English

Script 61.5

Notes to broadcasters

Pour achever la sécurité alimentaire, il est important que fermiers et scientifiques travaillent en collaboration. Les scientifiques pourront alors connaître avec exactitude les problèmes auxquels doivent faire face les fermiers et mesurer combien leurs innovations peuvent s’avérer des succès dans les champs. Les fermiers auront accès à une information utile tout en leur permettant de hausser leurs revenus et de découvrir des possibilités d’emploi.

Malheureusement, fermiers et scientifiques ont des vues stéréotypées de l’un et l’autre ce qui limite les contacts. La radio peut jouer un rôle dans l’affaissement de ces barrières. Elle peut organiser un forum où fermiers et scientifiques échangeront de l’information et engageront le dialogue. Le texte ci-dessous utilise l’humour pour démontrer combien sont fausses ces attitudes stéréotypées.

Veillez noter que dans le dernier paragraphe, on fait référence à l’Afrique, si nécessaire, le modifier pour tenir compte de votre propre contexte.

Script

Les personnages

M. Chui:
Un fermier
M. Kazi:
Un fermier
M. Ndege:
Un fermier
Dr Kulungu Ndege:
Un scientifique et le fils de M. Ndege

INTRODUIRE DE LA MUSIQUE (UN CHANT PENDANT LA PLANTATION) PUIS LA SUPPRIMER GRADUELLEMENT AU MOMENT OÙ L’ANIMATEUR COMMENCE À PARLER

L’animateur
– Aujourd’hui, nous allons écouter quelques discussions au sujet de fermiers et scientifiques travaillant ensemble. Qu’est-ce que cela veut dire? Comment cela peut-il aider les fermiers à produire davantage? D’abord, écoutons la conversation de deux fermiers, M. Chui et M. Kazi, en route pour le marché.

M. Chui
– J’ai remarqué que vos plants de maïs poussent bien, Kazi.

M. Kazi
– Oui! J’ai suivi les conseils de mon voisin, Nedge. Lors de la précédente récolte, il avait remarqué combien les tiges étaient faibles. Il m’a révélé comment il avait résolu le même problème dans son propre champ.

M. Chui
-Je me rappelle. Vos plants mourraient tôt. Quel a été l’avis de Ndege?

M. Kazi
-Il a dit que j’utilisais une mauvaise quantité de fertilisant. Cette saison, j’ai suivi son conseil et je crois maintenant que j’aurai une bonne récolte.

M. Chui
-Oui, Ndege est un homme sage qui cultive depuis plusieurs années. L’expérience est toujours un meilleur maître que les livres. J’ai su que le fils de Ndege revient de la ville aujourd’hui. Il est devenu un grand scientifique et il va nous enseigner comment obtenir de meilleures récoltes. Imagine! Un jeune homme assis dans son bureau dire aux anciens comment cultiver!

M. Kazi
-Les gens éduqués pensent qu’ils savent tout, simplement parce qu’ils ne mangent plus avec leurs doigts! Ils devraient se rappeler que les fermiers cultivaient bien avant qu’ils aillent à l’école et à l’université.

LA MUSIQUE BONDIT PUIS DIMINUE A NOUVEAU ALORS QUE L’ANIMATEUR S’INTRODUIT

L’animateur
– Nous savons maintenant ce que M. Chui et M. Kazi pensent des scientifiques! Tous les scientifiques croient-ils que leur savoir les rend supérieurs? Les temps ont changé. De plus en plus d’entre eux travaillent maintenant avec les fermiers pour résoudre les problèmes liés à l’augmentation de leurs cultures.

Par hasard, le même jour, M. Ndege et son fils, le scientifique, se retrouvent discutant précisément de cette idée: fermiers et scientifiques travaillant en collaboration. Ecoutons!

M. Ndege
-Mon fils, tu as beaucoup changé depuis que tu as quitté l’université. Je me rappelle le moment où tu es revenu à la maison après avoir reçu ton diplôme. Tu utilisais de grands mots et impatient de retourner à la ville. Maintenant, mon fils, tu travailles avec les fermiers dans leurs champs.

Dr K. Ndege
– Cela m’a pris quelque temps, mais maintenant je suis convaincu que le savoir des fermiers tiré de leur expérience est important. Quelques fois, je trouve que la recherche en laboratoire nous enseigne des choses que les fermiers savent depuis longtemps. Quelques fois aussi, les scientifiques apportent des solutions qui ne peuvent pas être appliquées à la ferme. Nous avons besoin de coordonner nos efforts.

M. Ndege
-Quelle est la réaction des fermiers lorsque tu leur dis que tu veux apprendre d’eux?

Dr K. Ndege
– Habituellement, ils sont surpris. Ils ont l’habitude de voir ces scientifiques venir à eux pour leur montrer comment cultiver, non pas des hommes ou femmes qui considèrent que le savoir des fermiers est important. Cela a pris quelque temps pour qu’ils réalisent que j’étais sérieux. Maintenant, nous travaillons ensemble et nous construisons à partir de leur savoir traditionnel.
Aussi, après avoir mesuré combien efficaces mes recherches sont devenues, certains collègues ont changé d’idée. Ils deviennent même «ruraux» en apprenant de nouveau à manger avec les doigts! (Les deux hommes éclatent de rire.)

INTRODUIRE LA MUSIQUE ET LA MAINTENIR PENDANT QUE L’ANIMATEUR PARLE

L’animateur
-Ainsi, les scientifiques doivent apprendre à collaborer avec les fermiers et ces des derniers, apprendre à travailler avec les hommes de science. Il nous est nécessaire d’augmenter la production alimentaire en Afrique: actuellement, la moitié de la population de l’Afrique sub-saharienne manque de nourriture. La coopération entre fermiers et scientifiques est nécessaire pour que le continent africain puisse nourrir tous ses habitants.

HAUSSER LA MUSIQUE PUIS LA RETIRER GRADUELLEMENT

Acknowledgements

Contribution: Amin Kassam, The Hague, The Netherlands.

Révision: Helen Hambly, Research Officer, International Service for National Agricultural Research (ISNAR), The Hague, The Netherlands.