English

Script 105.3

Notes to broadcasters

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

L’élevage des cailles est plutôt récent au Cameroun, en comparaison avec l’élevage d’autres volailles telles que les poules. On observe un engouement pour cet élevage surtout pour l’obtention des œufs, très appréciés des consommateurs. L’élevage des cailles comporte plusieurs avantages. Outre les œufs, on obtient également de bonnes recettes financières par la vente des cailleteaux et des mâles reproducteurs aux autres éleveurs de cailles. Ils peuvent également vendre la viande de caille aux consommateurs et les fientes de cailles aux agriculteurs qui s’en servent comme engrais. À ce jour, le ministère responsable de l’élevage n’a pas encore évalué le nombre exact d’éleveurs de cailles au Cameroun. Mais on trouve des éleveurs de cailles dans presque chaque localité du pays.

Vous pourriez vous inspirer du présent texte radiophonique pour faire des recherches pour la rédaction d’un texte sur l’élevage de cailles ou un thème similaire dans votre région. Sinon, vous pourriez produire ce texte dans votre station, en le faisant interpréter par des comédiens et des comédiennes de doublage à la place des intervenants. Si tel est le cas, assurez-vous d’informer votre auditoire au début de l’émission qu’il s’agit des voix de comédiens de doublage, et non celles des personnes qui ont été interviewées.

Si vous décidez de vous inspirer du présent texte radiophonique pour réaliser votre propre émission, vous pourriez vous entretenir avec des éleveurs et des éleveuses de cailles ou d’autres éleveurs qui élèvent des volailles qui ne sont pas très connues dans votre localité, et avec les spécialistes qui leur prodiguent des conseils. Vous pourriez leur poser les questions suivantes :

Existe-t-il un marché pour l’élevage de cailles (ou d’autres types de volatiles) dans cette région?

En quoi les méthodes d’élevage de cailles (ou d’autres volatiles) diffèrent-elles de l’élevage des poules?

De quels types d’informations ai-je besoin avant de me lancer dans l’élevage de cailles (ou d’autres volatiles)?

Durée estimative du texte radiophonique : 20 minutes, avec générique de début et de fin.

Script

INDICATIF SONORE QUI BAISSE PROGRESSIVEMENT JUSQU’À CE QU’ON ENTENDE LA VOIX DE L’ANIMATEUR

ANIMATEUR:
Bonjour. Bienvenue à (titre de l’émission) sur (nom de la station de radio). Aujourd’hui, nous allons parler de l’élevage des cailles. Les cailles sont de petits oiseaux de la taille d’un poussin et qui ressemblent un peu aux perdrix. Elles n’étaient pas très connues il y a une dizaine d’années, mais l’élevage de cailles est de plus en plus pratiqué par les paysans camerounais qui qualifient cette activité de rentable.

Pour en savoir davantage sur l’élevage de cailles, je me suis rendu chez madame Emilienne Tchekam, une dame de 63 ans qui vit à Yaoundé la capitale du Cameroun. Mme Tchekam est présentée comme l’une des doyennes de l’élevage des cailles dans ce pays d’Afrique centrale. Elle va nous expliquer comment se passe l’élevage des cailles.

EFFETS SONORES:
UNE PORTE S’OUVRE, BRUIT DE PAS QUI AVANCENT

ANIMATEUR:
Bonjour, madame Emilienne Tchekam.

EMILIENNE TCHEKAM :
Bonjour à vous, et bienvenu chez moi.

ANIMATEUR:
Vous élevez des cailles. Ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre des éleveurs de cailles.

TCHEKAM:
(RIRES) Oui en effet. Très peu de personnes élèvent les cailles comparativement aux autres volailles telles que les poules.
ANIMATEUR:
Depuis combien de temps élevez-vous des cailles?
TCHEKAM:
Je me suis lancée dans cette aventure en 2005. J’étais parmi les premiers à tester l’élevage de ce type de volaille au Cameroun.
ANIMATEUR:
Avant 2005, connaissiez-vous les cailles? Comment en êtes-vous arrivée à élever ce volatile?
TCHEKAM:
Non. En 2005, je ne connaissais pas les cailles, mais j’élevais déjà les poules de chair. Mon activité était en baisse, car j’étais malade depuis longtemps. J’avais une sinusite dont je n’arrivais pas à guérir malgré tous les médicaments que je prenais.

Un jour, mon vétérinaire m’a rendu visite et m’a demandé pourquoi mon élevage de poulets baissait en intensité. Je lui ai expliqué que cela faisait quelques mois que j’étais malade et que mon état de santé m’empêchait de poursuivre mon élevage. Le vétérinaire m’a parlé de ce qu’il appelait les vertus médicinales des œufs de caille et m’a proposé de faire une cure de 30 jours en buvant les œufs. C’est comme ça que j’ai entendu parler des cailles pour la première fois.

ANIMATEUR:
Donc vous avez accepté de suivre la cure?

TCHEKAM:
Oui. J’ai commencé à boire des œufs de caille. Avant la fin du premier mois, j’ai constaté une nette amélioration de mon état de santé, puis j’ai finalement guéri de la sinusite. C’est à ce moment que j’ai dit à mon vétérinaire que j’aimerais élever des cailles.

ANIMATEUR:
Comment avez-vous commencé? Avez-vous suivi une formation?

TCHEKAM:
Non. J’ai appris sur le tas, et à partir de mes erreurs. J’ai demandé conseil à un éleveur qui m’a fourni les reproducteurs. Mon vétérinaire m’a également conseillé. J’ai commencé par trois femelles et un mâle pour la reproduction.

ANIMATEUR:
Peut-on visiter votre élevage?

TCHEKAM:
Bien sûr; allons-y.

EFFETS SONORES:
BRUITS DE PAS, UNE GRILLE MÉTALLIQUE S’OUVRE

ANIMATEUR:
Nous sommes dans la ferme de madame Emilienne Tchekam. C’est un grand bâtiment en briques où sont empilées des cages au coin de la pièce. Les cages sont faites avec de petites planches de bois, et sont fermées par des portes en grilles de fils de fer. À l’intérieur des cages, on peut apercevoir des cailles. Dans un autre coin de la pièce, il y a des abreuvoirs, des incubateurs et d’autres équipements. Madame Tchekam, est-ce facile d’élever les cailles?

TCHEKAM:
La caille est capricieuse. Elle ne pondra pas si son eau est sale ou si sa cage est sale. Mais en dehors de ce caprice, elle est plutôt facile à élever. Elle ne tombe pratiquement jamais malade.

L’élevage de cailles est une activité rentable. Comme ce sont de petits oiseaux, les cages prennent peu d’espace. Les cages mesurent deux mètres par 50 centimètres, et ont une hauteur de 45 cm ou plus. On peut mettre jusqu’à 50 cailles dans une seule cage. J’ai un troupeau d’au moins 500 cailles.

ANIMATEUR:
Comment se passe la journée d’un éleveur de cailles?

TCHEKAM:
Je commence toujours la journée par le nettoyage des cages et du reste de la ferme. Après ça, je change leur eau et je prépare leur nourriture que je dépose dans les cages. Puis, je ramasse les œufs et je les classe. Je place certains œufs dans l’incubateur, et dispose d’autres dans les alvéoles pour la vente. Tout cela prend environ deux heures. Par la suite, je peux laisser les cailles seules, pour m’occuper d’autres choses. Comme je l’ai dit, la caille est facile à élever.

ANIMATEUR:
Je vois de petits cailloux sur les bords de leur abreuvoir.

TCHEKAM:
Oui. J’avais constaté que les cailleteaux tombaient dans les abreuvoirs lorsqu’ils voulaient s’abreuver. Ces abreuvoirs sont conçus pour les poules et ne sont pas adaptés pour les cailleteaux qui sont plus petits. J’ai donc eu l’idée de mettre des cailloux sur les bords. Ainsi, les cailleteaux peuvent s’appuyer sur ces cailloux lorsqu’ils veulent boire, et éviter de tomber dans l’eau.

ANIMATEUR:
Dans un coin de la ferme, on remarque un équipement qui ressemble à une commode. L’intérieur de la commode est éclairé par une lampe et est composé de plusieurs tiroirs sur lesquels sont déposés des petits œufs blancs avec des taches noires. Qu’est-ce que c’est?

TCHEKAM:
C’est un incubateur que nous utilisons pour faire éclore les œufs de cailles.

ANIMATEUR:
Comment cela fonctionne-t-il?

TCHEKAM:
On met les œufs dans l’incubateur. On les retourne matin et soir pendant 18 jours jusqu’à ce qu’ils éclosent.

Les femelles deviennent matures à 50 jours et commencent à pondre. Elles pondent au moins un œuf par jour pendant trois ou quatre mois. Au bout de trois à quatre mois, j’abats ces cailles et vends leur chair.

Lorsque je récupère les œufs, je place quelques-uns dans l’incubateur et je vends les autres. J’incube une plus grande quantité d’œufs quand j’ai l’intention de renouveler mon cheptel ou lorsque j’envisage de renouveler les cailles pondeuses.

ANIMATEUR:
Pourquoi abattez-vous les cailles pour la viande au bout de trois à quatre mois?

TCHEKAM:
Après trois à quatre mois, la caille cesse de pondre pendant environ une ou deux semaines, avant de recommencer. Mais quand elle recommence à pondre, elle pond moins d’œufs. Personnellement, je préfère vendre à ceux qui consomment la chair. Puis, pour les remplacer, je cherche d’autres jeunes femelles. Certains éleveurs font d’autres choix pour leur élevage.

ANIMATEUR:
Comment nourrissez-vous les cailles? Que leur donnez-vous?

TCHEKAM:
Les cailles se nourrissent de provende tout comme les poules. Mais moi j’y ajoute des carottes râpées. Parfois je mélange aussi des feuilles râpées d’aloès à la provende.

ANIMATEUR:
Pourquoi leur donnez-vous des mélanges d’aliments?

TCHEKAM:
J’ai testé diverses formules d’alimentation bio et c’est celle-là que j’ai retenue, car elle me permet d’avoir des cailles qui croissent mieux.

ANIMATEUR:
Vous avez parlé de poules, quelle différence y a-t-il entre l’élevage des poules et celui des cailles?

TCHEKAM:
Les deux sont des volailles. Les cailles s’élèvent en cage alors que les poules peuvent être élevées à l’air libre. Les cailles tombent moins souvent malades que les poules.

De plus, la durée de vie des œufs de caille est courte. Après cinq jours, il faut mettre les œufs dans des incubateurs. Si vous ne le faites pas, l’embryon meurt. Or les œufs de poule peuvent aller jusqu’à huit jours. Il faut consommer les œufs de caille dans un délai de deux semaines après la ponte. Vous pouvez garder les œufs de cailles à l’air libre pendant cinq jours, puis au réfrigérateur seulement, par la suite. Les œufs de poule se conservent plus longtemps.

ANIMATEUR:
Quelles difficultés rencontre-t-on dans l’élevage des cailles?

TCHEKAM:
Comme je l’ai dit, la caille est facile à élever. De par mon expérience, c’est l’oiseau le plus facile à élever, surtout parce qu’elle mange tout ce qu’on lui donne et ne tombe presque jamais malade. Quand sa cage est propre, elle pond sans arrêt. Cela signifie que vous devez avoir un bon circuit de commercialisation, car ses œufs se conservent moins longtemps que les œufs de poule. Cet avantage de pondre sans arrêt peut devenir un inconvénient si on n’a pas un bon circuit de commercialisation.

ANIMATEUR:
Qu’est-ce qui vous a amené à élever les cailles?

TCHEKAM:
D’abord, comme je l’ai expliqué, mon état de santé. Après avoir découvert les cailles, j‘ai recouvré la santé. Tous mes petits-fils consomment les œufs de cailles et ne sont presque jamais malades.

En plus, cet élevage m’a permis de diversifier mes activités. Vous savez, c’est très important pour le paysan de pouvoir diversifier ses activités. Il y a un proverbe qui dit qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. J’élève aussi les poules de chair et je cultive. Lorsqu’il y a baisse d’activité dans un secteur, je peux continuer de vivre normalement, car les autres activités me rapportent un revenu.

EFFETS SONORES:
MUSIQUE DE TRANSITION. LE VOLUME DE LA MUSIQUE BAISSE PROGRESSIVEMENT JUSQU’À CE QU’ON ENTENDE LA VOIX DE L’ANIMATEUR

ANIMATEUR:
Chers auditeurs, nous allons à présent aller à la rencontre de madame Merline Mondjowa. Elle est à la fois éleveuse de cailles et vendeuse d’œufs de cailles. Bonjour madame.

MERLINE MONDJOWA:
Bonjour.

ANIMATEUR:
Vous êtes connue comme l’une des principales distributrices d’œufs de cailles de la ville de Yaoundé

MERLINE MONDJOWA :
Oui c’est vrai. J’élève les cailles et je distribue les œufs auprès de divers vendeurs.

ANIMATEUR:
Comment procédez-vous à la distribution des œufs ?

MERLINE MONDJOWA:
J’ai un circuit de distribution regroupant des commerces, des marchés et des supermarchés. Je fais aussi le regroupement des œufs auprès d’autres éleveurs, lorsqu’il faut satisfaire une grosse commande.

ANIMATEUR:
Quels sont vos tarifs?

MERLINE MONDJOWA:
Il y a trois à quatre ans, on vendait un œuf de caille à 300 FCFA (0,6 $US) et c’était même rare. Maintenant, on le prend à la ferme à 100 francs (0,2 $US) l’unité et on le revend à 150 francs CFA (0,3 $US). C’est un prix assez élevé, si on fait une comparaison, les œufs de poules coûtent seulement 50 francs (0,1 $US) l’unité. Les éleveurs peuvent vendre les cailles qu’ils élèvent pour la chair à 1500 francs (1,5 $US), et ils peuvent acheter les reproducteurs à 2000 francs (2 $US)

ANIMATEUR:
L’élevage et la vente des œufs de caille sont-ils des activités rentables que vous pouvez conseiller à d’autres personnes?

MERLINE MONDJOWA:
Je vends plus d’œufs de cailles que d’œufs de poule. La raison est que les gens consomment les œufs de poule simplement comme aliment, mais ils considèrent les œufs de caille comme un médicament.

En tant que distributrice, je constate une forte demande pour les œufs de cailles. Comme je l’ai mentionné, il m’arrive parfois de passer de ferme en ferme pour collecter les œufs directement chez les éleveurs, pour les livrer ensuite aux clients. Je vois que la demande est forte. Dans un pays comme le Cameroun dans lequel les consommateurs connaissent et apprécient les œufs de caille, toute activité qui tourne autour de la caille est rentable.

ANIMATEUR:
Pourquoi justement la demande en œufs de cailles est-elle si forte? Que vous disent les acheteurs?

MERLINE MONDJOWA:
Les acheteurs disent que les consommateurs parlent des bons avantages des œufs de cailles, c’est-à-dire les propriétés médicinales qui contribuent à une bonne santé. Beaucoup en prennent tous les jours à jeun au réveil, tout comme s’ils prenaient un verre d’eau le matin. Ce que j’ai entendu c’est que les gens font de la consommation des œufs de caille une hygiène de vie. Les gens consomment les œufs crus, bouillis ou frits et même comme ingrédient dans la composition de certains soins de la peau et des cheveux.

ANIMATEUR:
Alors, trouvez-vous votre compte en vendant des œufs de caille?

MERLINE MONDJOWA:
Oui, je n’ai aucune raison de me plaindre. À ma connaissance, aucun acteur de la chaine de la caille ne se plaint, que ce soit les éleveurs ou les vendeurs. C’est une activité rentable. L’animal s’élève facilement, les œufs sont très consommés. Donc on les vend rapidement. La chair est également appréciée des gourmets.

ANIMATEUR:
Que faites-vous avec les revenus que vous rapporte la caille?

MERLINE MONDJOWA:
(RIRES) Tout d’abord, cela me permet de subvenir à mes besoins quotidiens: j’achète de la nourriture, des médicaments et des vêtements. Dans mon foyer, les charges sont reparties. Moi j’assume mes charges sans peine. Je réussis même à épargner un peu d’argent. Sans rentrer dans trop de détails, je peux dire que je n’ai à me plaindre de rien.

ANIMATEUR:
Chères auditrices, chers auditeurs, allons à présent à la rencontre d‘un autre spécialiste. Il s’agit d’un vétérinaire qui accompagne au quotidien les éleveurs, y compris les éleveurs de cailles. Bertrand Lewoli a sillonné pendant sept années des élevages du pays pour prodiguer des conseils aux éleveurs. Au cours des derniers mois, il a repris le travail de bureau, et est aujourd’hui en service au ministère camerounais de l’Élevage. Bonjour monsieur Bertrand Lewoli.

BERTRAND LEWOLI :
Bonjour à vous et à tous les auditeurs.

ANIMATEUR:
Vous êtes vétérinaire. Pouvez-vous nous dire quelle est la différence entre l’élevage des poules et l’élevage des cailles?

BERTRAND LEWOLI:
Je vais d’abord dire qu’il y a les poules de chair et les poules pondeuses. Mais, quel que soit le type de poules, il y a une différence fondamentale entre les deux types d’élevage. L’élevage des poules est une activité traditionnelle, conventionnelle et standardisée. Quel que soit le pays dans lequel on se trouve, les éleveurs suivent le même itinéraire technique. Or, l’élevage des cailles n’obéit pas à un itinéraire technique universel. Dans notre jargon, on l’appelle élevage non conventionnel. L’élevage des cailles est classé dans la catégorie des élevages non conventionnels, au même titre que l’élevage des hérissons est un élevage non conventionnel.

ANIMATEUR:
Que signifie le terme non conventionnel?

BERTRAND LEWOLI:
Ça veut dire qu’il n’y a pas encore de normes communes adoptées par tous les éleveurs de la filière. Si vous visitez 10 fermes différentes, il est certain que vous trouverez certainement au moins cinq ou six façons d’élever les cailles. Ce que j’ai appris sur le terrain en tant que vétérinaire c’est que chaque éleveur essaie de mettre sur pied une formule gagnante, en se basant sur ses expériences. D’une ferme à une autre, il y a de grandes différences au niveau de l’alimentation et du suivi de l’animal.

ANIMATEUR:
Pouvez-vous nous expliquer cela?

BERTRAND LEWOLI:
Pour ce qui est du suivi de l’animal par exemple, les phases ne sont pas les mêmes chez tous les éleveurs de cailles. En ce qui concerne les poules, il y a quatre phases distinctes qui vont de l’éclosion à l’abattage, et chacune des phases s’étale sur un certain nombre de semaines.

Mais chez les éleveurs de cailles, le calendrier n’est pas aussi précis. Les éleveurs n’ont pas un calendrier bien précis. Ils réagissent en fonction des événements et de l’évolution du cheptel.

ANIMATEUR:
On a connu au Cameroun une montée en puissance de l’élevage des cailles. Les éleveurs de cailles disent que c’est un élevage rentable.

BERTRAND LEWOLI:
La caille ressemble beaucoup plus aux poules pondeuses que des poules de chair. C’est une volaille résistante. Elle vit presque aussi longtemps que les poules pondeuses. Elle est plus résistante aux maladies que les autres volailles. La caille ne nécessite pas un suivi pointilleux comme les poules, car elle présente une résistance aux maladies supérieure à celles des autres volailles.

ANIMATEUR:
On parle des vertus médicinales des œufs de cailles?

ERTRAND LEWOLI:
Il y a beaucoup de témoignages sur les bienfaits des œufs de cailles. En principe, cela pourrait être vrai. Je dis «en principe», car les vertus des œufs dépendent de l’aliment qu’on donne à la caille. Si la caille est nourrie avec des produits toxiques, je me douterais que les œufs soient de bonne qualité. Si on nourrit la caille avec des aliments biologiques, évidemment les œufs seront bénéfiques pour la santé

ANIMATEUR:
Merci, monsieur Bertrand Lewoli, de vous être entretenu avec nous.

Chères auditrices, chers auditeurs, nous arrivons au terme de notre émission consacrée aujourd’hui à l’élevage de cailles. Nous avons donc appris que la caille est un oiseau facile à élever, qui résiste plus que les poules aux maladies. Les œufs de cailles qui sont très prisés par les consommateurs se vendent trois fois plus cher que les œufs de poules. Donc, l’élevage des cailles est une activité qui nourrit bien son homme. Au revoir, et au prochain numéro de (titre de l’émission).

INDICATIF SONORE:
GÉNÉRIQUE DE FIN

Acknowledgements

Rédaction : Anne Mireille Nzouankeu, Journaliste

Révision : Claude Batindi, Cadre de développement, Département Études et Recherches de l’Association Citoyenne de Défense des Intérêts Collectifs (ACDIC)

Information Sources

Sources d’information :

Emilienne Tchekam: 30 août 2016

Merline Mondjowa: 31 août 2016

Bertrand Lewoli: 3 octobre 2016

 

gac-logoProjet réalisé avec l’appui financier du gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada