English

Script 105.13

Script

Qu’est-ce qu’un bon animateur d’émission agricole ?

Petit conseil aux directeurs de station: Dans certains pays, la direction est attribuée à tour de rôle à différents radiodiffuseurs par le truchement de leur métier d’animateur. Cela pourrait être judicieux en termes de gestion, car la fonction d’animateur ou d’animatrice permet aux radiodiffuseurs d’acquérir diverses expériences. Mais un auditeur ou une auditrice s’explique rarement le bien-fondé d’un tel choix. L’animateur est le principal maillon qui relie les auditeurs et l’émission radiophonique. Si la personne qui anime est efficace, les auditeurs développeront un lien affectif fort et positif avec elle et l’émission. Lorsqu’on change constamment d’animateur, le rapport entre l’auditoire et l’émission peut se fragiliser, et, par conséquent, la popularité de l’émission et l’animateur pourraient en pâtir.

Comment animer efficacement peut-il m’aider à mieux servir mon auditoire?

– Je peux aider les agriculteurs et les agricultrices à afficher un optimisme prudent par rapport à leur travail.

– Je peux aider les agriculteurs et les agricultrices à être disposés à parler et à dire ce qu’ils pensent.

– Je peux aider les agriculteurs et les agricultrices à joindre le geste à la parole.

 

En quoi être un bon animateur peut-il m’aider à réaliser de meilleures émissions?

  • Cela m’apprend à écouter et à m’exprimer.
  • Cela me rappelle que je dois communiquer clairement.
  • Cela confirme que je dois planifier mes interviews et mes discussions en groupe.
  • Cela m’aide à produire des émissions radiophoniques intéressantes, dont se souviendra toujours l’auditoire.

Les douze principales fonctions de l’animateur

1) Appliquer les directives de sa station.

2) Comprendre et respecter les agriculteurs et les agriculteurs faisant partie de son auditoire.

3) Gagner la confiance de ses auditeurs et auditrices.

4) Communiquer clairement.

5) Servir de guide à son auditoire.

6) Transmettre un optimisme réaliste.

7) Aider les agriculteurs et les agricultrices à s’exprimer.

8) Planifier les interviews et les discussions en groupe.

9) Être une personne qui sait écouter.

10) Encourager les auditeurs et les auditrices à joindre le geste à la parole.

11) Faire en sorte que son émission soit intéressante et inoubliable.

12) S’améliorer grâce aux avis et aux remarques des uns et des autres.

 

Détails

  • Appliquer les directives de sa station.

Votre station a certainement des directives qui montrent aux radiodiffuseurs comment mieux utiliser la radio pour servir les auditeurs et les auditrices. Tout ce que vous faites doit être conforme aux directives de votre station. Par conséquent, assurez-vous de connaître et comprendre celles qui se rapportent à votre travail. (Cf. ci-dessous pour consulter des exemples de directives formulées par Radios Rurales Internationales pour les stations de radio rurales. Ces politiques englobent les Normes V.O.I.C.E pour les émissions, les Normes journalistiques F.A.I.R. et l’énoncé d’objectif de l’émission)

Si vous estimez qu’une directive particulière vous empêche d’offrir un excellent service aux agriculteurs et aux agricultrices qui vous écoutent, parlez-en à votre responsable. Il se peut que vous ayez simplement besoin d’une clarification. Sinon, peut-être que votre station acceptera de revoir cette directive.

  • Comprendre et respecter les agriculteurs et les agricultrices faisant partie de son auditoire.

Les agriculteurs et les agricultrices d’exploitation familiales vivent de nombreuses difficultés. Par exemple: dans de nombreuses localités, la qualité du sol diminue, les phénomènes météorologiques extrêmes sont plus fréquents, et une grande partie des récoltes se perd avant d’atteindre le marché! Si vous pouvez vous informer, et cerner ensuite les problèmes auxquels sont en proie les agriculteurs et les agricultrices qui vous écoutent, alors vous les aurez déjà aidés à moitié à être des agriculteurs efficaces.

Chaque fois que cela est possible, rendez visite aux agriculteurs dans leurs champs et leurs potagers, pour poser des questions aux agricultrices et aux agriculteurs. Par exemple:

– Comment parvenez-vous à mieux nourrir votre famille cette année comparativement à l’an dernier?

– Quelle différence y a-t-il entre les rendements actuels et ceux d’autrefois?

– Que faites-vous pour améliorer la productivité de votre exploitation?

– Jusqu’à quel point les prix proposés pour vos produits au marché sont-ils équitables?

– Quelles sont les plus grandes difficultés que vous rencontrez au niveau de l’agriculture?

Respectez également les agriculteurs et les agricultrices lorsque vous êtes à l’antenne. Par exemple: voici une façon dont vous pourriez présenter une discussion en groupe sur les pertes après récolte:

«Aujourd’hui, nous recevons le professeur John Zuma, le chef de département de phytotechnie de l’Université d’Abuja. Il répondra aux questions de trois agriculteurs locaux sur la conservation du maïs.»

Voici un autre exemple:

«Aujourd’hui, nous parlerons de la difficulté qu’il y a à conserver le maïs de sorte à pouvoir acheminer toute la récolte au marché. Susan Chako a cultivé deux hectares de maïs près du village de Zonga. L’an dernier, elle a pu préserver toute sa récolte de maïs et à la vendre. Le professeur John Zuma est le chef de département de phytotechnie de l’Université d’Abuja. William Bulawo cultive un hectare de maïs, mais ses deux dernières récoltes ont subi d’importants dommages causés par les perceurs des céréales.»

La différence c’est que, dans le deuxième exemple, on présente les agriculteurs comme s’ils devaient autant contribuer à la discussion de groupe que le professeur d’université. Cela est une preuve de respect!

Pour terminer, assurez-vous d’avoir les noms exacts des personnes et des lieux. Il n’y a rien de plus irrespectueux que de mal prononcer à plusieurs reprises le nom d’un village local ou d’un ancien de la localité. Faites bien les choses, et excusez-vous lorsqu’on vous corrige.

  • Gagner la confiance des auditeurs et des auditrices.

Puisque les auditeurs et les auditrices nouent une relation avec les animateurs de radio, votre désir serait qu’ils vous fassent confiance. La confiance est une chose qui s’acquiert progressivement, et cela nécessite beaucoup de prévenance de votre part.

Par exemple, lorsque vous interviewez une autorité ou un spécialiste, ne les laissez pas parler sans arrêt du bon travail qu’ils font. Posez-leur plutôt les questions pour lesquelles les agriculteurs et les agricultrices recherchent des réponses. (Cliquez ici pour consulter notre guide «Comment faire rendre compte aux dirigeants.») Ainsi, votre auditoire se rendra compte que vous parlez en leur nom.

Gagner la confiance des autres signifie également qu’on est fiable. Êtes-vous disponible pour vos auditeurs et vos auditrices toutes les semaines? Leur proposez-vous régulièrement un bulletin météorologique et un bulletin du marché? Faites-vous un suivi par rapport aux témoignages qui vous ont été racontés lorsque vous promettez de le faire? Lorsque vous dites que vous visiterez un certain village la semaine suivante, faites tout pour y aller!

Cela signifie également que vous admettez vos erreurs. Bien sûr, vous essayez toujours de fournir des informations factuelles et véridiques, mais il arrive parfois qu’une erreur se glisse dans les émissions. Les gens vous jugeront plus fiable, lorsque, durant le prochain épisode, vous déclarerez: «Pendant l’émission de la semaine dernière, je vous ai dit que les travaux de réfection de la route reliant Doula et Tangere n’avaient pas encore commencé. Depuis, j’ai appris que les travaux étaient en cours depuis le 15 juin et que les réparations devraient prendre fin d’ici septembre.»

  • Communiquer clairement.

Si vos auditeurs et auditrices ne vous ont pas compris, c’est que vous n’avez pas communiqué avec eux. Ceci est un défi particulier lorsqu’on parle d’émission agricole, car ce type d’émissions fait nécessairement appel à des termes scientifiques et techniques complexes. Si la personne interviewée commence à parler d’aflatoxine, demandez-lui immédiatement: «C’est un nouveau terme pour moi. Pouvez-vous expliquer ce qu’est l’aflatoxine?» Et lorsque de nombreux termes techniques sont utilisés lors d’une discussion, présentez un résumé clair des points les plus importants.

Certains agriculteurs et agricultrices que vous voulez faire passer à l’antenne pourraient avoir de la difficulté à se faire comprendre, peut-être en raison de leur timidité ou de la façon de s’exprimer. Aidez ces agriculteurs à faire passer leurs messages clairement, tout en respectant entièrement leur dignité. Utilisez des questions incitatives telles que: «M. Zomba, je n’ai pas bien saisi votre message. Pourriez-vous le répéter, s’il vous plaît?» ou «M. Zomba, vous avez parlé de bacs de conservation, mais je n’ai pas saisi si vous considérez que ce sont les récipients en terre ou métalliques qui étaient les plus efficaces.»

Si une discussion en groupe commence à se compliquer, ramenez les uns et les autres à l’objet de la discussion par l’interjection suivante, par exemple: «Attendez une minute! J’ai perdu le fil de la discussion, et il se peut qu’il en soit de même pour certains auditeurs et auditrices. Qu’est-ce que tout ceci signifie pour un cultivateur de maïs du village de Bamono?»

De plus, n’oubliez pas qu’il est difficile d’expliquer clairement les chiffres à la radio. Les chiffres ne peuvent pas se transformer en des images dont peut se souvenir un agriculteur. Par exemple: il est difficile pour un auditeur de se rappeler ceci: «Laissez un écart de 1,5 mètre entre vos lignes. Puis, creusez des trous éloignés l’un de l’autre de trente centimètres et placez deux graines dans chaque trou.» Si vous devez fournir des chiffres, expliquez cela le plus clairement possible. Répétez les chiffres au moins deux fois pendant que vous faites passer les nouvelles, et une autre fois à la fin de votre émission.

  • Servir de guide à son auditoire.

Lorsque vous animez une émission, vous n’êtes pas la seule personnalité principale. Vous êtes, littéralement, le bienveillant animateur. Vous invitez l’auditoire à participer à l’émission, vous leur faites une présentation de ce que vous leur proposerez, vous vous entretenez avec eux, vous nourrissez leurs esprits et vous prenez congé d’eux.

Vous procédez en:

– leur souhaitant la bienvenue au début,

– leur présentant les éléments de l’émission,

– leur indiquant à quel niveau ils se trouvent dans la programmation de l’émission, et ce qui leur sera proposé par la suite,

– résumant les points complexes,

– les remerciant d’avoir écouté, et

– faisant la promotion de l’émission suivante.

(Cliquez ici pour consulter notre guide «Comment créer des promos, des intros et des extros captivants pour l’oreille.»)

La plupart de vos auditeurs et auditrices écoutent probablement seuls à la maison, ou en compagnie d’une ou de deux autres personnes. Lorsque vous vous adressez à votre auditoire, pensez à une personne, un auditeur ou une auditrice typique, et adressez-vous directement à cette personne. Par exemple: dites: «Je sais que vous pensez au moment il vous faudra commencer à semer, par conséquent, j’ai invité un agent de vulgarisation agricole aujourd’hui. Il a d’importants conseils à vous donner.» Ne dites pas: «C’est le moment où les agriculteurs et les agricultrices pensent à la période où ils doivent commencer à semer. Notre agent de vulgarisation agricole proposera de bonnes idées aux agriculteurs plus tard dans l’émission.

  • Transmettre un optimisme réaliste.

Comme indiqué plus haut, le métier d’agriculteur ou d’agricultrice d’exploitation familiale comporte beaucoup de défis, et parfois leur situation peut leur sembler désespérée. Malgré tout, votre émission agricole doit montrer que les agriculteurs peuvent, individuellement ou en groupe, apporter des changements positifs et améliorer les conditions de vie de leurs familles et leurs communautés.

Les émissions agricoles ne sont pas impartiales. Elles sont pour l’agriculture à petite échelle. Cela ne signifie pas qu’elles ne doivent pas être dénuées de toute critique. En fait, il est important que vous souleviez et discutiez des défis importants que doivent relever les agriculteurs et les agricultrices, tels que le changement climatique, les sols pauvres, les cultures qui pourrissent ou l’absence de crédits. Toutefois, vous pourriez soulever ces problèmes dans l’objectif général que les agriculteurs puissent améliorer leurs pratiques agricoles et leurs conditions de vie.

Même lorsque les circonstances sont difficiles, il existe des moyens de transmettre un optimisme réaliste. Par exemple: imaginons que le chemin qui mène au bourg soit plein d’ornières à cause de pluies fortes, quoique le gouvernement ait promis de le réparer. Peut-être que vous pourriez transmettre à l’antenne la déception que les agriculteurs ressentent lorsqu’ils sont incapables de transporter leur maïs au marché. Cependant, vous pouvez également diffuser des récits expliquant comment bien conserver le maïs en attendant de pouvoir le transporter. Et vous pouvez appeler le ministère chaque semaine jusqu’à ce qu’il communique aux paysans la date à laquelle les travaux de voirie démarreront.

En général, il vous incombe surtout à vous l’animateur de l’émission de transmettre ce sentiment d’optimisme général. De l’intro de l’émission, en passant par les interviews, jusqu’au mot de la fin, vous devez donner ton de toute l’émission agricole.

  • Aider les agriculteurs et les agricultrices à s’exprimer.

Une bonne émission agricole sert à deux choses. Premièrement, elle offre aux agriculteurs:

– les renseignements dont ils ont besoin, au moment où ils en ont besoin, et

– l’occasion de parler de choses qui leur tiennent à cœur.

La deuxième raison est toute aussi importante que la première.

Tel que susmentionné, les agriculteurs et les agricultrices ne sont pas comme les enseignants, les avocats ou les journalistes qui passent leurs journées à s’entretenir avec d’autres personnes, souvent en public. Les agriculteurs passent de longues heures dans les champs et les potagers, en compagnie des animaux et des plantes. Votre travail consiste à les aider à être de bons communicateurs à la radio.

Lorsque cela est possible, interviewez les agriculteurs dans les endroits où ils se sentent le plus à l’aise et soutenus, à savoir: chez eux, dans leurs villages, leurs champs ou au marché. Commencez par des commentaires positifs sur certains aspects de leurs vies. (Par exemple: «Je parie que votre fille vous aide beaucoup pour les travaux champêtres,» ou «Votre commentaire de la semaine dernière concernant l’absence d’agent de vulgarisation agricole a été corroboré par de nombreuses personnes.») Les personnes qui se sentent à l’aise et appuyées sont plus enclines à se confier lorsque vous leur posez d’autres questions.

(Cliquez ici pour consulter notre guide «Comment amener les agriculteurs à parler de sujets importants (Faciliter la voix des agriculteurs.»)

Les agricultrices, elles, ont besoin d’être encouragées à s’exprimer d’une façon qui diffère de celles des hommes. Lorsque vous vous rendez dans un village, organisez une rencontre pour les femmes uniquement. (Lorsqu’elles sont dans un groupe mixte, il se pourrait qu’elles laissent leurs maris être les seuls à parler.) Si vous avez des lignes téléphoniques pour les tribunes téléphoniques, réservez une pour les femmes qui vont appeler. De cette façon, vous pouvez vous assurer qu’au moins la moitié des correspondants téléphoniques qui passent à l’antenne soient des femmes. Plus ces femmes entendront d’autres femmes s’exprimer à la radio, plus elles seront elles-mêmes motivées à s’exprimer sur les ondes.

(Cliquez ici pour consulter notre guide «Comment bien servir vos agricultrices.»)

Enfin, célébrez les moments où les agriculteurs, en discutant et en adoptant des mesures par rapport à un problème, ont provoqué un changement positif. Nous aimons tous recevoir des éloges, et cela encouragera plus d’agriculteurs à prendre de l’assurance pour s’exprimer à l’avenir, et à être sûrs d’eux lorsqu’ils doivent appliquer de nouvelles ou des pratiques agricoles améliorées.

  • Planifier les interviews et les discussions en groupe

La majeure partie de votre travail d’animateur consiste à interviewer des agriculteurs, des anciens, des spécialistes, des autorités et des politiciens (femmes et hommes). Il se peut qu’une des raisons pour lesquelles vous avez embrassé le métier de radiodiffuseur c’est que vous aimez discuter avec les gens. Bien! Cependant, avoir une bonne conversation est très différent d’être un bon intervieweur. Une conversation est une causerie amicale durant laquelle les participants peuvent changer de sujet à leur guise. Toutefois, le but d’une interview destinée à une émission agricole c’est de permettre à l’intervieweur de recueillir d’importantes informations, y compris des faits et des points de vue, auprès de la personne interviewée sur un sujet particulièrement intéressant pour les auditeurs et les auditrices. Vous, l’intervieweur, devez garder le contrôle de l’interview, et veiller à ce que celle-ci soit bien utile à votre auditoire. Cela signifie que vous devez planifier l’entretien, et rédiger les questions et les répliques qui vous aideront à soutirer les meilleurs renseignements de la personne interrogée. Vous devez également préparer les questions de contrôle au cas où la personne interviewée qui a de l’expérience tente de prendre le contrôle de l’interview et de la tourner à son avantage.

(Cliquez ici pour consulter notre guide «Comment réaliser une interview efficace» et lire la section du guide intitulé «Renseignez-vous sur les trois principaux types d’interviews que vous serez appelé à réaliser.» Et cliquez ici pour consulter notre guide «Comment animer une discussion en groupe efficace.»)

  • Être une personne qui sait écouter.

Bien qu’il soit important de planifier une interview et de contrôler son déroulement, vous devez également écouter attentivement ce que dit la personne que vous interrogez. Vous ne pouvez pas vous contenter de lire votre liste de questions et vous attendre à ce que la personne interviewée vous fournisse les bonnes réponses.

Voici le cas d’une animatrice qui était tellement concentrée sur les questions qu’elle avait préparées d’avance qu’elle n’a pas écouté les réponses.

«Mme Smith, si j’ai bien compris, votre récolte de maïs a doublé cette année. Est-ce exact?»

«En effet, oui, mais, par la suite, mon mari est décédé et sa famille m’a dépouillée de la terre.»

«Félicitations! Selon vous, qu’est-ce qui vous a permis d’obtenir cette meilleure récolte?»

Écoutez attentivement tout le temps, pas seulement lorsque vous faites une interview ou animez une discussion en groupe. Prêtez l’oreille lorsque vous discutez dans un champ avec des agriculteurs. Écoutez lorsque vous discutez avec des agriculteurs au marché. Vous apprendrez des choses auxquelles vous n’auriez jamais songé.

  • Encourager les auditeurs et les auditrices à joindre le geste à la parole.

Même si de bonnes informations et une bonne discussion sont essentielles dans une émission agricole, elles ne suffisent pas toujours à susciter des actions visant à améliorer les pratiques agricoles. Cependant, les agriculteurs et les agricultrices d’exploitations familiales ont besoin de meilleures pratiques agricoles pour survivre et prospérer. Étant donné que vous animez un certain nombre d’interviews et de discussions en groupe, vous pouvez aider les uns et les autres à joindre le geste à la parole. Par exemple: à la fin d’une discussion en groupe sur la conservation du maïs après les récoltes, vous pouvez poser les questions suivantes:

«Tout le monde semble être d’avis que la plantation du maïs en ligne génèrera de meilleures récoltes. Susan vous cultivez le maïs. Que ferez-vous de différent cette année?»

«Que doit faire la coopérative agricole pour s’assurer que les agriculteurs et les agricultrices disposent de bons sacs de conservation cette année? À quel moment la coopérative doit-elle intervenir?»

«Puisque la réparation de la route ne semble pas être une priorité pour le gouvernement actuel, que faut-il faire pour que cela devienne une priorité? Qui devra en prendre la responsabilité?»

  • Faire en sorte que son émission soit intéressante et inoubliable.

Personne ne poursuivra l’écoute d’une émission radiophonique s’il ne trouve pas celle-ci intéressante. Vous pouvez fournir des renseignements importants. Vous pouvez donner l’occasion aux agriculteurs d’exprimer leurs points de vue. Mais si votre émission ne suscite aucune émotion chez eux, ils ne vont pas l’écouter. Ils pourraient continuer à écouter les bulletins météorologiques et du marché, puis se connecter à une autre station de radio qui leur semble plus intéressante. Il est particulièrement important de vous rappeler ce point maintenant que les agriculteurs et les agricultrices ont plus de choix de stations de radio.

Il existe différentes façons dont vous pouvez rendre votre émission intéressante et inoubliable. En voici quelques-unes:

  • Diffusez une musique attrayante pour votre auditoire.
  • Préparez des éléments d’intro qui d’un point de vue émotionnel donne une raison aux auditeurs et aux auditrices de vous écouter. Par exemple: ne dites pas simplement: «Nous avons le plaisir de recevoir Susan Alaro aujourd’hui pour nous parler de poisons.» Dites plutôt: «La semaine dernière à Bulawano, deux enfants sont morts après avoir mélangé du poison à leur boisson. Jusqu’à quel point vos enfants sont-ils en sécurité? Aujourd’hui, Susan Alaro vous montrera comment mettre vos maisons, et vos enfants, à l’abri des poisons.»
  • Organisez des concours pour aider les agriculteurs et les agricultrices à se souvenir des informations importantes (par exemple: «Envoyez-nous un poème qui énumère toutes les mesures et les étapes à suivre pour les semis en lignes. Le gagnant ou la gagnante recevra notre T-shirt ‘Les agriculteurs en premier’!») Sinon, organisez un concours sur la meilleure façon d’apprêter les patates douces à chair orange pour que les enfants les aiment.
  • Proposez une rubrique humoristique normale qui présente le côté amusant de l’agriculture. (Interviewez la femme qui a affronté un animal qui volait du maïs dans son grenier, et ce qu’elle a fait par la suite.)
  • Racontez une vieille blague sur de vos manies ou faiblesses. Par exemple: si vous n’êtes pas bon jardinier, faites une remarque pertinente sur la façon dont vous semblez tuer tout ce que vous essayez de cultiver. Vos auditeurs s’identifieront à vous et aimeront vos histoires.
  • Variez la cadence de l’émission de sorte qu’une rubrique allégée suive une tranche plus sérieuse, par exemple.
  • Fournissez des indications pour permettre aux auditeurs et aux auditrices de savoir qu’ils entendront bientôt un élément qui les intéresse, et ce, même s’ils n’apprécient pas la tranche qu’ils sont en train d’écouter. Durant un trajet en autobus, les indications sont les panneaux routiers qui vous indiquent l’endroit où vous êtes et là où vous allez. Par exemple, à mi-parcours de votre émission, vous pouvez dire: «C’était l’apicultrice Susan Quetcho qui nous parlait de ses nouvelles ruches. À venir: Comment tenir ces fichus charançons loin de vos grains.» Les indications fournissent beaucoup de confort aux auditeurs et aux auditrices, et particulièrement à ceux qui pourraient se connecter plus tard.

Par-dessus tout, votre émission sera intéressante si dans l’ensemble vous faites en sorte qu’elle suscite de la curiosité, de l’optimisme, un respect mutuel chez les auditeurs et leur insuffle de l’énergie. Cliquez ici pour consulter notre guide «Comment rendre votre émission agricole divertissante et inoubliable.)

Il n’est pas nécessaire que les sujets complexes soient ennuyeux. Ne soyez pas gêné d’aborder un sujet important uniquement parce qu’il est complexe. Commencez simplement par une histoire d’intérêt humain qui captive l’attention des auditeurs et les amène à écouter, afin qu’ils soient à côté lorsque vous discutez de sujets compliqués. (Cliquez ici pour consulter notre guide «La narration d’histoires.»)

  • S’améliorer grâce aux avis et aux remarques des uns et des autres.

Les animateurs d’émissions radiophoniques jouissent souvent d’une haute visibilité auprès de la communauté, et vous aurez des admirateurs qui vous diront que vous faites un travail formidable. C’est plaisant de recevoir ce type de commentaires, mais vous avez besoin de plus que ça. Vous devez avoir le point de vue des auditeurs et des auditrices qui portent un regard critique sur vos compétences en animation ou qui, par exemple, jugent que vous n’analysez pas correctement les questions importantes.

Voici quelques techniques pour recueillir des avis utiles:

– Encouragez votre station à organiser des discussions en groupe avec les auditeurs et les auditrices. Assurez-vous d’inclure des questions telles que: «Qu’aimez-vous chez William Bato, l’animateur de l’émission ‘Les agriculteurs en premier’? Qu’est-ce qu’il peut améliorer? Est-ce que ‘Les agriculteurs en premier’ abordent les questions qui sont importantes pour vous?»

– Prenez l’habitude de vous évaluer. Servez-vous de la liste ci-dessus et demandez-vous régulièrement si vous exécutez bien ces tâches, et comment vous pouvez vous améliorer.

– Demandez à d’autres journalistes de votre station d’écouter un épisode de votre émission, et remettez-leur votre liste des tâches de l’animateur. Organisez une rencontre durant laquelle ils peuvent vous communiquer leurs observations et vous donner des conseils pour l’amélioration. (Proposez-leur de faire la même chose pour eux.)

– Participez avec votre superviseur à une évaluation annuelle pour voir jusqu’à quel point vous avez contribué à la réalisation des objectifs de l’émission, sur la base des responsabilités de l’animateur répertoriées ci-dessus. Identifiez les aspects que vous devrez améliorer durant l’année suivante, et réfléchissez au soutien dont vous pourriez avoir besoin (p. ex: formation, encadrement) pour réaliser ces améliorations.

Comme nous l’avons mentionné au début, être un bon animateur d’émission est une énorme responsabilité qui exige beaucoup d’aptitudes. Mais vous pouvez y parvenir si vous continuez à améliorer la façon dont vous exécutez chacune des tâches susmentionnées. Et au fur et à mesure que vous vous améliorez, vous aiderez les agricultrices qui vous écoutent à améliorer leurs pratiques agricoles, ainsi que les conditions de vie de leurs familles.

Bonne chance dans cette mission importante et exigeante.

Acknowledgements

Rédaction : Doug Ward, président, conseil d’administration, Radios Rurales Internationales

Révision : Shelagh Rogers, animateur de The Next Chapter, CBC Radio.

 

Information Sources

1) Les normes V.O.I.C.E. pour les émissions

2) Normes journalistiques F.A.I.R. pour les émissions radiophoniques agricoles

3) L’énoncé d’objectif de l’émission

L’énoncé d’objectif de l’émission comporte trois éléments. Il doit :

  • évoquer l’objectif de l’émission,
  • préciser à qui s’adresse l’émission, et
  • énumérer les principales activités menées pour atteindre cet objectif.

L’énoncé d’objectif doit être le plus concis possible, afin que toutes les personnes qui travaillent sur l’émission puissent s’en souvenir et s’en tiennent à ça.

Voici un énoncé d’objectif pour une émission agricole réalisée conformément aux normes V.O.I.C.E. pour les émissions agricoles.

L’émission Agriculteurs actifs!” aide les agriculteurs et les agricultrices de la région de Neruda à être des agriculteurs prospères.

Elle :

– fournit aux agriculteurs les informations dont ils ont besoin, au moment où ils en ont besoin,

– donne l’occasion aux agriculteurs de discuter d’importants sujets agricoles, et

encourage les agriculteurs qui introduisent de nouvelles pratiques qui selon eux amélioreront leurs activités agricoles.

Projet réalisé avec l’appui financier du Gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada (AMC)