English

Script 100.8

Script

Enregistrez et révisez cette ressource sous forme de document Word.

Introduction

Pendant des années, les agricultrices et les agriculteurs d’Akembe ont eu des difficultés à transporter leurs produits vers le gros bourg durant la saison pluvieuse. En effet, les routes deviennent des chemins boueux profonds impraticables. Lors des campagnes électorales, les candidats passent, promettent de les réparer, mais ne font rien une fois qu’ils sont élus. Les agricultrices et les agriculteurs peinent à vendre leurs récoltes quand les prix sont élevés, et ils se demandent comment gagner suffisamment d’argent pour subvenir aux besoins de leurs familles.

Et bingo! Un grand miracle se produit. Vous découvrez le budget régional prévoit un montant pour réparer la route cette année. Puis, les mois passent, et toujours rien.

Vous êtes l’animateur ou le réalisateur de l’émission radiophonique agricole sur le village d’Akembe. Que pouvez-vous faire? Comment pouvez-vous exiger des autorités qu’elles rendent compte de leurs actions ou de leur inaction au public?

Ce vous pouvez faire c’est d’interroger un responsable chargé de la réparation des routes. Vous pourriez interroger le conseiller municipal qui représente la population de votre région. Vous pourriez aussi interroger le haut fonctionnaire mandaté pour faire réparer les routes. Les deux ont la responsabilité (ou l’obligation) de satisfaire les besoins de leurs électeurs. Ils disposent également d’une autorité (ou d’un pouvoir) pour prendre des mesures.

 

Entrevues ordinaires vs entrevues visant à situer les responsabilités

Les entrevues visant à situer les responsabilités diffèrent d’autres types d’entrevues. La plupart des entrevues sont directes. Par exemple: vous interrogez une agricultrice qui maîtrise la technique visant à associer les cultures de haricot et de maïs. Cette agricultrice spécialisée partage son savoir. Si ses réponses ne sont pas claires, vous lui posez d’autres questions ou vous clarifiez les choses avec vos propres termes. Vous ne doutez pas de ses propos. Si vous savez que d’autres agricultrices ou agriculteurs sont opposés à l’association du haricot et du maïs, vous demandez à votre agricultrice spécialisée de répondre à leurs préoccupations. À la fin, vous aidez votre auditoire agricole à comprendre les avantages et les inconvénients de l’association des cultures du haricot et du maïs.

Les entrevues visant à situer les responsabilités diffèrent d’autres entrevues, car la personne jugée responsable pourrait présenter un mobile autre que celui de la majorité des sujets interrogés. Son mobile est différent, car elle a une responsabilité envers la population et elle a le pouvoir d’apporter des améliorations conformément à l’intérêt du public.

Les motifs de votre productrice de haricot sont assez simples. Elle pourrait en quelque sorte se sentir obligée de partager son expérience pour en faire bénéficier les autres. Cependant, contrairement au conseiller, elle n’est pas obligée ou n’est pas habilitée à rendre compte du système de culture au public.

Le mobile du conseiller est plus complexe.

Le travail de représentant élu est de servir les intérêts des habitants d’Akembe et d’ailleurs. Toutefois, il est également poussé par le désir de se faire réélire ou de garder son emploi. Et cela pourrait aller parfois à l’encontre de son service pour les agricultrices et les agriculteurs de sa région. Il pourrait ne pas désirer se faire interroger à tout moment. Il pourrait chercher à connaître vos questions au préalable. Dans ses réponses, il pourrait simplement parler de la «politique gouvernementale» et ne pas s’attarder sur les détails. Il vous revient de convaincre le représentant élu qu’il sera traité équitablement, et que vous ne le piégerez pas avec des questions qui ne sortent pas du cadre du sujet à l’ordre du jour. Il vous revient également de convaincre le représentant élu que c’est dans son intérêt que c’est vous qui l’interrogiez, car plusieurs de ses électeurs écoutent votre émission.

Le travail d’un fonctionnaire est de servir le public en mettant en œuvre les politiques et les programmes du gouvernement. Souvent, un fonctionnaire ne dispose d’aucune nouvelle à partager parce que quelqu’un au sein du gouvernement lui a ordonné de ne rien dire à la presse. S’il prend la liberté de s’exprimer, il pourrait perdre son emploi. Il vous revient de le convaincre que vous voulez lui parler d’un sujet approuvé par le gouvernement, quelque chose qui donnera une bonne image au gouvernement si ce dernier fait du bon travail.

Alors, lorsque vous interrogez un politicien, vous devez être bien préparé. Sinon, l’entrevue pourrait seulement servir les intérêts du politicien et non celui des agricultrices et des agriculteurs.

Voici un exemple d’entrevue avec un politicien qui n’est pas bénéfique à vos agricultrices et agriculteurs.

 
 

ANIMATEUR: Aujourd’hui, nous avons le plaisir d’accueillir le conseiller Smith pour discuter de la route d’Akembe. Bonjour M. le conseiller.

INVITÉ : Bonjour Sarah. Tout d’abord, permettez-moi de vous dire que je suis honoré de participer à votre émission agricole. Rien n’est plus important pour moi que mes chers amis, agricultrices et agriculteurs de cette région.

ANIMATEUR: Merci, M. le conseiller. Aujourd’hui, j’aimerais savoir pourquoi nous ne voyons aucun travail exécuté sur la route d’Akembe. Nous savons que le budget régional de cette année prévoit un certain montant pour ça. Quand verrons-nous les changements?

INVITÉ : Merci d’avoir posé cette question, Sarah. Comme vous le savez, depuis que j’ai été élu, je ne cesse de me battre pour les agricultrices et les agriculteurs de la région. Nous avons un extraordinaire programme de subvention d’engrais qui a été mis en place maintenant, et il est prévu la construction d’une clinique médicale. Et juste la semaine dernière, j’étais à la capitale pour m’entretenir avec des responsables sur la nécessité de construire de bonnes routes ici. Cependant, vous devez comprendre que les choses sont très compliquées en politique. Les choses prennent beaucoup de temps. Je suis heureux de dire aux auditrices et aux auditeurs que j’ai leurs préoccupations à cœur et que la route sera réparée en temps voulu.

ANIMATEUR: M. le conseiller, je sais que vous êtes un homme occupé. Merci d’être venu à mon émission aujourd’hui.

 
 

Ça, ce n’était pas une entrevue visant à situer les responsabilités. L’intervieweuse a dû penser qu’elle avait obtenu toutes les informations qu’elle pouvait soutirer au représentant. Elle a pu croire que c’était suffisant de savoir que la route serait tôt ou tard réparée.

Cependant, l’intervieweuse a simplement donné une occasion au représentant de dire aux agricultrices et aux agriculteurs qu’il travaillait fort pour eux. Ce qu’elle a fait, c’était de faire la publicité gratuite pour le conseiller.

Voyons comment cette entrevue aurait pu être une entrevue visant à situer les responsabilités. L’entretien commence exactement de la même manière, par les quatre premiers paragraphes, mais l’animateur, plutôt que de clore l’entretien, poursuit.

 
 

ANIMATEUR : M. le conseiller, le budget régional ne prévoit-il aucun fonds pour réparer cette affreuse route cette année?

INVITÉ: Mais si! Bien sûr qu’il prévoit des montants pour plusieurs projets, et ce genre de travail est complexe et exige une organisation particulière. Soyez assurée que je prêterai attention aux besoins des agricultrices et des agriculteurs d’Akembe.

ANIMATEUR: M. le conseiller, nous sommes déjà au septième mois de l’année. Pourriez-vous dire à nos auditrices et auditeurs quand commenceront les travaux routiers. La saison pluvieuse va bientôt redémarrer.

INVITÉ : En effet, les pluies seront là à nouveau, et nos formidables agricultrices et agriculteurs auront plus d’un tour dans leur sac une fois de plus.

ANIMATEUR : Effectivement M. le conseiller, vous pouvez compter sur la débrouillardise des agricultrices et des agriculteurs. Mais, pouvons-nous compter sur vous pour être sûrs que cette route sera réparée au cours des cinq prochains mois?

INVITÉ: J’ai été clair sur l’importance que ce projet revêt pour moi, et qu’il sera réalisé lorsque cela sera possible. C’est tout ce que je peux dire pour l’instant.

ANIMATEUR: M. le conseiller, je voudrais vous faire entendre un bref extrait d’une rencontre qui s’est déroulée la nuit dernière. Voici ce que le responsable de la coopérative agricole d’Akembe avait à dire:

Le problème numéro un des agricultrices et des agriculteurs d’Akembe est la route. Il y a de l’argent prévu au budget, mais rien n’a été encore fait. Où se trouve le conseiller Smith quand nous avons besoin qu’il se batte pour nous?

INVITÉ: Ouais, mais les choses prennent du temps.

ANIMATEUR: M. le conseiller, vos électeurs viennent juste de vous entendre dire que vous ne pouvez donner aucune date pour le début des travaux routiers, même s’il y a un montant alloué pour ça dans de budget cette année, et en dépit du fait que si les travaux ne commencent pas sous peu, vos électeurs souffriront de ne pas pouvoir transporter leurs produits au marché. Ai-je dépeint correctement la situation?

INVITÉ : Sarah, je suis un homme occupé, mais j’ai pris le temps de venir à votre émission pour expliquer en long et en large les progrès que je fais pour les agricultrices et les agriculteurs de cette région. Bon, maintenant, j’ai des dossiers très importants qui m’attendent, alors je dois partir.

ANIMATEUR : Merci, conseiller Smith d’être venu à notre émission agricole aujourd’hui. Vos électeurs seront déçus que vous ne puissiez pas leur fournir de nouvelles informations sur la réparation de la route. Peut-être que nous pourrons vous appeler la semaine prochaine et espérons que vous pourrez nous date une date précise pour le démarrage des travaux routiers.

 
 

Ça, c’est une entrevue visant à situer les responsabilités. Bien que l’invité se soit efforcé de défendre les résultats de son bon travail, l’animateur n’a eu de cesse de le ramener au même sujet, et de lui rappeler la responsabilité et le pouvoir qu’il détenait à cet effet.

Pour la plupart d’entre nous ce ne pas facile de réaliser une bonne entrevue visant à situer les responsabilités. Lorsque nous discutons avec une personne, nous voulons lui faire plaisir. Toutefois, vous êtes l’animateur ou le réalisateur d’une émission radiophonique agricole. Votre responsabilité est de servir vos agricultrices et vos agriculteurs, et vous avez le pouvoir pour le faire!

Voici un aide-mémoire qui vous permettra de réaliser une entrevue visant à situer les responsabilités.

Commencer tout doucement : Dans la mesure du possible, réalisez votre première entrevue visant à situer les responsabilités sur un petit sujet simple et clair. Tirez des enseignements de votre expérience et passez à des sujets plus difficiles. Commencez par un petit sujet et un organisme plus amical. Apprenez des leçons de ce premier entretien avant de vous attaquer à un sujet plus costaud, avec un ministère susceptible d’être hostile ou réfractaire.

Maîtrisez votre sujet : Dans le cas présent, il s’agit de faire réparer la route avant la prochaine saison pluvieuse. Dans vos questions, ne vous éloignez pas de ce sujet. Sinon, le représentant sera content de parler d’un sujet plus facile qui est plus à son avantage, et évitera ainsi de discuter du sujet principal.

Maîtrisez les faits : Quel document officiel stipule qu’il y a des fonds alloués cette année pour les travaux de voirie? Votre conseiller devait-il contribuer à la prise en compte de cette rubrique dans le budget? Ce conseiller fait-il la promotion d’autres projets aux dépens de travaux de voirie à Akembe?

Sachez à qui demander des comptes : Qui est le représentant élu d’Akembe? Quel est le fonctionnaire responsable des travaux de voirie? Pour obtenir toutes les informations nécessaires, vous devriez réaliser une entrevue avec l’un et l’autre.

Examinez le sujet du point de vue du représentant : En général, les représentants ne sont de mauvaise foi. Ils essaient simplement de gérer un tas de priorités avec peu de moyens et de temps. Au début, afficher un état d’esprit positif envers le représentant. Aidez-le à mieux servir votre auditoire d’agricultrices et d’agriculteurs. Mais ne le laissez pas s’en tirer à bon compte. Il est responsable et il est mandaté pour faire ce travail. Il doit rendre compte à ses électeurs.

Soyez au service des agricultrices et des agriculteurs, et non du représentant : Une émission radiophonique agricole doit respecter les agricultrices et les agriculteurs, alors permettez-leur d’exprimer leurs préoccupations. C’est une grande responsabilité à assumer. Avant de réaliser une entrevue visant à situer les responsabilités, trouvez les informations et les réponses attendues par et utiles pour les agricultrices et les agriculteurs.

Discutez avec une autorité, et non un porte-parole : Dans la mesure du possible, refusez de réaliser une entrevue avec une personne chargée des relations publiques au service du représentant ou dans le gouvernement. Cette personne n’a aucune véritable responsabilité ou autorité et elle profite de l’occasion qui lui est offerte pour embellir l’image de son chef. Dites-leur gentiment que vous allez entendre jusqu’à ce que le représentant lui-même soit disponible pour l’entretien.

Soyez courtois, respectueux et professionnel : Les représentants sont des êtres humains aussi. Accordez-leur le bénéfice du doute. Si vous êtes agressif durant l’entretien, le représentant pourrait sûrement cesser de coopérer. Et votre auditoire aura de la sympathie pour lui, et non pour vous. En outre, vous pourriez avoir besoin de parler d’autres sujets avec le représentant une prochaine fois. Soyez respectueux, mais restez inflexible et tenace, et demandez à être respecté en retour.

Laissez le représentant s’adresser à ses électrices et ses électeurs – de façon limitée : Une entrevue visant à situer les responsabilités se fait dans les deux sens. Vous, vous voulez exiger du représentant qu’il rende des comptes. Le représentant, lui, veut faire bonne impression sur votre auditoire. En fait, le représentant pourrait refuser de participer à l’entretien à moins qu’il ne sache que cela soit à son avantage. Par conséquent, laissez-le parler du subventionnement des engrais, de manière brève. Mais ne vous arrêtez pas à ce point! Posez des questions difficiles qui l’obligeront à confronter les retards observés dans les travaux de voiries, et, puis, faites de votre mieux pour lui soutirer des réponses sur ce qu’il compte faire pour rattraper ces retards.

Utilisez les voix d’agricultrices et d’agriculteurs : Démontrez qu’il s’agit d’une préoccupation exprimée par le monde agricole et non par vous seulement. Enregistrez les commentaires des agricultrices, des agriculteurs et des responsables de groupements et de coopératives agricoles locaux. Faites écouter ces extraits au représentant. Organisez une tribune téléphonique sur le sujet avant de procéder à l’entrevue visant à situer les responsabilités. Utilisez des extraits de cette tribune pour votre entretien.

Utilisez des exemples concrets : Trouvez une localité ou une route qui a été réparée à temps et avec le budget alloué à cet effet. Demandez pourquoi le cas d’Akembe est différent. Et cherchez à savoir comment les agricultrices et les agriculteurs continuent à faire pression sur les représentants pour qu’ils fassent réparer leur route.

Résumez les différents commentaires : À la fin de l’appel, résumez les nouvelles informations. Le représentant est-il d’accord pour faire avancer la date des travaux routiers? Est-il prêt à vous rencontrer à nouveau dans une semaine pour faire un état de l’avancement des travaux? Ou a-t-il simplement profité de votre entrevue pour transmettre ses messages? Si c’est le cas, faites un résumé pour votre auditoire et pour ses électrices et ses électeurs, en leur faisant comprendre qu’il n’a pas pu faire avancer le projet.

Ne vous attendez pas rapidement à avoir du succès : Dans le cas susmentionné d’Akembe, l’animateur n’a pas réussi à faire dire au conseiller quand est-ce que les travaux routiers allaient démarrer. Et même si le conseiller a donné une date précise, il pourrait juste faire ça pour avoir la paix, et la date en question pourrait s’avérer être fictive. Mais l’entretien aura toujours été utile. Le conseiller sait que vous l’observez et que vous lui demanderez de rendre des comptes jusqu’à ce que les travaux routiers soient effectués. Et sachant cela, le conseiller pourrait finalement mettre la pression sur la direction des routes pour qu’elle répare la route d’Akembe.

Ne vous découragez pas : Un représentant pourrait penser que ce sera la seule entrevue que vous lui accorderez sur ce sujet et qu’après vous le laisserez tranquille. Faites-lui comprendre que vous n’abandonnerez pas! Il s’agit d’un problème sérieux pour votre auditoire et vous allez le talonner jusqu’à ce qu’il trouve une solution. Cela pourrait inciter le représentant à prendre des mesures rapidement.

Enregistrez votre entretien : et prenez des notes sur ce qui a été dit. Vous pourriez vouloir le faire écouter au représentant dans l’avenir s’il nie ce qu’il avait dit plus tôt.

La responsabilité dépasse le cadre des autorités : Il y a plusieurs représentants qui sont mandatés pour réaliser des activités intéressantes pour les agricultrices et les agriculteurs, et ils ne sont pas tous fonctionnaires. La coopérative agricole locale tarde-t-elle à organiser le transport de ses produits vers le marché? Où se situe le blocage? Pourquoi les choses n’avancent-elles pas? Il vous incombe d’interroger le responsable de la coopérative, et de lui poser gentiment des questions complexes!

C’est en forgeant que l’on devient forgeron : Faites un jeu de rôle avec un de vos collègues de la station pour vous entraîner pour l’entrevue. Demandez à votre collègue de jouer le rôle du représentant qui veut faire la promotion de son travail tout en évitant de répondre aux questions relatives à sa responsabilité et son autorité. Réaliser des modèles d’entrevues jusqu’à ce que vous vous sentiez confortable tout en restant sûr de vous et juste.

Autres façons de situer les responsabilités
Bien que l’entrevue visant à situer les responsabilités soit souvent le meilleur moyen de réaliser une émission radiophonique visant à amener un représentant à rendre des comptes, ce n’est pas le seul moyen. Vous pourriez, par exemple: organiser une tribune téléphonique où le représentant répond aux questions de votre auditoire. Ou vous pourriez organiser une discussion de groupe durant laquelle des agricultrices et des agriculteurs désignés sont réunis avec le représentant et vous pour animer la discussion. Cependant, une entrevue visant à situer les responsabilités qui est réalisée par un animateur bien préparé peut rendre un très grand service aux auditrices et aux auditeurs de l’émission.

NOTE : Petite mise en garde au radiodiffuseur! La liberté de presse n’est pas très ancrée dans tous les pays. Par conséquent, un animateur de radio, d’une émission ou même une station entière peut faire l’objet d’une poursuite si ses activités dénoncent certains responsables. Cependant, vous n’avez pas à critiquer le gouvernement pour réaliser une bonne entrevue visant à situer les responsabilités. En fait, plusieurs bons entretiens de ce genre visent à encourager les responsables à mettre en œuvre les politiques déjà approuvées par le gouvernement! Demandez de bons conseils aux personnes avisées sur les limites de la liberté de presse dans votre région. Vous ne pouvez pas servir vos agricultrices et vos agriculteurs si vos activités sont suspendues. Peut-être qu’un autre organisme comme la coopérative agricole peut exercer une pression pour faire avancer les travaux routiers par le biais de sa structure nationale. Toutefois, exercez votre liberté d’expression autant que possible. C’est l’une des choses les plus importantes qu’une station de radio peut faire pour les agricultrices, les agriculteurs ou son auditoire.

Acknowledgements

Contributions : Doug Ward, président du conseil d’administration de Radios Rurales Internationales (RRI). Il a été réalisateur d’émissions radiophoniques, directeur de station, directeur régional et vice-président de la Société Radio Canada (SRC).

Révisions par les personnes suivantes :

Ron Cohen a présidé le Conseil canadien des normes de la radiodiffusion pendant deux décennies. Il est actuellement professeur agrégé à la Faculté des affaires publiques de l’Université Carleton.

Liz Hughes est la directrice de la CBC News et elle est membre du conseil d’administration de Radios Rurales Internationales.

Blythe Mackay est la gestionnaire des Ressources pour les radiodiffuseurs de Radios Rurales Internationales.

Dick Miller est un réalisateur d’émission radiophonique indépendant et formateur. Il a été réalisateur de documentaires à la Radio CBC

David Mowbray est le consultant en chef du Programme des perspectives stratégiques de Radios Rurales Internationales.

Tchetta Meli E. Rostand est journaliste et traductrice. Elle est une cadre dirigeante du service des communications au ministère du Tourisme et des Loisirs du Cameroun.

gac-logoProject undertaken with the financial support of the Government of Canada through the Department of Foreign Affairs, Trade and Development (DFATD)