English

Script 112.0

Script

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

Introduction

 

Pourquoi ce sujet est-il important pour les auditeurs ?

  • Pour que les éleveurs sachent comment prévenir la coccidiose et la mycoplasmose.
  • Pour que les éleveurs puissent reconnaître les symptômes de la coccidiose et de la mycoplasmose chez divers cheptels et identifier les animaux atteints par ces maladies.
  • Pour que les éleveurs sachent adopter des mesures d’hygiène efficaces pour mieux gérer les abris du bétail.
  • Pour que les éleveurs sachent comment se transmettent la coccidiose et la mycoplasmose.

Quels sont les données essentielles ?

  • La coccidiose et la mycoplasmose sont des maladies qui affectent les volailles, les bovins, les ovins et les caprins, mais qui ne peuvent être transmises entre différentes espèces de bétail.
  • Chez les volailles, la coccidiose aviaire est plus sévère chez les oiseaux à partir de 3-4 semaines, mais elle les infecte à partir de 7 jours.
  • La coccidiose et la mycoplasmose se propagent par le biais de matières infectées telles que les aliments, l’eau, les excréments et le lait, et par les pâturages dans lesquels est présent l’agent infectieux.
  • Les éleveurs devraient relever les mangeoires et les abreuvoirs au-dessus du sol pour empêcher la contamination par les excréments du bétail.
  • Les éleveurs devraient garder les étables sèches et propres, car les conditions humides et insalubres favorisent l’infection par la coccidiose et la mycoplasmose.
  • Les bovins sont affectés par la coccidiose bovine et les volailles par la coccidiose aviaire.
  • Les volailles sont affectées par deux types de coccidiose. L’un attaque l’intestin grêle et l’autre le gros intestin.

Quels sont les défis majeurs de la gestion des maladies ?

  • Les éleveurs sont incapables de détecter les maladies à temps, à un moment où elles peuvent parfois être guéries, avec un traitement prolongé, comme le recommande un expert en santé animale.
  • Les animaux infectés ne présentent pas toujours des symptômes, ce qui fait que les éleveurs ont du mal à savoir s’ils ont besoin de traitement.
  • Non-respect par les éleveurs des conditions d’hygiène dans les zones où les animaux sont gardés.
  • Alimenter les animaux avec du pâturage contenant les parasites qui propagent la coccidiose et la mycoplasmose.
  • Le surstockage du bétail par les éleveurs favorise la propagation des parasites de la coccidiose et de la mycoplasmose.
  • Un manque de vaccins préventifs contre la coccidiose et la mycoplasmose.

Pour plus d’informations, voir les documents 1 à 17.

Données clés sur la prise en charge de la coccidiose

 

Cette maladie est causée par un parasite. Elle affecte les volailles, les bovins et les petits ruminants comme les ovins et les caprins. Seuls les animaux d’une même espèce peuvent se transmettre la maladie.

Volaille

  • Chez la volaille, la coccidiose se propage directement par les aliments, l’eau et les excréments infectés, et indirectement par les rongeurs, la poussière, les mouches, le matériel infecté, les oiseaux sauvages, les chaussures et vêtements contaminés. Différentes souches de coccidiose affectent différents types de volailles.
  • Chez les volailles, il existe un type de coccidiose qui attaque l’intestin grêle, la partie de l’intestin où le gros intestin rejoint le petit intestin et les reins.
  • Les oiseaux qui se sont rétablis de la coccidiose peuvent transmettre le parasite aux oiseaux non infectés jusqu’à six mois après leur rétablissement.
  • Les oiseaux plus âgés sont parfois porteurs du parasite de la coccidiose et peuvent le transmettre à d’autres oiseaux, même s’ils ne présentent pas eux-mêmes de symptômes. Ils devraient être séparés des troupeaux non infectés.
  • Les dindes et les poulets ne peuvent pas s’infecter mutuellement. Ainsi, même s’ils ingèrent le parasite de la coccidiose à partir des excréments de poulet ou de dinde, respectivement, ils ne seront pas infectés.

Symptômes de la coccidiose cæcale

  • La coccidiose cæcale affecte surtout les poussins âgés de 3 à 12 semaines en infectant la partie cæcale* du gros intestin, bien que les oiseaux plus âgés ou plus jeunes puissent être infectés. La coccidiose cæcale peut se développer rapidement et tuer les poussins sans qu’ils ne présentent les symptômes habituels.
  • Les jeunes poussins infectés par la coccidiose cæcale ont une diarrhée sanglante, deviennent faibles et pâles, et meurent en grand nombre.
  • Les jeunes poussins infectés ont des plumes rugueuses et cherchent du réconfort dans des endroits chauds.
  • Les poussins infectés ont des difficultés à marcher et s’assoient tranquillement, les yeux fermés et les ailes tombantes.
  • Les conduits d’aération sont souillés de sang.
  • Les parois du caecum des oiseaux infectés sont encombrées et présentent des taches de sang.

Symptômes de la coccidiose intestinale

  • La coccidiose intestinale infecte les poules (poulettes) de 6 à 8 mois en enflammant les parties supérieure, moyenne et inférieure de l’intestin grêle. Bien que certains poulets survivent à la coccidiose intestinale, ils deviennent faibles et improductifs.
  • Les poulets infectés ont un faible appétit et sont émaciés et faibles.
  • Les crêtes et les caroncules sont pâles et les pattes s’affaiblissent.
  • Le manque d’appétit entraîne une diminution du poids corporel.
  • Les poulets infectés marchent lentement et paresseusement.
  • Les plumes sont rugueuses.

Comment prévenir la coccidiose cæcale et intestinale

  • Maintenir l’hygiène dans les poulaillers.
  • S’assurer que les poulaillers et les poulaillers sont bien drainés pour éviter l’eau stagnante, surtout l’eau contaminée par les aliments ou les excréments.
  • S’assurer que l’équipement d’alimentation des volailles est bien propre.
  • Réduire le surpeuplement dans les poulaillers.
  • Utiliser des mesures de contrôle immédiatement après avoir remarqué les symptômes chez les volailles de 3 à 10 semaines, y compris la pâleur, la faiblesse et les crottes tachées de sang ou foncées.
  • Un diagnostic précoce permet aux éleveurs de séparer les oiseaux infectés des oiseaux non infectés afin de prévenir la propagation rapide de la maladie.
  • Éviter de contaminer les aliments et l’eau avec des excréments.
  • Laver les installations d’alimentation et d’abreuvement à l’eau bouillante pour tuer les parasites de la coccidiose.
  • Les éleveurs ne devraient pas mélanger de nouveaux volailles avec d’anciennes volailles non contrôlées. Ils devraient superviser tous les mouvements des volailles pour prévenir l’infection.
  • Les éleveurs devraient s’assurer que les poulaillers sont secs, car l’humidité favorise la coccidiose.
  • Les poulets gravement infectés devraient être mis en quarantaine, tués et brûlés.
  • Installez un revêtement de sol en treillis métallique pour réduire au minimum les infections à la coccidiose causées par les excréments infectés.
  • Éliminer la litière en la brûlant ou en l’utilisant comme compost loin des poulaillers. Cela aidera à réduire au minimum les infections à la coccidiose.
  • Quelques-uns des médicaments utilisés pour prévenir la coccidiose sont Intracox, Prococ et Sulphaepron.
  • Impextraco est une société internationale qui fabrique une gamme de produits et de médicaments conçus pour prévenir la coccidiose, notamment Saligran, Madimpex, Monsingran, Lerbek, Robimpex, Dufacox, et MNGrow.
  • Un produit vétérinaire appelé Dufacox est également disponible comme médicament anticoccidiose.
  • Pulvériser un vaccin sur le couvoir le jour de l’éclosion aide à prévenir la coccidiose des volailles.

Traitement

  • La coccidiose chez les poulets peut être traitée avec l’ESB 3 d’Elanco, un antibiotique sulfonamide qui est ajouté à l’eau d’abreuvement des poulets. Mélanger le produit dans de l’eau suivant le mode d’emploi figurant sur l’étiquette.
  • Des médicaments comme Pluricoccin, Intracox et Sulphaepron peuvent également être utilisés pour traiter la coccidiose aviaire.

Pour de plus amples renseignements, voir les documents 4, 5, 8, 10, 12, 16 et 17.

Bovins

La coccidiose bovine endommage les parois du petit et du gros intestin. Les veaux de 3 à 9 mois sont vulnérables à la coccidiose et présentent divers symptômes. Il n’existe pas de vaccins contre la coccidiose bovine, mais le bétail peut développer une immunité naturelle. Les parasites de la coccidiose peuvent survivre plus d’un an dans les pâturages ou les enclos.

Transmission

  • Les parasites de la coccidiose sont excrétés dans le fumier. Lorsqu’ils sont ingérés par les veaux à travers les aliments, les pâturages ou l’eau, ils entraînent des infections.

Symptômes

Les veaux non immunisés infectés par la coccidiose ont la diarrhée, la dysenterie, se déshydratent, perdent l’appétit, ce qui entraîne un flétrissement, et ont des excréments liquides et sanguinolents.
Les veaux perdent l’appétit et le poids et peuvent éventuellement mourir.

Prévention

  • S’assurer que l’eau d’abreuvement et les aliments pour bétail ne sont pas contaminés par des excréments.
  • Garder les enclos secs, y compris la litière.
  • Relever les abreuvoirs au-dessus du sol.
  • Limiter le broutage de l’herbe le long des ruisseaux ou des étangs.
  • Mettre en quarantaine du troupeau les bovins infectés par la coccidiose et les traiter.
  • Éviter de surpâturer les pâturages. Les racines des plantes dans les pâturages surpâturés sont plus susceptibles d’abriter des parasites de la coccidiose.
  • Faire paître le bétail dans des pâturages bien drainés.
  • Des médicaments vétérinaires anti-protozoaires et non antibiotiques tels que le décoquinate, le diclazuril et le toltrazuril peuvent être administrés aux bovins si une éclosion de coccidiosis bovine est pressentie ou au cas où des foyers se sont déjà déclarés sur les lieux.

Traitement

  • Les sulfonamides ont été utilisés pour traiter la coccidiose bovine, mais leur efficacité pour éradiquer la maladie est limitée. Cependant, ils sont efficaces pour éradiquer les infections secondaires.
  • L’amprolium est un anti-protozoaire non antibiotique qui peut également être utilisé pour traiter la coccidiose bovine.

Pour plus d’informations, voir les documents 4, 7 et 9.

Ovins et caprins

Les petits ruminants comme les moutons et les chèvres peuvent être infectés par la coccidiose intestinale. La maladie touche surtout les chevreaux et les agneaux âgés de 4 à 6 mois. Elle détruit leurs cellules intestinales, ce qui entraîne une mauvaise absorption des nutriments et, par conséquent, une anémie*.

Transmission

  • Le fait d’élever un grand nombre d’ovins et de caprins dans une zone restreinte augmente la propagation de la coccidiose chez les petits ruminants.
  • Le sevrage, les conditions climatiques difficiles, les changements de régime alimentaire et les déplacements peuvent favoriser la prévalence de la coccidiose chez les chèvres et les moutons.
  • Les parasites de la coccidiose peuvent être transmis aux chevreaux et aux agneaux par les selles.
  • La coccidiose peut également être transmise par la saleté de la litière et le manque d’hygiène dans les hangars ainsi que par les aliments et l’eau contaminés.

Symptômes

  • Les chevreaux et les agneaux infectés par la coccidiose ont une diarrhée aqueuse et sanglante.
  • Les ovins et caprins infectés par la coccidiose semblent ébouriffés ou froissés.
  • Les chevreaux et les animaux plus âgés deviennent faibles et prennent peu de poids.

Prévention

  • Élever les chevreaux et les agneaux dans des conditions sèches et hygiéniques pour minimiser l’infection.
  • Apporter une alimentation adéquate aux chevreaux et aux agneaux.
  • Désinfecter les hangars à moutons et à chèvres avec de l’eau bouillante sous pression et de l’ammoniac gazeux, si possible.
  • Élever séparément les chevreaux et les agneaux de différents groupes d’âge.
  • Soulever les mangeoires et les abreuvoirs à une hauteur suffisante pour prévenir la contamination fécale.
  • Tourner les pâturages pour minimiser l’infection par la coccidiose.
  • Prévenir la contamination fécale sur les manteaux des chevreaux et des agneaux.

Traitement

  • Commencez le traitement de tout le troupeau d’agneaux et de chevreaux immédiatement après avoir détecté les symptômes de la coccidiose.
  • Les éleveurs peuvent traiter la coccidiose chez les ovins et les caprins avec l’antibiotique Monensin, l’agent antibactérien Lasalocid et le médicament antiprotozoaire Decoquinate.

Pour plus d’informations, voir les documents 4, 7, 11 et 15.

Données clés sur la prise en charge de la mycoplasmose

 

La mycoplasmose est une maladie respiratoire bactérienne qui affecte à la fois les volailles et les bovins. Chez les volailles, on l’appelle mycoplasmose aviaire, et chez les bovins, mycoplasmose bovine.

Volaille

Chez la volaille, la mycoplasmose se transmet par contact avec des animaux infectés, par sécrétions orales et par sécrétions des yeux, des voies respiratoires et du cloaque*. Il peut aussi être transmis par le vent. Les poulets peuvent également être infectées si elles sont en contact étroit ou à partir de hangars adjacents. La contamination peut également se faire par contact avec des œufs cassés et infectés.

Symptômes

  • Les poulets infectés par la mycoplasmose toussent, éternuent, ont des écoulements nasaux, présentent une respiration anormale et ont des difficultés respiratoires.
  • Les poulets infectés deviennent boiteux, croissent lentement et présentent un gonflement au niveau de l’articulation du jarret.
  • Les paupières internes des yeux des volailles infectées suintent un écoulement mousseux.
  • La région nasale est gonflée.
  • Les volailles infectées par la mycoplasmose sont pâles et produisent moins d’œufs.
  • Le visage et le peigne deviennent pâles et les plumes se froissent.
  • Les volailles infectées par la mycoplasmose ont la diarrhée verte.

Prévention

  • Les éleveurs devraient débuter de nouveaux élevages de dindes et de poulets avec des poussins et des œufs exempts de mycoplasmose et non exposés à d’autres troupeaux de volailles.
  • Les éleveurs devraient surveiller régulièrement leur troupeau pour déceler les signes et symptômes de mycoplasmose.
  • Les poulaillers devraient être lavés et désinfectés régulièrement et l’hygiène devrait y être maintenue.
  • Les mangeoires de volaille devraient être nettoyées régulièrement pour freiner les infections à mycoplasmose.
  • La volaille peut être vaccinée contre la mycoplasmose, à la fois avec des vaccins vivants et des bactérines (vaccins tués), mais l’efficacité n’est pas garantie.
  • L’abattage des volailles infectées permet de prévenir la transmission de la mycoplasmose aviaire au reste du troupeau.
  • Les volailles infectées peuvent laisser des rejets sur les mangeoires. Si des volailles non infectées se mettent la tête dans ces mangeoires, elles peuvent être infectées.

Traitement

  • Les antibiotiques peuvent traiter les volailles qui présentent des symptômes de mycoplasmose, bien que cela n’élimine pas nécessairement la maladie du troupeau.
  • Les antibiotiques Aivlosin et Tylan Soluble d’Elanco se sont avérés efficaces pour traiter la mycoplasmose.

Pour plus d’informations, voir les documents 1 et 6.

Bovins

La mycoplasmose bovine est une maladie bactérienne qui peut causer plusieurs troubles chez les bovins et qui est très difficile à traiter. Elle provoque des maladies respiratoires bovines et des otites chez les veaux, et cause de l’arthrite, des mammites, des pneumonies, et moins souvent des avortements et des infections oculaires chez les bovins âgés. Les veaux peuvent être infectés à l’âge de deux semaines.

Transmission

  • La mycoplasmose bovine peut se transmettre par voie aérienne.
  • Chez les veaux, elle peut être transmise par ingestion de lait ou de colostrum provenant de vaches infectées.
  • Les vaches en contact étroit et répété peuvent se contaminer entre elles.
  • La mycoplasmose bovine peut être transmise par les mains et les ustensiles utilisés par les trayeurs. Elle peut également être transmise par le lait infecté et par les sécrétions des yeux, du nez, du vagin et du rectum.

Symptômes

  • Les vaches infectées par la mycoplasmose bovine ont une production laitière réduite, bien qu’elles puissent paraître en bonne santé.
  • Le lait des vaches infectées par la mycoplasmose est contaminé par des liquides organiques riches en protéines.
  • Les veaux et les bovins adultes atteints de mycoplasmose souffrent d’arthrite, caractérisée par une boiterie et des articulations enflées au niveau des membres inférieurs.
  • La tête des jeunes veaux s’incline et leurs oreilles tombent, s’infectent et suintent du pus jaune.
  • Les jeunes veaux ont des problèmes respiratoires et des otites.
  • Chez les veaux et les vaches âgées, la mycoplasmose peut causer des maladies respiratoires comme la pneumonie, qui se caractérise par la toux et la fièvre.
  • Chez les animaux plus âgés, la mycoplasmose cause parfois des mammites, des infections oculaires et des avortements.
  • La mycoplasmose enflamme le pis, les articulations et les poumons chez les veaux et les voies respiratoires et génitales chez les bovins jeunes et adultes.
  • Les veaux infectés ont les yeux qui coulent.

Prévention

  • Séparer les vaches infectées des vaches saines et restreindre les déplacements des vaches afin d’empêcher de mélanger des vaches infectées et non infectées.
  • Traire les vaches infectées avec un équipement séparé.
  • Nourrir les veaux infectés avec du lait provenant de vaches saines pour prévenir la transmission de la mycoplasmose.
  • Les experts recommandent l’abattage des vaches infectées, surtout celles qui ont contracté une mammite par mycoplasmose, car la souche de mammite associée à la mycoplasmose est incurable.
  • Commencer le traitement immédiatement après avoir détecté une mycoplasmose bovine chez les veaux. Les veaux qui sont traités tôt répondent assez bien au traitement, mais devraient être traités dans un délai de 10 à 14 jours.
  • Il existe des vaccins contre la mycoplasmose bovine. Les troupeaux ayant des antécédents d’infection devraient être vaccinés avant que les symptômes ne soient visibles.
  • Des vaccins comme Pulmo-Guard, MpB, Mycomune, Mycoplasma Bovis et Myco-Bac ont parfois été efficaces contre la mycoplasmose.

Pour plus d’informations, voir les documents 2, 3, 13 et 14.

Définitions

 

Anémie : État dans lequel le nombre de globules rouges ou leur capacité de transport d’oxygène est insuffisant. Dans sa forme sévère, l’anémie entraîne des étourdissements, de la faiblesse et de la somnolence.
Cæcale : Lié au cæcum, une poche par où le gros intestin commence.
Cloaca : Partie du corps d’un poulet où les voies digestive, reproductive et urinaire convergent.

 

Où puis-je trouver d’autres ressources sur ce sujet?

 

Documents de référence

  1. The Centre for Food Security & Public Health-Iowa State University, 2018. Avian Mycoplasmosis (Mycoplasma gallisepticum). http://www.cfsph.iastate.edu/Factsheets/pdfs/avian_mycoplasmosis_mycoplasma_gallisepticum.pdf (510 KB)
  2. Pfützner, H., and Sachse, K., 1996. Mycoplasma bovis as an agent of mastitis, pneumonia, arthritis and genital disorders in cattle. Scientific and Technical Review of the Office International des Epizooties, 1996, 15 (4), 1477-1494. https://www.oie.int/doc/ged/D9106.PDF (1.16 MB).
  3. DairyNZ, undated. Mycoplasma bovis – what to look out for. https://www.dairynz.co.nz/media/5788128/mycoplasma-bovis-what-to-look-out-for-a3-poster.pdf (631 KB).
  4. Vorster, J.H., and Mapham, P.H., undated, Coccidiosis. http://www.cpdsolutions.co.za/Publications/article_uploads/COCCIDIOSIS.pdf (180 KB).
  5. Pitesky, M., undated. Coccidiosis in Chickens. https://ucanr.edu/sites/poultry/files/201392.pdf (54.3 KB).
  6. Bronson Animal Disease Diagnostic Laboratory, 2013. Mycoplasma gallisepticum and Mycoplasma synoviae in domestic poultry. https://www.freshfromflorida.com/content/download/77376/2221714/Mycoplasma-Brochure.pdf (2.74 MB).
  7. Animal Health Ireland, 2015. Bovine Coccidiosis – The Facts. Parasite Control Leaflet Series, Vol 1, Ver 1, October 2015. https://www.slaneyfarmers.com/documents/Bovine_Coccidiosis_the_facts_(002).pdf (805 KB)
  8. Graham, R., and Brandly, C.A., 1938. Coccidiosis of Poultry. University of Illinois, College of Agricultural Experiment Station and Extension Service in Agriculture and Home Economics, Circular 485. https://www.ideals.illinois.edu/bitstream/handle/2142/33299/1093041.pdf?sequence=2 (2.11 MB).
  9. Kennedy, M.J., 2007. Coccidiosis in Cattle. https://open.alberta.ca/dataset/f3d661cd-cde2-456a-9872-2073e2796cf8/resource/92083fd8-04cb-4622-9a26-cef1841bbcfe/download/2007-663-16.pdf (147 KB)
  10. Ontario Ministry of Food and Rural Affairs, undated. Managing Coccidiosis in my Poultry Flock. https://atrium.lib.uoguelph.ca/xmlui/bitstream/handle/10214/11932/ManagingCoccidiosisInMyPoultryFlock.pdf?sequence=3&isAllowed=y (3.16 MB).
  11. Khodakaram‐Tafti, A., and Hashemnia, M., 2017. An overview of intestinal coccidiosis in sheep and goats. https://www.revmedvet.com/2017/RMV168_9_20.pdf (2.49 MB).
  12. de Gussem, M., 2007. Coccidiosis in poultry: review on diagnosis, control, prevention and interaction with overall gut health. 16th European Symposium on Poultry Nutrition, Strasbourg, France, 26-30 August 2007. https://www.cabi.org/isc/fulltextpdf/2009/20093257328.pdf (201 KB).
  13. Carty, Catherine, 2017. Mycoplasma Bovis. Veterinary Ireland Journal, Volume 7, Number 6, pp. 308-311. http://www.veterinaryirelandjournal.com/images/pdf/large/la_jun_2017.pdf (570 KB).
  14. Wisconsin Veterinary Diagnostic Laboratory, University of Wisconsin-Madison, 2016. Mycoplasma species. https://www.wvdl.wisc.edu/wp-content/uploads/2016/07/Mycoplasma-species-15-08-05.pdf (97.3 KB).
  15. University of Guelph, 2012. Control of Coccidiosis in Lambs and Kids. In Handbook for the Control of Internal Parasites of Sheep and Goats, pp 55-58. https://www.uoguelph.ca/~pmenzies/PDF/Handbook/Handbook_Coccidia_2012.pdf (246 KB).
  16. Novartis Animal Health, undated. Esb3. http://avipharm.co.za/wp-content/uploads/2011/04/ESB3.pdf (159 KB).
  17. Hafez, H.M., 2008. Poultry coccidiosis: prevention and control approaches. Archiv fur Geflugelkunde, 72 (1). S. 2–7, 2008. https://www.european-poultry-science.com/artikel.dll/m07-63mk_NTU4NjM1.PDF (256 KB)

Acknowledgements

Rédaction : James Karuga, journaliste agricole, Kenya
Révision : Sylviah Achieng,

Ce ressource est financé par Elanco Animal Health