCHANT DU MICRO) C’est quoi tout ce brouhaha ici?

335. FARIDA :
Tes filles veulent aller à cet événement dont ils font la publicité à la radio.
336. AFANDE KAIFA :
Quel événement?

337. FARIDA :
Il y a un événement qui se tient aujourd’hui sur le domaine d’Uhuru. C’est une organisation qui s’appelle TUNU qui l’organise. Il s’agira de sensibiliser les gens sur les bonnes pratiques agricoles.
338. AFANDE KAIFA :
Et pourquoi ces deux-là voudraient-elles s’y rendre?

339. FARIDA :
(RIT) Parce qu’elles ont entendu qu’il y aura des jeux pour les enfants.
340. AFANDE KAIFA :
Et qu’en est-il de l’école?

341. FARIDA :
L’événement se déroulera l’après-midi. À ce moment elles seront rentrées de l’école. Je peux les amener par la suite et les ramener à la maison.
342. AFANDE KAIFA :
Pourquoi ai-je l’impression que c’est plus toi que les enfants qui veut y aller?

343. FARIDA :
Bien sûr que je veux y aller aussi. Qui ne voudrait pas s’y rendre? Après avoir passé toute la journée dans cette maison? Je pense que c’est bon pour moi et les enfants aussi. Et de plus, c’est bon parce que j’apprendrai beaucoup de choses durant cette manifestation qui nous servirons pour notre production de haricot ici à la maison.
344. AFANDE KAIFA :
D’accord vous pouvez y aller, mais assure-toi seulement de préparer mon repas avant de partir.

345. FARIDA :
D’accord, je le ferai.
346. AFANDE KAIFA :
Et assurez-vous de rentrer tôt. Ne restez pas dehors trop tard.

347. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Farida

 

348. Scène 8

349. Décors :
À l’extérieur du domaine d’Uhuru. Après-midi.
350. Effets sonores de fond :
Ambiance dans le domaine d’Uhuru.

351. Personnages :
Grace, Farida, maman Mjuni, maman K, Mzee Ali, Vumi, Mjuni, Zuhura.

352. EFFETS SONORES :
DE LA MUSIQUE QUI JOUE AU FOND.

353. MAMAN MJUNI :
(EXCITÉE) Héé! Farida, je vois que tu es venue avec tes deux gardes du corps!

354. FARIDA :
(RIT) Elles ne voulaient rien savoir d’un refus. Elles voulaient venir jouer avec les autres enfants.
355. ZUHURA, SIFA :
Shikamoo!

356. MAMAN MJUNI :
Marahaba! Je commençais à penser que tu ne viendrais pas!

357. FARIDA :
Oh! Je ne voulais pas rater ça. Quand est-ce que l’activité va commencer?
358. MAMAN MJUNI :
Je pense que ça va commencer dans quelques minutes!

359. FARIDA :
Je vois qu’il y a beaucoup gens du village qui sont venus.
360. MAMAN MJUNI :
Oui. Viens, faisons le tour pour saluer les gens.

361. EFFETS SONORES :
MAMAN MJUNI ET FARIDA SE DIRIGENT VERS MZEE ALI ET VUMI QUI BAVARDENT.

362. VUMI :
(PASSIONNÉ) Je te dis que cette année est notre année. Attends seulement et tu verras. Nous allons remporter la coupe cette année. Observe simplement.
363. MZEE ALI :
Mais comment pouvez-vous gagner quand mon équipe aussi paraît superbe cette année? Vous n’avez aucune chance. Nous avons la meilleure équipe de la ligue!
364. VUMI :
Qui a dit ça?
365. MZEE ALI :
C’est moi qui l’ai dit!
366. MAMAN MJUNI :
(S’APPROCHANT DU MICRO) C’est ce que je pensais, toujours à discuter de football!

367. FARIDA :
(RIT) À quoi t’attendais-tu?
368. MZEE ALI :
Ma femme, de quoi d’autre pourrait-on parler?
369. MAMAN MJUNI :
Beaucoup de choses constructives plutôt que de perdre le temps à vous disputer à cause du football.
370. VUMI :
C’est préférable de parler de football que de gaspiller le temps que vous les femmes passer à parler de vos cheveux.
371. EFFETS SONORES :
ILS ÉCLATENT TOUS DE RIRE.

372. EFFETS SONORES :
L’ANIMATEUR DE L’ÉVÉNEMENT TENTE D’ATTIRER L’ATTENTION DES GENS.

373. ANIMATEUR :
Puis-je avoir votre attention, ma population bien aimée! J’espère que vous passez tous du bon temps à l’événement de l’organisation TUNU. Est-ce que vous vous amusez?
374. TOUS :
(JOYEUSEMENT) Oui!
375. ANIMATEUR :
C’est très bien! Je sais que vous vous demandez peut-être ce que c’est que l’organisation TUNU et ce que nous faisons… En résumé, nous aidons les agriculteurs et les agricultrices d’exploitations familiales.
376. MAMAN K :
(L’INTERROMPT) Distribuez-vous de l’argent aux petits exploitants agricoles?
377. EFFETS SONORES :
RIRE.

378. ANIMATEUR :
Non, nous ne distribuons pas d’argent, madame.
379. MAMAN K :
Bon, alors, quel est l’intérêt?
380. ANIMATEUR :
Eh bien, je crois que nous donnons quelque chose qui est mieux que l’argent. Nous les aidons à acquérir des connaissances sur les bonnes pratiques agricoles qui, s’ils l’utilisent à leur avantage, peuvent les aider à long terme, car ils pourront gagner beaucoup d’argent en vendant leurs denrées au marché. Alors, y a-t-il des agriculteurs et des agricultrices d’exploitations familiales qui travaillent en groupes parmi nous aujourd’hui?
381. EFFETS SONORES :
MAMAN MJUNI S’AVANCE.

382. MAMAN MJUNI :
Excuse-moi, mon cher, mais nous avons un groupe de femmes de la banque communautaire villageoise et j’en suis la présidente. Récemment, nous avons décidé de mener ensemble des activités agricoles et de nous entraider pendant les saisons de labour et de récolte.
383. ANIMATEUR :
C’est très bien! Où sont les autres membres de ce groupe?
384. EFFETS SONORES :
MAMAN MJUNI APPELLENT LES AUTRES MEMBRES DU GROUPE.

385. MAMAN MJUNI :
Farida, Grace, maman K, avancez.

386. ANIMATEUR :
Est-ce les seuls membres de votre groupe?
387. FARIDA :
Non, nous sommes nombreuses, mais certaines ne sont pas venues aujourd’hui.
388. ANIMATEUR :
Où sont-elles? C’est l’occasion parfaite pour apprendre en groupe!
389. HOMME :
(CRIE) Elles sont à la maison en train de cuisiner comme les bonnes femmes sont censées le faire!
390. EFFETS SONORES :
QUELQUES RIRES FUSENT DE LA FOULE.

391. MAMAN MJUNI :
Malheureusement, même si les gens rient, c’est la vérité. La majorité des femmes sont supposées rester à la maison pour s’occuper de leurs maris et leurs familles, et, parfois, elles ratent des événements importants comme ceux-ci.
392. FARIDA :
En effet, la plupart des femmes n’ont pas le droit de participer à des événements comme celui-ci bien qu’elles soient principalement celles qui font les travaux durs dans les champs.
393. ANIMATEUR :
Bien, c’est très malheureux. Mais aujourd’hui, je m’attends à ce que vous transmettiez les connaissances que vous recevrez ici aujourd’hui aux autres membres de votre groupe.
394. MAMAN MJUNI :
Oui.

395. ANIMATEUR :
Je demanderai à vous rencontrer tous d’ici la fin de cet événement plus tard avant que vous rentriez chez vous.
396. MAMAN MJUNI :
D’accord.

397. ANIMATEUR :
Alors, pour l’instant, poursuivons notre activité. Nous allons commencer par quelques questions-réponses et la première question s’adresse aux enfants seulement. Celui ou celle qui aura la chance de trouver la réponse à cette question aura un T-shirt. Êtes-vous prêts, les enfants?
398. ENFANTS :
(JOYEUSEMENT) Oui!
399. ANIMATEUR :
Bien, la première question est … quelle est la denrée agricole la plus cultivée dans ce village?
400. EFFETS SONORES :
TOUS LES ENFANTS SE BATTENT POUR RÉPONDRE À LA QUESTION.

401. ANIMATEUR :
Bien, toi la petite fille là-bas qui porte ta petite sœur – quelle est la réponse?
402. ZUHURA :
(NERVEUSE) Moi?
403. ANIMATEUR :
Oui, toi.
404. ZUHURA :
C’est le haricot!
405. ANIMATEUR :
Très bien, c’est la bonne réponse! Quel est ton nom, petite fille?
406. ZUHURA :
Je m’appelle Zuhura!
407. ANIMATEUR :
OK, Zuhura, tu as gagné un beau T-shirt. Viens sur le podium pour chercher ton prix.
408. EFFETS SONORES :
LES GENS APPLAUDISSENT POUR ZUHURA PENDANT QU’ELLE SE REND SUR LE PODIUM POUR PRENDRE SON PRIX.
409. ANIMATEUR :
Voilà, Zuhura!
410. ZUHURA :
(JOYEUSEMENT) Merci!
411. ANIMATEUR :
Applaudissez encore pour Zuhura, s’il vous plaît.
412. EFFETS SONORES :
LA FOULE APPLAUDIT POUR ZUHURA.

413. ANIMATEUR :
Bien, maintenant, je vais commencer à poser des questions difficiles, car je n’ai que quelques prix ici avec moi aujourd’hui et seules quelques personnes pourront s’en aller avec les prix. La prochaine question est la suivante … Quel est le bon espacement à respecter quand on cultive du haricot?
414. EFFETS SONORES :
AUCUNE RÉPONSE DU PUBLIC.

415. ANIMATEUR :
N’importe qui? N’importe qui? D’accord, je vais vous aider avec celle-ci. Il y a deux types d’espacement. Premièrement, quand vous semez le haricot seul, le bon espacement consiste à laisser 50 centimètres entre les rangées de plants. À l’intérieur des rangées, vous devez semer deux graines à chaque 20 centimètres ou une graine à chaque 10 centimètres. Et l’autre type d’espacement, c’est quand vous cultiver du haricot en association avec d’autres denrées telles que le maïs. Maintenant, imaginons que vous cultivez du haricot en association avec du maïs … vous devez semer le maïs en laissant 75 centimètres entre les rangées et semer une rangée de haricot entre les rangées de maïs.
416. GRACE :
J’ai une question.
417. ANIMATEUR :
Oui.
418. GRACE :
Qu’est-ce qu’on peut utiliser pour mesurer l’espace?
419. ANIMATEUR :
Bien, si vous n’avez pas de ruban mètre, vous pouvez attacher des couvercles de boisson gazeuse à un fil aux bonnes distances.
D’accord, maintenant, la dernière question avant que nous marquions une pause … est-ce que quelqu’un peut me citer les avantages qu’il y a à bien espacer lorsque vous cultivez du haricot?
420. GRACE :
Cela permet au haricot de pousser plus librement et de ne pas s’entremêler, et cela vous fait aussi économiser du temps pendant le sarclage et la récolte. De plus, les agriculteurs ne sèment pas généralement de façon suffisamment dense, par conséquent, un bon espacement accroît le nombre de plants dans le champ, ce qui augmente le rendement.
421. ANIMATEUR :
Tu es une fille intelligente, mais avant que tu reçoives ton prix, j’ai une autre question pour toi … à quel moment faut-il faire le premier sarclage?
422. EFFETS SONORES :
GRACE DEMEURE SILENCIEUSE.

423. ANIMATEUR :
Tu ne connais pas la réponse?
424. GRACE :
Non, je ne sais pas!
425. ANIMATEUR :
OK, laisse-moi t’aider avec ça. C’est assez équitable étant donné que tu as répondu à certaines questions … le bon moment pour sarcler est deux semaines après que vous avez semé votre haricot et pour le deuxième sarclage, c’est entre cinq à six semaines après les semis. D’accord, applaudissez pour elle s’il vous plaît.
426. EFFETS SONORES :
LA FOULE APPLAUDIT POUR GRACE.

427. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Animateur.

 

428. Scène 9

429. Décor :
À l’extérieur de la maison de Farida. La nuit.
430. Effets sonores de fond:
Quelqu’un frappe à la porte.

431. Personnages :
Afande Kaifa, Zuhura, Sifa, Farida, Jenny.

432. EFFETS SONORES :
QUELQU’UN FRAPPE À LA PORTE.

433. AFANDE KAIFA :
Faridaa!

434. EFFETS SONORES :
QUELQU’UN CONTINUE DE FRAPPER À LA PORTE.

435. AFANDE KAIFA :
Faridaa!

436. EFFETS SONORES :
LA PORTE S’OUVRE.

437. SIFA :
Shikamoo, papa!
438. AFANDE KAIFA :
Marahaba! Pourquoi as-tu fermé la porte? Et où est ta mère?

439. SIFA :
Elle est sortie.
440. AFANDE KAIFA :
Que veux-tu dire par elle est sortie?

441. ZUHURA :
Elle nous a dit que si tu demandes d’après elle, qu’elle est chez tante Jenny?
442. AFANDE KAIFA :
Chez tante Jenny?! Est -ce que cette femme a finalement perdu l’esprit ou quoi? Avez-vous mangé?
443. SIFA :
Oui.
444. AFANDE KAIFA :
Êtes-vous allées avec votre mère à cet événement?

445. ZUHURA :
Oui.
446. AFANDE KAIFA :
Et à quel moment êtes-vous rentrées?

447. ZUHURA :
Il n’y a pas si longtemps. Lorsque nous sommes venues, elle nous a donné à manger, puis, elle s’est changée et est partie.
448. EFFETS SONORES :
DANS UN ACCÈS DE RAGE, AFANDE KAIFA JETTE QUELQUE CHOSE DANS LA MAISON.

449. AFANDE KAIFA :
(AVEC COLÈRE) Ce mauvais prétexte d’une femme! Aujourd’hui, elle va regretter d’être née!

450. EFFETS SONORES :
LA RAGE D’AFANDE KAIFA FAIT PLEURER LA PETITE HAFSA.

451. AFANDE KAIFA :
D’accord, occupe-toi de ta petite sœur. Je vais chercher ta mère!

452. EFFETS SONORES :
AFANDE KAIFA SORT EN TROMBE DE LA MAISON.

453.
FONDU DE FERMETURE
454.
FONDU À L’OUVERTURE
455. EFFETS SONORES :
AFANDE KAIFA FRAPPE À LA PORTE AVEC COLÈRE.

456. EFFETS SONORES :
VUMI OUVRE LA PORTE.

457. VUMI :
(SURPRISE) Oh! Monsieur Kaifa, ça va? Comment puis-je t’aider?
458. AFANDE KAIFA :
Est-ce que ta femme est la maison?

459. VUMI :
Oui.
460. JENNY :
(S’APPROCHANT DU MICRO) Oh! Kaifa, quel est le problème?
461. AFANDE KAIFA :
Ma femme est-elle ici?

462. JENNY :
Non, pourquoi?
463. AFANDE KAIFA
: Était-elle ici?

464. JENNY :
(ELLE NE SAIT QUOI DIRE) Eh bien … bon … je … je …
465. VUMI :
(L’INTERROMPT) Écoute, elle n’est pas ici, car j’étais ici toute la journée.
466. AFANDE KAIFA :
D’accord, alors, quand vous la verrez, dites-lui de trouver un autre endroit pour aller dormir, car je ne veux plus la voir.
467. JENNY :
(CONFUSE) Quoi … quoi … qu’est-ce qui s’est passé?
468. AFANDE KAIFA :
Elle a laissé mes enfants à la maison à cette heure de la nuit et s’en est allée Dieu seul sait où, et elle a eu l’audace de leur dire de me dire qu’elle était ici avec vous!
469. JENNY :
Attends, Kaifa … Peut-être qu’il y a une explication.
470. EFFETS SONORES :
AFANDE KAIFA COMMENCE À S’ÉLOIGNER

471. AFANDE KAIFA :
Eh bien, je ne veux rien savoir! Dites-lui juste de rester loin de mes enfants et moi! Si elle tient vraiment à son bien-être, alors elle ne doit plus revenir!
472. JENNY :
Attends! Kaifa! Kaifa! Kaifa!
473. EFFETS SONORES :
AUCUNE RÉPONSE DE LA PART DE KAIFA QUI DISPARAÎT DANS LA NUIT.

474. PERSONNAGE EN AVANT-PLAN :
Afande Kaifa

Acknowledgements

Rédaction : Kheri Mkali, scénariste, Dar es Salaam, Tanzanie
Révision : Frederick Baijukya, IITA.

Ce travail a été réalisé grâce à une subvention du Centre de recherches pour le développement international, à Ottawa, au Canada, www.idrc.ca, et avec le soutien financier du gouvernement du Canada, fourni par l’entremise d’Affaires mondiales Canada, www.international.gc.ca

gaclogoidrc