English

Script 99.3

Script

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

 

PERSONNAGES :
KUMDIDIMO
MESOZI

ÉMISSION 1

DURÉE : 4 MINUTES

1. EMPLACEMENT : FERME DE KUMDIDIMO

2. EFFETS SONORES :
SONS D’OISEAUX ET D’ANIMAUX, MILIEU DE LA MATINÉE

3. NARRATEUR :
BIENVENUE À NOTRE DRAMATIQUE SUR LES NORMES HARMONISÉES EN MATIÈRE DE TRANSFORMATION DE LA FARINE DE MANIOC EN AFRIQUE DE L’EST ET ÉQUATORIALE. AUJOURD’HUI, NOUS ALLONS FAIRE LA CONNAISSANCE DE KUMDIDIMO ET DE MESOZI. KUMDIDIMO CULTIVE LE MANIOC ET LE VEND CRU – RAISON POUR LAQUELLE IL NE FAIT PAS BEAUCOUP D’ARGENT! APRÈS AVOIR ÉCOUTÉ LA RADIO, KUMDIDIMO EST RÉSOLU À TRANSFORMER SON MANIOC POUR ACCROÎTRE SES REVENUS. MAIS CONNAÎT-IL LA MÉTHODE DE TRAITEMENT DU MANIOC POUR QU’IL CONVIENNE À LA TRANSFORMATION? SON AMI MESOZI PEUT-IL L’AIDER? RESTEZ À L’ÉCOUTE POUR LE SAVOIR!

4. EFFETS SONORES :
KUMDIDIMO EN TRAIN DE SE PROMENER DANS SA FERME ET DE TOUCHER DES FEUILLES DE MANIOC TOUT EN CHANTANT UNE CHANSON TRADITIONNELLE

5. MESOZI :
(EN S’APPROCHANT) Kumdidimo … Que se passe-t-il? Tu chantes ta chanson traditionnelle (ELLE RIT)!

6. KUMDIDIMO :
(IL RIT. VOIX AMOUREUSE) Comment savais-tu que j’étais à mon champ de manioc? C’est pour ça que je t’aime, Mesozi …

7. MESOZI :
(EN TAQUINANT GENTIMENT) C’est un mystère… À toi de l’élucider…. (PAUSE) En passant, où est ton épouse, Achi?

8. KUMDIDIMO :
(EN GLOUSSANT) Voyons, Mesozi … Pourquoi me poses-tu des questions à son sujet? Pose-moi plutôt des questions ausujet du manioc et je répondrai à chacune.

9. MESOZI :
(ELLE RIT) D’accord, oublions ça! (PAUSE) Kumdidimo, jette un coup d’œil à ce manioc et à la façon dont il a craqué la terre autour des racines… Est-ce que c’est la sorte nommée Mkiroba?

10. KUMDIDIMO :
(TENDREMENT) Oui, c’est du Mkiroba et lorsque tu vois ceci, c’est parce qu’il est prêt à la récolte.

11. MESOZI :
(EN HÉSITANT) Kumdidimo, le Mkiroba est une sorte qui fait l’objet de marketing parce qu’elle a un bon rendement et elle mûrit en un court laps de temps.

12. KUMDIDIMO :
Pour moi, c’est la meilleure sorte que l’on puisse manger et elle génère beaucoup de racines.

13. MESOZI :
Alors une plante de Mkiroba produit de nombreuses racines?

14. KUMDIDIMO :
Laisse-moi te le montrer… (SON DE DÉRACINAGE DE PLANTES PENDANT QU’IL PARLE).

15. MESOZI :
(INTERROMPT) Attends, Kumdidimo… ne déracine pas ta plante ainsi.

16. KUMDIDIMO :
(IL S’ARRÊTE) Pourquoi? Je veux simplement te montrer les racines – la quantité et leur taille.

17. MESOZI :
(ELLE RIT) Ce n’est pas la bonne manière de récolter des plantes. On dirait que tu n’écoutes pas vraiment la radio! Prends ta binette et creuse la terre autour de la plante pour la ramollir.

18. KUMDIDIMO :
Quoi?! Arrête ton cirque, Mesozi!

19. MESOZI :
(MESOZI PREND LA BINETTE, SON DE SARCLAGE) Donne-moi la binette et observe-moi! Tu dois commencer par creuser la terre autour de la plante pour la ramollir. Ensuite, tu enlèves la terre qui recouvre les racines. C’est plus facile de les déraciner et ça évite de les casser ou de les abîmer. Il faut éviter de meurtrir les racines pendant la récolte. Si elles se font abîmer ou briser, elles commencent à pourrir très rapidement. Le manioc doit être transformé le jour même où il est récolté!!

20. KUMDIDIMO :
(GÊNÉ ET NERVEUX) Ah, merci beaucoup, Mesozi. Je ne savais pas ça… (PAUSE) Il y a quelque chose que je veux te demander…

21. MESOZI :
Quoi, Kumdidimo?

22. KUMDIDIMO :
(TOUJOURS GÊNÉ ET NERVEUX) Je souhaite commencer à transformer le manioc en farine de haute qualité. J’ai entendu dire à la radio que le marché de la farine de manioc est très bon en ce moment. On s’en sert même dans les usines pour cuisiner du pain et des biscuits. Et les revendeurs achètent le manioc cru à un prix très faible. Et tu vois à quel point mon maïs s’en sort mal? Alors… comment puis-je transformer mon manioc?

23. MESOZI :
(EXCITÉE) Génial! J’ai aussi entendu ça. Le toubab Shamba m’a même fait savoir qu’il y a une usine de fabrication de farine de manioc dans le village d’à côté. Les agriculteurs et les agricultrices peuvent y apporter leur manioc pour le transformer en farine. Nous pouvons aller y jeter un coup d’œil demain.

24. KUMDIDIMO :
Ah, tu es une envoyée du ciel. Oui, allons-y demain. Je veux en apprendre davantage.

25. MESOZI :
D’accord, c’est bon. Je te vois demain. (SON DE SES PAS S’ÉLOIGNANT DU CHAMP)

26. NARRATEUR :
KUMDIDIMO ET MESOZI VONT VISITER L’USINE DANS LE VILLAGE D’À CÔTÉ POUR EN APPRENDRE DAVANTAGE SUR LE TRANSFORMATION DE LA FARINE DE MANIOC. QUE VONT-ILS APPRENDRE? VONT-ILS AVOIR UN MARCHÉ POUR LEUR MANIOC? SOYEZ DE NOUVEAU À L’ÉCOUTE À LA PROCHAINE ÉMISSION.

ÉMISSION 2

DURÉE : 4 MINUTES

1. EMPLACEMENT : MAISON DE KUMDIDIMO. MATIN

2. EFFETS SONORES :
BRUITS DE FOND – CHANT DU COQ, SONS D’ANIMAUX DE LA FERME

3. EFFETS SONORES :
SONS DE LAMELLES DE MANIOC PENDANT QUE KUMDIDIMO LES ÉTALE SUR LE MATELAS EN CHANTANT DOUCEMENT

4. MESOZI :
(ARRIVÉE AU MICRO ET APPELANT ACHI) Achi … Achi … Es-tu ici?

5. KUMDIDIMO :
(IL ARRÊTE DE CHANTER) Bienvenue, Mesozi. (PARLE TOUT EN RIANT) Regarde-toi aller – pourquoi tu appelles Achi?

6. MESOZI :
(ELLE RIT, VOIX TAQUINE) Je cherche mon amie, ton épouse Achi, pas toi.

7. KUMDIDIMO :
Quelle différence y a-t-il entre moi et Achi? À partir de maintenant, si tu me trouves ici, c’est comme si tu étais avec Achi et si tu trouves Achi ici, c’est comme si tu étais avec moi.

8. MESOZI :
Où est-elle?

9. KUMDIDIMO :
Elle est allée visiter ses parents dans leur village. Peu importe ce qu’il te faut, je peux t’aider.

10. MESOZI :
(EN PLAISANTANT) C’est bon. Je peux donc prendre mon temps et je suis libre de dire ce que je veux!! Et de faire ce qui me plaît!

11. LES DEUX :
RIRE

12. MESOZI :
Kumdidimo, que fais-tu, mon cher?

13. KUMDIDIMO :
Ce sont des lamelles de manioc qui ont séché sur le toit de la maison. Je veux les apporter à titre d’échantillon à l’usine pour en faire de la farine.

14. MESOZI :
Non, Kumdidimo, je ne crois pas que ces lamelles de manioc donneront une bonne farine. Regarde leur couleur. Elles sont presque brunes.

15. KUMDIDIMO :
(UN PEU IRRITÉ) Mais c’est ainsi que nous faisons notre farine de manioc. Achi va venir pétrir ce manioc pour en faire de la farine. Et tu sais bien que ces lamelles noires sont particulièrement goûteuses.

16. MESOZI :
Laisse-moi te montrer la manière de préparer le manioc pour en faire de la farine de haute qualité. S’agit-il de manioc frais?

17. KUMDIDIMO :
Non, je l’ai déraciné hier. Mais j’ai déraciné ceux-là ce matin. Je vais les transformer demain.

18. MESOZI :
(DOUCEMENT) Pauvre Kumdidimo, tu as bien essayé… Apporte-moi un couteau (SON DE MANIOC EN TRAIN DE SE FAIRE COUPER EN LAMELLES). Ces racines sont en train de brunir parce qu’elles ont été déracinées hier et elles n’ont pas été entreposées adéquatement. Tu ne les as pas coupées en petits morceaux. Ça va prendre de nombreux jours à sécher. Apporte-moi le manioc frais (SONS DE PAS).

19. KUMDIDIMO :
(EXCITÉ) Le voici.

20. MESOZI :
D’accord. Nous avons de l’eau propre dans le seau ici. D’abord, nous lavons nos mains à fond. Ensuite, nous épluchons bien de manioc et lavons les racines à fond. Ensuite, nous les coupons en petits morceaux pour leur permettre de sécher rapidement. (SON D’ARROSAGE DES LAMELLES)

21. KUMDIDIMO :
Plus petit que ça, je vois.

22. MESOZI :
(SON DE RINÇAGE DE RACINES ET ENSUITE DE L’ÔTAGE DES RACINES DE L’EAU) Oui. Il existe des machines simples que nous pourrions utiliser pour couper le manioc. Maintenant, nous étendons une natte sur le sol et étalons les lamelles pour qu’elles puissent sécher. De cette façon, nous évitons les salissures sol et les impuretés comme les insectes morts et les excréments d’animaux. Maintenant, nous devons attendre qu’elles soient bien séchées.

23. KUMDIDIMO :
Mesozi, es-tu en train de me dire que le manioc doit être transformé la même journée qu’il est déraciné?

24. MESOZI :
Oui! Exactement, Kumdidimo. Il faut déraciner et transformer les racines la même journée. Si tu veux avoir une farine de manioc de haute qualité.

25. KUMDIDIMO :
(EN HÉSITANT) Ça semble représenter trop de travail, Mesozi.

26. MESOZI :
Kumdidimo, tout ce qui en vaut la peine exige un travail ardu! Tu veux obtenir un bon profit du manioc, mais tu ne veux pas travailler fort?

27. KUMDIDIMO :
(IL RIT) Oui, je vais devoir transformer mon manioc soigneusement.

28. EFFETS SONORES :
FONDU SONORE PENDANT QU’ILS RIENT, PUIS RETOUR APRÈS DEUX SECONDES DE SILENCE

29. KUMDIDIMO :
Il se peut qu’elles soient prêtes; ça fait six heures qu’elles sèchent…

30. MESOZI :
(ELLE INTERROMPT) Ne les touche pas… Tes mains doivent être propres pour manipuler du manioc!

31. KUMDIDIMO :
(IL RIT. SON D’EAU QUI COULE PENDANT QUE LES MAINS SE FONT LAVER) L’hygiène est la priorité, je vois! (PAUSE) Elles sont sèches maintenant, Mesozi!

32. MESOZI :
C’est bon. À présent, nous devons les entreposer dans un contenant sec et propre. Elles peuvent encore se faire contaminer si tu les entreposes dans un contenant sale.

33. EFFETS SONORES :
RETRAIT DES RACINES DE MANIOC DU SOLEIL ET ENTREPOSAGE DANS UN SEAU QUI SE FAIT FERMER À L’AIDE D’UN COUVERCLE

34. MESOZI :
D’accord, apportons-les au centre de transformation. Mais encore une chose s.t.p. Je veux que nous y allions ensemble. Toi et moi seulement!

35. LES DEUX :
ILS RIENT PENDANT QU’ILS PARTENT

36. NARRATEUR :
KUMDIDIMO A APPRIS À PRÉPARER LE MANIOC POUR SA TRANSFORMATION ET SE REND AU CENTRE DE TRANSFORMATION AVEC MESOZI. À QUELS DEFIS SERONT –ILS CONFRONTÉS AU CENTRE? POURQUOI FONT-ILS TOUT ENSEMBLE? QUE SE PASSE-T-IL ENTRE LES DEUX? ILS SONT PEUT-ÊTRE AMOUREUX L’UN DE L’AUTRE! MAIS QU’EN EST-IL DE L’ÉPOUSE DE KUMDIDIMO? NE MANQUEZ PAS LA PROCHAINE ÉMISSION!

ÉMISSION 3

DURÉE : 2 MINUTES

1. EMPLACEMENT : CENTRE DE TRANSFORMATION

2. EFFETS SONORES :
SONS D’ARRIÈRE-PLAN – CHANT DU COQ, BRUIT DE
MACHINES, GENS EN TRAIN DE PARLER. KUMDIDIMO MÂCHE DU MANIOC RÔTI NVELOPPÉ DANS UN VIEUX PAPIER JOURNAL.

3. KUMDIDIMO :
(EN TRAIN DE MANGER) Mesozi, quel endroit formidable!
C’est tellement propre. Regarde la façon dont le gazon est coupé… C’est tellement beau.

4. MESOZI :
(EMBARASSÉÉ) Mange le manioc lentement, Kumdidimo.
(PAUSE) Oui, c’est ainsi que les centres de transformation doivent être.

5. KUMDIDIMO :
(SONGEUR) Ces établissements ont l’air très bien… Un beau
toit et des fenêtres…

6. MESOZI :
Tous les centres de transformation sont conçus de telle sorte qu’il soit facile de les nettoyer. Regarde les portes et les fenêtres… Tu vois, elles se ferment hermétiquement afin que qu’aucun rongeur, aucun insecte ou aucune poussière ne pénètrent dans les aires de transformation.

7. KUMDIDIMO :
Mesozi, ai-je besoin d’un grand complexe et d’édifices comme
celui-ci pour transformer mon manioc?

8. MESOZI :
Tu n’as pas besoin d’avoir tes propres établissements pour le
moment, mais je veux que tu comprennes l’importance de
l’hygiène, de l’hygiène personnelle jusqu’à la propreté de tous
le complexe.

9. KUMDIDIMO :
Je comprends, Mesozi, mais que se passe-t-il si je veux
transformer mon propre manioc?

10. MESOZI :
En ce moment, tu as des lamelles sèches et tu viens ici pour faire de la farine au moulin. Toutefois, si tu as beaucoup de manioc cru, tu peux l’apporter ici et ils en feront des lamelles, puis de la farine.

11. KUMDIDIMO :
(EXCITÉ) Ils feront ça pour moi?

12. MESOZI :
C’est exact, mais tu vas devoir négocier un petit paiement.

13. KUMDIDIMO :
(EXCITÉ) Ah! C’est bon. Je veux vraiment transformer tout
mon manioc et je suis prêt à payer si ce n’est pas une somme
trop élevée.

14. MESOZI :
Tu dois les payer pour qu’ils le transforment et que tu obtiennes
une farine de haute qualité. I est préférable de les laisser
transformer ton manioc plutôt que d’essayer de le faire toi-
même. Tu pourrais te retrouver avec une farine de piètre qualité
et perdre ton marché pour ta farine.

15. MESOZI :
(EN PLAISANTANT) J’aimerais être la propriétaire d’un centre comme celui-ci. (PAUSE, EN TAQUINANT) Mais que va-t-il se passer si nous croisons ton épouse ici? (ILS RIENT TOUT EN S’APPROCHANT DE L’IMMEUBLE)

16. NARRATEUR :
KUMDIDIMO ET MESOZI SONT AU CENTRE DE TRANSFORMATION. KUMDIDIMO EST TRÈS IMPRESSIONNÉ PAR LA PROPRETÉ DU CENTRE ET A TRÈS ENVIE DE COMMENCER À TRANSFORMER SON MANIOC DÈS LE LENDEMAIN … NE MANQUEZ PAS LA PROCHAINE ET DERNIÈRE ÉMISSION!

ÉMISSION 4

PERSONNAGES :
MESOZI
KUMDIDIMO
HEKIMA

DURÉE : 7-8 MINUTES

1. EMPLACEMENT : CENTRE DE TRANSFORMATION

2. EFFETS SONORES :
CONTEXTE ET SONS RURAUX, SON D’UN MOULIN EN ARRIÈRE-PLAN

3. NARRATEUR :
AU COURS DE LA DERNIÈRE ÉMISSION, KUMDIDIMO AVAIT TRÈS HÂTE D’APPRENDRE À TRANSFORMER UNE GRANDE QUANTITÉ DE MANIOC. AUJOURD’HUI, MESOZI ET LUI SONT ENCORE AU CENTRE DE TRANSFORMATION. RESTEZ À L’ÉCOUTE!

4. KUMDIDIMO :
(S’APPROCHE DU MICRO, EN CHUCHOTANT) Mesozi, toutes ces personnes – les employés portent un uniforme. Leur tête est recouverte et ils portent des gants.

5. MESOZI :
Je t’avais bien dit que l’hygiène était l’élément majeur dans toute transformation en farine. Nous devons trouver un employé pour obtenir plus d’informations. Attendez!

6. EFFETS SONORES :
BRUIT D’UNE PERSONNE S’APPROCHANT ET ENLEVANT SES GANTS

7. HEKIMA :
Bienvenue, faites comme chez vous. Je m’appelle Hekima. Puis-je vous aider?

8. KUMDIDIMO :
(GÊNÉ) Oui. Nous venons du village voisin. Nous avons apporté quelques lamelles de manioc auxquelles vous pouvez jeter un coup d’œil. Si elles sont bonnes, nous aimerions les vendre.

9. MESOZI :
Oui et nous aimerions vous poser quelques questions. Si une personne a une grande quantité de manioc, comment l’aideriez-vous… ?

10. KUMDIDIMO :
(IL INTERROMPT) Oui, surtout moi. J’ai un grand champ de manioc et j’ai entendu dire à la radio que je pouvais gagner plus d’argent si je le transformais au lieu de vendre des racines de manioc.

11. HEKIMA :
Très bien… Je suis content de faire votre connaissances. Puis-je voir les lamelles s.v.p.? (BRUIT DE L’OUVERTURE D’UN COUVERCLE DE SEAU) Wow! Vous les avez séchées… Vous avez fait ça à la maison?

12. KUMDIDIMO :
Oui, avec l’aide de Mesozi.

13. HEKIMA :
Ah, elles sont très sèches. Vous les avez coupées de façon manuelle. J’imagine que ça vous a fatigués.

14. MESOZI :
Oui. C’était beaucoup de travail.

15. HEKIMA :
D’accord. Je vais vous faire visiter le centre de transformation et vous allez voir quelques-unes de nos machines qui pourraient vous aider.

16. EFFETS SONORES :
BRUIT DE PAS

17. HEKIMA :
Voici ce que nous appelons l’aire de réception. Nous recevons toutes les racines de manioc fraîches de notre champ et des agriculteurs voisins et des agricultrices voisines. Nous les lavons pour enlever la boue, puis nous les épluchons et les lavons soigneusement. Comme vous pouvez le voir, nous sommes sévères quant à la qualité du manioc que nous recevons. Il doit être frais, entier et ne peut être infecté de maladies ni avoir de coupures.

18. MESOZI :
Oui. Tout comme je l’avais dit à Kumdidimo.

19. HEKIMA :
Nous gardons l’endroit propre. Nous jetons les pelures et essorons l’eau.

20. LES DEUX :
Oui.

21. HEKIMA :
Voici l’aire de transformation. À partir d’ici, nous devons porter un uniforme, des gants et nous couvrir notre tête.

22. MESOZI :
Ah, c’est amusant (EN RIANT).

23. EFFETS SONORES :
SON DE KUMDIDIMO ET MESOZI EN TRAIN DE METTRE DES GANTS, UN UNIFORME ET UN BONNET

24. HEKIMA :
Cette machine est une râpe. Elle râpe le manioc pour en faire une fine purée. Et voici la machine d’extraction qui sert à extraire l’eau de la purée.

25. MESOZI :
Ah, le manioc ressemble à de la nourriture de bébé à présent. Cet endroit est très propre. L’eau excédentaire se fait vider.

26. HEKIMA :
Oui. Nous maintenons l’endroit propre et nous lavons les machines avant et après chaque utilisation.

27. HEKIMA :
Allons dehors maintenant.

28. EFFETS SONORES :
SON DE PROMENADE À L’EXTÉRIEUR

29. HEKIMA :
Voici la manière dont nous procédons pour sécher le manioc râpé – sur des plateformes surélevées loin du sol. La poussière et la contamination provenant des animaux n’atteignent pas le manioc ainsi.

30. MESOZI :
Donc vous étalez le manioc sur des sacs noirs de polyéthylène?

31. HEKIMA :
Oui. Ils retiennent la chaleur de sorte que le manioc sèche rapidement et ça ne prend que quatre heures. Ceux-ci sont déjà secs. (PAUSE) Allons maintenant à l’aire de broyage. Comme vous pouvez le voir, c’est un endroit sec et séparée de l’aire humide. Ici, nous observons une hygiène maximale. Les personnes atteintes de maladies transmissibles telles que la tuberculose, la typhoïde et le choléra et les travailleurs ayant des plaies ouvertes, des plaies infectées ou souffrant de maladies graves comme des vomissements, de la diarrhée et de la fièvre ne sont pas autorisées ici.

32. MESOZI :
Que faites-vous en matière d’emballage?

33. HEKIMA :
Nous emballons le manioc dans des matériaux d’emballage alimentaire appropriés. Nous pesons l’emballage correctement et vous pouvez voir toutes les informations sur l’étiquette : le nom de notre entreprise, le contenu, le poids, la date d’expiration et le pays. Grâce à ces étiquettes, nous pouvons exporter de la farine à d’autres pays d’Afrique orientale et centrale parce que le manioc répond aux exigences des normes de l’Afrique centrale et orientale concernant la farine de manioc. Vous voyez cette marque?

34. LES DEUX :
Oui.

35. HEKIMA :
C’est la marque de certification du Tanzania Bureau of Standards. Les bureaux dans d’autres pays font de même pour leurs transformateurs.

36. KUMDIDIMO :
Qu’est-ce que cette sale devant nous?

37. HEKIMA :
Il s’agit de notre aire d’entreposage. Comme vous pouvez le voir, c’est un endroit sec, propre et nous veillons à ce que les rongeurs n’y entrent pas.

38. MESOZI :
Est-ce que c’est vrai que vous vendez de la farine à une usine de fabrication de biscuits?

39. HEKIMA :
Oui. Maintenant… regardez à l’extérieur. Voyez-vous le robinet? Il nous faut de l’eau pour nous laver les mains et il nous en faut beaucoup pour laver les équipements. Et bien sûr, il faut avoir accès à une toilette. Cette dernière doit être à l’écart du centre de transformation. Mes employés se lavent les mains avant d’entrer dans l’édifice.

40. MESOZI :
Tout ça est très impressionnant.

41. HEKIMA :
Merci. Et où sont vos lamelles de manioc? (PAUSE) Elles sont adéquates. Vous avez été chanceux que le soleil soit aussi chaud aujourd’hui. Idéalement, il serait préférable de vous procurer une déchiqueteuse ou une râpe. Les lamelles seraient suffisamment petites et sècheraient très vite.

42. KUMDIDIMO :
Et si j’avais mon propre manioc? Est-ce que je peux venir le transformer ici?

43. HEKIMA :
Oui, vous devrez payer une certaine somme d’argent en échange des services de transformation. Pour utiliser nos machines. (PLAISANTE) Kumdidimo, je crois que votre épouse a été convaincue et qu’elle est prête à transformer le manioc. Vous devrez conclure un accord avec elle!

44. KUMDIDIMO ET MESOZI :
(ILS ÉCLATENT DE RIRE) … Nous ne sommes pas un couple, mais des amis!

45. HEKIMA :
(EN RIANT) Vous êtes peut-être capables de tromper certaines personnes, mais je sais juger les gens. Je peux voir que vous êtes époux et épouse tout simplement en vous regardant. Je vois de l’amour dans vos yeux…

46. MESOZI :
(APRÈS UNE PAUSE, CALMEMENT) D’accord, vous avez raison. Mais vous devez jurer de ne pas le dire… Notre mariage est encore un secret.

47. NARRATEUR :
LA VISITE DE L’USINE DE TRANSFORMATION A ÉTÉ UNE SOURCE D’INSPIRATION POUR KUMDIDIMO ET MESOZI. KUMDIDIMO VOUDRAIT QUE SON MANIOC SOIT TRANSFORMÉ ICI. NOUS CROYONS QUE SONT ÉPOUSE SERA D’ACCORD! ILS VONT TRANSFORMER LEUR MANIOC ET GAGNER PLUS D’ARGENT. J’ESPÈRE QUE VOUS AVEZ AIMÉ CETTE DRAMATIQUE.

FIN DE LA DRAMATIQUE

48. NARRATEUR :
Ce programme a été élaboré dans le cadre du projet « Améliorer l’adoption de normes harmonisées pour les racines et les tubercules en Afrique orientale et centrale », dont l’objectif est d’améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs et des agricultrices d’exploitations familiales grâce à la commercialisation et à l’accroissement du commerce régional des racines et des tubercules en Afrique orientale et centrale.

Le projet a fait l’objet d’un financement de la part de la USAID par le biais de l’Association pour le renforcement de la recherche agricole en Afrique centrale et orientale ou l’ASARECA.

Les partenaires de ce projet sont l’International Institute of Tropical Agriculture ou l’IITA, l’Uganda National Bureau of Standards, le Rwanda Bureau of Standards, le Tanzania Bureau of Standards et l’University of Nairobi.

Pour obtenir plus d’informations sur les normes harmonisées quant aux racines et aux tubercules, veuillez communiquer avec le bureau de normalisation de votre pays.