English

Script 105.4

Notes to broadcasters

Au Mali, la grande partie des populations vivant en milieu rural dépendent de la culture sèche, ainsi que de l’élevage de bétail et de volaille. Elles élèvent les volailles suivant des méthodes traditionnelles, et cela a toujours permis de subvenir aux besoins de plusieurs familles. Aujourd’hui, grâce à la formidable expérience qu’ils ont acquise en matière de lutte contre les maladies des volailles et les parasites externes, certains éleveurs villageois donnent des conseils aux autres éleveurs pour les aider à prendre soin de leurs volatiles.

Un des problèmes majeurs que rencontrent les éleveurs est les parasites externes. Ils s’attaquent aux poules adultes et aux poussins qui ne sont âgés que de quelques jours, et qui peuvent mourir plus facilement. Les traitements que les éleveurs utilisent contre ces parasites comprennent des produits qu’on trouve partout, mais qui ne sont pas forcément recommandés par des spécialistes.

Dans le présent texte radiophonique, nous rencontrerons Adama Sacko, un agriculteur qui élève de la volaille dans le village de Balandougou, à Kayes, la première région du Mali. M. Sacko lutte contre les parasites externes des volailles avec des antimoustiques, du gazole et du pétrole lampant. Mais les spécialistes ne conseillent pas ce genre de produits, comme nous l’expliquera Mme Coulibaly, une experte enseignante dans une école vétérinaire.

Madame Coulibaly propose un certain nombre de produits efficaces pour traiter les parasites externes. Elle exhorte également les avicultrices et les aviculteurs à respecter les mesures d’hygiène telles que le nettoyage et la désinfection réguliers des poulaillers.

Vous pourriez décider de présenter ce texte dans le cadre de votre émission agricole courante, en vous servant de comédiennes et de comédiens de doublage pour représenter les intervenants. Si tel est le cas, assurez-vous d’informer votre auditoire au début de l’émission qu’il s’agit des voix de ces comédiennes et comédiens et non celles des voix des personnes avec lesquelles les entrevues originales ont été réalisées.

Vous pourriez également vous servir de ce texte comme document de recherche ou vous en inspirer pour réaliser votre propre émission sur le traitement des parasites externes dans votre pays.

Entretenez-vous avec des éleveurs et des experts qui élèvent des poules et qui possèdent de solides connaissances sur ces volailles. Vous pourriez leur poser les questions suivantes :

  • Quelle est l’importance de l’agriculture dans votre région?
  • Quels sont les types des parasites externes qu’on rencontre dans votre région? Les parasites sont-ils répandus? Causent-ils de graves problèmes?
  • Quelles solutions les éleveurs et les experts ont-ils trouvées contre les parasites externes ?

Durée estimée du texte radiophonique : 20 minutes avec le générique de début et de fin

Script

Animateur:
Chers auditeurs et auditrices, bonjour. Ce matin, nous allons voir comment lutter contre les parasites externes qu’on retrouve chez les poules. Ce sont des bêtes comme les puces, les poux et les tiques.

Nous allons nous entretenir avec M. Adama Sacko, qui cultive et élève des poules à Balandougou. Balandougou est un petit village du département d’Oussoubidiagna situé dans la première région du Mali.

EFFETS SONORES:
BRUITS D’UNE FERME: POULES, BÉTAIL

ANIMATEUR:
Nous sommes dans un petit village entouré de champs de mil. On peut voir quelques maisons construites en banco de loin. Dans les champs aux alentours du village, on remarque les paysans travaillant avec les pailles de mil. De l’autre côté dans le village, c’est calme. Quelques enfants s’amusent dans la rue. Nous sommes ici pour rencontrer un éleveur de poules afin de lui poser des questions sur les parasites externes des poules.

Bonjour, monsieur Sacko.

ADAMA SACKO:
Bonjour.

ANIMATEUR:
Pouvez-vous vous présenter à nos auditeurs, et leur dire qui vous êtes, et ce que vous faites?

ADAMA SACKO:
Bonjour, je me nomme Adama Sacko. J’habite dans le village de Balandougou, et je suis agriculteur. En dehors de l’agriculture, je fais autre chose. Dans ce pays, il est difficile de s’en sortir avec un seul métier. C’est pourquoi il est toujours bien d’évoluer dans des domaines différents.

ANIMATEUR:
C’est quoi cet autre travail que vous faites?

ADAMA SACKO:
Comme la plupart des agriculteurs d’ici, j’élève des poulets et des pintades. J’élève toutes les races de poules sauf la variété qui nous vient de chez les Blancs. Je n’aime pas beaucoup ce genre de poulets.

ANIMATEUR:
Notre causerie d’aujourd’hui portera sur les parasites externes qui sont de petites bêtes qui peuvent agacer les poules. En tant qu’éleveur pouvez-vous nous parler de ces parasites?

ASAMA SACKO:
Je connais quelques-unes des bêtes qui nuisent aux poules, en particulier les parasites rouges qu’on appelle puce ou n’dèlè en bambara. Les puces vivent sur les branches d’arbres où les poules passent la nuit. Elles sont très dangereuses, car elles peuvent décimer un élevage entier.

ANIMATEUR:
C’est sur les branches d’arbres que vos poules passent la nuit?

ADAMA SACKO:
Certaines, mais pas tout le temps. Ce parasite aime beaucoup les endroits où dorment les poules, tels que les poulaillers et les arbres. Ils peuvent sucer le sang des poules jusqu’à la dernière goutte. Ils vivent également sur les murs, dans le mortier qui se trouve entre les briques et dans les écorces d’arbre, et la nuit, quand les poules dorment, ils se manifestent. Ils les attaquent par les pattes et les cuisses. Si vous observez de près un arbre situé à côté du poulailler, vous les verrez. Pour les neutraliser, il est préférable de faire le traitement la nuit.

ANIMATEUR:
Pourquoi devez-vous faire le traitement la nuit?

ADAMA SACKO:
C’est en ce moment qu’ils quittent leurs nids pour attaquer les poules. Si tu entres dans un poulailler pendant la journée, tu ne verras rien du tout.

Il y a un autre petit parasite blanc qu’on appelle le pou des poules, ou chè-gnimi en langue bambara. Ce parasite est vraiment petit. Il attend sur les œufs nouvellement pondus et pénètre ensuite dans les plumes de la mère poule. Lorsque cela se produit, il faut traiter les poules immédiatement. Sinon, il dérange beaucoup les poules et elles abandonnent leurs œufs. Le pou des poules est à peine visible à l’œil nu du fait qu’il est trop petit. Il ne peut tuer que les petits poussins âgés de quelques jours. Il ne tue pas les adultes.

Il y a un autre parasite que nous appelons tique, ou trèfin en bambara. Il est noir, et très petit aussi. Il se développe petit à petit sous les ailes, les cuisses et sous toutes les parties cachées de son corps. Il attaque les volailles de la même manière que les parasites attaquent les bœufs et vaches, c’est-à-dire qu’il reste en permanence sous les plumes, à moins qu’on le tue. Si on ne le tue pas, il ne quitte jamais la poule. C’est un parasite très dangereux, car il tue très rapidement les poules en suçant leur sang.

ANIMATEUR:
Je comprends que ces parasites nuisent vraiment à l’aviculture de laquelle vous dépendez beaucoup. Mais pouvez-vous me dire d’où proviennent ces bêtes nuisibles?

ADAMA SACKO:
Je me pose plein de questions à ce sujet. Parfois, je me demande s’ils ne viennent pas des fientes. Si tu construis un nouveau poulailler, tu ne verras aucun parasite au début, mais au fur et à mesure que le poulailler vieillit on en trouve partout.

ANIMATEUR:
Qu’en est-il des parasites qui s’installent sur les arbres? D’où pensez-vous que ceux-ci proviennent?

ADAMA SACKO:
Les poules qui passent la nuit sur les arbres déposent leurs fientes sur les branches et d’autres sous l’arbre. Le matin, si tu ne balaies pas leurs fientes, tu as de la peine à y passer. Les fientes se collent à l’arbre jusqu’à l’hivernage où la pluie les nettoie. Je pense que l’abondance de fientes pourrait être la source de ces parasites.

ANIMATEUR:
J’ai interviewé un technicien vétérinaire qui est aussi aviculteur. Il dit qu’il faut balayer le poulailler chaque matin et désinfecter tout le matériel de travail. Que pensez-vous de cela?

ADAMA SACKO:
Oui, il a raison, mais nous les éleveurs connaissons certaines choses que les experts ignorent. Leurs règles ne marchent pas tout le temps. Par exemple: il te parle de matériel de travail. Mais nous n’avons pas de matériel et nos poules sont élevées dehors. Leurs études ne prennent pas ça en compte.

ANIMATEUR:
Pouvez-vous me dire comment vous traitez les parasites qui se trouvent sur les arbres, les œufs, et dans les poulaillers?

ADAMA SACKO:
Personnellement, je les traite avec du gazole. Autrefois, je traitais les poux des poules avec un produit qui s’appelle Timor Rambo. Mais je me suis rendu compte que ce produit détruisait toute ma volaille, alors j’ai cessé de l’utiliser et j’ai continué avec le gazole.

ANIMATEUR:
Comment peut-on savoir qu’une poule est atteinte par le parasite et quels dégâts peuvent survenir si les parasites ne sont pas traités?

ADAMA SACKO:
Il existe des symptômes particuliers pour chacun de ces trois parasites, qui sont très remarquables sur la poule. Quand les puces se manifestent sur la poule, elle commence à maigrir petit à petit jusqu’à ce qu’elle n’ait plus aucune force. Cela va la tuer, à moins qu’on traite le parasite dans un délai de 30 jours
.

Quant au pou de la poule, on peut voir que la poule en a par la façon dont elle se comporte lorsqu’elle pond ses œufs. Chaque fois que la poule s’installe sur ses œufs, elle se relève quelques minutes seulement plus tard et se met à courir dans tous les sens en tentant de se débarrasser des parasites sur son corps avec son bec. Elle ne peut pas rester tranquille, elle devient presque folle. Ce parasite ne tue pas, mais il dérange beaucoup. Le parasite finit par disparaître même sans traitement.

La tique est la plus dangereuse. On le reconnait tout de suite en observant la poule. Elle perd du poids, ne bouge pas beaucoup et ne se nourrit pas. Les tiques sont très dangereuses, en cas d’attaque, si tu ne traites pas la poule au bout de quelques semaines, elle meurt.

ANIMATEUR:
Est-ce qu’il y a des spécialistes ici au village ou des endroits où vous pouvez trouver des médicaments pour les volailles?

ADAMA SACKO
:
Non, il n’y a pas vraiment de tels spécialistes, mais il y a des vendeurs ambulants de produits que nous avons fini par appeler vétérinaires au fil du temps. Moi je donne de l’argent à mon jeune frère quand il va au village voisin où se tient le marché hebdomadaire, et c’est lui qui m’amène les produits dont j’ai besoin.

ANIMATEUR:
Faites-vous confiance à ces vendeurs ambulants qui se transforment en vétérinaires?

ADAMA SACKO:
Il n’y a qu’un seul vendeur en qui j’ai confiance, et je sais qu’il a des limites. Mais il m’aide beaucoup. Je peux aller vous le présenter pour que vous pussiez échanger avec lui si vous voulez.

ANIMATEUR:
Ce sera avec plaisir, mais continuons pour l’instant. Quel est l’impact des parasites sur votre activité avicole?

ADAMA SACKO:
Ces parasites sont nuisibles à tel point qu’ils peuvent détruire toute votre activité. On doit les traiter avant qu’ils ne causent des dégâts plutôt qu’après. Si tu ne les traites pas avant, tu vas assister impuissant, et tu ne pourras pas sauver ta volaille.

L’aviculture est plus importante qu’on le pense. Par exemple: il y a dans mon village un homme qui s’appelle Oumou Fah. Il possède des milliers de pintades et il m’a dit avoir été à la Mecque grâce au revenu que lui a rapporté la vente des pintades et qu’il avait envoyé sa mère et son frère là-bas aussi. Je dois ajouter qu’Oumou Fah a du matériel, y compris deux couveuses pour faire éclore les œufs.

ANIMATEUR:
Les acheteurs détestent-ils les poules ou les coqs qui sont destinés à la vente, mais qui ont des parasites?

ADAMA SACKO:
Les acheteurs qui n’ont pas beaucoup de connaissances sur le marché de la volaille ne remarquent pas ces détails. Les poules ou les coqs infectés de parasites ne pèsent pas autant et leur chair contient moins de gras. Mais les acheteurs avertis savent que si tu cuisines ces volailles, le goût ne sera pas bon.

ANIMATEUR:
Merci beaucoup pour votre intervention. Pouvez-vous à présent m’amener chez le vendeur ambulant?

ADAMA SACKO:
D’accord, suivez-moi.

EFFETS SONORES:
BRUIT DE PAS DANS L’HERBE SÉCHÉE.

ADAMA SACKO:
Voilà, c’est ici qu’il habite. Voici sa maison et voici la grande table sur laquelle il vend les médicaments.

EFFETS SONORES:
BRUIT DUNE PORTE QUI S’OUVRE ET D’OÙ SORT LE VENDEUR, SUIVI DU BRUIT DE PAS QUI SE DIRIGENT VERS ADAMA ET L’ANIMATEUR.

ÉCHANGE DE SALUTATIONS ENTRE L’ANIMATEUR, ADAMA SACKO ET LE VENDEUR AMBULANT

KANTÉ:
Prenez place.

ANIMATEUR:
Nous sommes en train de réaliser une émission radiophonique sur les parasites externes des poules, ce qui explique pourquoi nous sommes ici aujourd’hui pour voir ce que vous faites. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous vous présenter à nos auditeurs?

KANTÉ:
Je me nomme Moussa Kanté, je suis agriculteur et aviculteur ici à Balandougou. Je suis aussi le représentant des services vétérinaires auprès des villageois qui font de l’aviculture. Je suis chargé de faire le suivi et le contrôle de l’élevage au niveau du village. Je suis en quelque sorte le conseiller de chaque éleveur ici.

EFFETS SONORES:
BRUIT DES FLACONS DE MÉDICAMENTS EN TRAIN D’ÊTRE RANGÉS SUR LA TABLE

ANIMATEUR:
Est-ce le village ou une ONG qui vous a attribué cette fonction, et avez-vous suivi des formations pour cela?

KANTÉ:
Certaines choses arrivent naturellement, et c’est ce qui s’est passé dans mon cas. C’est une passion pour moi et quand j’ai découvert son utilité, c’est comme ça que je suis devenu un aviculteur prospère.

À un moment donné, j’avais plus de 300 volailles. Avec tant de volailles, il nous était impossible d’éviter les maladies. Étant donné que nous n’avions pas de spécialiste en élevage au village, j’ai appris petit à petit à traiter les maladies avec des produits que j’achetais durant le marché hebdomadaire.

Au début, comme je ne maîtrisais pas le bon dosage, les médicaments ont causé quelques problèmes à mon élevage, mais au fil du temps j’ai appris à tout contrôler grâce aux conseils de vétérinaires que je rencontrais en ville.

Je me souviens un jour d’avoir traité une dizaine de poules avec ce médicament qu’on appelle Oxytétracycline 10 %. Juste environ deux heures après, toutes les poules injectées étaient mortes. Tu sais c’était quoi la raison? Parce que tout simplement il fallait utiliser de l’Oxytétracycline 5 %, deux fois par jour chez les adultes, et une seule fois chez les poussins.

Mais maintenant que j’ai suivi quelques formations, je ne me permettrais plus ce genre d’erreur. Aujourd’hui, je suis devenu comme un vétérinaire à qui les éleveurs du village font appel à tout moment pour les soins de leurs volailles. La vie c’est comme ça on apprend les choses avec l’expérience qu’on acquiert.

EFFETS SONORES:
KANTÉ ÉCLATE DE RIRE. LE BRUIT DE SA MAIN DANS LES CARTONS DE MÉDICAMENTS

ANIMATEUR:
Quel remède utilisez-vous pour lutter contre les parasites externes des poules?

KANTÉ:
Ici, nous utilisons un seul remède contre presque toutes les maladies de volaille et bétail, sauf que ce sont les dosages qui varient en fonction des maladies et des espèces d’animaux. Il s’agit du comprimé Alben 300 mg. C’est un médicament qu’on peut trouver partout sur les marchés et chez les vendeurs ambulants comme nous.

Mais quant aux parasites externes, il y a différentes poudres très efficaces au marché pour leur traitement. Mais, aujourd’hui, les éleveurs pensent avoir eu des solutions contre les parasites. La plupart d’entre nous utilisent les produits contre les moustiques comme ceux de la marque Rambo et autres pour les neutraliser. D’autres utilisent aussi du gazole ou du pétrole contre eux. Personnellement, je n’ai pas testé les produits contre les moustiques, le gazole ou le pétrole, bien que les gens disent que ce sont des produits très efficaces contre les parasites. Les spécialistes ne nous ont pas encore dit si ça peut engendrer d’autres problèmes, mais nous devons y prêter plus d’attention.

ANIMATEUR:
Merci beaucoup, monsieur Kanté.Chers auditeurs et auditrices, nous tendons vers la fin de notre émission, mais avant de nous quitter, nous allons écouter l’avis d’une spécialiste, madame Coulibaly, qui pourra nous donner plus de précisions sur tout ce que nous venons d’entendre.

ANIMATEUR:
Bonjour madame.

MADAME COULIBALY:
Bonjour monsieur.

ANIMATEUR:
Pouvez-vous vous présenter à nos auditrices et auditeurs?

MADAME COULIBALY:
Je suis madame Coulibaly Assanatou Bouaré, ingénieure en aviculture.

Je suis également enseignante. J’ai étudié à l’Institut Polytechnique Rural de Formation et de Recherche Appliquée de Katibougou au Mali. Je réside à Oussoubidiagna, à Kayes.

ANIMATEUR:
Pourriez-vous nous dire ce que sont que les parasites externes des poules?

MADAME COULIBALY:
Les parasites externes sont également appelés ectoparasites, et ils vivent sur la peau des poules. Ils piquent et sucent le sang des poules et d’autres animaux vivant dans le poulailler. Les parasites extirpent tous les nutriments que les poules ont ingurgités après avoir digéré leurs aliments, ce qui explique pourquoi elles perdent du poids. Les parasites irritent la peau et d’autres tissus. Ils sont également toxiques. Ils envoient des toxines dans le sang du volatile, ce qui le rend malade. Les parasites provoquent aussi des inflammations dans le corps des poules, en plus de leur causer des blessures.

Les parasites externes proviennent en général des fientes de volaille ou de l’introduction d’une poule provenant d’un autre troupeau. Ils peuvent également provenir du poulailler, à cause de l’insalubrité qui y règne, et le fait que les murs soient poreux permet aux parasites de pondre leurs œufs et de foisonner dans les fissures du mur.

ANIMATEUR:
Quels sont les traitements utilisés pour ces différents parasites.

MADAME COULIBALY:
Plusieurs produits sont utilisés pour lutter contre les ectoparasites, y compris les acaricides qui tuent les mites, et les insecticides qui tuent les insectes. En fonction du pays dans lequel vous vous trouvez, ces produits peuvent avoir différents noms. Dans cette région, certains portent le nom de sépou, carbalap, hexiprametrin et cypermetrine. Les éleveurs mélangent ces produits avec de l’eau, et en pulvérisent sur les poules ou plongent celles-ci dans le mélange. Il existe également d’autres produits qui doivent être pulvérisés à l’intérieur du poulailler.

ANIMATEUR:
Que pensez-vous du traitement des parasites avec le gazole ou les produits contre les moustiques?

MADAME COULIBALY:
Il n’est pas conseillé de traiter les parasites externes avec du gazole ou des produits contre les moustiques. Ces produits peuvent tuer les poules sans que l’éleveur sache quelle en est la raison.

ANIMATEUR:
Avez-vous des conseils à l’endroit des aviculteurs?

MADAME COULIBALY:
Nos conseils à l’endroit des aviculteurs sont toujours les mêmes. Il faut toujours respecter les mesures d’hygiène telles que garder le poulailler propre, lutter contre les parasites externes avec les produits que j’ai cités, veiller à ce que le sol du poulailler soit toujours propre. Et désinfecter l’intérieur et l’extérieur du poulailler chaque mois. Je recommande à tous les aviculteurs modernes et traditionnels de toujours respecter les mesures d’hygiène, car la réussite de tout élevage dépend des conditions d’hygiène.

ANIMATEUR:
Merci beaucoup madame Coulibaly.

MADAME COULIBALY:
Merci à vous monsieur.

ANIMATEUR:
Chers auditeurs et auditrices, à travers nos différents intervenants nous avons appris beaucoup de choses aujourd’hui sur les parasites externes qui sont l’une des causes de mortalité les plus fréquentes chez les poules dans la région du Sahel.

La plupart des agriculteurs et aviculteurs d’Oussoubidiagna luttent contre ces parasites en suivant les conseils des techniciens villageois concernant les traitements et les mesures d’hygiène. Mais ils utilisent également du gazole et des produits contre les moustiques qui peuvent causer des ravages au sein d’un élevage, et même tuent les poules et qui ne doivent pas être utilisés.

Nous avons entendu parler des trois plus dangereux parasites externes, dont les puces, les poux et les tiques, ainsi que des dégâts que ces parasites peuvent causer. Nous avons également vu comment les éleveurs et les éleveuses peuvent savoir si leurs volatiles sont infestés de parasites externes, et comment les parasites se propagent. Enfin, nous avons également appris quels sont les médicaments et les mesures d’hygiène qui peuvent être appliquées pour les éviter. Mais ce que nous avons appris de plus important, ce sont les répercussions préjudiciables qu’ils peuvent avoir sur le monde rural et les aviculteurs.

Nous vous remercions d’avoir écouté l’émission et soyez à l’écoute pour la prochaine émission dans laquelle nous aborderons un autre thème agricole. Merci pour votre aimable attention et à très bientôt.

Acknowledgements

Rédaction : Boubacar Gakou, cinéaste-réalisateur, Bamako, Mali

Révision : Moussa Koné, chef, Unité de l’industrie du bétail, Service local des Productions et des Industries Animales (SLPIA), Bougouni, Mali

Information Sources

Entrevues réalisées avec :

Adama Sacko, Moussa Kanté et Assanatou Bouaré, 26 mai 2016

Projet réalisé avec l’appui financier du Gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada