English

Script 111.1

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

Le présent Guide pratique pour la radiodiffusion a été produit dans le cadre de projet AdoSanté basé au Burkina Faso. Le but ultime d’AdoSanté est de contribuer à l’amélioration de la santé sexuelle et reproductive, la situation nutritionnelle et le bien-être des adolescents âgés de 10 à 19 ans au Burkina Faso.

Dans le cadre de ce projet, RRI appuie des stations de radio locales dans la production et la diffusion d’émissions radiophoniques rurales interactives qui visent à : 1) accroître la demande pour les produits et les services afférents à la santé sexuelle et reproductive des adolescents, et 2) améliorer le milieu social afin de permettre aux adolescents d’accéder et d’utiliser plus facilement ces services.

Il existe plusieurs types de sujets sensibles que les radiodiffuseurs pourraient aborder à la radio: des sujets d’ordre social, agricole, sexospécifique, et plusieurs autres. Ce document parle surtout de ces sujets qui sont l’objet du projet AdoSanté.

Script

Introduction

 
En tant que radiodiffuseurs, nous sommes souvent tenus d’aborder des sujets sensibles à l’antenne, y compris un large éventail de thèmes, par exemple : le VIH et le sida, l’interruption de grossesse, la circoncision et l’excision, l’orientation sexuelle et la violence familiale ou la violence sexuelle, etc.

N’oubliez pas que ce qui peut sembler être une préoccupation quotidienne normale pour certains peut être un sujet très délicat pour d’autres. Souvent, cette sensibilité est liée à la culture, au contexte religieux, au sexe ou à l’âge. En qualité de radiodiffuseurs, nous devons tenir compte des sensibilités de nos auditeurs et réaliser des émissions qui traitent de leurs besoins de façon à les mettre à l’aise et leur permettre de participer librement aux émissions.

En quoi la bonne couverture de sujets sensibles peut-elle m’aider à mieux servir mon auditoire?

  • Cela fait en sorte que les auditeurs soient à l’aise de participer aux discussions à l’antenne.
  • Cela procure aux auditeurs l’assurance qu’il leur faut pour poser des questions concernant des sujets sur lesquels ils cherchent plus d’informations.
  • Cela peut aider les auditeurs à améliorer leurs connaissances, adapter leurs attitudes et leurs comportements, le cas échéant, et comprendre des comportements qui leur sont étrangers.
  • Cela peut encourager les auditeurs à demander conseil aux professionnels de la santé communautaire et à d’autres experts.
  • Cela permet d’établir une relation de respect mutuel entre les auditeurs et les radiodiffuseurs.

En quoi la bonne couverture de sujets sensibles peut-elle m’aider à réaliser de meilleures émissions?

  • Cela permet de renforcer votre crédibilité auprès d’un réseau de professionnels qui travaillent dans les secteurs de la santé et du développement social, des gens auxquels vous pouvez recourir pour contribuer à vos émissions.
  • Cela permet de constituer une base d’auditeurs fidèles disposés à contribuer à l’amélioration de la station de radio.
  • Cela favorise la réalisation d’émissions participatives dans lesquelles les auditeurs sont activement impliqués.
  • Cela vous incite à développer des partenariats avec des écoles, des départements ministériels et des ONG locales partenaires, ce qui, par conséquent, encourage la production d’émissions variées et équilibrées où diverses sources abordent des sujets sous plusieurs angles.

Par où dois-je commencer? (En savoir plus sur ces points et d’autres dans la section « Détails » ci-dessous.)

  • Connaître votre auditoire : comprendre ses besoins et ses désirs et savoir clairement ce que vous voulez leur dire.
  • Connaître votre sujet : Faites de bonnes recherches sur le sujet pour vous assurer que le contenu des émissions est pertinent pour votre auditoire.
  • S’assurer que le contenu est conforme à la réalité et à jour.
  • Être à l’aise avec le thème traité.
  • Collaborer avec d’autres experts et explorer divers points de vue.
  • Être respectueux et être soucieux du langage et de la terminologie que vous utilisez.
  • Être au courant des sujets sur lesquels les gens ont des avis contradictoires et des points de vue divergents.
  • Créer un cadre sécuritaire et propice à l’apprentissage.
  • S’assurer que le format sous lequel l’émission est présentée est éducatif et stimulant.

Détails

 
1. Connaître votre auditoire : comprendre ses besoins et ses désirs et savoir clairement ce que vous voulez leur dire.

Il est important de savoir que les gens apprennent et assimilent de nouvelles informations de différentes manières. Pour certains, une nouvelle information peut simplement renforcer des connaissances ou des avis existants, simplifiant et facilitant ainsi relativement le processus d’apprentissage. Pour d’autres, il pourrait s’agir d’un sujet tout à fait inconnu, qu’il leur faudra premièrement examiner à la lumière de leurs propres cadres de référence avant d’y réagir. Il est bon de répéter les informations de différentes manières tout au long de l’émission pour maintenir l’attention des auditeurs tout en permettant à d’autres personnes de s’intéresser à ces informations à leur rythme.

Généralement, plus un sujet est sensible, plus il vous faudra de temps pour aborder diverses questions et permettre aux auditeurs de comprendre les informations avant d’exprimer leurs pensées et leurs questions. Ils peuvent être très frustrés lorsque des questions essentielles sont survolées et qu’ils ne disposent pas d’assez de temps pour avoir une véritable discussion. Plus le sujet est controversé, plus il faut de temps pour diffuser toutes les voix, notamment celles des plus marginalisées, par exemple : les femmes et les filles.

Il faut connaître les heures auxquelles il est probable que votre auditoire cible écoute et programmer votre émission en fonction de celles-ci. Qui est votre auditoire cible? Quel est le meilleur moment pour diffuser afin d’avoir le plus d’impact? À quel moment préfèrent-ils le plus écouter? Les recherches sur l’auditoire renseigneront ce processus et favoriseront la réalisation d’émissions de qualité qui répondent aux besoins des auditeurs et permettent d’atteindre les résultats attendus.

Dans la mesure du possible, il peut être utile d’organiser des discussions en groupe avec des groupes d’auditeurs pour évaluer leurs sensibilités concernant divers sujets et déterminer la meilleure façon d’aborder la réalisation d’émissions sur lesdits sujets. Il est crucial de tenir compte des avis et des points de vue du plus grand nombre possible d’intervenants et de ne pas supposer que les gens partagent les mêmes opinions sur tous les sujets. Ce qui peut paraître un problème mineur pour certains peut bien être un problème très important pour d’autres. Ceci est particulièrement pertinent lorsque vous abordez des questions relatives à la sexualité des adolescents, y compris la contraception et l’avortement. Il importe également de vous rappeler que votre auditoire d’écoute ne se limite pas à votre auditoire cible. Par exemple : même si vos messages clés ciblent des adolescents, d’autres acteurs majeurs peuvent également écouter l’émission, dont les parents, les enseignants, les chefs religieux et d’autres personnes. Vos commentaires pourraient influer positivement ou négativement les futures émissions dans lesquelles vous pouvez être impliquées. Il est, par conséquent, important des prendre en compte les recommandations et les suggestions des auditeurs et de vous en servir pour orienter votre discussion à l’antenne.

En analysant les points susmentionnés, prenez le temps de voir si les besoins et les désirs des membres de l’auditoire divergent, qu’il s’agisse de femmes ou d’hommes, de jeunes ou de personnes âgées, etc., et assurez-vous que toutes les voix sont reconnues et entendues.

2. Connaître votre sujet : Faites de bonnes recherches sur le sujet et assurez-vous que le contenu de l’émission est pertinent pour votre auditoire.

Préparez-vous toujours en faisant de bonnes recherches sur votre sujet. Ces recherches peuvent se faire de diverses manières :

  • Les recherches informatiques (lecture d’articles, de rapports et d’études de recherche) peuvent fournir une large compréhension et une perspective globale du sujet et aider l’animateur à s’instruire et à clarifier les sujets qu’il ne connaît pas.
  • Les interviews directes avec des experts peuvent orienter l’équipe de production, lui donner une idée de la perception des problèmes sur le terrain dans la région locale et l’aider à définir « l’angle » sous lequel présenter l’émission.
  • Les visites de terrain auprès de projets communautaires permettent d’obtenir des renseignements sur les conditions de vie des populations, ainsi qu’à l’équipe de production de relever les véritables problèmes sur le terrain.

Par exemple : si vous réalisez une émission sur les grossesses chez les adolescentes, vous devrez exploiter toutes les méthodes de recherches susmentionnées pour pouvoir réaliser une série complète d’émissions. Ces émissions incluront des statistiques d’ordre général sur le problème et aborderont le volet humain en mettant en lumière et en traitant des expériences et des besoins des jeunes femmes et des filles. Les avis d’experts vous aideront à proposer des solutions aux adolescentes enceintes et aux jeunes mères, en plus d’apporter un soutien et des conseils aux grands-parents et à d’autres membres de la famille, notamment les jeunes pères. Dans une émission consacrée aux grossesses chez les adolescentes, il pourrait être nécessaire de souligner l’importance de l’accès aux méthodes de contraception dans l’avenir, ainsi que les comportements sexuels dangereux, y compris la façon dont ces derniers augmentent la vulnérabilité au VIH et au sida. Il serait également important de mettre l’accent sur les stratégies visant à donner aux jeunes mères l’occasion et les moyens de s’instruire plus pour assurer leur avenir. Il est peu probable que toutes ces informations soient couvertes de manière significative dans une émission d’une heure. Par conséquent, il est peut-être plus utile de produire une série d’émissions qui reflètent la complexité des problèmes des jeunes femmes.

Pendant la production de l’émission, il est essentiel de tenir compte des avis et des points de vue de la diversité de personnes qui forment un auditoire. Selon leurs expériences personnelles, des personnes de différents milieux peuvent ne pas nécessairement avoir la même compréhension d’un sujet. Par exemple : l’origine ethnique, le niveau d’instruction, l’âge et l’identité sexuelle influent tous sur la réaction des gens par rapport à un sujet. L’équipe de réalisation doit garder soigneusement à l’esprit ces différences entre les membres de l’auditoire potentiel lorsqu’elle prépare le contenu d’une émission.

3. S’assurer que le contenu est conforme à la réalité et à jour

Il n’y a rien de pire que de fournir des informations inexactes ou désuètes. Premièrement, cela est insultant et irrespectueux à l’endroit de votre auditoire. Deuxièmement, cela compromet la crédibilité de l’animateur et de la station de radio. Fait à souligner, si les auditeurs doivent entendre des renseignements inexacts, cela pourrait au mieux causer des désagréments ou, au pire, avoir un effet néfaste.

Il est important de « trianguler » vos informations pour confirmer leur exactitude. Cela signifie que vous devez vérifier vos informations et les corroborer avec au moins trois sources pour être certain qu’elles sont bonnes et fiables. Si un auditeur ou une auditrice pose une question et que vous avez des doutes concernant la réponse, il est préférable de lui dire que vous n’êtes pas certain de la réponse et de vous engager à trouver la bonne information et poursuivre la discussion lors de la prochaine émission.

L’importance de la confiance, la crédibilité et du développement de bonnes relations ne saurait être sous-estimée. Si la communauté estime que les informations qu’elle reçoit ne proviennent pas d’une source fiable, elle n’agira pas conformément à celles-ci. Si vous êtes un nouvel animateur ou si vous venez d’arriver dans une station et que vous n’avez pas encore développé une relation de confiance avec votre auditoire, il vous faudra peut-être un peu de temps pour tisser des relations avec vos auditeurs. La confiance ne se bâtit pas du jour au lendemain. Il faut du temps pour tisser de bonnes relations qui permettront aux auditeurs de se sentir à l’aise de vous faire part de leurs expériences et d’être disposés à participer à une discussion à l’antenne.

4. Être confortable avec le thème traité

En tant qu’animateur, si le sujet traité vous incommode à cause de vos croyances, il est préférable de demander à un autre expert d’intervenir sur le sujet, une personne capable de fournir un point de vue équilibré et juste. Sinon, vous pourriez préenregistrer l’expérience vécue d’une personne. Le témoignage personnel d’une personne vivant avec le VIH ou le dilemme d’une professionnelle du sexe qui négocie pour avoir des pratiques sexuelles plus sécuritaires peuvent fournir des éléments pour une histoire très saisissante.

Par exemple : si vous êtes mal à l’aise d’aborder les questions de sexualité, vos auditeurs sentiront votre inconfort, et cela bloquera le dialogue et limitera vos chances d’avoir une discussion ouverte et franche. N’oubliez pas que votre rôle en tant qu’animateur est de promouvoir la discussion comme un moyen pour l’auditoire d’acquérir de nouvelles connaissances et informations ou de renforcer des connaissances existantes.

5. Collaborer avec d’autres experts et explorer divers points de vue

La production d’émissions de qualité exige un travail d’équipe, et les efforts de l’équipe assurent une bonne planification et de bonnes recherches. Essayez de tisser de bonnes relations avec des partenaires clés. Il est important de constituer un réseau de partenaires fiables et de vous assurer que la composition de l’équipe respecte la diversité de genre et d’âge, et inclut des groupes minoritaires. Vous ne pouvez pas être un expert dans tous les domaines. Mais si vous menez bien vos recherches, vous saurez quelles questions posées. En outre, vous saurez quels volets nécessitent une orientation de la part de personnes qui travaillent dans un domaine particulier que vous ciblez. En équipe, développez des stratégies pour promouvoir des discussions équilibrées et pondérées qui tiennent compte des opinions et des points de vue de diverses personnes, par exemple : des personnes de sexe différent, de tranches d’âge, d’origines ethniques ou culturelles et de classes socioéconomiques différentes.

6. Être respectueux et être soucieux du langage et de la terminologie que vous utilisez

  • Posez-vous la question suivante : Dans quelle sorte de langage mes auditeurs préfèrent-ils que les informations soient présentées?
  • Faites attention à la nature sensible du sujet que vous traitez et employez un langage respectueux et approprié. N’utilisez pas de termes qui pourraient être jugés vulgaires et offensants. N’employez pas de termes qui nourrissent les mythes et les stéréotypes. Par exemple : le terme « victime » sous-entend une personne malade, une cible ou un objet. Les personnes vivant avec le VIH ne se perçoivent pas comme des victimes de sida, et une personne qui a été violée préfère se faire appeler comme une personne ayant survécu à un viol plutôt qu’une victime. Le terme « victime » implique un sentiment d’impuissance. Cela ne facilite pas le processus de guérison des gens qui tentent de reprendre leur vie en main.
  • Les termes péjoratifs employés pour les professionnelles du sexe ou les personnes ayant des orientations sexuelles différentes classent par catégorie et cataloguent les gens, en plus d’encourager des comportements antisociaux et des violations des droits de la personne.
  • La communication verbale est un des moyens les plus puissants par lesquels la discrimination sexuelle et le sexisme sont diffusés. Certains termes ont particulièrement une connotation sexiste. Essayez d’éviter des expressions telles que « les garçons seront toujours des garçons, » « ne soit pas une femmelette, » « c’est le travail d’une femme de prendre soin des enfants. » Non seulement elles sont de mauvais goût, mais elles perpétuent également l’idée que les femmes sont le sexe faible ou qu’elles sont inférieures aux hommes.
  • Essayez de ne pas utiliser de contenu « préemballé » qui emploie un dialecte ou un accent différent. Lorsqu’il s’agit particulièrement de sujets sensibles, les auditeurs veulent pouvoir s’identifier aux gens ayant vécu des expériences similaires et qui (de préférence) parlent le même langage qu’eux.

7. Être au fait de sujets sur lesquels les gens ont des avis contradictoires et des points de vue divergents

Ne portez pas de jugement. Votre opinion n’est pas nécessairement juste ou la seule. De plus, ne permettez pas aux auditeurs de faire des commentaires désobligeants ou d’être irrespectueux envers les points de vue d’autres auditeurs.

Le rôle de l’animateur est de promouvoir une discussion ouverte qui servira de plateforme pour l’apprentissage et l’échange d’idées. Même si vous êtes en profond désaccord avec un participant, il est important de ne pas laisser vos émotions guider vos interactions avec cette personne ou entraver votre capacité à animer une discussion ouverte et franche. Cependant, l’animateur doit parfois intervenir et ne pas accepter simplement la position d’un appelant. Par exemple, lorsqu’un participant exprime une opinion qui encourage la violence ou pourrait être qualifiée de discours haineux*, l’animateur doit prendre le contrôle de la discussion. En pareille situation, l’animateur pourrait commencer par résumer la contribution dudit participant et proposer d’autres approches. Pour promouvoir une culture d’apprentissage, l’animateur doit également expliquer pourquoi ce commentaire est jugé offensant et inacceptable. En agissant ainsi, il ou elle envoie un message clair qui démontre clairement que le langage et les avis de ce genre ne seront pas tolérés.

La préparation d’une émission sur un sujet sensible exige des radiodiffuseurs qu’ils mènent des recherches approfondies et préparent des questions qui les aideront à distinguer les faits des avis ayant une valeur subjective. On entend par faits, des informations pouvant être vérifiées ou évaluées, y compris, par exemple, des statistiques, des dates historiques, un lieu, etc. Il s’agit d’affirmations que l’on sait véridiques ou dont la véracité peut être prouvée, et qui ne changent pas, quel que soit leur auteur. En revanche, les avis ayant une valeur subjective s’inspirent de convictions personnelles profondes ou de conceptions largement partagées.

L’excision ou les mutilations génitales féminines sont un exemple de sujet où les faits et les mentalités de la majorité des gens peuvent diverger, et ce, même si les différentes appellations de la pratique démontrent qu’il s’agit d’une question de conflit. Dans ce cas, le conflit intervient entre les traditions (valeurs) culturelles et les preuves des conséquences physiques de la pratique (faits). La présentation des faits des répercussions physiques à ceux qui y ont recours a convaincu plusieurs que des changements doivent être apportés à cette pratique ou qu’il faut l’éradiquer tout simplement.

Des sujets comme l’avortement, le viol et la violence sexuelle peuvent être extrêmement sensibles. En particulier pour les femmes, des sujets de ce genre pourraient leur rappeler leurs propres expériences et, par conséquent, il faut les aborder avec de l’empathie et de la compréhension.

Votre rôle principal en tant qu’animateur est de susciter une discussion entre les différentes parties et créer une plateforme pour l’apprentissage et le partage d’idées. Vous pouvez le faire en posant des questions de clarification et en animant la discussion de manière particulière. Lorsqu’un animateur fait des commentaires, ils doivent être toujours justes, précis et instructifs. Quelles que soient vos convictions personnelles, vous n’êtes pas à l’antenne pour représenter votre famille, votre groupe religieux ou ethnique. Essayez de garder le calme, d’énumérer les faits clairement et de poser des questions de clarification. Il est tout à fait acceptable qu’en qualité d’animateur vous fassiez part de vos désaccords et de justifier votre opinion pour que les auditeurs sachent exactement quelle est votre position. Toutefois, assurez-vous de ne pas abaisser ni dénigrer un point de vue. Rappelez-vous également d’être précis sur la politique éditoriale de votre station afin de ne pas contredire la politique de gestion.

8. Créer un cadre sécuritaire et propice à l’apprentissage

Lorsque vous abordez des sujets sensibles, il est impératif que les auditeurs se sentent suffisamment en sécurité pour partager leurs expériences et leurs avis, et poser des questions sans jamais se sentir embarrassés, humiliés ou menacés. En ce qui concerne particulièrement les tribunes téléphoniques, il faut beaucoup de courage pour exprimer un point de vue ou partager un témoignage. Mettez toujours les participants à l’aise et remerciez-les pour leurs contributions.

Il est également important de ne pas oublier de parler de façon que les gens puissent vous comprendre facilement et de ne pas utiliser des termes ou un jargon médical que la majorité des auditeurs ne comprendront pas ou qui les mettra mal à l’aise. Tous les auditeurs n’ont pas le même niveau d’instruction ou ne peuvent pas formuler clairement la question qu’ils tentent de poser ou ce qu’ils essaient de dire. L’animateur doit toujours aider et encourager les appelants en leur posant des questions de clarification et en leur accordant assez de temps pour s’exprimer.

Si un appelant préfère garder l’anonymat, n’insistez pas pour l’identifier, car cela peut mettre la personne en danger ou lui faire courir des risques.

9. S’assurer que le format sous lequel l’émission est présentée est instructif et stimulant
Une partie du processus de planification consiste à trouver le meilleur format pour le sujet que vous présenterez et aborderez. Dans le meilleur des cas, les magazines convainquent les auditeurs d’écouter et les encouragent aussi à discuter de ce qu’ils entendent.

Pour avoir de bons magazines, il faut de la diversité, la spontanéité et la flexibilité. Par conséquent, il n’y a pas de règles absolues concernant la façon d’aborder des questions sensibles à la radio. En tant qu’animateurs de radio, nous ne pouvons pas ignorer les sujets sensibles et espérer qu’ils disparaissent tout simplement. Il n’est certes pas facile de parler de sujets sensibles de sorte que l’auditoire s’y intéresse, les trouve instructifs, captivants et y voit une source de suggestions positives. Le plus grand défi est que très peu d’animateurs de radio sont formés pour gérer les questions difficiles, et nous devons donc acquérir des compétences qui nous permettront d’aborder les sujets sensibles à l’antenne. Si nous ne traitons pas ces sujets de la bonne manière, cela pourrait générer des conflits et dresser des barrières entre les groupes ayant des points de vue divergents.

Il convient de songer à utiliser différents formats radiophoniques pour toucher le plus grand nombre d’auditeurs possible et de présenter des façons différentes et passionnantes de diffuser et d’échanger des informations. Certains des formats radiophoniques les plus populaires incluent :

  • les jingles (avec ou sans musique)
  • les reportages
  • les feuilletons radiophoniques
  • les documentaires
  • les manchettes
  • les interviews
  • les discussions en groupe
  • les débats
  • les tribunes téléphoniques

Chacun de ces formats comporte ses propres avantages et peut attirer différents groupes de la communauté. Par exemple : les contes et les feuilletons radiophoniques sont beaucoup plus attrayants pour les jeunes auditoires que les interviews et les discussions en groupe. Toutefois, lorsque vous interviewez une jeune personne et qu’elle partage ses expériences, cela peut motiver d’autres jeunes à adopter des pratiques et des comportements similaires. Les émissions constituées d’un mélange de formats fonctionnent bien. Par exemple : la combinaison d’une table ronde ou d’interviews directes (préenregistrées ou en direct) avec une tribune téléphonique peut encourager les auditeurs à contribuer activement à l’émission plutôt que de rester des auditeurs passifs. Il peut être également utile de produire un jingle si vous voulez que les auditeurs se souviennent d’une ligne d’aide d’urgence, dont la publicité a été faite lors d’une série d’émissions.

À la fin de chaque émission, votre équipe de collaborateurs et vous devez effectuer une évaluation pour identifier les forces et les faiblesses de l’émission et voir comment les futures émissions peuvent être améliorées.

Il serait également utile de constituer une liste de vérification pour pouvoir vous rappeler les principales choses que vous devez faire durant la préparation et la diffusion de votre émission. S’il s’agit en particulier de la première fois que vous diffusez des émissions sur des sujets sensibles ou s’il s’agit d’un domaine qui vous est inconnu, cette liste pourrait vous aider à avoir de l’assurance et établir une routine pour planifier les procédures et fixer des délais.

Autres sources de renseignements sur la couverture de sujets sensibles à l’antenne

Définitions

Discours haineux : un discours haineux est un discours qui attaque, menace ou insulte une personne ou un groupe sur la base de la nationalité d’origine, l’appartenance ethnique, la couleur, la religion, le sexe, l’identité sexuelle, l’orientation sexuelle ou d’un handicap.

Acknowledgements

Rédaction : Gail White, spécialiste indépendant en santé communautaire, Cape Town, Afrique du Sud
Révision : Vijay Cuddeford, Rédacteur en chef, Radios Rurales Internationales, Sylvie Harrison, Chef d’Équipe des métiers radiophoniques, Radios Rurales Internationales, et Caroline Montpetit, Gestionnaire régionale de programme, Afrique de l’Ouest & Spécialiste en genre.